Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Déclarations de Jacques Cheminade

Copenhague : L’outrage de M. Sarkozy


Déclaration de Jacques Cheminade, Président de Solidarité et Progrès


Paris, le 8 décembre.

L’hyperactivité manifestée par Nicolas Sarkozy en vue du sommet climatique de Copenhague est pire qu’une erreur, un crime contre l’avenir de l’humanité. Qu’il n’en soit pas réellement conscient et ne soit pas seul à le commettre ne le rend pas moins grave, car il enrôle la France sous la bannière d’une politique vouée à la dépopulation et à de scandaleuses opérations financières sur les échanges de quotas d’émission de gaz à effet de serre. A une heure de l’histoire où les grands financiers de la City et de Wall Street spéculent avec ce que nous respirons, ce que nous mangeons et notre vie elle-même, sous la forme de contrats d’assurance-vie titrisés, nous faisons le choix de collaborer. C’est moralement, économiquement et politiquement inadmissible.

Limiter les naissances est bel et bien présenté comme un « remède » à un péril climatique inventé pour justifier le choix malthusien. Ce péril a été forgé dans l’entourage de Margaret Thatcher, et les révélations sur les travaux biaisés et manipulés de l’Unité de recherche climatique (CRU) de l’Université d’East Anglia, qui ont inspiré le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), révèlent le montage. Et c’est fort de ce montage que le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) appelle à ce qu’elle baptise une « régulation de la démographie ». La réalité derrière ce label est que tous les freins mis aux émissions de CO2 entraîneraient une incapacité de nourrir et de développer l’humanité future, conduisant à une capacité d’accueil sur la planète de moins de 2 milliards d’habitants. C’est ce que désirent les Jonathan Porritt et les Paul Ehrlich, c’est à quoi veulent parvenir les entourages de Gordon Brown et de Barack Obama. Que nous nous situions à la pointe de leur combat, contre l’intérêt de tous les peuples et des pays du Sud, est inadmissible.

L’autre aspect désastreux du choix de MM. Sarkozy et Borloo est de favoriser les spéculations financières de Wall Street et de la City, qu’ils prétendent par ailleurs vouloir réguler. En effet, les grandes banques comme la Hong-Kong and Shangaï Banking Corporation (HSBC), Goldman Sachs, Citigroup ou Morgan Stanley multiplient les partenariats avec des start-up « écologiques » pour générer du crédit carbone. Les allocations de droits à polluer sont ainsi devenues objet de spéculation sur le Chicago Climate Exchange et, en Europe, à Paris sur le Bluenext pour les échanges au comptant et à Londres sur l’ECX (Al Gore y détient une participation à travers son entreprise Blood and Gore) pour les échanges à terme, bien plus intéressants pour les spéculateurs. Pire encore, il se crée des plateformes alternatives (dark pools), totalement opaques et dérégulées, sur lesquelles ces droits à polluer s’échangent, sans compter les opérations de gré à gré et la prochaine création, si rien ne l’en empêche, de nouveaux produits dérivés sur ces opérations. Il est vrai que notre ministre de l’Economie, Christine Lagarde, et le nouveau commissaire européen chargé du Marché intérieur et des Services financiers, Michel Barnier, entendent proposer des « régulations » et des agences de supervision européennes. Cependant, prétendre réguler ou contrôler le vice sans remettre en cause le système qui l’engendre ne peut aboutir à la vertu.

Disons-le crûment : lorsqu’un arnaqueur veut mystifier son public, il attire son attention sur un faux terrain alors qu’il opère sur un autre. Tout le brouhaha sur le « changement climatique » vise ainsi à entretenir le pessimisme culturel sur la nature même de l’homme, en l’assimilant à un animal prédateur, en couvrant le grand mensonge d’un système financier monétariste qui spolie l’homme en offrant un pouvoir absolu aux établissements financiers. Ceux-ci disposent de la garantie implicite des Etats contre la faillite, qui entraînera inéluctablement celle des Etats eux-mêmes au profit d’un ordre financier impérial, celui que représente le conglomérat de forces opérant depuis Londres.

C’est à ce conglomérat d’intérêts que Nicolas Sarkozy s’est soumis, qu’il le veuille ou non, lors de sa présence au sommet du Commonwealth à Trinidad et Tobago, car le Commonwealth est la structure impériale qui protège ce conglomérat. Alors que la reine d’Angleterre y proclamait que le changement climatique est une occasion pour le Commonwealth de reprendre le leadership du monde et de « prouver sa raison d’être au-delà de ses propres frontières », Nicolas Sarkozy proclamait sa fierté d’être le premier président de la République française invité à un sommet de cette institution. Et tout en mettant la pression sur les pays du Sud pour qu’ils se soumettent à « l’ultimatum climatique » du World Wildlife Fund sponsorisé par le Prince Philip d’Edimbourg, Nicolas Sarkozy y a défendu la création d’une « Organisation mondiale de l’environnement », « une première étape, fondatrice de la réforme de la gouvernance mondiale ».

En même temps, Jean Tirole, le « nobélisable » français, appelait quasi-officiellement à la « création d’un système mondial de droits à polluer négociables sur un marché », à la « mise en place d’une gouvernance mondiale » et au « déploiement rapide d’un réseau de satellites capables de mesurer précisément le niveau des émissions dans chaque pays ».
Dépopulation, occasion de spéculations financières insensées, abolition des souverainetés nationales : il est temps que M. Sarkozy et aussi Mme Aubry, qui appelle à «  une gouvernance globale… avec une organisation mondiale de l’environnement dotée de pouvoirs contraignants », se demandent à qui profite le crime.

Nicolas Hulot, dans son Syndrome du Titanic, dit tout haut ce que d’autres insinuent : « Les jours du monde, tel que nous le connaissons, sont comptés… si nous tous, riches comme pauvres, ne modifions pas immédiatement notre comportement pour ‘faire mieux avec moins’ et mettre l’écologie au centre de nos décisions individuelles et collectives, nous sombrerons inéluctablement ». On a bien lu riches et pauvres, comme si nous étions tous coupables. Cette opération de culpabilisation générale vise en fait à couvrir les crimes des spéculateurs et de l’économie casino qui entraînent, eux, bien réellement le monde à sa ruine. M. Sarkozy et la France, et surtout ceux qui se prétendent du « peuple de gauche », doivent immédiatement se démarquer de cette idéologie criminelle, en dénoncer les conséquences et engager le passage d’un système monétariste dominant vers un ordre de crédit public et de service public redonnant au monde un avenir. Il faut un peu de courage pour exposer les mystificateurs à la lumière de la vérité.


Cette déclaration est disponible au format tract ICI


Focus spécial Copenhague : Annulons le sommet de la dépopulation !


Voir les 4 commentaires

  • petite souris • 10/12/2009 - 20:54

    "Nicolas Sarkozy ...enrôle la France sous la bannière d’une politique vouée à la dépopulation et à de scandaleuses opérations financières sur les échanges de quotas d’émission de gaz à effet de serre."

    Ceci est pire qu’un outrage c’est une trahison !!!

    Trahison envers le peuple qui l’a élu, et trahison devant la France qu’il doit servir et protéger...

    C’est un crime envers l’histoire de la Nation française dont il se veut le défenseur.

    Je l’encourage à lire la conférence d’Ernest Renan intitulée : Qu’est-ce qu’une nation ? encore éditée de nos jours

    Répondre à ce message

  • gigi • 08/12/2009 - 13:16

    ce monde arrive à la fin de son cycle, que cela plaise ou non, personne ne pourra rien y changer, le reste n’est que diversion et poudre aux yeux, eux savent bien la vérité puisqu’ils creusent les montagnes et mettent à l ’abri les semences de ce qu’ils pensent reprendre le pouvoir également dans le monde "suivant", les pauvres illuminés vont être très très déçus, il y aura des grincements de dents !

    http://solarscience.msfc.nasa.gov/predict.shtml

    http://www.sidc.be/sunspot-index-graphics/sidc_graphics.php

    qui correspond exactement à Mathieu 24 - 29

    • Mahomet • 09/12/2009 - 08:28

      LE CYCLE DE PRÉVISION SUR L’ACTIVITÉ SOLAIRE ENTRE 2010 ET 2013

      2010 1 23,7 12,2 0,7
      2010 2 26,4 14,0 1,7
      2010 3 29,2 16,0 2,8
      2010 4 32,1 18,1 4,1
      2010 5 35,1 20,3 5,4
      2010 6 38,2 22,5 6,9
      2010 7 41,3 24,8 8,4
      2010 8 44,4 27,2 10,0
      2010 9 47,6 29,6 11,7
      2010 10 50,7 32,1 13,4
      2010 11 53,9 34,5 15,1
      2010 12 57,0 37,0 16,9
      2011 1 60,1 39,4 18,7
      2011 2 63,2 41,8 20,5
      2011 3 66,2 44,3 22,3
      2011 4 69,2 46,6 24,1
      2011 5 72,0 48,9 25,9
      2011 6 74,8 51,2 27,6
      2011 7 77,5 53,4 29,3
      2011 8 80,2 55,6 31,0
      2011 9 82,7 57,6 32,6
      2011 10 85,1 59,6 34,1
      2011 11 87,4 61,5 35,6
      2011 12 89,6 63,3 37,1
      2012 1 91,6 65,0 38,4
      2012 2 93,6 66,6 39,7
      2012 3 95,4 68,2 40,9
      2012 4 97,1 69,6 42,1
      2012 5 98,7 70,9 43,1
      2012 6 100,1 72,1 44,1
      2012 7 101,4 73,2 44,9
      2012 8 102,6 74,2 45,7
      2012 9 103,6 75,0 46,4
      2012 10 104,5 75,8 47,1
      2012 11 105,3 76,4 47,6
      2012 12 106,0 77,0 48,0
      2013 1 106,5 77,4 48,4
      2013 2 106,9 77,8 48,7
      2013 3 107,1 78,0 48,8
      2013 4 107,3 78,1 48,9
      2013 5 107,3 78,1 49,0
      2013 6 107,2 78,0 48,9
      2013 7 107,0 77,9 48,7
      2013 8 106,6 77,6 48,5
      2013 9 106,2 77,2 48,2
      2013 10 105,6 76,7 47,8
      2013 11 105,0 76,2 47,4
      2013 12 104,2 75,6 46,9

      MODERATION : Pourquoi pas, mais qu’est-on censé y comprendre ?

    Répondre à ce message

  • Jean-René H. Mermoud • 09/12/2009 - 00:53

    La dévotion quasi-religieuse de nombreux jeunes, singulièrement de nombreuses jeunes filles, actifs dans la cause écologiste, qui abandonnent ostensiblement devant les caméras du monde entier tout sens critique au profit d’un rabachage d’un argumentaire visiblement composé pour les séduire, ressemble à s’y méprendre à l’endoctrinement auquel parviennent les sectes, selon les mêmes techniques d’approche. Il s’agit pour ces mentors d’aligner une succession de faits apparemment cohérants (mélangeant la réalité et la fiction) pour encadrer la réflexion du sujet, jusqu’à ce que celui-ci finisse par répéter avec force conviction la théorie qu’on lui a inculquée, comme si elle était sienne. C’est ce genre de manipulation mentale qui permet de fanatiser ceux qui sont prêt à l’être, lesquels se retournent alors contre tout individu dont l’opinion n’est pas strictement conforme à la cause. Plongeant dans l’intolérence la plus noire. Brrr...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard