Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire 16 novembre - Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Brèves

La capitale financière suisse débat de la mise en banqueroute organisée des banques ; LaRouche répond

20 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Le quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung, porte-voix des milieux bancaires helvétiques, affichait samedi à sa Une, la proposition de mise en banqueroute organisée du système financier international. Lyndon LaRouche, qui a avancé cette politique en 1995 et plus particulièrement depuis l’été 2007, a toutefois qualifié d’« insuffisante » la proposition suisse.

Sous le titre « La régulation bancaire a ses pièges ; une procédure de banqueroute globale en débat », le NZZ relate les discussions qui ont eu lieu la veille, lors d’une conférence de haut niveau organisée dans la capitale financière suisse par l’Europa Institut de l’Université de Zürich. Il s’agit surtout des propos tenus par une membre de la Commission fédérale des banques, Eva Hüpkes, également membre du Conseil de stabilité financière (FSB), organisme multilatéral rattaché à la Banque des règlements internationaux et chargé de prévenir tous risques systémiques.

« Une procédure globale de faillite bancaire destinée aux grandes banques réduirait grandement les risques systémiques. Mais une telle procédure de faillite n’est pas réalisable dans le court terme. C’est ce qui a été dit clairement lors d’un séminaire à l’Université de Zurich », lit-on dans les colonnes du NZZ. Mais la procédure de mise en faillite n’est pas politiquement faisable, explique Mme Hüpkes, car les gouvernements y sont opposés. Sur son intervention, le NZZ écrit : « Commençons par le pire des problèmes : au niveau mondial, plusieurs banques sont considérées comme trop grande pour disparaître ; donc elles bénéficient de facto d’une garantie d’Etat. La « solution » de principe est à portée de main : un accord global pour la liquidation ordonnée des grandes banques internationales, afin d’éviter que chaque nouvelle faillite ne menace de déclencher une crise systémique. Cela rendrait superflues les garanties pour les grandes banques. Mais un tel accord global demeure irréaliste à court terme, à cause du manque de volonté des gouvernements nationaux. »

« D’après le dernier rapport du FSB, qu’on le veuille ou pas, les solutions nationales seront appliquées en cas de faillite. D’après Hüpkes, l’on devrait faciliter le démêlement des grandes banques par rapport à ce qui est le cas actuellement : d’un point de vue national, il devrait être possible, d’une manière ou d’une autre, de séparer les activités utiles au niveau systémique – c’est-à-dire le système de paiement ainsi que l’épargne et le crédit – du reste des institutions frappées par la crise. Les points de vues exprimés hier montrent néanmoins que la concrétisation de ce « d’une manière ou d’une autre » va se confronter à des obstacles légaux, politiques et économiques. Un des modèles proposés voudrait que les banques en difficulté commencent par vendre leurs activités utiles au niveau systémique, soit au privé soit aux Etats. »

« Toutefois, avant que de tels modèles ne deviennent réalité, le principal fardeau de la régulation bureaucratique des banques se situe sur les liquidités et les provisions de capitaux (…) Les représentants des banques et des secteurs de recherche ont cependant mis en garde contre des attentes excessives sur les provisions de capitaux ( si la crise est d’assez grande ampleur, même des provisions plus conséquentes n’y feront rien) et du danger de nouvelles incitations néfastes (si le quota de capitaux est trop élevé, les banques pourraient être amenées à prendre plus de risque). »

Notons que lors de cette conférence, se tenant une semaine avant le G20 de Pittsburgh, la question des bonus a été qualifiée de « secondaire ».

Si l’on peut s’étonner de l’émergence d’une telle proposition au cœur même de la finance suisse, Lyndon LaRouche y a répondu que la mise en banqueroute organisée ne pourra se faire que dans le cadre d’un changement de système : « Les politiques de renflouement mises en œuvre depuis septembre 2007, à hauteur de plusieurs dizaines de milliers de milliards de dollars rien qu’aux Etats-Unis, ont rendu impossible toute réforme du système international. Le seul remède efficace consiste à remplacer entièrement le système monétariste. En se basant sur les standards de la loi Glass-Steagall, [*] les gouvernements doivent placer les banques sous protection de la loi des faillites et alimenter l’économie en crédit garanti par l’Etat. C’est-à-dire que l’on remplace le système monétaire par un système de crédit. Les Etats devront ainsi détruire toute forme douteuse de spéculation monétariste. Cette conception inclue de faire marche arrière sur « l’avancée » de l’Euro. »

« Le but doit donc être d’établir un système international de taux de change fixes entre les différentes nations et leurs systèmes bancaires ainsi viabilisés. Tous les vestiges du système de taux de change flottants doivent être éradiqués, et les modèles keynésiens et monétaristes rejetés. Si elle est soutenue par un consortium de grandes puissances, cette politique permettra un redéveloppement de l’économie mondiale et devra ensuite être étendue aux autres nations. »


[*Votée le 16 juin 1933 sous l’impulsion du Président Franklin Roosevelt pour assainir et affaiblir, la loi Glass-Steagall établit une incompatibilité rigoureuse entre les métiers de banque de dépôts et de banque d’affaires. Elle interdit à toute banque de dépôts de posséder une banque d’affaires ou d’acheter, de vendre ou de souscrire à des titres financiers, domaine réservé aux banques d’affaires. Elle a été définitivement abandonnée en 1999, sous l’impulsion du secrétaire au Trésor de l’époque, Larry Summers, aujourd’hui conseiller économique en chef de Barack Obama.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • cb21 • 22/09/2009 - 01:20

    la question se pose de savoir s’il n’est pas maintenant du ressort des populations de provoquer des changements fondamentaux que les politiques ne pourront certainement pas initier.

    La démocratie est un parterre de pavés auto-bloquants , chacun y a sa place , chacun y est coincé.

    face a la complexité et aux défis qui s’annoncent aucune politique ne peut intervenir car la politique est devenue une gestion empirique au jour le jour des affaires de la nation.

    Dans les situations telles que celles qui vont maintenant se présenter seuls des tremblements severes peuvent forcer la main du destin

    Répondre à ce message

  • le roseau • 20/09/2009 - 18:59

    J’aimerais savoir si les Américains se posent la question sur le rôle joué par Goldman sachs ? Tous les conseillers des Présidents des US viennent de cette banque, c’est le loup ds la bergerie.Ils influencent le président sur les lois à voter et la bque cherche les failles ds le nouveau marché crée par le gouvernement.Après les produits dérivés, des CDO, il faut s’attendre aux taxes sur le carbone.La montée des prix sera imposée par le gouvernement, l’impôt sur le carbone sera bâti de telle façon que des intérêts privés, GS, en collecteront le produit.Ca permet à la bque de capter l’argent du contribuable avant même qu’il soit collecté.
    Dormez bonnes gens GS veille sur vous.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard