Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Brèves

LaRouche : comment sauver l’Europe


Par Lyndon LaRouche


Un véritable historien de la civilisation américaine n’éprouve aucune difficulté à distinguer entre, d’une part, le principe constitutionnel des Etats-Unis, connu comme étant celui d’unsystème de crédit, incorporant les prémisses de la loi Glass-Steagall [adoptée par Roosevelt en 1933], et d’autres part, les principes monétaristes dont les racines profondes remontent à l’Empire romain, à l’origine de l’usure, base du monétarisme, qui s’est répandue ultérieurement à l’ensemble de l’Europe.

Communiquer la vraie nature de cette distinction à un Européen éduqué n’est pas difficile. [Le banquier allemand] Herman Abs, par exemple, démontra sa compréhension de ce principe en concevant les politiques de crédit à l’origine du miracle économique allemand après-guerre.

Comme on le disait autrefois, à une époque où c’était encore habituel de se moquer des vicissitudes de la vie, les Américains et les Britanniques sont séparés par une langue commune.

Dans un système monétariste, la notion de valeur économique employée pour définir les politiques publiques s’inscrit purement au sein de la notion monétaire en tant que telle. A contrario, pour le Système américain [d’économie politique], mis en œuvre par les pionniers de la Baie du Massachussetts, ainsi que sous la Constitution de la République américaine, la valeur économique repose sur l’émission de crédit au service du perfectionnement des capacités productives du travail, mesurable par habitant et par unité de surface.

C’est bien là que se situe la différence fondamentale, systémique, entre les systèmes européens actuels, basés sur la tradition monétariste héritée des reliques de l’Empire romain (c’est-à-dire Byzance, « l’ancienne » et ensuite Venise, la « nouvelle » suivies par l’Empire britannique). En d’autres termes, le Système américain, qui trouve son précédent dans la charte de la Colonie de la Baie du Massachussetts, est fondé sur l’idée d’un système de crédit, à mille lieux de cet héritage romain qui prévaut toujours, avec l’hégémonie actuelle de l’Empire britannique, et ses satellites dans la zone “euro”.

L’ironie du sort est que par cette domination britannique, surtout depuis l’imposition de l’euro à l’Allemagne par l’édit impérial émis par Margaret Thatcher, François Mitterrand et George H.W. Bush, l’émission monétaire prévaut, sans considérer son rôle dans l’économie physique.

Pour ceux qui sont versés dans les questions historiques, l’Europe actuelle est toujours sous le joug d’un Empire romain dont les méthodes de gestion se sont métamorphosées, passant de la Rome antique à Byzance, de la Venise d’Aristote à celle de Paolo Sarpi et de la tradition de ce dernier aux versions modernes de nouvelle Venise du libre échange qu’est la monarchie impériale britannique aujourd’hui. Ainsi, le principe impérial du monétarisme emprisonne l’Europe (et d’autres parties du monde) par une forme monétariste de gouvernance impériale s’imposant sur les sujets de tel ou tel Etat-nation particulier.

Pour indiquer la nature d’une solution à cette crise mondiale, prenons le cas, à première vue sans espoir, de la faillite actuelle de l’Angleterre.

La raison pour laquelle les Britanniques, même avant les élections de mi-mandat du 2 novembre, ont menacé les Etats-Unis, en faisant savoir qu’ils considéreraient comme un casus belli tout retour américain à la loi Glass-Steagall, vient du fait que si les Etats-Unis refusaient de mourir en adoptant ce type de législation, le système monétariste international britannique s’effondrerait.

En effet, un tel choix de la part des Etats-Unis impliquerait la faillite retentissante du système du Commonwealth britannique, en particulier l’effondrement de son système bancaire lui-même. En vérité, il n’existe aucune possibilité pour que le système impérial britannique élargi, dont le groupe bancaire Inter Alpha est l’épine dorsale, survive.

Bien entendu, l’idée de maintenir en vie un tel empire, pérennisé par la création et le développement du groupe Inter Alpha, ne devrait même pas effleurer nos esprits. Cependant, ceci n’implique pas que nous devions nous abstenir de soutenir le sauvetage du Royaume-Uni, une entité bien distincte de cet Empire britannique associé au groupe Inter Alpha.

Comment ? Très simplement : le Royaume-Uni, en tant qu’Etat-nation, et l’Empire britannique, n’ont même plus l’espoir que leur système impérial puisse perdurer avec le groupe Inter Alpha. Pour cela, le pays devrait entamer une réorganisation de son système bancaire afin de mettre en place un système de crédit fondé sur les principes mis en œuvre par la loi Glass-Steagall aux Etats-Unis.

Comprendre le principe d’un système de crédit est essentiel pour toute réforme mettant pleinement en œuvre et sous forme d’un système bancaire commercial de type Hamiltonien, par le haut, l’intention de principe contenu dans la Constitution américaine.

Le remède

Considérons un instant le potentiel d’une reprise économique britannique à partir de la faillite d’Etat menaçant actuellement le Royaume-Uni, ceci du point de vue du principe sous-jacent qui a permis de bâtir les Etats-Unis, c’est-à-dire la notion d’un système de crédit, en opposition avec la tentative hyper-inflationniste folle visant a maintenir le système monétariste actuel.

En premier lieu, tirons une leçon des accomplissements de Charlemagne.

Parmi les nombreuses réformes qu’il lance, la plus importante concerne le développement d’un système de crédit visant à désenclaver le continent en reliant entre eux la plupart des grands fleuves et les ensembles ripariens du territoire dont il avait la charge, grâce à un ingénieux système de canaux de jonction qui restent l’un des traits essentiels de la civilisation européenne et au-delà. C’est une politique de grands travaux, comme celle de Charlemagne, celle de la Tennessee Valley Authority (TVA) de Franklin Roosevelt ou encore celle, la plus vaste de l’histoire, du projet NAWAPA, qui représente des plateaux dans le progrès de l’économie physique. Une politique publique de grands travaux, servant de socle aux entreprises privées afin d’obtenir des gains de productivité dans l’agriculture et dans d’autres secteurs de l’économie physique, a toujours été la base d’un meilleur niveau de vie général.

La façon appropriée d’obtenir de tels progrès se situe dans la promotion du progrès scientifique et technologique des capacités productives du travail, par habitant et par unité de surface. En retour, ces progrès fournissent la base pour des investissements qui ont plus de valeur pour la nation que leur coût net physique. C’est la longue tendance à l’accroissement de la densité des flux d’énergie, sur laquelle repose l’augmentation de la croissance de la valeur physique du crédit productif public, qui constitue le facteur d’accroissement net en termes de productivité physique, par habitant et par unité de surface.

De tels accomplissements, qui dépendent d’un système de crédit productif public, plutôt que d’un système monétariste, représentent le facteur physique dont dépend l’existence d’un système de crédit national performant. Historiquement, ce qui a permis aux Etats-Unis de prospérer, c’est l’existence d’un système doté d’une Banque nationale, fournissant les moyens d’opérer aux banques commerciales locales, plutôt qu’un système spéculatif dejeux, à la Wall Street.

En pratique, cela veut dire que si le Royaume-Uni désire survivre aux conséquences de sa folie, il devrait asseoir sa croissance interne sur un système de crédit productif public, clairement défini par l’équivalent d’un système de crédit public régulé.

La marge de succès de cette démarche dans le long terme, sera le degré de sa participation à l’augmentation du niveau de vie et à la productivité de l’économie physique, c’est-à-dire sa participation à de grands travaux semblables au projet américain NAWAPA. Il s’agit avant tout d’améliorer la qualité de la production et la vie des peuples, non seulement en Europe et aux Etats-Unis, mais également en Afrique, en Asie et en Amérique du sud.

La création d’un système global de parités fixes entre les devises des différents systèmes de crédit public des républiques souveraines qui y prennent part, est le moteur indispensable pour réussir ce type d’effort.

Ainsi, c’est la hausse du niveau de vie des habitants du Royaume-Uni, par exemple, qui défini le principe d’un système global de crédit productif public entre Etats-nations parfaitement souverains. Voilà ce qui est aujourd’hui non seulement un espoir pour l’humanité, mais constitue à l’heure actuelle le seul espoir pour chacun et chacune des parties de l’humanité.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • petite souris • 06/02/2011 - 14:25

    C’est une politique de grands travaux, comme celle de Charlemagne, celle de la Tennessee Valley Authority (TVA) de Franklin Roosevelt ou encore celle, la plus vaste de l’histoire, du projet NAWAPA, qui représente des plateaux dans le progrès de l’économie physique.
    Une politique publique de grands travaux, servant de socle aux entreprises privées afin d’obtenir des gains de productivité dans l’agriculture et dans d’autres secteurs de l’économie physique, a toujours été la base d’un meilleur niveau de vie général.

    Que nos "dirigeants européens" enfin, ceux qui ont les postes et les fonctions de dirigeants puissent lire ces phrases, les comprendre, s’en imprégner, et les mettre en œuvre, pour le bien commun.

    Que ceux qui ont un ego démesuré, agissent vite et bien dans ce sens, ils resteront dans l’histoire !!!

    Il leur suffit d’avoir du courage politique... et de ne pas être vulnérable aux yeux de cet empire financier ....

    Vaste sujet et Vaste programme ! Hi ! Hi ! Hi ! Hi !

    • Bruno LARDOUX • 18/02/2011 - 23:35

      Je ne pense pas avoir un ego démesuré, et j’agis dans ce sens au sein de la Commission Economie du Modem.

      Si je me suis séparé de Solidarité et Progrès, c’est du fait de deux stratégies différentes : casser l’Euro, ou le conserver en réformant les institutions le contrôlant ?

      J’ai choisi la deuxième option, mais je considère M. LaRouche comme un grand penseur de notre temps. Je ne suis pas toujours d’accord avec lui, surtout quand il ignore l’Europe pour reconstruire le Monde, mais j’ai pour lui un grand respect.

      Mais au fait, où se trouve votre courage politique ? Oui, le vôtre, pas celui des autres derrière lesquels on se réfugie en ricanant, tel un fou du roi ?

    • Jemaco • 22/02/2011 - 10:13

      le "egos démesurés" ne vous était pas adressé.

      Après, vu le courage du Modem et la clairvoyance de son dirigeant, il vous faut bien créer un blog car de toute façon vous n’aboutirez à rien au Modem. J’en suis moi-même sorti.

      Mais juste propos en effet sur votre blog.

    Répondre à ce message

  • Bruno LARDOUX • 17/02/2011 - 23:25

    Quel européen peut imaginer une telle conversion du Royaume-Uni ? Aucun. Il faut donc que l’Union Jack soit éclaté pour que les peuples le constituant soit enfin libres, Anglais, Ecossais, Gallois et Irlandais, quitte à ce qu’il se réunissent sous une nouvelle bannière d’Union de Républiques.

    J’ai écrit à ce sujet sur mon blog un article "Delenda Britannia est" http://bruno.e.lardoux.over-blog.com/article-delenda-britannia-est-64985632.html

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • viMceMt • 06/02/2011 - 23:09

    celà reviendrait à mobiliser les peuples à protéger leur argent afin de reconstruire une banque d’état nation souveraine...et éviter le pillage pour sauver l’économie mondiale puis produire un crédit d’état pour financer la renaissance des droits de l’homme et de sa constitution universelle avec des progrès physique et de la solidarité
    merci Mr LaRouche

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard