X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

Face aux faucons américains, la France et l’Allemagne doivent reprendre l’initiative !

Après la chute de Bagdad, la France et l’Allemagne sont arrivées à un moment décisif de leur histoire. Ou bien elles entérinent l’occupation de l’Irak et consacrent le succès des faucons de l’administration Bush, ou bien elles entament le combat pour un nouvel ordre économique et monétaire international seul susceptible d’extirper les racines de la guerre. Ce choix décisif ne peut être remis aux calendes grecques. Paris, Berlin et Moscou doivent sans délai sortir du dilemme par le haut, le « front du refus » de la guerre se transformant en une alliance positive pour la paix, par le développement mutuel des nations et des peuples souverains.

Voilà l’objectif&n,bsp ; ; il a le mérite d’être aujourd’hui particulièrement clair. Ne pas chercher à l’atteindre condamnerait Jacques Chirac, Gerard Schröder et Vladimir Poutine à la poubelle des occasions perdues.

ONU ou gauleiter américain ?

Nos paroles ne peuvent qu’être particulièrement dures car elles doivent être mesurées à l’aune du défi. Il ne s’agit de rien de moins que de créer l’environnement international permettant de changer la politique américaine, donc mondiale, et d’éliminer les faucons de la secte Bush.

« Impossible », « utopique », « ils sont trop forts », « il faut s’adapter », répondront certains. M. Pierre Rousselin, dans l’éditorial du Figaro du 11 avril, écrit que ce sommet (de Saint-Pétersbourg) devrait être « l’occasion de remettre les pendules à l’heure et de prendre acte avec humilité de la nouvelle donne ». Ce serait une terrible erreur, car elle reposerait sur une méconnaissance absolue de la véritable nature des faucons et de leur politique. Pour eux, l’Irak n’est qu’une étape. Leur but est de porter le fer en Syrie et en Iran, comme l’a dit crûment Donald Rumsfeld avec l’approbation de George Bush, (« Good ! »), de bousculer l’Egypte et l’Arabie saoudite et d’imposer la loi du plus fort à toutes les régions du monde, à commencer par la péninsule coréenne. Certains faucons plaident déjà pour un bombardement rapide du réacteur nucléaire de la Corée du Nord ; un Michael Ledeen évoque sans retenue une guerre entre les Etats-Unis et la Turquie ; d’autres rêvent d’un « siècle américain « s’imposant à la Chine, à la Russie et à toute l’Europe. James Woolsey, ancien patron de la CIA, devenu conseiller du Pentagone, a dit avec sa brutalité coutumière que « l’Irak n’était que le début de la Quatrième Guerre mondiale ».

Avec des individus de cette nature, il est illusoire de prétendre établir des « relations de confiance » ou passer des compromis diplomatiques. Leur vision idéologique du monde, leur volonté impériale de domination et leur fuite en avant dans des rapports de force militaires et policiers face à l’effondrement du système financier et monétaire international sont de même nature que les réactions d’Hitler ou de Mussolini au cours des années trente, même si eux ont aujourd’hui les mots « démocratie » et « liberté » à la bouche. Leur recours à ces belles paroles sont une véritable « novlangue », comme Orwell la décrivait dans son 1984 : elles ne servent qu’à manipuler les esprits faibles et ne sont jamais suivies des actes qu’elles désignent, mais de leur exact contraire. Le fait que beaucoup d’entre eux aient été formés par le plumitif Leo Strauss (protégé de Carl Schmitt, le théoricien de l’espace vital et du racisme hitlérien) à l’université de Chicago, ou par ses disciples, est significatif : ils se sont forgés une identité de « maîtres » manipulant les ombres sur les murs de la caverne de Platon et , pour les plus extrêmes d’entre eux, de « maîtres du monde », justifiés par leurs succès militaires et la peur qu’ils imposent.

Dans ces conditions, tant que ces hommes seront en place à Washington, toute discussion sur la nature du contrôle de la reconstruction de l’Irak revient à discourir sur les mérites de la raison dans un asile d’aliénés.

Certes, Jacques Chirac a eu formellement raison de déclarer dans un point presse, le mardi 8 avril, que « nous ne sommes plus à une époque ou un ou deux pays pouvaient assumer le sort d’un autre pays. Il appartient donc, a-t-il poursuivi, aux Nations unies et à elles seules d’assurer la reconstruction politique, économique, humanitaire et administrative de l’Irak ». Cependant, il s’agit d’un discours qui ne s’adresse malheureusement pas à la réalité de la situation. Le « modéré » Colin Powell y a répondu d’avance, le 7 avril : « Le commandement militaire (américain, ndlr) sera en charge du pouvoir pendant un certain temps afin de stabiliser le pays. Les membres de la coalition ont pris des risques politiques dans la guerre, ils ont engagé les finances publiques de leur pays, en ont payé le prix en vies humaines et ils doivent par conséquent assurer un rôle central dans la phase de transition, de reconstruction et de mise en place d’un gouvernement représentatif du peuple irakien. »

Jacques Chirac ne peut donc prétendre se battre sur le terrain défini par l’ennemi : entériner l’occupation américaine avec ou sans une certaine dose d’ONU ne change rien à rien.

Ceux qui ont utilisé un déluge de feu face à la moindre menace et laissé assassiner des civils, des journalistes et des représentants de la Croix rouge - « C’est le meilleur, c’est une machine à tuer », a dit le lieutenant-colonel américain en tapant sur l’épaule de son subordonné ayant tué de sang froid deux cameramen et blessé grièvement trois journalistes sur le balcon de l’hôtel Palestine, à Bagdad (cité par Le Figaro du 11 avril, page 2) - ne peuvent être des interlocuteurs, quelle que soit la formule administrative choisie. Qu’ils assaisonnent leurs crimes de prières hypocrites ne fait qu’aggraver leur cas.

Changer de terrain, élever le débat

Pour combattre cette nouvelle croisade et cet impérialisme pseudo-biblique, il faut revenir au terrain au véritable combat, celui sur lequel les faucons sont vulnérables : la dépression financière, monétaire et économique international. Jean-Pierre Raffarin l’a finalement admis : « Nous sommes face à une rupture de croissance comme nous n’en avons jamais connue dans notre histoire récente. » La Commission européenne et l’Observatoire français des conjonctures économiques - et même le FMI - ont révisé leurs chiffres à la baisse. Là se trouve la racine du mal, la source de la guerre, qu’il faut extirper.

Dans son éditorial du 2 avril, intitulé « le scénario noir », Le Monde constate lui aussi que « les structures de l’économie mondiale sont plus déséquilibrées, indépendamment de la guerre, qu’on ne l’avait cru ». Et il ajoute : « Il faudrait, face à un scénario noir, une concertation mondiale, notamment monétaire ».

Sans prendre de telles pincettes diplomatiques, nous répéterons ici que le système actuel est en voie d’effondrement et que tous ses acteurs financiers se trouvent, par rapport au poids de leurs dettes et, plus généralement, de leurs passifs exigibles, virtuellement en faillite. Comme au cours des années trente - c’est pourquoi nous avons cité précédemment Hitler et Mussolini, non à titre de symbole, mais de réalité - lorsque la loi du plus fort ne peut plus prévaloir par le jeu des marchés et les manipulations des médias, ceux qui rêvent d’un empire pratiquent la fuite en avant vers la guerre et le pillage.

La France et l’Allemagne, avec l’appui - sur ce point, fondamental - de la Russie, de l’Inde et de la Chine, ont le pouvoir de présenter aux yeux du monde l’alternative : un nouveau Bretton Woods, remettant l’argent public au service du travail et de la production, et un Pont terrestre eurasiatique, de l’Atlantique à la mer de Chine, définissant un domaine de grands projets pour rétablir les fondements d’une croissance partagée. Il faut faire vite. Sans attendre, car la course se trouve engagée entre une logique suicidaire de guerre et une dynamique de paix par le développement mutuel.

Nous n’avons rien à perdre en prenant des risques. D’autant plus qu’aux Etats-Unis, des échos favorables répondraient immédiatement à un tel projet - dont Lyndon LaRouche, l’homme politique américain qui est le principal opposant des faucons, a été le concepteur et le défenseur.

Le « problème français » (et « allemand ») est que les Chirac ou les Schröder ont bâti leur carrière et leur succès dans un système donné dont, pour survivre, ils doivent désormais sortir. Dans le cadre de ce système, LaRouche, qui reprend l’impulsion des politiques de Roosevelt et de Martin Luther King, ne paraissait, jusqu’à aujourd’hui, avoir droit à l’existence. Marianne, dans son numéro du 7 au 13 avril, déplore ainsi que « faute d’un leader démocrate capable d’incarner l’autre Amérique, les Etats-Unis n’apparaissent plus que sous deux formes : Bush et Rumsfeld d’un côté et, de l’autre, ceux qui manifestent contre eux ».

C’est une expression particulièrement clinique d’un mal français très répandu : on avale les couleuvres livrées par les médias officiels américains ou les « sources informées », sans tenir compte de la réalité. Et on proclame que ce qui existe n’est pas, puisque le « système » d’où l’on parle le rejette. Donner la parole à LaRouche devrait donc faire partie d’une stratégie française sensible à nos propres intérêts nationaux. Car la presse américaine qui, aux ordres de la cellule de propagande noire du Pentagone, ne cesse de calomnier la France et les Français, est composée par les mêmes hommes et les mêmes intérêts qui ont tenté de noircir ou d’effacer de l’histoire la personne de LaRouche.

Hors des Etats-Unis, Chirac et Schröder, au lieu de tenir des paroles mielleuses vis-à-vis des « courageux » alliés anglo-américains et d’en appeler à l’entremetteur Blair, devraient aussi regarder du côté de la Russie. Là, Sergueï Glaziev, député à la Douma, principal conseiller économique de l’opposition et ami politique de LaRouche et de moi-même, vient de souligner que la principale raison de la guerre contre l’Irak n’est pas le pétrole en tant que tel, mais la crise générale du système financier international. Dans son interview donnée à la télévision russe (Canal 3), il a proposé que la Russie « aille à la rencontre de l’Europe » et « qu’à mi-chemin, l’euro et le rouble soient pris pour base de leurs échanges ». Il a souligné que les pays ayant recours au dollar financent aujourd’hui la guerre contre l’Irak. « Si nous voulons donc arrêter la guerre, nous devons proposer aux pays qui s’opposent à cette agression de passer à un nouveau système monétaire international. Il ne s’agirait pas d’enterrer le dollar, mais de revenir au moins à la situation prévalant avant 1971, lorsque les Américains ont mis fin à leur convertibilité du dollar en or et commencé à imposer leur devise au monde entier par la force. »

Nous avons donc des alliés. Nous ne sommes pas seuls, comme un chœur de pleureuses intéressé voudrait nous le faire croire.

Jacques Chirac devrait faire taire les Madelin, Barrot, Morin, de Courson et autres Goasguen de sa propre majorité et passer à une vitesse supérieure :

1) Exiger la présence des inspecteurs en désarmement de l’ONU en Irak, pour vérifier l’absence d’armes de destruction massive et, si c’est le cas, faire proclamer par les Nations unies que la guerre de la coalition anglo-américaine était non seulement illégale, mais non fondée au regard des buts mêmes de la résolution 1441 des Nations unies.

2) Le Conseil de sécurité des Nations unies étant bloqué par le veto des Américains et des Britanniques, avoir recours à la résolution 377, votée pendant la guerre de Corée, qui, en cas de ce blocage, permet à une simple majorité des Etats membres ou à sept Etats membres du Conseil de sécurité de saisir l’Assemblée générale. Celle-ci doit ainsi devenir le forum d’une « sortie de guerre », face à la perspective de guerre préventive illimitée des faucons américains.

3) Là devraient être débattus les fondements d’un nouvel ordre économique et monétaire international - un nouveau Bretton Woods pour la paix.

Paris et Berlin deviendraient pratiquement invincibles s’ils posaient le défi en ces termes, face à l’opinion mondiale et, en particulier, américaine, car nous représenterions le droit international et la justice. L’Europe ne doit pas avoir peur de reprendre l’initiative, depuis longtemps perdue, pour créer les conditions d’un autre monde.

Faut-il beaucoup de courage ? Un peu sans doute, mais en considérant que l’opinion mondiale, et en particulier américaine, se trouverait alors derrière nous et que les « faucons mouillés » de la Maison Blanche ont des cervelles de plomb et des pieds d’argile.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard