X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les écrits de Lyndon LaRouche

La France et l’Allemagne à l’heure actuelle
L’Europe occidentale ne tient qu’à un fil

Déclaration de Lyndon LaRouche, du 19 septembre 2006.

 
La récente crise dans la campagne présidentielle française indique la fragilité de toute l’Europe occidentale et centrale face aux crises stratégiques mondiales, dues, avant tout, au fait que les Etats-Unis ne se sont pas débarrassés du succube qu’est l’administration Bush-Cheney. L’Allemagne tient à un fil, l’économie italienne se berce en attendant l’arrivée d’un croque-mort économique offrant des prix raisonnables, en Europe de l’Est, les anciennes régions du Comecon dépérissent. Le rôle éventuel de l’Allemagne dans la résistance à la catastrophe que nous promet la politique américaine, dépend d’un partenariat avec un gouvernement français, tel qu’à eux deux, ils puissent définitivement dire « non » aux pressions exercées à la fois par le gouvernement Bush et par Londres.

On peut ainsi comprendre la manière dont le président Jacques Chirac a réagi au danger que représenterait l’entrée à l’Elysée d’un successeur proche de Bush, non seulement pour la France, mais pour toute l’Europe occidentale et centrale. Les répercussions de la guerre d’Israël contre le Liban ont suscité des inquiétudes en France, que Jacques Chirac a exprimées, mais ce n’est en fait que le détonateur d’un problème plus vaste et plus profond dont les implications sont existentielles : le comportement du candidat présidentiel Nicolas Sarkozy à Washington, qui présage le pire.

La portée de ces aspects de la crise française est soulignée par les implications de la réélection à Berlin du maire social-démocrate Klaus Wowereit. Sa politique ouvertement anti-industrielle signifie la faillite de la capitale, qui ne pourra équilibrer son budget de manière moralement acceptable tant que l’opposition à la réindustrialisation aura le dessus. Au-delà, tout le pays fait face à une situation économique interne déjà impossible et qui, de plus, va en s’aggravant. Si la France et l’Allemagne sombrent toutes deux, pratiquement aucune économie d’Europe occidentale ou centrale n’échappera à une dépression économique profonde et prolongée, menaçant l’existence même de ces nations.

Ce n’est pas un secret que la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher et la France de François Mitterrand avaient exigé une condition lourde de conséquences stratégiques, en n’acceptant la réunification allemande que si Berlin se désindustrialisait. Le gouvernement de George Bush père accepta cette condition. Les assassinats d’Alfred Herrhausen, le dernier grand banquier dans la tradition de Abs et Ponto, et de Detlev Rohwedder, rendirent cette menace tangible pour les institutions allemandes, et elle le reste aujourd’hui encore. Cependant, si la France et l’Allemagne pouvaient se mettre d’accord sur ce problème dont la cause remonte à ce fâcheux duo (Thatcher-Mitterrand), il serait alors possible de supprimer une condition aussi stupide du point de vue économique.
Depuis un certain temps, plus spécialement depuis le déclin interne aux Etats-Unis, en 2000, la communauté transatlantique et le Japon se trouvent au bord de ce qui risque de devenir le plus grand effondrement monétaro-financier de l’histoire moderne, un effondrement comparable à celui déclenché par la faillite au XIVème siècle d’un des grands « hedge funds » de l’époque, la maison bancaire lombarde des Bardi à Lucca. Six ans après la contestable entrée en fonctions de ce bredouilleur de George W. Bush, Junior, l’administration Bush-Cheney a systématiquement réagi de la pire manière possible à la menace à long terme d’un désastre monétaro-financier mondial. Puisque, en dernière analyse, tout système monétaro-financier n’est que « du papier », le plus grave problème que nous ayons à affronter aujourd’hui n’est pas l’effondrement financier, mais les effets de toute tentative de préserver des valeurs de papier surévaluées aux dépens des valeurs de l’économie physique dont dépendent la vie humaine et son environnement. La négligence du pauvre président Bush face à l’ouragan Katrina illustre bien le problème.

La dette associée aux différentes catégories de « produits financiers dérivés » a atteint des proportions dépassant de très, très loin la vie matérielle des avoirs et équipements physiques existants. Reste à savoir si nous allons détruire l’économie physique des nations dans l’espoir de sauver la valeur nominale d’avoirs financiers, pour la plupart sans aucune valeur, ou si nous allons découpler la masse de ces dettes de jeux sans valeur afin d’instaurer une relation durable à long terme entre les fonds de capitaux financiers légitimes, comme les fonds de pension, et un processus d’investissement et d’emploi réorienté vers la croissance physique, afin d’obtenir un accroissement de la richesse réelle par tête, au niveau mondial.
Pour réaliser une telle réforme, l’Europe a besoin de la coopération américaine, mais si les Etats-Unis refusent cette coopération, ils se condamneront eux-mêmes au désastre.

La fin de l’ère Truman

L’éloge révélateur de l’ancien président américain Harry Truman par le vice-président (comme dans « vicieux » !) Dick Cheney, s’inscrit sur une onde longue de la politique américaine, remontant à l’époque où Truman opéra un brutal revirement sur certains éléments stratégiques décisifs de la politique de son prédécesseur, Franklin Roosevelt. Le président John Kennedy, qui contestait sérieusement l’héritage de Truman à ce moment crucial de l’histoire, fut assassiné et le dossier classé avant même l’ouverture d’une enquête compétente. La guerre du Vietnam, rendue possible par l’assassinat de Kennedy, créa les conditions du démantèlement de l’économie physique américaine, processus lancé par le gouvernement Nixon et poursuivi par les soixante-huitards hostiles à l’industrie.

Derrière les machinations de cercles financiers anglo-hollandais et américains pour éloigner l’administration Truman de la politique de Roosevelt, on ne trouve pas seulement une volonté d’affaiblir les Etats-Unis, mais aussi une sorte de « stupidité honnête » qui persiste à ce jour parmi les principaux cercles financiers et la plupart des professeurs d’économie. Les doctrines d’économie politique, établies pour l’empire nouvellement fondé de la Compagnie britannique des Indes orientales, avaient été formulées par des personnes passionnément ignorantes du BA.ba de toute économie physique, au sens réel du terme. Ainsi, en définissant l’argent comme une valeur en soi, ils firent revivre la tradition vénitienne médiévale. Karl Marx, dont la formation en matière d’économie fut assurée par l’establishment britannique de Haileybury, fit la même erreur, avec ses propres spécificités.

La crise économique mondiale actuelle est due à une politique qui détruit, à dessein, les composants essentiels de la production de richesse réelle, reposant sur le progrès scientifique et technologique. En effet, on estime que l’appauvrissement grandissant des masses populaires, notamment des personnes âgées, est le « prix à payer » pour que quelques-uns puissent s’offrir des plaisirs. En réalité, la seule façon de soutenir la croissance réelle est d’accroître la productivité des travailleurs grâce au progrès scientifique fondamental et d’augmenter la part d’investissements capitalistiques dans l’infrastructure économique de base, par tête et par kilomètre carré de territoire.

Le désespoir des affamés représente la conception véritablement scientifique et physique de l’économie. La science économique est, d’abord et avant tout, une affaire de valeurs physiques. La production de richesse est physique. La productivité est déterminée par des progrès scientifiques et technologiques et par l’augmentation du ratio entre infrastructure économique de base et production.

Aujourd’hui, malheureusement, l’opinion des gens, même dans nos institutions ou nos gouvernements, est plus souvent déterminée par l’idéologie que par la raison. Nous, peuples des Amériques et d’Europe, aurions dû finir par comprendre que les réalisations économiques passées des pays américains reposaient sur l’adoption de la culture européenne moderne remontant à l’influence du Concile de Florence. Mais les bénéfices réalisés dans les pays des Amériques ayant adopté le modèle constitutionnel des Etats-Unis d’avant 1971, tendaient à être plus grands qu’en Europe même. La raison principale de l’avantage relatif des Etats-Unis sur l’Europe, dans la période 1863-1945 et un peu au-delà, c’est que la « vieille Europe » était dominée par l’influence résiduelle des idéologies oligarchiques, incarnées à l’époque par les perversions des Habsbourg et aujourd’hui par le courant libéral anglo-hollandais.

Pour ce qui est du cas de Truman (...), la décadence morale qui s’installa aux Etats-Unis après la mort de Franklin Roosevelt était liée à des traditions culturelles oligarchiques. (...) Bien que l’on puisse trouver quelques exemples de patriotes s’inscrivant dans la tradition dont je me revendique moi-même, comme le président Dwight Eisenhower ou un John Kennedy qui tenta de renouer avec le legs de Roosevelt, les tendances dominantes de la politique économique américaine, depuis la mort de Roosevelt, sont inspirées, axiomatiquement, par la conception oligarchique.

A l’heure actuelle, la crise mondiale qui s’abat sur le monde, et plus encore sur les Etats-Unis, nous donne à choisir : rejeter la tradition oligarchique qui fut ravivée en Europe et aux Etats-Unis après le renversement d’Adenauer et d’Erhard en Allemagne, après les tentatives d’assassinat de Charles de Gaulle et l’assassinat de John Kennedy, ou accepter la ruine relativement imminente de la civilisation dans son ensemble.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard