X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

La plus grande arnaque de tous les temps ou le cadavre puant du système financier


par Jacques Cheminade


Ajoutant le ridicule à l’ignominie, voici que l’ancien patron du Nasdaq, le marché des valeurs technologiques américaines, se révèle être l’auteur de la plus grande arnaque de tous les temps. Bernard Madoff a trompé ses clients et perdu une somme de plus de 50 milliards de dollars, ce qui ramène Jérôme Kerviel au rang de garçon de courses de province. Le montage était-il particulièrement génial ou sophistiqué ? Le pire c’est que ce n’est pas le cas : il s’agit du bon vieux « schéma de Ponzi », une escroquerie à la pyramide ou à la chaîne. Auquel, et c’est le plus grave, se sont laissé prendre les plus grandes institutions financières de la planète, alléchées par la folle promesse d’un rendement mensuel très élevé, alors que les Bourses, elles, affichent une baisse de 50% depuis le début de l’année. Mieux ou pire encore, l’organisme de contrôle de la bourse américaine, la Security and Exchange Commission, n’a « rien vu venir », malgré de nombreuses alertes portées à sa connaissance.

Cette « défaillance systémique absolue » des autorités prouve trois choses. La première est que la proverbiale « magie des marchés » n’est qu’une vulgaire croyance à la magie, avec une perte totale des repères réels. La seconde est que l’escroc n’avait que des clients crédules et stupides. La troisième, que ce n’est pas seulement l’affaire de M. Madoff qui se trouve en cause, mais tout le système financier et monétaire qui, techniquement, psychologiquement et moralement, a pu laisser passer un tel « schéma ». Ce système est lui-même fondé sur une multiplication de bulles, dont celle des subprime n’aura été qu’un maillon faible de la chaîne, et il obéit à la même logique et est de même nature, à quelques complications près, que le montage artisanal de M.Madoff. Ce n’est pas son montage qui est la plus grande arnaque de tous les temps, mais l’accumulation globale et vertigineuse de crédits et de dettes : la somme des transactions interbancaires mondiales sur un an dépasse les deux millions de milliards de dollars, et le total des produits financiers dérivés à un moment donné sur les marchés non réglementés s’élève à environ 700000 milliards de dollars. Or le Produit intérieur brut du monde, y compris les services, n’atteint qu’un peu plus de 50000 milliards de dollars. Hier on appelait cela un effet de levier, qui permet d’élever magiquement des pyramides virtuelles sans socle, aujourd’hui il s’agit de l’empilement de dettes d’un mort-vivant, qui ne pourront de toute évidence jamais être remboursées. M.Madoff n’est donc lui aussi, comme M.Kerviel, qu’un révélateur du mode d’opérer d’un gang de bien plus haute volée, dont le conglomérat d’intérêts s’étend depuis la City de Londres et Wall Street au monde entier, en passant par les principaux paradis fiscaux qui en sont l’émanation. Il s’agit, car à toute action humaine il y a un élément subjectif, bel et bien d’une conspiration prouvée par les faits, de nouveaux Père Ubu déterminés à confisquer le pouvoir par le recours infini à des pompes à phynance, et même les esprits nourris de conceptions mécanistes commencent à l’admettre en constatant que l’extraction de valeur concerne leur portefeuille.


Le Schéma de Ponzi

L’arnaque est simple : c’est, en mieux enrobé, le principe même de la pyramide des mafieux albanais (1997) et des criminels colombiens (2008). Car la loi de la jungle est partout la même. On fait valoir aux investisseurs que leur argent leur rapportera beaucoup parce qu’on a les bonnes informations, le savoir-faire et un carnet d’adresses. Ils apportent leur argent et au fur et à mesure des nouveaux apports, on sert aux premiers des taux d’intérêt élevés en leur distribuant l’argent des seconds, et ainsi de suite. Les premiers, très satisfaits, font la publicité du système et en attirent d’autres. En même temps, on investit une partie en bourse avec des effets de levier énormes, plusieurs fois la mise ! Et tout va bien tant que le marché monte et que personne ne réclame son argent. La pyramide s’élève. Mais à un moment donné les nouveaux fonds n’arrivent plus, les clients ont des difficultés, surtout si la bourse et les opérations immobilières s’avèrent elles-mêmes désastreuses. Ils réclament alors le retrait de leurs fonds, ceux-ci se sont évaporés et c’est la chute !

La « titrisation » des créances hypothécaires obéit en fait au même principe. On fait des titres avec des paquets de créances plus ou moins douteuses, qu’on revend à d’autres. Les créances se transforment ainsi en actifs qui circulent. Comme on sait qu’il y a risque, on se garantit. Et on crée les fameux credit default swaps, ou contrats d’échange de risques de défaut : dès lors, on fait circuler un titre représentant le risque. On finit ainsi par parier, en empruntant, avec des effets de levier d’au moins cinq fois sa mise, sur la mort prochaine des autres. Et c’est finalement tout le système qui meurt ! Avec la même logique que le schéma de Ponzi, un escroc des années 1920.

On en est là. Et pour sauver le système, on renfloue les banques avec l’argent des contribuables, l’Etat avale leurs effets toxiques en empruntant sur les marchés pour se procurer de quoi le faire. Dans un premier temps les prêteurs sont heureux, car en période de crise, la garantie de l’Etat (bons du Trésor) est précieuse. Ainsi, l’Etat se procure des ressources à faible coût : le 8 décembre, des bons du Trésor américains à trois mois ont même été pris avec un taux légèrement négatif. Puis l’Etat prête à un taux très modéré aux établissements financiers, qui font avec cet argent toutes sortes de choses : prêter à d’autres avec un taux encore plus élevé, nourrir des actionnaires avec des dividendes, boucher les trous qu’ils ont accumulés, mais pas financer l’économie réelle et la production, et surtout pas les PME ! L’arnaque fonctionne à plein, d’autant plus que les Etats demandent aux banques d’affaires, qui « disposent du savoir-faire nécessaire pour jouer cette partie du Monopoly de la finance », de les conseiller… pour sauver les banques ! Les soins financiers de fin de vie deviennent ainsi une bonne affaire… pour les banques. Pas pour les Etats qui, à force d’avaler des effets toxiques, vont se ruiner et ruiner leurs monnaies, ni pour l’économie réelle qui s’effondre, sans parler de l’avenir des êtres humains.


Nouvelle délinquance économique

Dans ce contexte de tricherie et d’escroquerie devenues intrinsèques au système, la morale publique s’effondre et chacun, voyant les arnaqueurs impunis et leurs folles créances défendues par les Etats, cherche à « s’arranger ». Ainsi la criminalité des seniors a doublé en cinq ans au Japon, certains sont des veufs qui commettent des crimes pour aller en prison et manger trois fois par jour, ce qu’ils ne peuvent plus faire avec des retraites en peau de chagrin. La piraterie moderne développe ses bases en Somalie, en Indonésie et au Nigéria. Les pêcheurs ruinés du Putland somalien attaquent les bateaux, et ceux qui ont perdu leurs ressources au Sénégal vendent leurs pirogues à des passeurs qui gèrent le trafic d’êtres humains. En Grande-Bretagne, des gangs de braconniers font la chasse à la viande sauvage et pillent les élevages de moules. Chez nous, des centraux téléphoniques ont été dépecés de leurs fils de cuivre, des rails de chemin de fer déboulonnés et des plaques d’égout volées. A la délinquance des financiers correspond ainsi une délinquance nouvelle des marginalisés, qui n’est pas seulement le trafic de drogue dans les banlieues et le showbiz.

Ici apparaît donc plus crûment la nécessité d’une banqueroute organisée pour dégager le terrain et permettre à des flux d’argent, dans un système de crédit public et non de monétarisme pilleur, d’irriguer de nouveau l’économie réelle et de tarir la délinquance à la source.

Voir les 13 commentaires

  • grossel • 27/12/2008 - 15:52

    Cette arnaque touche c’est-à-dire fait perdre beaucoup d’argent à des gogos : particuliers comme Liliane Bettencourt, plus grosse fortune de France, associations ou fondations comme celle d’Élie Wiesel, cinéastes producteurs comme Steven Spielberg, banques comme Natixis. Cela provoque le suicide d’un des prêteurs à Madoff : Thierry de la Villehuchet pendant qu’un autre banquier, Romain Zaleski s’en sort in extrémis.
    Mon banquier, plutôt mon conseiller financier, était persuadé que Natixis investissait dans l’économie réelle. Il n’en était rien et il a peu de nouvelles de sa banque pourtant coopérative, mutualiste sur ce qu’elle a décidé de faire des responsables de la gestion désastreuse de Natixis et sur ce qu’elle compte proposer à tous ceux qui se sont laissés gruger par les gentils conseillers, grugés par leur directeurs, grugés par leurs traders, grugés par leurs formateurs à Polytechnique, grugés par leur croyance en l’innocence des mathématiques et des techniques.
    Plus je pense à ce système et plus je pense que c’est un "piège" général (ce n’est sûrement pas le bon mot ; il faut essayer de trouver celui qui convient le mieux pour désigner cette pyramide transversale et verticale).

    • Radagast • 22/02/2009 - 06:53

      Un mot,je ne sais pas,mais une abréviation,le général de Gaulle en avait une qui conviendrait parfaitement en cette occurence : P A C ......

    Répondre à ce message

  • yv • 21/12/2008 - 00:08

    Je suis piètre historien mais je crois que jamais dans l’histoire on n’a vu une situation aussi pourrie se terminer autrement qu’en guerre, révolution ou les deux. J’ai peine à croire que ceux qui dirige le monde disent : OK les gars, ont s’est plantés, on se retirent, à vous de jouer et bonne chance ! Comment peut on espérer s’en sortir sans un cataclysme planétaire ? Y a t’il des pistes ?

    • matière invisible • 27/12/2008 - 11:00

      Pour éviter que la situation empire en chaos planifié, il existe un puissant outil : INTERNET pour diffuser l’information et informer monsieur et madame tout le monde.

    Répondre à ce message

  • abcd • 16/12/2008 - 21:40

    Qu’est-ce qui empêcherait la conduite d’un débat retransmis avec comme participants des représentants de l’état - plus ou moins élevés - et quelqu’un capable de présenter les choses aussi clairement que dans cet article ?
    Comment mettre sur la scene publique et médiatisée la force et la clarté de tels raisonnements ?

    Quiconque sera capable de comprendre ces notions ...
    Quelqu’un en a t’il une idée ? M. Cheminade, doit-on attendre la prochaine campagne présidentielle ?

    • Christophe Paquien • 16/12/2008 - 22:19

      Ce qui empêcherait ce genre de débat, c’est la bêtise et rien d’autre.

      Oui, on a des hommes politiques avec beaucoup de problèmes, mais si dans le lot il y a un ou deux sérieux, ça peut se faire. Ça demanderait aussi un minimum d’égo et un maximum de dévouement pour des hommes qui devraient prendre le risque de se mesurer à Mr <Cheminade.
      En même temps De Boissieu l’a déjà fait...

    • Christophe Paquien • 16/12/2008 - 22:29

      Cheminade.
      En même temps De Boissieu l’a déjà fait...

    • abcd • 16/12/2008 - 23:08

      Oui, merci, effectivement : sur france24.
      Aucune grosse télé ni papier disposés à prendre le risque de tels messages, certainement. Il y a la télélibre, qui passe sur internet, je ne connais pas leur taux d’audience, moins que F24...? ni s’ils sont interessés par ce thème ... fondamental. Il faut bien qu’on arrete cette affreuse affaire, par quel bout la prendre pour y arriver proprement !

    • Serge Hudon • 17/12/2008 - 11:52

      Donnez leur du pain et des jeux afin qu’ils oublient qu’ils ont faim.( Jules César)
      Ce sera toujours ainsi et les humains n’ont aucun intéret à autre chose.Le problème c’est eux et non ceux qui les dirigent.....dans leur enclos social.
      Que faire pour les autres à coté de l’enclos comme vous et moi....mettez vous à l’abri autant que faire se peut... La ménage de la maison se fait quand elle est sale..jamais avant.Même chose pour la paix qu’elle soit social, économique ou autre....elle vient nous visiter seulement APRÈS. Hélas,
      Serge Hudon, Montréal

    • Jcm • 18/12/2008 - 16:00

      En accord avec l’ensemble des réponses rapportées dans les autres messages.
      Il est très intéressant de faire l’expérience de votre question : posez simplement la problématique à votre entourage proche : interpeller vos proches sur un ou deux points essentiels.
      Malheureusement, en espérant me tromper, vous devrez rapidement faire le constat que cela n’intéresse personne pour le moment...
      La raison est simple et logique : les citoyens qui vous entourent n’ont qu’une seule préocupation : leur ego ... Vous pourrez intéresser ces individus seulement lorsqu’ils auront étés violement touchés par les effets de la crise. Il faut donc se préparer dans la solitude et ne jamais perdre espoir. Dans 6 mois par contre, il sera intéressant de se repositionner ...

      Bon travail à tous,
      Jcm.

    • abcd • 18/12/2008 - 22:11

      Merci pour ces réponses à la fois "décourageantes", "encourageantes", mais aussi "éclairantes" car oui : la problématique nous nous la posons entre quelques collègues de travail, et toutefois : c’est quand même bien la surprise que l’on déclenche au cours de nos discussions, et la prise de conscience des mécanismes. Je pense quand même que plein de gens sont capables de comprendre tout de suite. Personnellement ce que je trouve le plus frappant c’est deux choses : la nature très visible de la futilité des débats sur les épiphénomènes qui sont les conséquences de l’arnaque de base, et le dévoilement de plus en plus net des collusions de toutes sortes. Certains articles/émissions de télé grand public semblent rentrer de plus en plus dans ces thèmes... les journalistes pourront/voudront-ils continuer ?

      En tout cas, bravo pour vos actions et publications qui me laissent assez admiratifs !

    Répondre à ce message

  • sado-madoff • 16/12/2008 - 10:50

    Subprimes et Madoff : des prêts jumeaux...

    Voir aussi :

    Subprimes, Madoff... les boomerang sur le retour

    • Chibani84 • 18/12/2008 - 15:10

      Pour illustrer la dernière partie de l’article l’Association des Sociétés financières publie sur son site l’impact du plan de relance et de refinancement de Sarkozy. On voit bien que les 320 milliards de garantie et les 40 milliards de recapitalisation n’ont aucun effet par rapport aux résultats attendus. Par contre ces sources de refinancement continuent d’alimenter d’autres opérations y compris spéculatives.
      http://www.asf-france.fr/asfstatistiques/indexoui/dcfep200810.pdf

      La stratégie de l’avion suicide.... Je ne vais pour ma part pas pleurer sur la prochaine débâcle... Sauf qu’au passage les vraies victimes ou tout au moins celles qui vont en subir le plus l’impact vont être les plus démunis...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard