X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

L’autre Jean-Marie de trop :Vivendi-Universal, un Enron franglais

La rédaction

A Paris, beaucoup de bruit médiatique a entouré l’éviction de Pierre Lescure. L’enterrement de « l’esprit Canal + » (bohème, fric et dérision) n’est toutefois qu’un symptôme secondaire d’un événement bien plus important : la chute de Jean-Marie Messier et de la maison Vivendi. La grenouille française qui a voulu se faire aussi grosse qu’un bœuf de l’oligarchie américaine est arrivée en effet au bout de sa fuite en avant. A la décharge de J ex 6M, l’on peut dire que ses collègues Michel Bon, de France-Télécom, et surtout Serge Tchuruk, d’Alcatel, ont fait encore plus ou tout aussi mal que lui, car il s’agit bien d’un phénomène de génération et de caste. De purs produits du système français, énarques ou non, qui se sont lancés sur la scène mondiale avec des « méthodes américaines » ; - acheter à tour de bras en empruntant pour « étendre son périmètre » dans le secteur des « nouvelles technologies » - se retrouvent, loin du marigot natal, cul par dessus tête et endettés jusqu’au cou. Comme de vulgaires « Kenny Boy » (surnom que George Bush donnait au PDG d’Enron, Kenneth Lay), ils ont bénéficié de complaisances de l’Etat et des milieux politiques, mais sans plus de succès que leur alter ego d’outre-Atlantique.

Il s’agit, en un mot, d’un scandale révélateur du système financier dont nous sommes prisonniers. L’examiner de près aide à comprendre le rejet dont ont fait l’objet nos hommes et nos institutions politiques dans le premier tour de l’élection présidentielle.

La stratégie de Jean-Marie Messier

Aujourd’hui, le très conformiste Jean-Pierre Gaillard affirme que « personne ne comprend plus rien à la stratégie de Jean-Marie Messier ni aux comptes de Vivendi ». Dans le petit monde de la finance et du journalisme parisien, on souligne l’ampleur de l’endettement de Vivendi-Universal (30 milliards d’euros officiellement, en réalité plus de 50), on constate que les pertes affichées (13,6 milliards) sont les plus fortes jamais enregistrées par un groupe français, on s’indigne de la hausse du salaire de Messier en 2001 (2,38 millions d’euros après impôts, soit plus 66 % par rapport à 2000), on s’esclaffe sur le coût de son appartement new-yorkais (près de 20 millions d’euros), offert par Vivendi, et on montre du doigt son Airbus privé avec ses immenses fauteuils en cuir. Enfin, on commente avec des mines affligées la baisse de l’action en bourse, de plus de 50 % en un an.

Pourtant, c’est avec toute la fine fleur du capital français - Marc Vienot, ex-PDG de la Société générale, Jean-Louis Beffa, de Saint-Gobain, Serge Tchuruk, d’Alcatel, Bernard Arnault, de LVMH, Claude Bébéar, d’Axa, René Thomas, ex de la BNP, tous membres du conseil d’administration de Vivendi - que J6M a conduit ses troupes à Waterloo. Il y a encore deux ans, on encensait le narcisse dodu qu’aujourd’hui on voue aux gémonies.

Que s’est-il passé ? Jean-Marie Messier, polytechnicien, énarque, issu du cabinet d’Edouard Balladur et passé par la banque Lazard Frères, a été intronisé comme successeur vedette par Guy Dejouany, l’ex-PDG de la Générale des Eaux. Messier a alors nourri un grand dessein : utiliser les immenses gains du secteur eau et environnement de la « Générale » - et donc sa capacité à obtenir du crédit - pour se bâtir un empire médiatique universel.

Banquier d’affaires qui achète et qui vend, plus que patron de multinationale, et patron de multinationale plus qu’entrepreneur, il s’est mis à acheter, acheter, acheter à tout va. Depuis le crash des « technologies du futur » (communications, internet, télécom), il a partout perdu : achat il y a seize mois à Universal-Seagram surpayé, achat en décembre 2001 (après avoir promis en octobre de se calmer) d’USA-Networks pour 11,5 milliards d’euros, également surpayé, acquisition d’un « droit d’entrée » dans le bouquet satellite d’Echostar pour 1,7 milliards d’euros, création du pôle internet Vizzavi qui a coûté des dizaines de milliers d’euros et rapporté rien ou presque et finalement transformation de Canal + en un « Canal minus » déficitaire, plombé par l’acquisition de la chaîne à péage italienne Telepiu (les 3/4 des pertes du groupe Canal +).

Le dos au mur, après avoir séparé Vivendi-Universal (communications) et Vivendi-Environnement (le vieux secteur très bénéficiaire de l’eau et du traitement des déchets), il s’est mis en tête de vendre une partie de Vivendi-Environnement pour se procurer du cash et monter une de ses astuces comptables dont il est, avec ses conseillers américains, devenu familier. Il s’agissait, pour ce joueur invétéré, de passer au-dessous de 50 % du capital de Vivendi-Environnement en encaissant 1,7 milliards d’euros et en « faisant sortir » la dette de Vivendi-Environnement (14 milliards d’euros) des comptes de Vivendi-Universal (VU) pour les améliorer artificiellement. Ce n’est en effet qu’au-dessus de 50 % du contrôle qu’on est tenu d’afficher les comptes d’une filiale.

Messier, qui avait dit auparavant que les comptes de VU étaient « mieux que bons » et que « l’externalisation » d’un trop payé de 14,5 milliards d’euros dans les comptes n’était qu’un « simple jeu d’écritures comptables », s’est alors heurté au cartel des bien-pensants de la finance française.

Ceux-ci, au cours du conseil d’administration et de l’Assemblée générale du 24 avril, ont fait reconnaître à Messier et à ses amis qu’ils s’agissait en fait de vraies « pertes en valeur ». Et ils ont mis le holà à la vente de Vivendi-Environnement. Car ainsi, l’ex-Générale des eaux, qui assure (arrosage politique aidant) le traitement des eaux d’une très grand nombre de villes et de 4 600 collectivités locales françaises, serait probablement passée sous contrôle étranger. Or personne ne veut perdre ainsi sa « vache à eau », et le patron de celle-ci, Henri Proglio, a su mobiliser le gotha parisien pour arrêter Messier.

Cependant, Messier n’a pas été viré comme un malpropre. Simplement, on a laissé l’assemblée des actionnaires repousser sa résolution sur les stocks options qu’il se réservait à lui-même et « aux talents qu’il a besoin d’attirer ». Car si l’on était allé plus loin, le scandale aurait éclaté dans toute son ampleur et les requins américains se seraient tout de suite précipités sur leurs confrères français. Déjà, la famille Bronfman et le très curieux milliardaire John Malone ont pris Messier pour cible. Leur objectif est de mettre le français imprudent sous la tutelle de son « ami » Barry Diller, l’homme de Wall Street.

Alliés et chute collective

Comment expliquer que cela ait pu se produire en France ? Hélas, la réponse est à trouver partout dans notre classe politique - arrosée tous azimuts - mais, en particulier, dans les milieux proches du Parti socialiste.

Bien qu’Henri Proglio ait plutôt été un sympathisant politique de Bruno Mégret, il a « fait affaire » avec Jean-Jacques Laurent, chargé des relations entre l’ex-Générale des eaux et le P.S. et proche de Laurent Fabius ! C’est un député P.S., Eric Besson, comme l’affirme Le Canard enchaîné du 17 avril, salarié de Vivendi, qui était chargé à l’Atelier de Lionel Jospin des relations avec les entreprises ! Ce mécano de l’ex-Générale a donc crié très fort, avec Henri Proglio, à la braderie des intérêts français par un Messier allant trop loin !

Jusque-là, jusqu’à être ainsi touché dans sa partie la plus sensible, le gouvernement Jospin avait soutenu Messier et sa flamboyante stratégie hollywoodienne. C’est le gouvernement Jospin qui a confié la gestion informatique de la carte Vitale à Cégétel, la filiale de VU. Il a laissé se réaliser tranquillement la fusion Vivendi-Canal +. Au moment de la fusion Vivendi-Universal, Jospin, convaincu par Messier lui-même, a accordé au groupe une exonération fiscale de 5 milliards de francs.

Actuellement, cependant, le temps de ces petits arrangements et passe-droits se termine. Le cyclone s’est mis à souffler et Messier n’a plus l’étoffe pour manœuvrer. Il devra, comme il l’a promis, accepter de « ne plus se surmédiatiser ». Quant aux Français qui l’ont accompagné dans son aventure - gouvernements, partis politiques, responsables, « grands » de la finance - ils devront se soumettre pieds et poings liés à l’« unilatéralisme » de Wall Street. Ils n’ont fait, à l’Assemblée générale, que gagner du temps.

Mais Wall Street lui-même pratique, sur une bien plus grande échelle, la même fuite en avant que Messier. Vivendi-Universal tombera ainsi avec les vrais « grands » de ce monde et deviendra alors, au plein sens du terme, un Enron franglais. L’on peut ajouter qu’il ne sera pas le seul.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard