Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Déclarations de Lyndon LaRouche

Roulements de tambour sur la question libyenne

Un tournant dans l’histoire contemporaine

Roulements de tambour sur la question libyenne


Par Lyndon H. LaRouche, Jr

le 26 juin 2011


La destitution rapide du président Barack Obama est un évènement quasiment inévitable avant la fin de l’été ; à moins que ceux qui tirent les ficelles d’Obama, en particulier depuis Londres, ne se lancent dans un remake de l’option Adolf Hitler inspirée du script britannique original que fut le vote des pleins pouvoirs — Ermaechtigungsgesetz — à Hitler le 23 mars 1933. Le danger que le monde s’engage dans pareil développement s’est fortement accru du fait du vote opportuniste du Sénat américain, un vote en opposition à mes propres principes, sous l’influence des politiques formulées par d’autres à cette occasion.

Ainsi, la majorité au Sénat a commis une erreur véritablement époustouflante qu’on peut honnêtement caractériser comme très, très révélatrice de la petitesse dont certains législateurs sont capables ; une erreur comparable dans les annales de l’humour noir à l’histoire de celui qui se coupe le visage pour sauver ses miches, ou, inversement, qui se coupe les miches pour sauver l’apparence d’un visage.


La région transatlantique, avec nos Etats-Unis qui en représentent encore une partie cruciale en dépit des présidents George W. Bush et Barack Obama, s’est largement auto-désignée comme cible d’une destruction à laquelle elle serait condamnée si elle persistait à ne pas écarter assez rapidement du pouvoir le président de plus en plus détesté, Barack Obama.

Contrairement à d’autres dirigeants en poste cherchant un compromis avec ce vaurien qui mérite la destitution, j’appartiens à une génération endurcie par la Deuxième Guerre mondiale. Si l’on peut douter quelque peu de l’idée que les citoyens américains voient tous la question de cette manière, il n’empêche que le président Obama est largement détesté par le peuple, de plus en plus, et de façon accélérée. Le cœur du problème est que l’actuel système transatlantique, y compris les Etats-Unis eux-mêmes, est sur une trajectoire suicidaire qui le condamne à un effondrement généralisé comparable à la crise hyperinflationniste qui frappa l’Allemagne de Weimar en 1923.

Ce commentaire de ma part signifie que le seul moyen qui reste à Obama pour garder le pouvoir, serait d’imiter le coup d’Etat fasciste perpétré par un gouvernement Hitler autrement condamné. Ainsi, comme en Allemagne à l’époque, et face à Obama aujourd’hui, des personnalités dirigeantes de la législature ont refusé de reconnaître les actes de trahison du régime en place. Ainsi, notre République est sur le point de capituler devant un président dont les actions contre le peuple des Etats-Unis exigent qu’il dégage au plus vite, un président dont les actes récents représentent une telle trahison qu’ils exigent sa destitution. Comme ces notables américains qui furent parmi les supporters d’Hitler, ces personnalités dirigeantes britanniques et de Wall Street, comme le gouvernement britannique de l’époque, avaient mis Hitler au pouvoir et orchestré le processus conduisant à l’incendie du Reichstag, comme moyen d’imposer la dictature du seul et unique parti Nazi sur l’Allemagne. C’est exactement la situation dans laquelle ceux qui défendent la marionnette Obama se sont mis pour les semaines à venir.

A cet égard, il ne peut y avoir aucun doute sur le rôle de certains de nos dirigeants aujourd’hui. L’effondrement généralisé de la région transatlantique vient d’atteindre le point critique où les parrains de l’administration Obama n’ont plus d’autre option disponible pour la maintenir en place que de passer à une dictature fasciste modelée sur celle créée pour Hitler par la Banque d’Angleterre et la Banque Brown Brothers Harriman de Prescott Bush, et le recours par ce régime à l’incendie du Reichstag, organisé selon toute probabilité par Hermann Goering, à cet effet.

La civilisation court le même danger aujourd’hui à moins que la Loi Glass-Steagall soit rétablie dans les prochaines semaines. A l’heure actuelle, l’administration Obama n’a plus la possibilité de perdurer à moins que certaines forces, sous la direction de la monarchie britannique, n’imposent une dictature fasciste aux Etats-Unis cet été, entre début juillet et la fin août. Ceux qui proposent de continuer à soutenir le régime Obama seront montrés du doigt par l’histoire, si d’aventure notre nation s’en sort. Tel est le crime que commettent ceux qui couvrent Obama avec leurs vacillations actuelles.

Ainsi, l’aspect le plus dangereux de la situation provient de la couardise des Démocrates au Sénat qui ont capitulés devant la poussée britannique visant à imposer une dictature fasciste aux Etats-Unis. Soudain, je crains d’être, au moins pour l’instant, le seul dirigeant d’une certaine dimension capable de ramasser le glaive, c’est-à-dire à même de mener la mission qu’exige la survie de notre République sous sa forme actuelle de gouvernement.

Cependant, on peut espérer, avec quelques raisons, que les évènements prendront une direction moins pessimiste, une fois que le choc aura permis à ces dirigeants effrayés de revenir à une attitude plus sensée.

Heureusement, pourrait-on dire, parmi les figures importantes de notre République j’ai plus de vision que ceux qui vacillent devant tant de trahison. Je porte le drapeau que des dirigeants plus jeunes ont lâché, du moins pour l’instant. On pourrait dire de ceux dont les nerfs ont craqué, du moins pour l’instant, espérons-le, qu’ils sont dans un certain sens les victimes d’un pessimisme culturel profond qui prévaut depuis la guerre du Vietnam et le sabotage délibéré de l’enquête sur l’identité de ceux qui avaient guidé la main des assassins du Président John F. Kennedy.

Conséquence du laissez-faire de la Commission Warren, notre République fut délibérément envoyée par la Monarchie britannique, sur le chemin de son autodestruction, dans une entreprise tellement infecte que bien des combattants en sont revenus en ayant perdu leur esprit. Presque tous les dirigeants actifs de cette nation des temps passés ont péri. Ma mission est ainsi une dévotion relativement solitaire, mais une mission que je suis obligé de servir ; viendra ce qu’adviendra. Ainsi, le paria putatif pourrait devenir le héros de cette occasion, celui qui reste debout pour défendre notre République alors que tant d’élus et de dirigeants en place ont failli si tragiquement.

Tant que je suis en vie je me tiendrais debout, comme patriote de premier plan par défaut, sinon comme un martyr, en défense de notre République ; viendra ce qui pourra. Je comprends bien plus, dans sa pratique, le principe de la vie après la mort que la plupart de nos dirigeants politiques et religieux d’aujourd’hui, et je n’ai rien d’autre à craindre que les conséquences mondiales d’une destruction de notre nation et de ses patriotes.

Je ne suis pas un patriote de circonstance qui préfèrerai négocier avec le diable plutôt que de devoir éradiquer son entreprise ; je suis d’une disposition patriotique. C’est comme cela que quelques dirigeants devraient être eux-mêmes. Notre peuple hurle pour obtenir justice et des gouvernements imbéciles leurs promettent de la brioche.

Voir les 6 commentaires

  • petite souris • 30/06/2011 - 22:24

    Je comprends bien plus, dans sa pratique, le principe de la vie après la mort que la plupart de nos dirigeants politiques et religieux d’aujourd’hui, et je n’ai rien d’autre à craindre que les conséquences mondiales d’une destruction de notre nation et de ses patriotes

    Quelle belle leçon d’optimisme et de vie !

    Merci Lyn !

    Le père Guy Gilbert www.guygilbert.net le dit en d’autres termes :
    "L’aventure de la vie, de l’amour ne s’arrête pas à la mort. Impossible ! Dieu n’est pas un charlatan
    La mort arrivera dans 100 ans ou dans une heure, on s’en fout ! on aura vécu jusqu’au bout de l’espérance "

    Répondre à ce message

  • michel49 • 29/06/2011 - 15:03

    Il parait qu’en 2001 le Congres a voté le Patriot Act AVANT que le texte ait été distribué...

    • Pierre • 30/06/2011 - 03:33

      Ce n’est pas vraiment cela, plus précisément c’est après la distribution mais avant la lecture.

    • pIC ET pUCE • 30/06/2011 - 20:12

      C’est un combat crucial entre la Bêtise et l’Intelligence, entre la Mensonge et la Vérité, entre la Haine du genre humain et humain et l’Amour du genre humain...Entre l’occulte et la lumière. Tout s’accélère comme en 1914, comme en 1939...A nous tous de ne pas être fatalistes mais oourageux et forts, prêts à affronter la Bête britannique...

    Répondre à ce message

  • Max TERNON • 30/06/2011 - 12:45

    L’été sera effectivement chaud, plusieurs signes annonciateurs ne trompent pas, les choses s’accélèrent "ivres" qu’ils sont de leur pouvoir, égoïsme et certitudes (ils tiennent pratiquement l’ensemble des manettes du monde occidental maintenant, ils se croient tout permis et invincibles, la Chine n’interviendra pas, cela fera leurs affaires, seul Poutine pourrait encore mettre les pieds dans le plat).
    Keep cool, j’ai le mot qui tue...c’est pour bientôt, il était nécessaire qu’ils aillent au bout de leur folle logique. Abon entendeur ; salut.
    A bientôt

    Répondre à ce message

  • CV • 30/06/2011 - 00:53

    Au sujet de Monsieur Larouche,je dirais de manière synthétique :
    - Réelle intelligence(grande spiritualité,rien à voir avec cette histoire à dormir debout de gourou évidemment !)
    - Profondeur
    - Honnêteté
    - Droiture
    - courage
    - responsabilité
    - Clairvoyance
    etc....
    Au sujet de Monsieur Kerry,je dirais :
    _Skull and bones(empire britannique)
    - Traitrise absolue aux principes de la Constitution Américaine
    - Pouvoir oligarchique(lié aux intérêts de Wall-Street)
    - faux cul
    - Prêt à soutenir une dictature de type hitlérienne
    - bref,une véritable raclure !
    Question :
    Je n’arrive pas à comprendre que Mr Larouche persiste à dire que John Kelly soit une bonne personne ?

    Le principe de réalité en politique et en toute chose restant le plus fort,l’inévitable est en train de réapparaître :
    - Vos prévisions économiques et les solutions que vous préconisez sont de plus en plus incontournables !
    Monsieur Larouche,c’est vous et seulement vous et votre compréhension historique et visionnaire qui puisse changer la donne,non John Kerry ,que le "pauvre" Peuple Américain se le dise,une fois pour toute !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

L’offensive anticonstitutionnelle d’Obama pilotée par les agents de George Soros

28 juin 2011
Brèves
L’offensive anticonstitutionnelle d’Obama pilotée par les agents de George Soros

Watergate d’Obama : les articles de destitution sont rédigés !

27 juin 2011
Brèves
 Watergate d’Obama : les articles de destitution sont rédigés !

Les parrains d’Obama prévoient un Coup à la Hitler contre les USA

25 juin 2011
Déclarations de Lyndon LaRouche
Les parrains d’Obama prévoient un Coup à la Hitler contre les USA

Watergate II : Le Congrès américain déclare Obama hors-la-loi

25 juin 2011
Brèves
 Watergate II : Le Congrès américain déclare Obama hors-la-loi

Acculée, la Présidence Obama veut s’en prendre à Lyndon LaRouche

22 juin 2011
Brèves
Acculée, la Présidence Obama veut s’en prendre à Lyndon LaRouche

Guerre en Libye : Le Watergate d’Obama

17 juin 2011
Brèves
Guerre en Libye : Le Watergate d’Obama

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard