X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

Corse : le vrai danger, le vrai pari

Depuis mon article, publié dans Nouvelle Solidarité du vendredi 4 août, la question corse a suscité un débat intense et de qualité. Cependant, dans l’échange parfois très vif d’arguments, il manque toujours un élément déterminant. Il s’agit de la manière dont ce qui se passe en Corse s’inscrit dans ce qui se passe en Europe et dans le monde, par delà la France et la Corse considérées comme des choses en soi. D’un côté, les esprits pratiques évoquent la nécessité d’un compromis excessivement risqué mais nécessaire pour apaiser le conflit, de l’autre, les dogmatiques s’en tiennent à une République une et indivisible, dont toute diversité devrait être bannie. Mais il manque à tous l’instrument de mesure essentiel.

La meilleure défense du compromis de Matignon et de Lionel Jospin a été assurée par Jean Daniel dans Le Nouvel Observateur (24-30 août) et, à un niveau moins élaboré, par Jean-Michel Colombani dans Le Monde (25 août). Leur argumentation est en gros la suivante : mieux vaut un pari au grand jour, « mettant les adversaires en passe de devenir les partenaires devant leurs responsabilités » (Jean Daniel), comme l’aurait fait un Pierre Mendès-France, que « les discussions clandestines avec des clandestins » engagées « sous tous les gouvernements précédents » (Jean-Michel Colombani). A juste titre, on souligne que si ce pari peut être contesté, il n’est pas déshonorant ou démagogique. Et l’on ajoute que la plupart des îles importantes bénéficient, au sein des nations d’Europe, d’un statut d’autonomie bien plus large que celui prévu pour la Corse.

Après la volée de bois vert administrée par le talentueux Angelo Rinaldi début août, Lionel Jospin a en outre pris lui-même la plume pour défendre son projet dans Le Nouvel Observateur du 17-23 août. Deux points tout à fait positifs méritent d’être soulignés dans son intervention.

Le premier est la réaffirmation que « la question de l’amnistie ne sera jamais posée pour les assassins du préfet Claude Erignac » et que, « naturellement, la prévention et la répression des activités illégales en Corse (.) continueront à être conduites avec toute la détermination nécessaire, tant que celles-ci se poursuivront ». Plus fondamentalement encore, « si l’état d’esprit ne changeait pas en Corse, si les élus de l’île n’assumaient pas leur responsabilité, si la violence persistait, toute révision constitutionnelle apparaîtrait aventureuse, et pour tout dire injustifiée ».

Le second point, qui n’était pas tout à fait clair dans le texte officiel de Matignon, mais le devient dans le texte de Lionel Jospin, est l’assurance qu’après 2004, le Parlement français aura le droit de refuser telle adaptation dont il aurait délégué le principe, mais dont il désapprouverait les applications. En outre, « les dispositions prises par l’Assemblée territoriale sur l’habilitation du législateur n’auraient pour autant qu’une valeur réglementaire comme dans toute collectivité locale en France : elles seraient placées à ce titre sous contrôle du juge administratif ». Ces dispositions de réversibilité - M. Jospin parle de « délégation révocable » - et de contrôle judiciaire sont complexes, mais respectent la souveraineté de notre Parlement national et de nos tribunaux.

L’on ne peut donc en aucun cas accuser Lionel Jospin et son gouvernement de trahir les principes fondamentaux de la République

Cependant, le danger nous paraît venir, politiquement, de l’aveu de faiblesse consenti à ce moment de l’histoire, face à des « nationalistes » ne représentant qu’une fraction très minoritaire de la population de l’île. Le gouvernement crée ainsi un précédent.

Certes, Dominique Voynet, par exemple, affirme que « Talamoni et ses amis ont condamné les derniers attentats (mais pas les autres, ndlr). C’est une étape importante qui en entraînera d’autres. Le renoncement à la violence est la conclusion logique à laquelle aboutit nécessairement quiconque se place dans une démarche de dialogue ». Et Jean-Marie Colombani d’enfoncer le clou en accusant les critiques d’hypocrisie : « Hypocrisie sur la façon dont "la République" s’est, hélas, longtemps arrangée des spécificités insulaires - clans, banditisme, mafias - que nos républicains nationaux et autoritaires brocardent aujourd’hui . »

Les arguments ont du poids, et ils incitent à approfondir la réflexion.

Cependant, comme Henri Emmanuelli après d’autres, ce qui nous gêne dans le plan Jospin est « le risque de mettre sur le même plan le fusil et le bulletin de vote ».

Car les manifestations xénophobes des nationalistes corses - désignant les non Corses par le même qualificatif d’« allogènes » auquel Le Pen avait recours pour manifester son rejet des étrangers en France - n’ont pas réellement cessé, pas plus que, dans les faits, leur violence. Jean-Pierre Chevènement a raison d’affirmer (le 22 août à l’AFP), que « tant que les organisations clandestines et les élus qui sont dans leurs mains n’auront pas renoncé explicitement à la violence, toutes les dérives resteront possibles ». Cela est d’autant plus choquant que, suivant le dernier sondage IPSOS-Le Point, seuls 13% des Corses réclament l’indépendance (contre 80% qui entendent rester Français).

Alors, où est le vrai problème ? C’est que le compromis de Lionel Jospin, pas plus que ceux de ses prédécesseurs, ne relève le vrai défi.

En effet, le département corse ou la future entité territoriale unique ne peuvent rester, quel que soit le statut administratif, des zones d’assistanat dans lesquelles les mafias et les clans sont plus ou moins tolérés. Car ce serait, dans le moment de crise historique vers lequel nous allons, en Europe et dans le monde, laisser en nous et auprès de nous un très dangereux « point de vulnérabilité ».

Ma position est donc de dire que rien ne me choque dans le pari de Jospin pris en lui-même, dans les conditions de forme désormais mieux définies, mais que les conditions de fond dans lesquelles il est pris ne sont pas acceptables.

Evidemment, nous allons ici bien au-delà de la Corse. Car, j’en suis intimement convaincu, on ne pourra arrêter la dérive mafieuse dans l’île, empêcher la mise en coupe réglée du littoral et fermer la boîte de Pandore qu’à deux conditions essentielles. La première est de mettre en œuvre une politique de justice sociale et de co-développement intégrée dans un espace économique et culturel méditerranéen, du Maghreb à Marseille en passant par la Sicile. La seconde est d’entreprendre un effort, sans compromis, sans compromissions ni fuite en avant, pour y faire vraiment régner la loi républicaine et non ses apparences galonnées.

Plus fondamentalement encore, l’essor de cet espace méditerranéen et l’apaisement de la question corse ne pourront être obtenus que si, au niveau de notre politique nationale et internationale, l’on combat l’oligarchie financière et les mafias qui fatalement en émanent, au lieu de s’adapter à leur ordre avec plus ou moins de réticence.

Il convient de le dire et de le faire. Par delà le choix miné entre démissionner ou rester, c’est ce que devrait dire Jean-Pierre Chevènement en ouvrant une bonne fois pour toutes sa gueule sans regarder derrière lui. Il serait étonné du résultat, en France et en Corse même, comme au sein de la gauche plurielle française et bien au-delà.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard