Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Déclarations de Jacques Cheminade

Contre l’OTAN et Londres ; Sauvons la paix en Europe !

Par Jacques Cheminade

24 août 2008

Ce qui s’est passé en Géorgie – l’attaque de l’Ossétie du Sud par l’armée géorgienne, puis la riposte russe – aurait pu conduire à une situation de conflit mondial. Trois conséquences doivent en être tirées. La première est l’irresponsabilité et l’aventurisme de ceux qui, à Londres et à Washington, ont encouragé un joueur de poker à abattre son jeu sans mesurer les conséquences de son geste. La seconde est que ce qui a été déclenché à Tskhinvali a subi un coup d’arrêt, mais que l’arc de déstabilisation, le vieil arc de guerre de l’empire financier britannique qui va du Sin-Kiang en Chine jusqu’aux Balkans, en passant par le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran, la Turquie et le Caucase, se met en place. Depuis Londres et le siège de l’OTAN, la stratégie est toujours d’encercler et de désintégrer la Fédération de Russie, obstacle fondamental à un empire financier anglo-américain. La troisième est que tant que l’effondrement du système financier et monétaire continuera, le risque de guerre mondiale demeurera lui aussi, l’un étant la conséquence de l’autre.

C’est cette matrice de guerre à laquelle il faut mettre un terme, en créant les conditions d’un nouvel ordre économique mutuel, Est-Ouest et Nord-Sud. Un tel ordre définit ici notre combat politique. Il doit englober les principaux pays du monde – Etats-Unis, Russie Inde et Chine – et l’Europe, pour y participer, doit rejeter le carcan des traités qui la paralysent, de Maastricht à Lisbonne. Car pour créer une communauté d’intérêts, il faut une grande politique d’équipements physiques (transports, communications, énergie) et humains (écoles, hôpitaux, laboratoires) à long terme, qui se substitue au court terme destructeur des spéculations financières. Cette politique exige un financement, lui aussi à long terme et à faible taux d’intérêt, de l’ordre de la durée de vie et de rentabilité des équipements – auquel s’est aujourd’hui substitué une prolifération de crédits à court terme reposant sur une logique de jeu et de gain financier et non de production. Nous nous battons pour que, face à cette crise de tout le système dominant, l’Assemblée générale des Nations unies, en septembre, mette en priorité à son ordre du jour un Nouveau Bretton Woods, un ordre d’équipement par la paix.

De nombreux Américains, de nombreux Européens ne se rendent pas compte de la gravité de l’enjeu parce que leurs yeux ont été aveuglés par les illusions d’une économie virtuelle et d’une culture de l’écran. Cependant, aujourd’hui, la réalité a frappé de plein fouet, et le moment est donc arrivé de se mobiliser pour faire face.

Répétons-le : il n’y aura pas de paix en Europe et dans le monde sans un nouvel ordre économique international rétablissant la priorité du travail humain et de l’équipement de la nature sur les capitaux fictifs des opérateurs financiers. C’est le Nouveau Bretton Woods pour lequel Lyndon LaRouche, Helga Zepp-LaRouche et moi-même nous nous battons depuis pratiquement la chute du mur de Berlin. L’aventure irresponsable d’un Président géorgien douteux, dont toute la carrière et celle de ses acolytes a été financée par George Soros et ses amis, ainsi que le coup d’arrêt russe, deviendrait ainsi l’occasion, puisque de tout mal doit sortir un bien supérieur, de revenir à une politique de paix par le développement mutuel.

Cependant, un certain nombre d’idées fausses ou d’illusions doivent être d’emblée rejetées :

  1. La crise qui, une fois de plus, porte en elle la guerre comme les nuées portent l’orage, n’est pas cyclique mais systémique. Il n’y a pas, il ne peut y avoir de solutions au sein de l’ordre économique et financier actuel.
  2. La Russie ne doit pas être considérée comme un ennemi ou un adversaire, mais comme un partenaire indispensable, tout comme la Chine et l’Inde. Il en va de la paix.
  3. Une solution ne peut se faire contre le dollar en tant que tel ou contre les Etats-Unis en tant qu’Etat-nation. Une alliance de l’Europe continentale et de la Russie contre ou sans les Etats-Unis serait une terrible illusion. Le poids actuel du dollar dans les échanges mondiaux et la tradition républicaine « hamiltonienne » américaine, celle d’un système d’émission de crédit et non de gestion monétaire, font que l’enjeu décisif du combat se situe aux Etats-Unis.
  4. Il faut donc modifier l’orientation politique actuelle des Etats-Unis et soutenir ceux qui se battent là-bas dans ce but. Le dollar, aux mains des banques et des sociétés d’assurance, doit redevenir une monnaie nationale et les Etats-Unis doivent rembourser leur immense dette avec de la production et non de la monnaie de singe.
  5. Une culture de l’avantage d’autrui, du développement mutuel, de l’innovation et de la pensée créatrice à long terme doit se substituer à l’égoïsme libéral, à l’obsession du jeu et à une pseudo-pensée linéaire associant des images.

Utopisme ? Non, mesurer les conditions stratégiques d’un indispensable changement de système, pour la paix et le travail humain.

Car dans l’ordre actuel, des milliers de banques américaines et européennes tomberont inéluctablement en faillite et la chute financière entraînera celle de l’économie physique. Les spéculateurs, on l’a vu, étendent leur champ d’action à ce qu’on mange et à ce avec quoi on se déplace, avec encore moins de transparence que sur les bourses classiques. Dans un tel ordre, la Pologne se voit dotée non seulement de missiles anti-missiles à longue portée, mais d’une batterie de 96 PAC-3 avec des opérateurs américains. Le chef adjoint de l’état-major russe, le général Anatoli Nogovitsine, a bien dit qu’un tel déploiement ne peut viser l’Iran mais son pays. Il a ajouté, comme Poutine en juin 2007, dans une interview au journal canadien Toronto Globe and Mail, que dans ces conditions, la Pologne deviendra une cible russe en tant qu’élément du potentiel nucléaire américain en Europe. L’on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas. L’Ukraine, de son côté, avec un Président Ioutchenko aussi aventuriste que son collègue géorgien, offre ses radars aux Etats-Unis et enjoint la flotte russe de Crimée de rapporter tous ses mouvements 72 heures à l’avance. On s’achemine ainsi vers un affrontement direct, qui pourrait être accéléré par une frappe contre l’Iran promue par le vice-Président américain Cheney et les ultras britanniques avant l’inauguration d’un nouveau Président.

Que peut donc la France ? Que peut chaque citoyen français à qui ces questions fondamentales semblent, à tort, bien loin de ses préoccupations quotidiennes ?

Ce que Nicolas Sarkozy a fait dans la crise géorgienne est un bon point de départ. Il faut le reconnaître, quoi qu’on pense par ailleurs de sa politique. La situation s’en est trouvée stabilisée, parce qu’il a fait vite sans céder aux pressions de l’administration américaine. Il lui reste à ne pas caler en route.

La France a en mains un atout majeur. Elle ne peut être tenue ni pour l’ennemi de la Russie, ni pour l’adversaire des Etats-Unis.

Au printemps dernier, la France, avec l’Allemagne, a su résister au président Bush et ne pas accepter la Géorgie au sein de l’OTAN. Sans cette clairvoyance, l’OTAN se trouverait aujourd’hui directement impliquée dans une guerre qui n’est en rien la sienne, au nom de l’assistance mutuelle que se doivent ses membres en cas de conflit, et au profit de l’oligarchie britannique.

La faiblesse de la France peut dès lors se transformer en force si cette situation n’est pas vue comme une chose en soi, mais comme la composante historique de forces qui l’ont déterminée. Relire Machiavel aiderait notre Président, son opposition et tous nos concitoyens à adopter la bonne attitude, au point de transformation stratégique et diplomatique d’un moment décisif de l’Histoire.

Nous avons été nombreux à apprécier la façon dont Nicolas Sarkozy a remis Peter Mandelson à sa place. La France est à son meilleur quand elle est gaullienne, c’est-à-dire quand elle ne prend pas de gants et s’insère intelligemment dans une stratégie offensive. C’est pourquoi le Nouveau Bretton Woods doit être notre prochaine cause, aux Nations unies et dans le monde. Dans l’opposition, MM. Rocard, Delors, Jospin et leurs amis ont déclaré que « la finance folle ne doit pas nous gouverner » (Le Monde du 22 mai). Pierre Larrouturou, dans sa contribution au Parti socialiste, appelle à un Nouveau Bretton Woods. Il leur reste à convaincre, à se battre davantage et à passer aux actes.

A tous ceux qui aiment la France et l’Amérique, il est temps de penser comme Roosevelt et De Gaulle, cette fois pour éviter une nouvelle Grande guerre, au nom de la « cause commune de l’humanité ». Parfois, comme le disait le poète allemand Friedrich Schiller en parlant de la Révolution française, un grand moment de l’histoire échoit à un peuple petit. Cette fois, le moment est venu pour que nous grandissions tous ensemble. Si le défi n’est pas relevé, demain, les plus modérés se moqueront de nous et les plus déterminés nous maudiront de n’avoir pas été à la hauteur.

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard