Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 novembre - 28 novembre, Forcalquier (04) - L’association « Médiation 04 » vous invite à une conférence de Jacques Cheminade Lire 20 novembre - Dévitaliser les communes comme une dent que l’on veut arracher Lire 19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire
AccueilOrientation stratégiqueAnalyses
Brèves

LaRouche avertit contre « le narcissisme du Président Obama »

Ce titre évocateur est celui choisi par Lyndon LaRouche pour sa conférence du 11 avril à Washington, retransmise en direct sur internet. Il avait fixé cette date inhabituelle, à la veille de la fête de Pâques, sachant qu’il serait utile de diffuser très vite et très largement son analyse du premier périple international entrepris par le Président Barack Obama.

En raison du caractère particulièrement sensible du sujet, LaRouche avait préparé une déclaration écrite « afin d’éviter tout malentendu ». En effet, il entendait soulever des « questions délicates concernant l’état d’esprit du Président Obama, sans lesquelles on ne peut comprendre la situation actuelle ».

Barack Obama semble intelligent et compétent, mais sur bon nombre de problèmes, il ne sait pas de quoi il parle. « C’est pourquoi il est susceptible de se laisser manipuler ou fourvoyer par des membres de son entourage, notamment parmi certains groupes. »

{}

Lorsque le Président Obama se rendit à Londres pour la réunion du G20, « il trahit non seulement l’intérêt des Etats-Unis, mais aussi les espoirs de nombreuses nations et peuples dans le monde. Son voyage a laissé, en Europe et ailleurs, un sentiment de rage, dû à un mélange d’incompétence, de confusion et de trahison directe. »

Lorsqu’il s’envola pour l’Europe, nota LaRouche, « comme pour aller embrasser la Reine au palais de Buckingham, la situation au sein de la nouvelle Présidence était déjà mauvaise, comme en témoigne l’action de cet escroc de Larry Summers. Les projets délirants de Summers et [du secrétaire au Trésor] Tim Geithner sont le prélude à un désastre global. »

Ainsi, comme le remarque le magazine Time, « nous avons un problème particulier : le Président Obama se trouve sous l’emprise d’une cabale funeste [d’économistes comportementalistes], dont il est essentiel de le libérer ».

« Barack Obama est le Président des Etats-Unis, et je ne pense pas que cet aspect de la situation doive changer. Cependant, il y a d’autres choses qui doivent changer. (...) Nous ne sommes pas dans une récession, ni même une dépression, mais dans une désintégration globale de l’économie, au niveau planétaire. Tant que les structures actuelles resteront en place, aux Etats-Unis, en Europe et partout ailleurs, le monde sombrera de plus en plus profondément dans cet abîme, qui risque d’aboutir, d’ici une génération ou deux, à une chute des deux tiers de notre niveau démographique. (...) Des cultures, des langues, des nations entières pourraient disparaître, si la tendance actuelle de l’administration Obama se maintient. Le changement doit intervenir au plus tôt, et d’un seul coup, tant que nous disposons encore d’une équipe présidentielle rationnelle.

« L’élimination de ces facteurs, comme Larry Summers et cette clique [de comportementalistes] identifiée par Time, doit survenir immédiatement, pour la raison suivante : la situation à laquelle nous faisons face, aux Etats-Unis et sur le plan mondial, est comparable, sous bien des aspects, à Rome sous la dictature de Néron. Le caractère de notre Président (…) est effectivement de cette nature. Il n’est pas vraiment conscient de ce qu’il fait. Il ne comprend pas la plupart des questions techniques, notamment en matière économique. Il n’a pas de compréhension claire de l’intérêt stratégique. C’est une personne intelligente, à d’autres égards, mais il n’a pas développé de compétence dans les domaines dont il a largement la responsabilité en tant que Président des Etats-Unis.

« C’est pourquoi les Etats-Unis ne pourront survivre que si nous arrivons à écarter cette clique identifiée par Time, à éliminer son influence sur lui et à lui faire écouter les conseils de gens capables dans son gouvernement et d’autres postes de responsabilité.

« Le cas de l’empereur Néron incarne un précédent historique de ce genre de problème : faute d’éliminer ces facteurs, il va finir par éliminer, comme Néron, tous ses conseillers n’appartenant pas à cette équipe. Dès lors, avec la détérioration de la situation mondiale, nous irons vers un point de non retour sur la planète, un nouvel âge des ténèbres pour toute l’humanité. Le changement doit donc se faire dès maintenant. »

Que les citoyens reprennent Washington en main

Lyndon LaRouche fit ensuite remarquer que la prévision économique qu’il avait faite le 25 juillet 2007 s’était entièrement confirmée dans les faits. Si l’on avait mis en oeuvre les propositions qu’il avait avancées à l’époque et jusqu’en septembre 2007, notamment son projet de loi visant à protéger les propriétaires de logement en difficulté et assurer le bon fonctionnement des services essentiels des banques accréditées (HBPA), la crise aurait pu être évitée.

Or, au cours des derniers dix-huit mois de la Présidence Bush, et même après, toutes les mesures adoptées par le Congrès ont contribué à aggraver le désastre. A plusieurs reprises au cours de sa conférence, Lyndon LaRouche insista sur la responsabilité des dirigeants démocrates du Congrès, notamment Nancy Pelosi, Barney Frank et Chris Dodd, qui se sont soumis aux diktats de Wall Street.

« Il semble toutefois que dans les institutions fédérales et le Congrès, certains de nos Rip van Winkle* commencent à se réveiller » et à reconnaître leurs erreurs. « Je suppose que beaucoup d’entre vous pensent, comme moi, que le changement viendra en donnant au Congrès un bon coup de pied au derrière. Ce changement doit venir d’un nouveau type de responsables, comme il en émerge parmi les 80% les moins favorisés de notre population, et non pas des 20% en haut de l’échelle ni de la majorité des élus nationaux. Le leadership doit surgir des responsables locaux et des Etats, qui sont indépendants du système fédéral. »

Un sentiment particulier grandit parmi les 70 à 80% de la population les moins aisés, nota LaRouche. « Il y a parmi eux des individus dont le prestige ne vient pas de leur influence sur la scène nationale, mais qui sont d’honnêtes citoyens dotés d’une intelligence instinctive, et dans de bonnes conditions, la qualité de leadership naturelle dont ils font preuve au niveau local ou régional se développera aussi au niveau national. Des agriculteurs, des travailleurs et autres pourront passer rapidement de responsabilités au niveau des Etats à un leadership national. Nous verrons alors que nous avons de meilleures chances de survie qu’avec la composition actuelle du Congrès, qui a été mal conditionné et mal formé. (...)

« Nous devons très vite nous accorder là-dessus, c’est notre seul espoir d’en sortir. » Au cours des discussions suivant sa conférence du 11 avril, Lyndon LaRouche insista sur l’importance primordiale, pour son mouvement politique, de dénicher et d’encourager, au niveau local et des Etats, ces personnes qui pourront constituer une direction organique pour la nation.

La fraude écolo

{{}}

« Maintenant, poursuivit LaRouche, je vais régler leur compte à sept illusions populaires » en matière économique. La première, particulièrement controversée, concerne l’escroquerie de la politique « environnementaliste ». LaRouche se lança dans une réfutation de la thèse du « réchauffement climatique », dévoilant en particulier les intentions malthusiennes, voire génocidaires, de ceux qui ont orchestré ces campagnes, dont les princes Philip et Bernard avec leur Fonds mondial pour la nature (WWF).

Abordant alors les « six autres illusions », comme en dialoguant avec des dirigeants démocrates désireux de voir s’amorcer un tournant rooseveltien, LaRouche dénonça sans concession le mouvement anti-science et anti-technologie qui s’est développé avec la génération des soixante-huitards, tout en polémiquant contre l’école monétariste qui cherche à mesurer l’économie en termes d’argent ou de statistiques. « Regardez la réalité physique de l’économie. Ne demandez pas aux gens combien ils gagnent, regardez ce qu’ils mangent, ce qu’ils portent, où ils vivent. Combien de temps pourront-ils encore bénéficier de soins médicaux et d’assurance maladie ? » Voilà les valeurs qu’il faut mesurer et elles sont partout en recul.

Mais par-dessus tout, insista Lyndon LaRouche, l’aspect le plus important de la science économique est la créativité humaine. Seul l’homme peut découvrir un principe physique universel, d’où découlent des découvertes scientifiques et technologiques qui trouvent à leur tour des applications concrètes dans le domaine de la production de biens physiques, pour améliorer le niveau de vie et d’éducation de la population. « Corrélativement, se développe la capacité de communiquer des idées, qui dépend de la culture », berceau de la créativité d’une population.

Par conséquent, encourager le développement de la créativité chez tous les citoyens doit être la finalité de toute politique économique, conclut LaRouche.

Note :


* Rip van Winkle est la principale figure d’une nouvelle éponyme publiée en 1819 par l’écrivain Washington Irving. Ayant bu une liqueur avec des gens bizarres, il s’endort. A son réveil, il se rend compte que vingt ans se sont écoulés et qu’il a dormi tout le long de la Révolution américaine !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Franck • 18/08/2009 - 13:32

    Article bizarre à buts difficiles à comprendre. Par contre...Obama, c’est du solide !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Obama et vous :
Le péril béhavioriste

14 avril 2009
Politique
Obama et vous : <br>Le péril béhavioriste

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard