Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

Statistiques du chômage : cherchez l’horreur

par Jacques Cheminade

La publication des statistiques officielles de l’emploi indique un recul du nombre de chômeurs de 0,7% en juin par rapport à mai. Après 13 mois consécutifs de hausse (556 300 inscriptions de plus en catégorie A depuis mai 2008), 18 600 inscrits en moins, cela ne fait pas beaucoup mais devrait être un soulagement. En réalité, pour plusieurs raisons, il s’agit d’une arnaque.

Le gouvernement lui-même le sait et le reconnaît en privé : les chiffres d’ici la fin de l’année vont être catastrophiques, ce qui exigerait une alternative économique et sociale immédiate et de grande ampleur. C’est ce que nous nous efforçons de présenter ici, dans toute sa dimension nationale et internationale. Lorsque l’automne sera chaud et que les injustices deviendront tragiques, aucune hésitation ne sera permise. Faute de se fixer un horizon, l’opposition se rendrait en effet complice de la destruction des fondements mêmes de notre pays, dont l’industrie ne représente plus, d’ores et déjà, qu’un chiffre inférieur à 12% de notre produit intérieur brut.

Tout d’abord, il reste tout de même officiellement 2 524 500 personnes « disponibles de suite et n’ayant exercé aucune activité », la progression annuelle de ce chiffre restant de 25,7%.
Ensuite, parmi les 457 600 personnes sorties des listes de Pôle emploi, celles qui ont trouvé un vrai travail (à temps plein, partiel ou autrement) ne comptent que pour 20,5% du total. Le gros des effectifs, soit 45%, a tout simplement disparu des statistiques pour cause de « cessation d’inscription pour défaut d’actualisation ». Ces cessations ont ainsi progressé de 19,3% entre mai et juin et concernent 33 400 personnes de plus ! Et encore, on ne parle ici que des personnes inscrites au chômage officiel.

Enfin, le nombre de demandeurs d’emploi « ayant exercé une activité réduite » (courte ou longue, catégorie B et C) est, lui, toujours en hausse de 27 800 personnes. Pire encore, si l’on ajoute les catégories D et E, y compris les mal nommés « dispensés de recherche » (seniors en DRE), le nombre total d’inscrits au Pôle emploi atteint 4 097 800, avec une hausse de 29 700 personnes sur un mois.

Ajoutons que les nouveaux emplois obtenus sont le plus souvent précaires, peu ou pas qualifiés, alors que les contrats en CDI se raréfient de plus en plus. Les plus de 50 ans sont toujours plus nombreux à faire partie des « charrettes ». Le nombre de chômeurs à la recherche d’un travail depuis un an et au-delà a connu, lui, une hausse record de 4,6% au premier trimestre.

Dans ces conditions, si Christine Lagarde, ministre de l’Economie, et Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’Emploi, se sont félicités de la « bonne surprise » ou de « l’évolution favorable due aux mesures prises par les pouvoirs publics », le Président de la République ne se fait, lui, aucune illusion. Le ministre Xavier Darcos voit 650 000, voire 800 000 chômeurs de plus à la fin de l’année. Il a même parlé de 200 000 chômeurs de plus par mois entre septembre et décembre.

Est-ce une situation particulière à la France ? Non, c’est partout le cas en Europe et aux Etats-Unis, avec des pics de croissance particulièrement forts en Lettonie, en Espagne, en Irlande et en Grande-Bretagne. Aux Etats-Unis, l’on triche encore davantage que chez nous ! L’administration Obama a claironné que le taux de chômage est tombé de 9,5% en juin à 9,4% en juillet, et que seulement 247 000 emplois ont été perdus en juillet. Cependant, en même temps, le Bureau of Labor Statistics a annoncé – sans le claironner – que 667 000 personnes sont sorties des statistiques du chômage en renonçant à chercher un emploi et que le nombre des chômeurs de longue durée continue à grimper. Si l’on additionne le total de ceux qui ont abandonné (9 millions), des chômeurs « officiels » (14,5 millions) et des temps partiels non désirés (8,8 millions), on obtient un chiffre de 24,3 millions. Le taux de chômage réel est donc de l’ordre de 16%, mais si l’on y ajoute des « emplois manquants » et les ajustements de toute sorte, on arrive à un taux supérieur à 20%. Le temps de travail hebdomadaire moyen est tombé à 33,1 heures, un minimum historique. Pire encore, parmi les sans-emploi ou les travailleurs pauvres, environ 30% de la population active américaine, les deux tiers ne touchent aucune allocation chômage et un tiers, des allocations de courte durée. Pour l’instant, les plans de « stimulation économique » des administrations Bush et Obama n’ont pratiquement pas créé d’emplois nouveaux.

Et l’on nous rebat les oreilles, de part et d’autre de l’Atlantique, d’« indices », de « signes » d’une reprise, de « signaux positifs pour la France ». Comme si la croissance pouvait miraculeusement réapparaître en même temps que croît le chômage, donc que baisse la consommation, que les investissements et les carnets de commande des entreprises sont en peau de chagrin et que les endettés s’efforcent de payer leurs dettes, sans que les banques prêtent aux entreprises et aux ménages (chute de 20% de ces prêts sur un an).

Alors ? Alors, nous sommes en pleine arnaque statistique, mais qui ne tiendra pas longtemps. Notre projet devrait être la feuille de route d’une prise de conscience. Si ces orientations nouvelles ne sont pas adoptées, il nous faudra croire à une « croissance » purement monétaire, anti-physique, sans consommation, sans investissements, sans développement industriel et agricole. Cela s’appelle l’hyperinflation, comme aujourd’hui au Zimbabwe ou en 1923 dans l’Allemagne de Weimar, avec les conséquences politiques que l’on sait. Mais cette fois à l’échelle du monde.

Voir les 7 commentaires

  • wawa • 22/08/2009 - 09:20

    une énorme différence part rapport à 1929 et weimar : la bombe atomique est déjà inventée ! cela instaure un fragile équilibre de la terreur. çà à plutôt été un acteur de paix ces 50 dernière années,

    espèrons que ce "détail" bride les dirigeant politiques dans leur fuite en avant martiale. sinon j’ai bbien peur que la population mondiale soit divisée par 4 dans les 10 ans a venir

    • Guégan alain • 27/08/2009 - 23:53

      La bombe atomique : un facteur de paix ! Mais, c’est là une vision typiquement occidentale. Il y a longtemps que la 3ème guerre mondiale fait rage en Asie, au Moyen Orient et en Afrique où l’enjeu est l’accès aux ressources minières et énergétiques.

      "L’automne sera chaud" est la Nème prédictions faite à chaque rentrée : mais la sous-culture "développée" depuis des décennies à annihiler toute conscience politique et esprit de résistance coordonnée : on risque tout au plus quelques soubresauts violents et combats-suicides sans lendemain...

      L’oligarchie financière a encore de beaux jours devant elle sauf effondrement du système, mais là encore se sont les pauvres qui paieront la note.

    Répondre à ce message

  • volapuk • 20/08/2009 - 10:41

    Tout ce que l’on peut espérer c’est qu’il y ait encore plus de chomeurs pour qu’enfin les gens se sentent concernés. Plus de chomeurs ça veut dire sortir du système de soumission volontaire engendré par la peur de la précarité. Aujourd’hui la perte d’emploi est pressenti comme une perte d’identité : On cesse d’exister aux yeux du système et l’on rentre dans la psychose. D’avoir érrigé à ce point le travail comme religion nous a ammené à vivre comme des taupes. A chaque fois que je vois grimper les chiffres du chomage je sens monter de facon paradoxale l’esperance. Je me dis que ça fait autant de personne disponible pour initier un nouveau rapport de force. Y a pas d’autres alternative etant donné que personne ne comprend la situation, etant donné que personne ne comprend Larouche, etant donné que tous les moyens de communications sont controlés par le pouvoir financier et que la pensée dominante à lobotomiser l’ensemble des citoyens. Franchement la seule chose à souhaiter est que ce foutu conformisme descende dans la rue et reapprenne le lien social et la convergeance des interêts communs. c’est l’unique porte de sortie. Alors pardonne moi mon petit Jacques, même si je comprend tes preocupations et ton sens des responsabilité, mais je crie haut et fort : Vive le chomage !

    • Yves 93 • 23/08/2009 - 07:45

      @ volapuk
      Je suis nouveau sur le site.
      J’ai lu avec intérêt l’analyse et les commentaires.
      Cela fait presque 10 ans que je ne suis plus inscrit au chômage, ne perçois aucune aide, et n’ai plus travaillé pour un bulletin de salaire...
      Moi aussi, au début, je pensais que mes concitoyens allaient réagir...
      Mais, comme "ma soeur Anne", je ne vois rien venir...
      Alors, concrètement, que proposes-tu pour que nous, citoyens, nous réapproprions la démocratie, la République, en un mot le pouvoir, tout le pouvoir ?...
      Bien cdt.

    Répondre à ce message

  • DB91 • 20/08/2009 - 14:43

    Très bonne analyse du trucage organisé des chiffres du chomage.
    En effet la non prise en compte de catégories de plus en plus nombreuses de sans emplois ou de personnes exerçant une activité réduite tend à se généraliser et prend de plus en plus d’ampleur.
    Mais je souhaite ajouter que les chiffres du chomage ne sont évidement pas les seuls à faire l’objet de ce bidonnage absurde, il en va de même pour les sondages auxquels il est très facile de faire dire ce que l’on veut.
    Bref, à écouter tout ce petit monde, tout va de mieux en mieux.
    Mais je pense que contrairement aux annonces qui nous sont faites de manière quasi quotidienne, la situation économique mondiale est loin de s’arranger et c’est même tout l’inverse.
    Aux citoyens de ne pas se laisser berner en attendant la survenue de la prochaine crise du crédit.Nous pourrions très vite être ramenés à la réalité, dès cet automne.

    Répondre à ce message

  • Earthquake • 19/08/2009 - 22:53

    La mondialisation....et voilà,
    cela est finalement logique, le capitalisme appliqué à l’ensemble de la
    planète a atteint ses limites, le communisme s’est effondré par la force centrifuge (celle qui tend vers l’extérieur, donc collective..) le capitalisme s’effondrera par celle inverse -centripète-(celle-ci dirigée
    vers soi, vers l’intérieur, et évidemment individuelle, puisque le capitalisme c’est bien l’enrichissement de l’individu...)
    Jean Gimpel, dans un de ses derniers ouvrages (la fin de l’avenir, le déclin technologique et la crise de l’Occident) avait eu cette expression :" Athènes survivra un temps à Sparte", étant entendu que Sparte était le bloc soviétique et son communisme et qu’Athènes représentait l’Occident et son capitalisme, et bien nous y sommes....

    Répondre à ce message

  • petite souris • 19/08/2009 - 14:58

    Arnaque statistique à la mi-août !!! Personne n’est dupe !!!

    Ce qui est grave est que ceux qui fanfaronnent savent qu’ils mentent et qu’ils trichent avec les chiffres.
    Alors ils sont responsables, coupables et donc incompétents.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard