X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

Sommet de Lisbonne : L’Europe soumise à Tony Blair

Le sommet de Lisbonne s’est achevé, le vendredi 25 mars, par une victoire totale de la « dérégulation » et de la « troisième voie » britanniques. Sous prétexte de « modernisation », l’Union européenne s’est en effet soumise sans retenue à la loi des marchés et de l’économie virtuelle. Notre gouvernement apparaît comme le grand perdant de l’affaire : ayant obtenu hier de ses partenaires la promesse d’une contrepartie sociale à son acceptation de l’euro et du « pacte de stabilité » d’Amsterdam, il ne lui reste aujourd’hui qu’à s’incliner face au « vent libéral » que le chef du gouvernement espagnol se réjouit de voir souffler sur l’Europe. Il s’incline d’ailleurs sans protester car, comme le constatait un ministre français à la sortie du conseil, « il n’y a plus de débat idéologique ».

Le vent libéral de Lisbonne

Toute la presse, avant le sommet, décrivait comment Tony Blair était parvenu à entraîner Massimo d’Alema et Jose-Maria Aznar sur ses positions, avec l’appui d’un Romano Prodi « très, très fort d’accord » et plus pro-anglais que jamais. La panne du moteur franco-allemand et les complaisances de Gerhard Schröder leur laissaient en effet le terrain libre. Le résultat de ces manoeuvres est que « l’économie sociale de marché allemande », « le service public à la française » et avec eux, ce qu’avaient bâti De Gaulle et Adenauer, sont partis en fumée.

A leur place apparaît une « stratégie pour la croissance » fondée sur une « économie de la connaissance » abusivement assimilée à une participation à la « société de l’information ». Le rôle de l’Etat dans l’éclosion de cette économie devra rester limité à la « formation des travailleurs aux nouvelles technologies afin de fournir la main-d’oeuvre la mieux adaptée » et à l’élimination des entraves juridiques et administratives à l’initiative privée. « Toutes les écoles de l’Union » devront ainsi « disposer d’un accès à l’Internet et de ressources multimédias d’ici la fin 2001 » et « un nombre suffisant d’enseignants devra être à même de les utiliser avant la fin 2002 ».

Le cadre juridique adopté pour le commerce électronique sera le moins contraignant possible, afin « de ne pas décourager les opérateurs ». En même temps, un accès généralisé par voie électronique devra être assuré à tous les services publics de base d’ici 2003.

Avant la fin de cette année, la concurrence sera introduite dans les télécommunications locales « de manière à permettre une réduction substantielle des coûts d’utilisation de l’Internet » et d’ici la fin 2001, « les marchés de télécommunications [devront] être pleinement intégrés et libéralisés ».

Parallèlement, les Etats membres s’engagent à promouvoir une « dérégulation du marché du travail européen », en accélérant sa flexibilité et en « réduisant la pression fiscale qui pèse sur le travail, notamment peu qualifié et faiblement rémunéré ». C’est dire que les chefs d’entreprises créant des emplois de cette nature, par exemple dans les hangars à livres d’Amazon.com, seront avantagés par rapport aux industriels embauchant des travailleurs qualifiés et bien rémunérés.

Enfin, il a été établi que l’achèvement du marché intérieur doit aboutir à « accélérer la libéralisation dans des secteurs tels que le gaz, l’électricité, l’eau, les services postaux et les transports y compris l’utilisation et la gestion de l’espace aérien ». Lionel Jospin a dû reconnaître que l’adaptation du secteur public français à la « modernisation doit se faire », bien qu’il ait gagné un peu de temps.

Ce que les Européens ont ainsi décidé, malgré les hypocrites déclarations de portée générale sur « une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale », est d’adopter une vision financière, anti-étatiste, Internet et new age de l’avenir, incapable de développer l’économie physique et donc de fournir les emplois par ailleurs promis ! C’est d’autant plus ridicule que ce choix intervient au moment où les valeurs Internet ont commencé à s’effondrer en Bourse et où les spéculateurs eux-mêmes s’efforcent de prendre rapidement leurs bénéfices (quick exit)effectués sur du vent.

Certes, la France a obtenu que sous sa présidence, en décembre, à Nice, un « agenda social européen » soit discuté pour fixer aux gouvernements et aux partenaires sociaux le calendrier « d’une véritable législation sociale européenne ». Cependant, les promesses non chiffrées n’engagent que ceux qui les écoutent et, en outre, cette législation sociale s’alignerait en tout état de cause sur une moyenne des Etats européens, qui est en dessous des régimes français actuels !

Les raisons de la soumission

L’attitude des gouvernements français et allemand ne relève pas d’arguments techniques. Opposée aux intérêts de leur propre base politique, c’est-à-dire à terme électoralement suicidaire, elle ne peut s’expliquer que par le chantage auquel ces gouvernements sont soumis, et qui les paralyse.

Ainsi, Gerhard Schröder a bien compris que si Helmut Kohl a pu être détruit en quelques semaines, à partir d’une opération montée depuis Toronto, lui-même devait accepter la loi des marchés. Il a ainsi laissé Vodaphone prendre Mannesmann et les clients modestes de la Deutsche Bank et de la Dresdner Bank perdre leurs comptes après la fusion des deux monstres. De plus, il a bien compris qu’après l’affaire Haïder, toute velléité de défense des intérêts industriels allemands serait présentée comme une « dérive pan-germaniste ».

De son côté, le gouvernement Jospin vit avec l’épée de Damoclès des scandales et d’un retour d’Alfred Sirven suspendue au dessus de sa tête. Lorsque le Premier ministre a refusé de s’incliner face à la loi des marchés, par exemple en rejetant la création de fonds de retraite à l’anglo-saxonne et en refusant de lever l’embargo sur la viande britannique, ou en faisant intelligemment comprendre que la meilleure défense contre le national-libéralisme d’Haïder serait une politique sociale européenne audacieuse, les médias ont soudain découvert la « sclérose » de son gouvernement. L’homme qui, hier, était encensé dans la presse britannique (Financial Times) et américaine (Newsweek) pour avoir su « moderniser la France », se trouvait soudain réduit au statut de « loser », incapable de résister aux pressions de la rue et d’imposer des restrictions budgétaires aux professeurs, aux infirmières, aux agents des impôts et du Trésor. Wim Duisenberg, le président de la Banque centrale européenne, blâmait alors Jospin pour avoir fait un usage social de sa cagnotte au lieu d’avoir réduit les déficits budgétaires « en dégageant de nouvelles ressources au bénéfice du secteur privé, qui pourra ainsi créer de l’emploi ».

C’est dans ces conditions que Jospin décida d’adopter un profil bas à Lisbonne et de former un nouveau gouvernement avec les morts-vivants du mitterrandisme.

Le chantage - et l’incapacité d’y résister - expliquent donc ce qui autrement ne serait pas compréhensible : comment des chefs d’Etat peuvent aller à l’encontre des intérêts de leurs pays et de leurs peuples.

L’obsession d’être élu ou réélu a aussi sa part dans le drame. Des hommes comme Schröder, Jospin ou Chirac, au lieu de combattre les ennemis de leurs Etats-nations respectifs, choisissent plutôt, par réflexe conditionné, de se positionner en jouant au plus malin. Chirac est ainsi allé consolider ses liens personnels avec Blair et Aznar en tentant de profiter de la « faiblesse » de Jospin.

Notre responsabilité d’Européens

La politique n’est cependant pas un pauvre jeu de cette nature. Elle est précisément le contraire : face à des moments de crise, elle consiste à changer la règle du jeu.

Il est pour cela temps que les Européens dénoncent en Tony Blair un Haïder à visage rose. En Angleterre même, Blair est plus faible qu’à Lisbonne ! Peter Kilfoyle, l’un de ses anciens partisans, vient de dénoncer son système qui consiste à « culpabiliser les victimes d’injustices ». Ken Livingstone, le 4 mai, va probablement remporter, contre le New labour, l’élection municipale de Londres.

Alors, Lionel Jospin n’a pas le droit de se laisser enfermer pour deux ans dans l’impuissance. Il doit réagir en retrouvant son élan de l’été 1997. Sans quoi, ce qui a été décidé à Lisbonne ne sera que le début d’un cauchemar européen.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard