Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

12 novembre - Jacques Cheminade : A la juste colère des gilets jaunes Lire 12 novembre - 13 décembre, Clichy - L’urgence climatique est un leurre Lire 12 novembre - M. Blanquer, le budget Education 2019 vous condamne à l’impuissance Lire
AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les Ecrits de Jacques Cheminade

Les abbés démocrates aujourd’hui

avec l’équipe de campagne « Bretagne, phare du nouveau monde »


 

En menant notre campagne, c’est naturellement que nous accompagne le message des Henri Mancel, Louis Bridel, Félix Trochu, Augustin Crublet et de tous les autres abbés démocrates qui luttèrent pour la justice sociale et une identité bretonne épousant son siècle. Leur combat de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe, visait à soustraire le monde catholique à la tutelle de l’aristocratie monarchiste, comme le nôtre s’efforce d’arrêter la mainmise de l’oligarchie financière aujourd’hui. « La liberté ne se demande pas, elle se prend », s’écriait l’abbé Mancel dans une phrase restée célèbre, mais encore faut-il que se lèvent des hommes et des femmes pour le faire. Notre projet a pour but de créer les conditions favorables à cet engagement. Le souvenir de l’action des « poissons rouges dans le bénitier », comme les avait surnommés Henri Dorgères en croyant les dénigrer, nous aide à mieux concevoir la nôtre, à mieux l’inscrire dans une histoire de création toujours recommencée.

Le combat des abbés

JPEG - 22.3 ko
"A la mémoire de l’Abbé Bridel - La classe ouvrière reconnaissante"
Statue à Fougères, Ille-et-Vilaine.

Malgré l’encyclique Rerum novarum de Léon XIII, en 1891, et les efforts de ce pape pour réconcilier l’Eglise catholique et la République, le monde clérical français était resté généralement sourd aux exigences de justice sociale. A l’image de l’abbé Lemire dans le Nord, et inspirés par le Sillon de Marc Sangnier, fondé en 1894, les abbés démocrates bretons décidèrent de passer outre aux directives de leur hiérarchie et de s’engager activement auprès des plus démunis. Ils soutinrent d’abord la lutte des paysans qui voulaient reprendre en main leurs affaires et s’affranchir de la mainmise des propriétaires terriens et d’un clergé craignant toute remise en cause de l’ordre établi.

Ils s’inscrivaient ainsi dans la tradition d’un prêtre malouin, Félicité de Lammenais, qui fonda en 1830 un journal intitulé l’Avenir , « pour se libérer d’une société paternaliste ».

Le grand début de leur lutte fut aussi le lancement d’un journal de quatre pages, Ouest Eclair , le 2 août 1899. C’est l’abbé Félix Trochu, avec l’avocat Emmanuel Desgrées du Loû, qui fut à l’origine de l’initiative. Bien que l’épiscopat breton ait longtemps interdit aux prêtres de s’y abonner, en 1924 le journal comportait autant de pages que ses concurrents et sa diffusion atteignait 250 000 exemplaires. Ce succès est dû au fait que le quotidien s’adressait principalement aux nouveaux accédants à la lecture (paysans, ouvriers, femmes et adolescents) et qu’il s’inscrivait dans un mouvement social d’ensemble.

En effet, l’abbé Henri Mancel avait lancé le mouvement des cultivateurs-cultivants, et plus tard la Fédération syndicale des paysans de l’Ouest, depuis Bain-de-Bretagne. L’on assista à la création d’autres syndicats, de coopératives, de caisses de crédit mutuel et même d’une banque, tous et toutes sur l’impulsion des abbés.

Plus tard, de son côté, Louis Bridel se battit aux côtés des ouvriers de Fougères et suscita en 1921 la création d’une coopérative, la Cristallerie fougeraise, dont il prit la présidence. Il demeure le seul prêtre à avoir une statue avec la mention : « La classe ouvrière reconnaissante ».

La contre-offensive des bien pensants

Cependant, le succès des abbés rencontra une vive opposition. D’abord celle du haut clergé, allié aux aristocrates de la terre, puis celle du mouvement des « chemises vertes » d’Henri Dorgères. Il faut bien voir que des cinq évêques bretons, quatre avaient de fortes sympathies pour l’Action française de Charles Maurras au moment de sa condamnation par le pape.

Les élites agrariennes, conservatrices au départ, étaient regroupées dans l’Union nationale des syndicats agricoles (UNSA), qui évoluèrent rapidement vers un corporatisme fondé sur le respect des hiérarchies sociales par métier.

C’est alors que dans le contexte de la crise agricole des années trente et de la baisse des prix, les agriculteurs qui avaient emprunté commencèrent à perdre leurs terres et à devoir vendre leurs biens, au profit d’intérêts financiers. Henri Dorgères, un agitateur qui s’était fait connaître par son opposition à la loi du 5 avril 1929, qui étendait le bénéfice des assurances sociales aux ouvriers agricoles et dont l’impact sur les paysans petits et moyens propriétaires avait été mal mesuré, devint célèbre pour s’être élevé avec un indéniable courage physique contre la saisie des terres. Arrêté et emprisonné alors qu’il tentait de s’opposer à la vente aux enchères des biens d’un cultivateur, sa popularité s’étendit à tout le monde rural breton. Il réussit ainsi pendant un certain temps à capter et exploiter l’animosité des campagnes bretonnes vis-à-vis des lois du marché et de l’Etat. Au départ sans idéologie autre que l’apologie du monde rural, une hostilité profonde aux forces de gauche urbaines et un refus de « la présence envahissante de l’Etat », il organisait de grandes manifestations dans les chefs-lieux de canton sans revendiquer d’action politique directe. Son succès lui attira l’attention bienveillante et intéressée des grands propriétaires terriens. Il s’en rapprocha rapidement, au point que le comte de La Bourdonnaye, président de l’Union régionale des syndicats agricoles (URSA) d’Ille-et-Vilaine, pouvait écrire au comte Hervé Budes de Guébriant, président de l’Office central de Landernau : « Vous savez que Dorgères est maintenant complètement dans les mains de Le Roy Ladurie et que vous pouvez agir sur le premier de la façon la plus absolue par le second. » Or qui était ce Jacques Le Roy Ladurie ? Le président de l’URSA du Calvados, lié par son frère à la puissante Banque Worms, et dont la carrière se poursuivra au sein de la Corporation paysanne sous Vichy. Nous sommes donc ici à un point fondamental du dessein synarchiste : la mise en place d’un corporatisme aux couleurs de la France. Dorgères se rallie alors à ce corporatisme – « une France où les deux réalités de notre vie : le métier et la famille, seront souverains » , comme il l’écrit en 1935 dans Haut les Fourches – et participe à la création du Front paysan, dont les composantes sont son Mouvement de défense paysanne, les élites agrariennes de l’UNSA et le Parti agraire et paysan français de Fleurant Agricola, sous la tutelle de Jacques Le Roy Ladurie.

L’influence des abbés démocrates, qui soutenaient une politique de progrès social ouverte sur le monde extérieur, s’affaiblit alors et les cultivateurs-cultivants furent emportés par le flot du « dorgérisme ». Les hiérarchies dopées par le talent d’agitateur de Dorgères et sa « nouvelle mystique » avaient provisoirement sapé le terrain des abbés. En juillet 1930, Félix Trochu, qui s’était par ailleurs brouillé avec Emmanuel Desgrées du Loû, perd la direction d’ Ouest Eclair.

Aujourd’hui

Avec l’atténuation de la crise agricole à la fin des années trente, l’échec du Front populaire et l’hostilité de certains milieux cléricaux, opposés aux abbés mais effrayés par le personnage, l’influence d’Henri Dorgères diminua jusqu’en 1939. Après une conduite très brillante pendant la guerre et s’étant évadé, il fut récupéré au sein de la Corporation paysanne de Pétain, créée le 21 janvier 1941, dont il devient Délégué général à l’organisation et à la propagande. Le Roy Ladurie en tirait les ficelles et le comte de Guébriant était le président de la Commission nationale d’organisation de la coopération agricole. Arrêté par les Alliés en août 1944, Henri Dorgères fut condamné à dix ans d’indignité nationale, mais amnistié pour services rendus à la Résistance et libéré le 26 avril 1946. Il devint député de l’Ille-et-Vilaine à l’Assemblée nationale en 1956 et rallia le mouvement poujadiste. Pour lui, ce fut la fin d’une histoire. Pour ceux qui l’avaient pris en main, le temps de pêcher en eau trouble, notamment au sein de la FNSEA, recommença…

L’influence des abbés démocrates, elle, refit surface dans la Bretagne d’après-guerre, à travers l’action que menèrent les militants de la Jeunesse agricole catholique (JAC) et l’empreinte chrétienne du socialisme breton. Leur tradition rejoignit ainsi celle d’un Tanguy-Prigent dans le Trégor et d’un Le Foll à Saint-Brieuc, pour fournir à la Bretagne le levier d’un passage d’une tradition « de droite » à un modèle « social chrétien » qui explique les faibles résultats du Front national dans la région, bien que Jean-Marie Le Pen en soit originaire…

Cette histoire n’est pas d’un intérêt académique. Elle nous dit d’abord qu’à long terme, l’opiniâtreté de ses convictions au service du bien commun paie. Elle nous dit aussi comment l’enfermement dans un sectarisme professionnel et anti-Etat d’un homme courageux, comme Dorgères, peut conduire à endosser le parti opposé à ceux que l’on aurait voulu défendre.

Aujourd’hui, par rapport à la tradition gaulliste et social-chrétienne de la Bretagne, les mêmes questions méritent d’être posées face à ceux qui représentent officiellement ces courants. La pierre de touche est, cette fois, l’attitude vis-à-vis de l’occupant financier, qu’il porte le masque de l’euro ou d’un jacobinisme égaré et arrogant. La Bretagne ne doit pas devenir une terre de tourisme et de services pour l’Europe, ni une annexe financière des réseaux aboutissant, directement ou à travers Paris, à la City. Elle doit devenir ce que voulaient les abbés démocrates : le lieu exemplaire d’une économie au service de l’homme et non des hiérarchies.


A lire : « Notre projet, un nouveau miracle économique Breton »


 

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard