X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Les analyses de Jacques Cheminade

Torture : travail de conscience et sens de l’avenir

Lorsque j’avais vingt ans, j’ai eu honte de mon pays. Français venant d’Amérique du Sud, la révélation de la pratique quotidienne et ordinaire de la torture à travers toute l’Algérie me fit voir un visage de la France que je croyais être celui de ses bourreaux. Plus bouleversante encore fut, pour ce jeune homme que j’étais, l’absence de réaction et d’indignation, officielle ou populaire, dans ce pays que je découvrais, comme si le gouvernement, l’opposition, la police, l’armée et la population s’étaient tous résignés à un « sale boulot », dans un climat de complicité veule. Il était pourtant facile de savoir : l’on pouvait lire Pierre-Henri Simon, La gangrène ou La question, entendre les récits des appelés du contingent mal à l’aise avec leur conscience, lire L’Express et France-Observateur et voir le général Pâris de la Bollardière sanctionné pour avoir brisé le pacte de silence ou Paul Teitgen démissionner en 1957.

Me penchant alors avec angoisse et détermination sur l’histoire de mon pays, je découvris la dimension de sa flétrissure coloniale. D’abord je constatai qu’on avait torturé en Algérie bien avant l’insurrection de la Toussaint de 1954, ce qui faisait tomber la justification, elle-même inacceptable, par la nécessité d’obtenir du renseignement en période de guerre. Je découvris ensuite ce que nos livres d’histoire ne disaient pas : le 8 mai 1945 à Sétif, les massacres de Madagascar. J’appris que beaucoup de nos légionnaires, et notamment des sous-officiers, avaient débuté leur carrière militaire sous l’uniforme nazi avant d’être recrutés à la hâte pour la guerre d’Indochine. Et que là-bas, la torture et les exécutions sommaires étaient devenues pratique courante, contaminant à la fois, au sein de notre armée, ceux qui allaient se battre en Algérie de notre côté et de celui du FLN. Ma conclusion fut que la torture était le produit d’un système et non pas d’excès individuels imputables à des tortionnaires de tempérament. Ces pratiques n’étaient pas réservées à l’Algérie mais constituaient un mal inéluctable émanant de la conception même de l’Empire colonial français. Je tombai alors sur un texte prophétique de Tocqueville, datant je crois du début des années 1840, dans lequel il se demandait « où aboutirait cette cascade de violences et d’injustices, sinon à la révolte des indigènes et à la ruine des Européens ».

Profondément démoralisé, je songeai alors, profitant d’une double nationalité franco-argentine, à faire mon service militaire à Buenos Aires, ou bien à repartir de France en exprimant mon refus sans chercher d’échappatoire. Cela m’apparut, cependant, comme une désertion inadmissible, une fuite devant une histoire qui m’avait pris à la gorge. Ce qui me fit me ressaisir et rester fut de mieux connaître, en France, à la fois le combat de ceux qui sauvèrent l’honneur et l’exemple de ce que Pierre Mendès-France, face aux calculs et aux calomnies, avait réussi en Tunisie et de ce que le maréchal Leclerc serait parvenu à réussir en Indochine si le pouvoir politique ne lui avait préféré l’amiral d’Argenlieu.

De Gaulle, avec les imperfections et les compromissions d’un moment difficile, ainsi que l’incompréhension d’un entourage souvent défaillant, parvint enfin à extraire la France du bourbier colonial, tant en Algérie qu’en Afrique noire. Il laissa cependant en place les « réseaux Focart » et tout un affairisme néocolonial qui, de valise en valise et de régime en régime, crût, se multiplia et aboutit à créer la paralysie des institutions françaises d’aujourd’hui face à un mondialisme financier que le meilleur de notre tradition historique devrait cependant nous pousser à combattre.

La gangrène politique est en effet un mal qui se propage lentement et inéluctablement, qu’on ne peut arrêter qu’en sortant le corps décomposé du placard.

C’est pourquoi il est légitime que la question de la torture soit posée aujourd’hui, à condition qu’elle ne soit pas prétexte à des exercices de mauvaise conscience ou de fuite en arrière, mais d’épuration du passé pour donner sens à l’avenir. Il s’agit, en un mot, de délivrer la France d’une flétrissure qui, aujourd’hui encore, la diminue et l’empêche d’être elle-même. Il ne s’agit pas, entendons-nous bien, d’épurer le passé par peur de l’avenir mais pour mieux se battre dans l’avenir, il ne s’agit pas de se complaire dans une culpabilisation qui paralyse mais d’entreprendre un examen de conscience qui libère.

Nous le devons d’abord à tous ceux que la politique coloniale française a outragés. Nous le devons ensuite à ceux qui combattirent dans notre camp et sur lesquels ne peut peser une mise en cause collective. Nous le devons enfin aux jeunes générations avides de connaître leur passé pour y trouver des points de repère. Le but est que les mémoires de la France et de l’Algérie ne soient pas des mémoires qui rentrent en guerre dès qu’elles se manifestent ou, pire encore, pratiquent un chantage autodestructeur aux crimes de l’autre. Il est aussi, chez nous, nécessaire que les quelque 10 millions d’hommes et de femmes aujourd’hui personnellement et directement concernés par ce qui s’est passé en Algérie - les soldats, le contingent français et leurs enfants, les harkis, les juifs d’Algérie et tous les musulmans algériens et leurs enfants beurs - puissent se concerter et s’entendre afin d’oeuvrer ensemble pour l’avenir.

Enfin, il est indispensable aujourd’hui, pour notre identité future, de comprendre comment un pays civilisé et qui venait de subir les horreurs de l’occupation nazie, a pu lui-même tomber, par sa pratique coloniale, dans ce qu’il faut bien appeler la barbarie.

Paul Thibaud, par rapport à ce défi, a très bien exprimé ce que devrait être notre tâche : « On se désidentifie au passé mauvais en envisageant, en entreprenant un avenir autre, et cette distance prise fait qu’on peut évoquer le mal parce qu’on est devenu capable d’en supporter le souvenir. » Robert Badinter nous dit de son côté : « La reconnaissance du passé, aussi tragique et douloureux soit-il, est indispensable pour l’avenir car aucune nation, pas plus qu’un être humain, ne peut durablement vivre dans le mensonge. »

Concrètement, il ne s’agit pas de réclamer une repentance nationale ou de battre notre coulpe collective, mais que la France manifeste clairement sa volonté, aujourd’hui, de rompre tout lien avec son système colonial et néo-colonial. Il nous paraît étrange que, dans la France de 1956, lorsque Guy Mollet reçut les tomates d’Alger, la bonne conscience vis-à-vis de la colonisation ait été quasi totale. Aurons-nous, au contraire, le courage aujourd’hui de mener autre chose qu’une politique plus ou moins néo-coloniale, à l’échelle de l’Afrique noire et du monde ? Aurons-nous le courage d’affronter la forme que prend aujourd’hui le colonialisme financier dans le monde, ou continuerons-nous à nous y soumettre ? Là est la vraie question. En tous, cas, dans ce domaine, et où qu’il soit, François Mitterrand ne peut certainement pas être de bon conseil...

Soulignons, en passant, que le tortionnaire Paul Aussaresses acquit son « expérience du renseignement » avec les colonisateurs britanniques, en Malaisie, puis fournit le témoignage de sa propre expérience en Indochine et en Algérie aux parachutistes américains, à Fort Bragg (Caroline du Nord) avant leur départ pour le Vietnam, au début des années soixante. Explorer et expliquer ce genre de « collaboration » est, aussi, une tâche à entreprendre pour nous libérer définitivement des liens qu’elle a noués.

Oui, nous devons agit pour empêcher le retour de cette honte en créant les conditions politiques pour qu’elle ne puisse réapparaître.

L’Etat doit décider de constituer une Commission de vérité et de réconciliation, compétente sur l’ensemble des crimes commis au nom de l’Empire français, composée entre autres de juristes, d’hommes de loi et de foi, d’hommes politiques et d’historiens. Ce geste est indispensable, car ces crimes, directement ou indirectement, ont été l’oeuvre du pouvoir politique. On ne peut donc simplement laisser aux historiens la tâche de les rechercher. On ne peut pas, non plus, envisager de solution pénale. Il reste à montrer, par la constitution de cette commission, que les pouvoirs d’aujourd’hui entendent rompre avec le passé colonial et néo-colonial de la France.

Autrement, je jugerai toujours avec les yeux du jeune homme que je fus : aux actes. Car, inspiré par la mémoire, en ne cachant rien de ce qui s’est produit, c’est le parti de la vérité et de l’avenir que nous devons servir. Servant un grand projet, pour ne plus avoir honte.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard