Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Brèves

Lyndon LaRouche s’exprime sur l’affaire DSK et la chute imminente du système financier

20 mai 2011 (Nouvelle Solidarité) – Lors de l’émission Weekly Report sur le site de son Comité d’action politique, l’économiste américain Lyndon LaRouche à livré son appréciation de la situation internationale à l’aune de l’affaire DSK.

« Ce que je vais dire ne va pas aller dans les détails de l’affaire Strauss-Kahn en elle-même, mais a tout à voir avec le fait que Strauss-Kahn soit aujourd’hui emprisonné à New York. Ce fait même n’est pas important. L’important sont ses implications, car Strauss-Kahn est un personnage significatif de la situation générale. Mais cette situation va bien au-delà de l’affaire Strauss-Kahn elle-même.

« Nous sommes à un point où l’effondrement du système monétaire et financier international est imminent. A moins d’un rétablissement rapide de la loi Glass-Steagall aux Etats-Unis, le monde entier sera précipité dans un effondrement en chaîne. C’est cette réalité qui est derrière l’affaire Strauss-Kahn.

« L’ensemble du système mondial, et particulièrement le système transatlantique, est désespérément en faillite. S’il continue d’opérer dans les conditions actuelles, avec ses règles actuelles et sous l’influence d’idiots comme Geithner et compagnie, il ne survivra pas. Toute personne sérieuse sait que le bateau prend l’eau, le Titanic est en train de couler. Mais certains disent « Zut, j’ai oublié ma cravate dans le salon de réception » et on les entend quelque temps après faire « glouglouglouglouglou ». Ces gens savent que l’ensemble du système financier et monétaire est en train de se désintégrer et certains disent « Attendez, il faut que je récupère ma valise » ; « Laissez-moi sauver ce que j’ai avant que nous quittions le navire ». la suite ? Glouglouglou !

« Il y a donc d’autres gens dans le système, aux Etats-Unis comme en Europe, qui répondent « Non ! Ne soyez pas cupides. N’essayez pas de sauver vos affaires, ça va tous nous mettre en péril ». Autrement dit, il y a deux factions au niveau des cercles financiers internationaux. L’une dit « Non, relançons une vague de renflouement avant de partir, parce que j’ai cet investissement à sauver. Vous ne pouvez pas me laissez tomber maintenant, il faut le renflouer. » L’autre faction répond « Ne faites pas l’idiot, si nous vous accordons à nouveau un renflouement, nous allons tous couler ».

« En réalité, si l’on souhaite s’en sortir, cette situation nécessite une procédure équivalente à Glass-Steagall : seule la liquidation de la dette toxique, celle engendrée par les renflouements depuis 2007-2008 autant que celle engendrée auparavant, pourra nous sauver. Le système international sur les deux rives de l’Atlantique est un tas d’ordures financières ; il ne pourra jamais être sauvé. Ce qui se passe actuellement, c’est qu’ils spéculent à un coût croissant pour tenter de sauver les dettes contractées précédemment, alors que ce genre de dettes ne devraient jamais être sauvées !

« Alors, comment déterminer ce qui doit être sauvé et ce qui ne le doit pas ? Il faut distinguer les actifs financier valides de ceux qui sont purement spéculatifs, comme les valeurs de Wall Street et du marché de Londres, qui n’ont aucune valeur. La seule manière de sauver les économies des deux côtés de l’Atlantique est d’annuler ces dettes sans valeur. Nous avons, aux Etats-Unis, une procédure qui nous permet d’échapper à cela, et qui fonctionnerait aussi pour l’Europe : annuler la mauvaise dette.

« Comment ? Glass-Steagall ! C’est une invention américaine que l’europe peut reprendre. Les Etats-Unis doivent rétablir Glass-Steagall en premier, car nous avons déjà tous les instruments et la compréhension juridique pour le faire. De son côté, l’Europe n’a pas cette expérience mais est suffisamment intelligente, au moins certaines personnes là-bas, pour le faire. Ils prendront exemple sur les Etats-Unis, ne serait-ce que pour sauver leur derrière.

« Face à cela, il y a les gens qui disent « ah non, j’ai des créances en jeu... vous allez me faire perdre de l’argent ! C’est mon argent ! » Eh bien ce n’est pas de l’argent, c’est de la monnaie sans valeur.

« Avec Glass-Steagall, l’on met toutes les dettes sans valeur dans le panier financier, du côté des banques d’affaires – c’est-à-dire la poubelle – et l’on sauve les autres dettes liées à des investissements réels et légitimes. Dès lors, les dettes toxiques ne sont plus sous la responsabilité des gouvernements ; sans cette garantie publique, ces dettes périront d’elles-même. L’on va donc éradiquer de cette planète les milliers de milliards de dollars de dettes, car elles sont de toute façon de fausses dettes depuis le départ ! Elles ne sont pas sauvables. Mais si nous ne nous débarrassons pas de cette dette, c’est tout le système qui s’effondrera et l’ensemble du monde plongera dans un âge sombre.

« Par exemple, voyez la situation en Grande-Bretagne : ce conflit interne est en train d’éclater. Je ne vais pas en donner les détails maintenant, mais c’est un fait. [*] Il y a certaines personnes là-bas qui réalisent que cette dette doit être annulée. C’est pour cela que l’on voit émerger un conflit de faction en Grande-Bretagne. Et c’est aussi le cas pour l’affaire Strauss-Khan, et aussi d’autres affaires. Il y a des gens qui veulent un dernier renflouement pour la route. C’est ce genre de « petit dernier » qui a mené l’Allemagne de 1923 à la chute, car ils n’ont pas stoppé la spirale à temps. Bien sûr, ils n’étaient pas en mesure de le faire à cause du chantage qu’exerçaient les plupart des puissances européennes ; mais le principe reste le même.

« Mais nous parlons d’une volonté délibérée : si un groupe de nations décide d’adopter l’approche Glass-Steagall afin de mettre en ordre un système en faillite intrinsèque, il est possible de s’en sortir, mais cela ne pourra se faire en sauvant les dettes sans valeurs. Elles doivent être annulées. Soit vous les annulez, soit elles vous annihilerons.

« Notre rôle est de sauver l’économie américaine et de coopérer avec des pays comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne et d’autres, qui veulent sauver leur pays plutôt que ces dettes sans valeurs. C’est la seule voie de salut. Toute personne qui s’oppose à Glass-Steagall désormais, particulièrement au sein des milieux financiers, exige en réalité que le reste de la société se suicide, dont eux-même ne seront épargnés. Ceux qui s’opposent à Glass-Steagall maintenant pourront toujours demander la clémence en plaidant la folie, catégorie qui inclue l’actuel Président des Etats-Unis. Il n’a qu’à quitter son poste et il aura la clémence qu’il mérite.

« Voilà la réalité. »


[*Il fait essentiellement référence aux dernière révélations sur les armes de destruction massives irakiennes, les nouvelles polémiques sur la mort de Lady Diana et le nouveau rapport de forceentre le département d’Etat américain et le groupe britannique d’armement BAE Systems. Cela dans un contexte où la famille royale est remise en question, où les nationalistes écossais ont pris le contrôle de leur Parlement et où les tensions sont vives à la City de Londres.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • petite souris • 20/05/2011 - 13:12

    Nous sommes à un point où l’effondrement du système monétaire et financier international est imminent. A moins d’un rétablissement rapide de la loi Glass-Steagall aux Etats-Unis, le monde entier sera précipité dans un effondrement en chaîne. C’est cette réalité qui est derrière l’affaire Strauss-Kahn

    DSK ou l’acte manqué par excellence !!!!

    • Ewrard Robert • 20/05/2011 - 19:20

      La peur va changer de camps elle ne sera plus du côté des pauvres mais des riches.

    • gdfontaines • 22/05/2011 - 15:22

      Moi pauvre ..je n’ai jamais eu peur !

    • drider • 10/06/2011 - 12:36

      je m’excuse d’etre un type limité,mais j’avoue franchement ne pas comprendre le sens et la signification de ton commentaire.
      Alors,ma question et de savoir si DSK oui ou non etait pour le remplacement du dollar par un panier de monnaies appellé DTS ???? En d’autres termes si DSK derangé l’hegemonie des proxenetes US.

    Répondre à ce message

  • ? • 20/05/2011 - 13:36

    Je ne vois pas du tout ce Que DSK fait ici ... ??????????

    • ? • 09/06/2011 - 17:27

      Non Larouche non plus ne dis pas la verité. DSK depuis deux ans, sous l’influence des exigences des pays emmergents Chine ,Inde, Bresil Russie a bien compris qu’il faut absolument pour relancer l’economie mondiale trouver une AUTRE MONNAIE de reserve.Il avait etait envisager d’instituer le DTS, droits de tirages speciaux pour remplacer le dollar qui,tout le monde le reconnait et le voit ne peut plus etre une garantie pour tout le volume des echanges internationnaux. Ce qui dit Larouche sur les masses monnetaires qui n’ ont plus de valeurs,il oublit de preciser que c’est le dollar americain qui est la cause de tout se marasme et que les USA n’entendent pas se faire doubler car il deviendrait une simple puissance moyenne et perdraient par là leur hegemonie de proxenete.Voila la verité que le sieur Larouche dissimule.La guerre a l’irak c’est parceque aussi saddam appellait a remplacer le dollar,comme ahmadinedjad ou encore kaddafi.Les USA sont pret a detruire n’importe qui s’en prendra a leur monnai...

    Répondre à ce message

  • edith • 20/05/2011 - 18:01

    Je crois que dans les semaines et mois à venir nous allons bien déguster et bien rigoler.Cela va être le feu d’artifice mondial.ils sont tous entrain de se fourvoyer a vitesse grand V et la nef des fous ne me coulera pas avec eux.Les populations commencent a bouger ,mais l’organisation politique fait défaut,ALORS MESSIEURS LES JOURNALISTES VOULEZ VOUS COULER AVEC VOS SPONSORS OU ALLEZ VOUS COMPRENDRE QUE VOUS ETES LE PEUPLE ET ALLEZ VOUS COMMENCER A TRAVAILLER AVEC LE PEUPLE POUR LE PEUPLE ET PAR LE PEUPLE ??? C’est bien là la question ne passez à côté de l’histoire elle ne vous le pardonnera pas ! La plébe dont nous sommes d’agneau peut devenir mammouth !

    • gdfontaines • 22/05/2011 - 15:23

      je ne vois rien qui puisse faire rigoler .. même si c une manière de parler !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard