Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 novembre - Dévitaliser les communes comme une dent que l’on veut arracher Lire 19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire 18 novembre - S&P sur le terrain :
l’hebdo du 19 novembre Lire
AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

« Constitution européenne » : dix arguments du « oui » face aux faits

  1. Valéry Giscard d’Estaing : « Le projet de Constitution européenne est un texte facilement lisible, limpide et assez joliment écrit. Je le dis d’autant plus aisément que c’est moi qui l’ai rédigé. »

    Les faits : Le texte de la Constitution comporte 448 articles, 36 protocoles, 2 annexes, 50 déclarations. Pour ceux qui ont eu, comme nous, le courage de le lire jusqu’au bout, il comporte des redites, des contradictions et surtout, il inclut en sa partie III une énumération de politiques qui ne devraient jamais se trouver dans une Constitution ou un texte constitutif. Il n’y manque que le proverbial raton-laveur de Jacques Prévert. A noter que les Constitutions américaine et française tiennent en quelques articles. La Constitution américaine se réduit même à quelques lignes, établissant de grands principes et organisant les institutions ; or c’est la Constitution qui a duré le plus longtemps et n’a jamais été modifiée. Ce qui se trouve présenté au référendum du 29 mai n’est pas en fait une Constitution, car il ne définit ni un objectif ni un grand dessein. Il y a en ce texte beaucoup de choses, mais ce qu’il y manque est le plus significatif.

  2. Le début du texte du « traité établissant une Constitution » se lit ainsi : « Sa Majesté le Roi des Belges, le Président de la République tchèque, Sa Majesté la Reine du Danemark », et ainsi de suite jusqu’à « Sa Majesté la Reine du Royaume-Uni de Grande- Bretagne et d’Irlande du Nord ».

    Les faits : La Constitution américaine se réfère, elle, à l’autorité de « Nous le peuple » et la française établit que « Le peuple français proclame solennellement ». Il y a donc dans un cas référence à des autorités établies, dont de nombreuses sont non-républicaines, et dans l’autre au « peuple ».

  3. Nicolas Sarkozy : « Dire que la Constitution est libérale n’est rien de moins que stupide. »

    Jacques Chirac : « L’Europe politique doit être forte et organisée (...) Il y a deux solutions. La première, laisser aller, comme le courant libéral, anglosaxon et attentiste. Ce n’est pas celle que nous voulons. La seconde solution est celle d’une Europe humaniste, donc organisée. Pour que cette organisation lui donne sa force, il faut des règles. A vingt-cinq, nous avons réfléchi à ces règles (...) Sa logique [de la Constitution] est justement non libérale. »

    Alain Minc : « La Constitution n’est pas porteuse d’une dérive "ultra- libérale" (...) En assumant des orientations libérales, la commission Barroso est un reflet fidèle de la sensibilité majoritaire au sein du Parlement européen actuel. Cette adéquation témoigne d’un progrès démocratique des institutions européennes. »

    Les faits : La concurrence passe avant tout. Dans la partie III, la seule référence, fréquemment répétée, concerne « une économie de marché ouverte où la concurrence est libre ». L’adjectif « social », retenu il est vrai dans l’article I-3-3, a disparu. Dans l’ensemble du projet, le mot « marché » est cité 78 fois, le mot « concurrence » 27 fois, mais « progrès social » seulement 3 fois et « économie sociale de marché » une seule.

    L’article III-156 prévoit que « les restrictions tant aux mouvements de capitaux qu’aux paiements entre les Etats membres et entre les Etats membres et les pays tiers sont interdites ».

    L’article III-157-2 établit que « le Parlement européen et le Conseil s’efforcent de réaliser l’objectif de libre-circulation des capitaux entre Etats membres et pays tiers dans la plus large mesure possible ». Les services publics, rebaptisés « services d’intérêt économique général », c’est-à-dire des services minimaux garantis, sont soumis par les articles III-166 et III-167 aux règles de la concurrence.

    Sans aide publique, nos services publics devront donc financer euxmêmes leur fonctionnement : ils ne pourront qu’augmenter leurs tarifs ou réduire leurs prestations pour survivre.

    La Constitution entrave de fait les politiques industrielles que les Etats membres voudraient mener sur une base nationale. L’article III- 167 dispose que « sauf dérogations prévues par la Constitution, sont incompatibles avec le marché intérieur (...) les aides accordées par les Etats membres ou au moyen des ressources d’Etat sous quelque forme que ce soit qui faussent ou menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions ».

    De telles dispositions montrent sans le moindre doute que la « Constitution » définit le cadre d’une économie libérale, abolissant les interventions de l’Etat et consacrant les aspects les plus caricaturaux des textes précédents. Pierre Mendès-France écrivait déjà dans La République moderne, en 1962, que « dès le premier jour, j’ai regretté en 1957 les modalités essentiellement libérales, capitalistes et libre-échangistes adoptées pour la constitution du Marché commun ». Le texte actuel est bien pire, car il ouvre toutes grandes les portes à la concurrence intérieure et internationale, comme si elle était par nature un souverain bien alors qu’en fait elle consacre la loi du plus fort et prive les plus faibles de toute défense organisée.

  4. Jacques Chirac : « Ce qui m’impressionne, c’est que, chaque fois qu’il y a quelque chose qui ne va pas, on ne se demande même pas si cela a ou non un rapport avec la Constitution. » Et de citer de très nombreux sujets qui sont de compétence nationale parmi ceux évoqués par les questions imprécises de « jeunes » qui, de leur propre aveu, n’avaient pas lu le texte discuté !

    Les faits : La Constitution établit un cadre et une logique qui déterminent tous les sujets, même de compétence formellement nationale. C’est ne rien connaître aux lois de l’économie que de prétendre qu’il n’y a aucun rapport entre ce cadre et ce qui se trouve à l’intérieur.

  5. Nicolas Sarkozy : « Si vous n’êtes pas satisfait de l’Europe, alors votez oui. De toute façon, ça ne peut pas être pire qu’aujourd’hui. Si vous votez non, vous allez garder l’Europe telle qu’elle est. »

    Jacques Chirac : « Si demain on vote non, quelle sera la puissance de la parole française ? On sera le mouton noir qui aura tout bloqué ! On ne comptera plus. On nous dira : "Vous n’avez pas voté, allez voir ailleurs !". »

    Les faits : Outre leur vulgarité, ces arguments sont faux et de mauvaise foi. Tout d’abord, l’Europe telle qu’elle est, celle du traité de Nice, que Jacques Chirac décrivait en l’an 2000 comme « le meilleur texte européen depuis le traité de Rome », est critiquée aujourd’hui par ceux-là mêmes qui l’ont faite !

    De plus, le traité de Nice n’est pas bon, mais il est moins mauvais que le texte actuel. Il ne prétend pas, lui, être une « Constitution » et ne cadenasse pas l’espace européen dans des politiques contraires au volontarisme politique des Etats et de l’Europe ellemême. Il ne prévoit pas, lui, la suppression progressive des restrictions aux investissements étrangers (article III-314), qui représente une victoire absolue des « libéraux ». Il n’inscrit pas, contrairement à la Constitution, la règle de la compatibilité obligatoire de la défense commune européenne avec l’OTAN.

    Enfin, le traité de Nice permet la multiplication de coopérations spécialisées, à géométrie variable, qui sont souhaitables pour refonder un avenir dynamique de l’Europe alors que la Constitution les rend impossible à organiser (cf. plus loin).

    Revenir au traité de Nice, après un vote « non », serait donc - même si on en restait là - un moindre mal.

  6. Voter « non », ce serait arrêter l’Europe et « le non français ferait un seul et grand vainqueur : George Bush » (Jacques Julliard dans Le Nouvel Observateur).

    Les faits : C’est la « Constitution » qui maintient la défense collective de l’Union européenne sous la tutelle de l’OTAN ! L’article I-41-7 subordonne la clause d’assistance mutuelle en cas d’agression armée contre le territoire d’un Etat membre « aux engagements inscrits au sein de l’OTAN qui reste pour les Etats qui en sont membres le fondement de leur défense collective et l’instance de sa mise en oeuvre ».

    On voit donc mal comment cette prééminence de l’OTAN, dominée par les Etats-Unis de George Bush, pourrait conduire à une défaite du même George Bush ! D’autant plus que l’article I-41-1 établit que l’objectif de « la politique de sécurité et de défense commune » est de permettre aux Etats membres de s’associer pour « effectuer des missions en dehors de l’Union ». Il ne s’agit donc pas de la défense de l’Union proprement dite, mais d’organiser des interventions sur les théâtres extérieurs, en accord avec la doctrine impériale américaine actuelle ! L’on dira que nos interventions en Afrique sont au contraire « démocratiques », mais nous laisserons à M. Julliard le soin de le prouver.

    Ajoutons que le libéralisme pratiqué dans la politique européenne comme dans la politique intérieure française est tout à fait cohérent avec la politique d’austérité financière de... George Bush. Les dispositions concernant la défense dans la Constitution européenne sont ainsi cohérentes avec celles concernant l’économie.

  7. Avec le nouveau texte, les Etats membres de l’UE pourront mieux organiser entre eux diverses formes de coopération.

    Les faits : C’est tout simplement faux. Les « coopérations renforcées » seront quasi impossibles à organiser. Le seuil pour pouvoir coopérer se trouve élevé à un tiers des Etats membres (8 sur 25 et 10 pour 29 membres) et les conditions procédurales de la coopération sont, comme nous l’avons dit, durcies par rapport au traité de Nice. Une proposition de la Commission serait indispensable pour lancer le processus, et il faut ensuite passer l’obstacle de l’approbation par le Parlement.

    De plus, les coopérations ne peuvent être lancées qu’en dehors des domaines de compétence exclusive de l’Union, ce qui écarte notamment toutes les questions comportant une incidence sur le régime de la concurrence ou, pour les pays de la zone euro, sur la politique monétaire. La Constitution apparaît donc bien comme un piège dont on ne peut s’évader. Pour la réviser, les Etats membres devront être d’accord à l’unanimité.

  8. La Banque centrale européenne (BCE) veille sur la politique monétaire, celle-ci sera donc raisonnable.

    Les faits : La BCE est une banque de banquiers et de fonctionnaires du Trésor, sans contrôle citoyen. Son existence se trouve constitutionnalisée par le texte soumis à référendum. En pratique, l’euro, dont la BCE a laissé la valeur en dollars s’apprécier de 60% en cinq ans, asphyxie nos exportations, décourage l’investissement, accélère les délocalisations.

    Certes, le pacte de stabilité a été amolli - sans être supprimé - mais la BCE, en relevant les taux d’intérêt, peut contrer la politique volontariste des Etats membres et de l’Europe tout entière. Jean-Claude Trichet, le président de la BCE, a laissé planer ce chantage dans plusieurs déclarations récentes.

  9. Jacques Chirac : « N’ayez pas peur. »

    Les faits : L’on ne sait pas si le président de la République prétend être le souverain pontife des banquiers ; en tous cas, il nous dit de ne pas avoir peur tout en faisant du chantage à la peur son premier argument. L’on a vu qu’il n’y a pas lieu de le croire.

  10. Les partisans du « non » ne proposent rien.

    Les faits : C’est, hélas, vrai pour la plupart d’entre eux. Quant à nous, nous avons présenté nos propositions dans nos précédents numéros de Nouvelle Solidrité, et nous les évoquons dans l’éditorial du 19 avril 2005. Il s’agit d’un projet qui définit un objectif et donne les moyens de pouvoir faire, non d’un code dont seuls les initiés peuvent avoir la clef.

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard