X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

Le Thatcher français face au pouvoir d’achat

par Jacques Cheminade

Parfois, la presse anglaise pose les bonnes questions avec autant de franchise que de cynisme. Ainsi, le Daily Mail du 20 novembre s’interroge : « Sarkozy peut-il être la Mme Thatcher de la France ? Ce ne sera pas facile parce que les Français descendent plus facilement dans la rue que les Anglais. » L’hebdomadaire ultra-libéral The Economist voit arriver son « moment Thatcher ». Et à l’Independent, un lecteur répond : « Sarkozy, Thatcher, Reagan même combat : la Dame de fer avait brisé les syndicats de mineurs en 1984-1985, le président américain avait licencié tous ses contrôleurs aériens en 1982, le président Sarkozy doit affronter les cheminots. » Il est évident que le Président de la République ne peut cette fois se défausser sur quiconque ou blâmer l’un de ses collaborateurs. Un conseiller de l’Elysée exprime les choses sans nuances : « Il ne peut pas y avoir de dissensions au sein du gouvernement parce que Sarkozy travaille seul. Personne ne sait ce qu’il va faire ni quand. »

Après s’être longtemps tu, il a tenté de tenir son habituel double langage au 90ème congrès des Maires de France, le mardi 20 novembre. Il a d’abord appelé les cheminots et les agents de la RATP en grève à reprendre le travail, affirmant qu’« une petite minorité ne saurait imposer sa loi à une large majorité. La démocratie, comme l’ordre public, je les ferai respecter. » Et de souligner que la grève a déjà coûté trop cher aux usagers qui n’ont pas à être pris en otage d’un conflit qui ne les concerne pas. Du classique de la droite anti-grève. Il n’a ensuite pas hésité à paraphraser le communiste Maurice Thorez et sa fameuse formule de 1936 : « Il faut savoir terminer une grève. »
Cependant, Sarkozy - reprenons son vocabulaire favori - n’a pas été assez borderline pour terminer sa citation. Thorez ajoutait en effet : « ... quand on a obtenu satisfaction. »

Satisfaction ? Sarkozy est prêt à lâcher quelques miettes : son respect pour les travailleurs (qui ne lui coûte pas très cher), la promesse d’accroître l’enveloppe consacrée aux augmentations individuelles (+ 15 % en 2008 à EDF-GDF), une vague promesse que ceux qui vont prendre une retraite complémentaire n’y perdront pas, l’octroi d’un calendrier de négociations et surtout, la promesse d’intervenir pour proposer des mesures en faveur du pouvoir d’achat, sans doute le jeudi 29 novembre. Ces mesures font l’objet de vives disputes au sein de l’UMP. La proposition d’Henri Guaino - un treizième mois exonéré de charges fiscales et sociales proposé aux entreprises et un desserrement budgétaire obtenu grâce à l’affranchissement de certaines règles européennes - ne semble pas devoir être adoptée. De toutes façons, on voit mal comment, en dehors d’une politique plus générale de rupture, ce gouvernement pourrait faire accepter ces mesures aux entreprises et à l’Europe. D’autres à l’UMP proposent une modulation des aides en fonction de la politique salariale, une baisse de la TVA contre une baisse des cotisations sociales payées par les salariés, faire sauter les obstacles à la concurrence pour provoquer une baisse des prix (réformer la loi Galland qui encadre les prix de la grande distribution), voire des stock-options pour tous ou l’élargissement de la distribution d’actions gratuites. Là, c’est une usine à gaz qui fonctionne à plein rendement et dont l’objet véritable est de jeter de la poudre aux yeux. A qui peut-on en effet faire croire que « la concurrence » permettra de faire baisser les prix - tout au plus permettra-t-elle aux hypermarchés Wal-Mart de s’installer en France, c’est-à-dire la concurrence la plus anti-sociale qu’on puisse imaginer - et que les stock-options, par nature réservés à une élite, pourront devenir un instrument pour tous, comme si dans un marché, tout le monde pouvait devenir spéculateur ?

Plus sérieusement, Nicolas Sarkozy a révélé le fond de sa pensée lorsqu’il a déclaré devant ses conseillers et amis de l’UMP : « Tout ce que nous avons fait jusqu’à présent nous permettra éventuellement davantage de fermeté plus tard. »

Le problème ici, pour lui, est qu’il considère la réalité comme un jeu vidéo où l’on deale des positions au sein de rapports de force et de perceptions révélées par les sondages.

Or la réalité n’est pas un jeu à somme nulle. La crise financière mondiale, relayée par des intérêts financiers français ou installés en France, frappe de plein fouet le pouvoir d’achat de tous, et en particulier des plus défavorisés. Globalement, la consommation des ménages a reculé de 1,1 % en octobre après une baisse de 0,3 % en septembre. On s’attend à une croissance du PIB proche de 0 % au dernier trimestre, soit une décroissance au niveau de l’économie physique productive. Un élément nouveau apparaît avec la chute des biens d’équipement du logement.

Rappelons quelques chiffres :

    • le logement, précisément : il pèse le quart du pouvoir d’achat pour les moins aisés (locataires dans 48 % des cas), mais seulement 10 % pour les plus riches (à 90 % propriétaires de leur logement) ;
    • en 2005, la moitié de la population ayant le niveau de vie le plus faible détenait à peine plus de 30 % des revenus, alors que les 20 % les plus aisés en accaparaient 37 % ;
    • entre 2002 et 2005, le revenu des plus pauvres a stagné ou baissé, alors que celui des plus riches a augmenté de plus de 1 % par an ;
    • en 2005, 16,8 % des salariés touchaient le SMIC (1005,37 euros net par mois) et 80 % des Français avaient un revenu inférieur à 2000 euros.

Ce sont les plus démunis qui aujourd’hui en attrapent plein la gueule. En termes administratifs, l’on dit que « ce sont les bas salaires qui souffrent le plus de la mollesse du pouvoir d’achat et de la hausse des dépenses contraintes (logement, transport...) ». Or qu’a fait - concrètement, non dans ses discours - le chef de l’Etat jusqu’à maintenant ? Il a accordé aux plus riches un cadeau fiscal de 15 milliards d’euros (le fameux « paquet fiscal ») et un cadeau à lui-même, en accroissant de 206 % son traitement élyséen. Pour l’instant donc, M. Sarkozy est « le président du pouvoir d’achat »... des plus riches.

Cependant, l’essentiel est bien au-delà. Comme nous l’avons dit ici, il y a aujourd’hui trois priorités absolues qui se recoupent :

  1. Faire face à l’effondrement du système financier et monétaire international en dégageant à court terme des ressources pour tenir. La crise de liquidités et le resserrement du crédit frappent de plein fouet les banques françaises, et si on ne fait rien pour redresser leur cap, une crise de tout le système économique national se déclenchera, touchant de proche en proche tout le pouvoir d’achat, en partant des plus défavorisés jusqu’aux classes moyennes.
  2. Il faut, en même temps, prendre les mesures protectrices - les seules réelles, sérieuses - que nous annoncions ici : un triple bouclier consommation, logement et transport-énergie, bloquant les prix des produits de base et des logements (limiter à 20 % des revenus les loyers et mensualités à payer pour un achat) et compensant la hausse du coût de l’énergie par des aides publiques (rendre à nouveau flottante la taxe intérieure sur les produits pétroliers, par laquelle l’Etat compense toute hausse sur le marché international des carburants).
  3. Enfin, comme ces mesures défensives ne peuvent être, par définition, que temporaires, il faut lancer dès maintenant une politique de grands travaux et de recherche-innovation à l’échelle européenne et internationale, en suscitant le système de crédit public à long terme permettant de la faire. Il s’agit d’une logique de banque nationale ayant pour but de financer l’investissement à long terme, opposée à celle de la Banque centrale européenne, qui vise à stabiliser la monnaie, même au prix d’un étranglement de l’économie et de l’austérité sociale, comme c’est le cas actuellement.

Il s’agit d’un changement complet d’orientation de l’économie et de notre manière d’être pour lequel il faudra se battre au niveau de l’Europe et du monde. Cependant, sans lui, tout le reste n’est que discours, « coups » et parades de cirque. Cette vraie question du pouvoir d’achat, et celle de l’investissement productif qui lui est directement associée - oui, M. Levet, directeur général de l’Institut de recherches économiques et sociales, a raison de le dire et de le répéter - est la question fondamentale.

L’opposition devrait être plus claire et plus déterminée, sans quoi Sarko, en promouvant l’image des gauchistes et des anarchistes, avec l ’aide des médias, créera une situation d’affrontement sans autre issue que celle dont on connaît, hélas, d’autres exemples dans l’histoire européenne.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard