Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire 16 novembre - Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Brèves

LaRouche : « Mobilisons-nous contre la rapacité des spéculateurs »

31 mars 2009 (LPAC) — Le 21 mars, lors d’une conférence à Washington, relayée par internet et suivie dans de nombreux pays, l’économiste américain Lyndon LaRouche a fustigé les « plans de relance » proposés par le nouveau gouvernement américain, soulignant que le Président Obama dispose de très peu de temps pour revenir sur ces décisions désastreuses, avant que la colère des citoyens américains ne se retourne contre lui.

Après avoir reconnu le bien-fondé de bon nombre de critiques formulées récemment par l’économiste de renom James K. Galbraith, Lyndon LaRouche a approfondi les principes fondamentaux de l’économie physique, s’adressant directement aux conseillers économiques de Barack Obama, dont certains étaient à l’écoute.

LaRouche appela alors au limogeage du directeur du Conseil économique national de la Maison Blanche, Larry Summers, un monétariste notoire, tout en fustigeant les modèles statistiques utilisés par cette école qui fait l’impasse sur les processus dynamiques de l’économie réelle.

D’autres économistes appartenant à un groupe chargé de conseiller l’administration Obama ont à leur tour posé des questions. L’un d’entre eux, favorable à la mise en œuvre d’une procédure de banqueroute ordonnée, demanda si une telle mesure suffirait à remédier aux profonds dysfonctionnements du système. En guise de réponse, LaRouche rappela la proposition qu’il avait faite en juillet 2007, au moment de la prétendue crise des subprimes, visant à geler les saisies de logement et assurer le bon fonctionnement des services essentiels des banques commerciales, en les mettant en redressement judiciaire sous protection du gouvernement fédéral. « Si cette politique [loi de protection des propriétaires de logement et des banques accréditées] avait été adoptée dès septembre 2007, les Etats-Unis auraient évité le désastre. Nous aurions certes des problèmes, mais ils seraient gérables. »

Ce sont les critères de la loi Glass-Steagall, dressant une « muraille de Chine » entre activités de dépôt courantes, parfaitement viables, et « titres toxiques » hyperspéculatifs, qu’il faut appliquer aujourd’hui, estime LaRouche. Seul l’Etat peut le faire. La population est furieuse, avertit LaRouche, à cause de l’argent qu’on lui vole pour sauver des banques pourries. Le nombre de citoyens américains qui sont prêts à lyncher les coupables grandit de jour en jour.

Comme en temps de guerre, « il faut une mobilisation pour défendre les Etats-Unis contre la rapacité » des spéculateurs. Mais il faut aussi « respecter un autre principe de l’art de la guerre : le commandant doit rester en poste, il n’a pas le droit de flancher ni de revenir sur ses décisions, même si elles ne plaisent pas à certains ».


(Extraits)

{{}}

Lyndon LaRouche : Je vais faire une présentation très construite, parce que nous approchons d’un moment de rupture dans l’histoire, qui peut aboutir à un changement positif ou, au contraire, négatif. Vous êtes nombreux à objecter que je devrais employer un langage plus simple pour me faire comprendre ! A ceux-là, je répond : « Dans ce cas, fermez-la et laissez à d’autres le soin de prendre les décisions. » Parce que cette crise exige certaines compétences techniques. L’enjeu est une réorganisation de l’ensemble du système financier et économique mondial. Si c’est trop compliqué pour certains, qu’ils se taisent.

Pour préparer le terrain de la discussion, je commencerai par aborder un point important : la déclaration faite par James K. Galbraith, le fils du célèbre conseiller de Kennedy [John Kenneth Galbraith]. Bien que d’autres aient déjà traité les sujets qu’il aborde dans son article, « Une crise hors norme », publié dans le Washington Monthly, il est le seul à en parler publiquement. D’où la pertinence de commenter ses propositions.

Je voudrais commenter en particulier dix points de ce texte. D’abord, à propos des conseillers économiques de la Maison Blanche, il écrit que « les carences de leur programme ne peuvent être imputées à l’incompétence (…) Au contraire, si des lacunes existent, elles proviennent probablement de ce que les économistes sortent tous du même moule et partagent les mêmes formations. Bref, elles résultent des limites de leurs idées. »

C’est parfaitement vrai. Les gens qui (…) ont pris ces décisions sont collectivement incompétents, parce que leurs évaluations se basent sur leur expérience et leur éducation passées, alors qu’elles ne sont pas adaptées à la situation actuelle, qui est sans précédent ! Personne n’a vécu le genre de problème auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. Par conséquent, ils ne sont pas compétents pour prescrire un remède. (...)

Le deuxième point qu’il soulève, je cite, c’est que « la conviction profonde de l’économiste moderne veut que l’économie soit un système qui s’auto-stabilise ».

{}

Exact. En fait, il n’existe pas de stabilité inhérente, ni facteur stabilisateur dans l’économie mondiale ou l’économie américaine. Ce qui se passe nous révèle que la compétence et l’expertise font cruellement défaut dans les formations universitaires. C’est pourquoi nous n’obtenons pas les bonnes réponses de la part des conseillers au pouvoir.

Troisièmement, en ce qui concerne l’ampleur des plans de relance, il écrit que « si la reprise n’est pas inscrite dans les gènes du système, alors les prévisions seront trop optimistes et les mesures de relance décidées en fonction d’elles seront insuffisantes. »

{}

C’est juste. Nous avons affaire à un effondrement financier mondial, qui arrive à un point d’inflexion où l’injection de liquidités pour renflouer le système ne peut qu’engendrer une hyperinflation comme celle qui dévasta l’Allemagne en 1923. Nous vivons une période semblable au printemps de 1923, après les tentatives inflationnistes de renflouer le mark allemand, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Nous sommes arrivés à un point comparable, mais à l’échelle planétaire.

Il n’existe aucune disposition dans le système monétaire international, tel qu’il est organisé aujourd’hui, capable d’empêcher la désintégration générale de toute l’économie mondiale. Cela provoquerait un effondrement civilisationnel dans le monde, à tel point que d’ici une génération et au-delà, la population de la planète passerait des 6,5 milliards actuels à moins de 2 milliards ! Voilà toute la dimension de la crise.

Quatrième point, « le Congressional Budget Office (CBO) ne s’attendait pas à ce que la récession actuelle soit pire que celle de 1981-82, la plus grave de l’après-guerre. Ensuite, le CBO s’attendait à un renversement de tendance à partir de la fin de cette année, avec un retour à la normale vers 2015, même en l’absence d’action de la part du Congrès. »

Il a raison, c’est une idiotie. Mais attendez d’avoir entendu les autres extraits.

Cinquièmement, « le modèle du CBO repose sur l’expérience d’après-guerre, et de tels modèles ne peuvent prévoir des situations plus graves que celles que nous avons déjà connues. Si nous sommes confrontés à un déclin pire que celui de 1982, nos ordinateurs ne nous l’indiqueront pas, et ce sera la surprise. Et si l’effondrement est destiné à s’éterniser, les ordinateurs ne nous le diront pas non plus. Au cœur du modèle du CBO, il y a un "taux de chômage naturel" de 4,8% ; quoi qu’il arrive, ce modèle ramène l’économie à cette valeur. Dans le monde réel, cependant, il n’y a aucune raison de croire qu’il en sera ainsi. »

A ce point, le témoignage de Galbraith devrait être clair. Ces conseillers économiques de la Maison Blanche font, systémiquement et implicitement, une erreur de jugement fatale. [Le directeur du National Economic Council] Larry Summers devrait, à mon avis, probablement être écarté. Quant [au secrétaire au Trésor Tim] Geithner, il devrait pouvoir agir, avec le niveau intellectuel qui est le sien, sans être soumis aux pressions qu’il subit actuellement. Dans ces conditions, je pense qu’il pourrait être efficace dans l’administration. Mais Summers doit partir, parce qu’il est incompétent aussi dans ses relations avec les autres. En outre, nous devons construire autre chose avec un minimum de remous et un maximum d’avantages.

Sixièmement, Galbraith attaque la méthode du consensus à tout prix : « Cette procédure [du CBO] garantit un résultat se situant à peu près au point médian des opinions dans la profession. La méthode serait utile si les erreurs commises par les économistes n’étaient pas systématiques. Mais elles le sont. Les économistes constituent un groupe prudent et dans toute situation extrême, ce point médian des opinions professionnelles sera forcément erroné. »

Il n’y ni principe ni compétence. On essaie de tester les opinions autour de nous pour trouver un juste milieu. On négocie par ci, par là, pour aboutir à une solution – viable ou non, puis on dit « c’est le mieux qu’on puisse faire ».

Septième extrait : « Le plan initial était marqué par le désir de la nouvelle équipe d’en finir avec cette crise et de revenir aux problèmes connus de leur vie écoulée. Pour ces protégés de Robert Rubin, dont plusieurs sont des vétérans de son"Hamilton Project", un parti pris décisif concerne le déficit budgétaire et ce qu’ils appellent le "problème des droits sociaux". Dans le jargon de Washington, cela veut dire sabrer les retraites et l’assurance maladie, ouvrir de nouveaux marchés pour les fonds et assurances privées, le tout noyé dans un fleuve de charabia sur les "déficits à long terme". »

Huitièmement, « L’aspect le plus bizarre du programme de Geithner » – pour ma part, je ne lui attribue pas la responsabilité de ce programme, on le lui a imposé – « c’est qu’il fait comme si la crise financière n’était pas une crise authentique, une menace économique intégrée à long terme, mais simplement la connexion de deux problèmes, liés et temporaires, l’un dans le système bancaire, l’autre au niveau de l’emploi. »

{}

Autrement dit, c’est la mentalité de vouloir « réparer » les choses. On fait ce qu’on a appris à faire, que ce soit à l’université ou dans sa vie professionnelle. Or la situation actuelle est sans précédent. La dernière fois qu’une telle crise a sévi, c’était au XIVème siècle, lors du « nouvel âge des ténèbres ». (...)

{{}}

Neuvième extrait : « Bref, si nous assistons à un véritable effondrement des finances, nos modèles ne serviront à rien. Il conviendrait alors de remonter au-delà de l’après-guerre, jusqu’à l’expérience de la Grande Dépression. Ceci ne peut se faire qu’à l’aide d’une analyse qualitative et historique. Nos modèles numériques modernes ne saisissent tout simplement pas l’aspect central de cette crise, qui est justement l’effondrement du système financier. »

{}

Le dixième point que j’ai souhaité évoquer, où Galbraith récapitule les succès incontestables du New Deal de Franklin Delano Roosevelt, est significatif parce qu’il répond à une relance du fascisme aux Etats-Unis. L’une des plus acharnées contre FDR est Amity Shlaes, dont les écrits sont supposés faire autorité, appuyée par l’American Enterprise Institute (AEI), une dangereuse pépinière du courant néo-conservateur.

J’ignore à quel point James Galbraith est conscient de ces liens avec le fascisme. Mais nous en avons des preuves. L’American Enterprise Institute est un écho d’une organisation qui soutenait le parti nazi dans les années trente. Nous assistons aujourd’hui à la réactivation de ce mouvement. Voilà ce que Obama doit affronter.

D’où l’importance de ce dixième point que j’ai relevé. Roosevelt était attaqué par un mouvement fasciste pro-nazi aux Etats-Unis, l’American Liberty League. Après l’attaque contre Pearl Harbor, le nazisme n’ayant plus la cote aux Etats-Unis, les fondateurs de ces organisations fascistes cherchèrent une nouvelle façade. Ils s’installèrent donc dans de nouveaux bureaux, avec de nouvelles enseignes, si bien qu’aujourd’hui, certains groupes de réflexion ultra-conservateurs et une partie des grands médias, qui sont au service d’intérêts britanniques, sont en réalité de nouvelles moutures des organisations fascistes d’avant Pearl Harbor.

Pour creuser le sujet : focus

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard