X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses

Arrêtons le pillage financier de l’Irlande

Déclaration de Jacques Cheminade, candidat à l’élection présidentielle de 2012 en France, aux patriotes irlandais


pdf de la version anglaise de cette déclaration


Paris, le 25 novembre 2010 – Le pillage de l’Irlande par la troïka de vautours financiers de l’Union européenne (UE), de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international est un crime. Je suis de tout cœur avec ceux qui le combattent et j’admire votre résistance au nom de l’indépendance nationale de votre pays et de l’avenir de votre peuple. En vous disant de continuer, de ne pas vous laisser démoraliser ou tromper, je vous garantis qu’ici en France et en Europe, nous vous soutenons pleinement, comme nous soutenons la Grèce et le peuple grec, au nom de la justice d’abord et au nom de notre propre avenir, car l’Irlande et la Grèce ne sont que les premières victimes de ce qui conduira fatalement à une désintégration financière mondiale et à une décomposition politique si l’on ne change pas la donne politique.

Ne vous laissez pas faire ! Il ne s’agit pas d’une erreur qui aurait été commise par l’Irlande, c’est un symptôme d’une crise générale. Partout on renfloue les établissements financiers et les spéculateurs, c’est-à-dire les coupables, et on écrase les peuples, c’est-à-dire les victimes.

Ceux qui imposent cette politique sont les conglomérats d’intérêts financiers de la City et de Wall Street, incarnant la forme actuelle de l’Empire britannique. Il est obscène que ces intérêts prétendent sauver l’Irlande en imposant un cinquième plan d’austérité représentant 4 % du Produit intérieur brut, qui s’ajoute aux 4 % des plans précédents ! Brian Lenihan, votre ministre des Finances, a dû reconnaître que la principale préoccupation de son gouvernement était d’éviter un effondrement du secteur bancaire. Tous les gouvernements européens se comportent de la même façon.

A leur politique qui a pour principe le gouvernement des banques, par les banques et pour les banques, il faut substituer celui d’Abraham Lincoln et de notre Constitution française, « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

On vous dira qu’il faut sauver le secteur bancaire européen et l’euro, et qu’on ne peut pas procéder autrement. Ils répètent, comme Margaret Thatcher, qu’il n’y aurait pas d’autre alternative (TINA, There Is No Alternative). C’est faux ! Car en procédant ainsi, l’Empire britannique non seulement détruit les peuples et les économies, mais se détruit lui-même. L’euro et les principaux établissements financiers sont déjà des morts-vivants, trop grands et trop corrompus pour être sauvés. Notre choix est de ne pas nous laisser entraîner dans son étreinte mortelle !

Comment faire ? En rejetant pour toujours le système monétariste dominant, par sa nature même prédateur, pour lui substituer un système de crédit public à taux de change fixes qui assure l’équipement de l’homme et de la nature. Pour cela, la première salve mortelle contre l’Empire britannique doit être la séparation entre banques d’affaires et banques de dépôt, associée à la mise en faillite ordonnée de ceux qui ont perdu au jeu financier. Cela s’appelle un système Glass-Steagall, du nom de la loi votée aux Etats-Unis sous la présidence de Franklin Delano Roosevelt et abrogée successivement en France et aux Etats-Unis à la fin du XXe siècle. C’est ce qui a permis cette folie financière qui aujourd’hui veut écraser l’Irlande. Arrêtons-la ensemble !

Le programme et le combat de Lyndon LaRouche aux Etats-Unis et le mien en France partent de cette initiative. Nous comptons sur nos amis irlandais, dans l’esprit de Theobald Wolfe Tone, d’Arthur Griffith et de Michael Collins, pour mener aujourd’hui l’offensive, sachant que mieux que d’autres, vous connaissez le pedigree de l’ennemi britannique et avez toujours eu le courage de lui faire face. Nous nous sentons ici dans l’esprit du général Hoche en 1796.


GET THE BANKS OFF IRELAND’s BACK !

How many will lose their jobs ? How many die ?

Statement by Jacques Cheminade

Candidate for election to the Presidency of France in 2012

Paris, 25th November 2010 — Ireland is being looted by a wake of vultures : the EU, the European Central Bank, and the IMF. A wake of criminals, perpetrating a criminal act. How many will lose their jobs ? How many die ? I stand shoulder-to-shoulder with those who oppose these vandals, with those who reject that policy in the name of national independence and of your people’s future. Hold fast ! Be deaf to the sirens of demoralisation because you are not alone ! The patriots of France, indeed, the patriots of every European country, support you just as they support the people of Greece. Ireland and Greece are but the first victims in Europe of a rampaging disastrous policy that has already destroyed the Third World, and that, if left unchecked, will smash the entire world’s financial and political structures.

Turn a deaf ear to those who would have you believe that the Irish people are guilty of some heinous sin. It is not so ! The so-called « Irish » crisis is a mere symptom. Look about you ! Everywhere one turns, Governments rush to bail out the offenders who caused the crisis - the financial institutions, the attendant gaggle of speculators - while their victims, the people of the United States and Europe, are being insulted and crushed.

The actual policy-makers are to be found in the City of London and in Wall Street, which together are the latest incarnation of the British Empire. How indecently they claim to « save » Ireland by slamming down a fifth austerity plan, representing 4% of GNP, over and on top of the 4% of the earlier plans ! How many will lose their jobs ? How many die ? Finance Minister Brian Lenihan has baldly owned that his Government’s only real concern is to try and stave off a banking collapse. In that, his conduct is no different from that of the other European Financial Sages who ape Margaret Thatcher as they whine « There is No Alternative ». Rubbish ! Why should we save the Euro and the Banks, institutions rotten to the core, a Moloch into whose bonfire the peoples of Europe are being tossed !

Here we have Government of the Banks, by the Banks and for the Banks. Let us rather adopt that of President Abraham Lincoln, that also appears as Article 2 of the Constitution of the Fifth Republic of France : « Government of the People, by the People and for the People ».

What is to be done ? The British Empire, that rests today on its world-wide power over the deregulated money markets, must be destroyed. And with it, once and for all, destroy monetarism ! The present deregulated British system must urgently be replaced by a fixed-exchange rate system of public credit, which credit can then be invested in the physical economy – industry, infrastructure - and improving nature. To achieve that, a firewall must swiftly be erected to protect the deposit banks from the merchant banks, while placing the wild-eyed speculators into organised bankruptcy. That is precisely what Franklin Delano Roosevelt did, with the Glass-Steagall Act (1933), recklessly abrogated in the USA in 1999, thirteen years after similar legislation was no-less-recklessly abrogated in France. The very financiers who pulled strings to do so have unleashed the madness that is destroying Ireland today !

A new Glass-Steagall Act lies at the heart of Lyndon LaRouche’s programme and campaign in the USA and mine in France. In the spirit of Theobald Wolfe Tone, Arthur Griffith and Michael Collins, we look to our Irish friends to go on the offensive. No-one better knows the British Empire than you, and no-one has shown more courage in facing it down. As for we French, we recall the spirit of General Hoche in 1796.

Voir les 2 commentaires

  • SERRES • 26/11/2010 - 23:24

    Les dirigeants Irlandais actuels doivent radicalement tourner le dos à la "politique" de leur prédécesseurs, à l’évidence trop inféodés aux libéraux financiers de Wall Street et de la City
    - meme problème en France, ou la "politique" récente a conduit a sponsoriser un Francais à la présidence du FMI, avec sans aucun doute l’aval des dirigeants des principaux dirigeants Européens, eux memes inféodés aux memes pouvoirs libéraux de la "finance" internationale
    - Les pays principaux de l’Europe doivent recréer leur Banque Nationale, lui donner les moyens de gérer les crédits nécessaires à une vrai politique commune de projets industriels et de recherches
    - Les dettes fictives des banques d’"affaires" douteuses sont à mettre à la poubelle. Car c’est scandaleux qu’un pouvoir "politique" fasse payer le renflouement de ces banques à la population qui travaille "réellement"
    - Les Banques de Clientèle pourraient étre cautionnées par leur Etat et l’Europe dans le cadre de leur participation à gérer des crédits voués à des grands projets productifs, Industriels et Recherche civile (ENERGIE : fusion atomique pour centrales électriques), par exemple
    - Aux diverses élections nationales et européennes, les populations se doivent de poser aux candidats la question de leur engagement a ce sujet
    - plus modestement mais immediatement, chaque particuler, doit "juger" SA banque et en changer si nécessaire.

    Répondre à ce message

  • jules • 26/11/2010 - 21:21

    je ne sais pas qui sont ces personnalites Theobald Wolfe Tone, d’Arthur Griffith et de Michael Collins
    alors je vais sur wiki et je reviens

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Theobald_Wolfe_Tone
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Griffith
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Collins_(homme_politique)

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard