Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 novembre - 28 novembre, Forcalquier (04) - L’association « Médiation 04 » vous invite à une conférence de Jacques Cheminade Lire 20 novembre - Dévitaliser les communes comme une dent que l’on veut arracher Lire 19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire
AccueilOrientation stratégique

LaRouche : « L’enjeu crucial de cette crise »

Message vidéo de Lyndon LaRouche à la conférence de l’Institut Schiller des 24 et 25 novembre en Allemagne.

Le groupe de nations constituant la zone transatlantique, ainsi que d’autres, est maintenant aux prises avec la plus urgente et la plus menaçante des crises de l’histoire moderne. Trois types de questions physico-économiques doivent être examinées ici :

  • Premièrement, nous devons mettre un terme à l’entêtement à vouloir appliquer une hyperinflation monétariste qui va en s’accélérant.
  • Deuxièmement, nous devons mettre fin à l’effondrement déjà profond de l’économie physique et qui va en s’aggravant.
  • Troisièmement, nous devons mettre un terme à la menace, imminente, d’un affrontement thermonucléaire général. Une telle guerre, si elle devait avoir lieu, menacerait de détruire quasi-instantanément la civilisation à l’échelle du globe. Dans un intervalle de temps aussi court – une heure et demie environ – les grandes puissances de ce monde se verraient entraînées vers une oblitération de la civilisation.

Ces trois types de menace pesant sur l’humanité doivent être vus comme conséquence des politiques hyperinflationnistes poursuivies avec empressement par les Etats-Unis et les nations d’Europe occidentale et centrale. Une telle dynamique en Amérique du Nord et en Europe condamne le système financier à une hyperinflation irrémédiable et échappant à tout contrôle. Et tout ceci nous amène aux trois conditions devant être respectées si le danger du déclenchement soudain d’un épisode thermonucléaire et la course vers la guerre devaient être éliminés, et si une véritable reprise économique devait être lancée à la place.

La première de ces trois préconditions essentielles pour la reprise est que le groupe de nations concernées aux Etats-Unis et dans diverses parties de l’Eurasie doit immédiatement instaurer la Loi Glass-Steagall, qui doit être modelée sur le programme de reprise économique réussi lancé aux Etats-Unis au cours des années 1930 par le Président Franklin Roosevelt. La promulgation de cette loi Glass-Steagall à l’époque, a suffi à stopper aux Etats-Unis une hyperinflation similaire à celle qui dirige aujourd’hui les principales nations de la région transatlantique-nord. Ceci les empêchera de sombrer dans une hyperinflation et, avec une probabilité de plus en plus grande, dans une guerre thermonucléaire.

Deuxièmement, une reprise des économies des nations concernées dépend de la création d’un ensemble mutuel de systèmes fondés sur le crédit national [public]. Ceci signifie que les investissements à venir devront se limiter à ceux qui seront considérés physiquement dignes dans le cadre des systèmes de crédit des nations souveraines concernées. Le rythme grandissant de l’hyperinflation dans la région transatlantique doit être arrêté avec les efforts appropriés.

Avec de telles réformes, le financement national des économies souveraines sera composé des modes existants et nouveaux d’extension du crédit pour des avances dédiées à l’économie physique.

Considérez la chose de la manière suivante : selon une pratique aujourd’hui largement répandue, la richesse serait localisée, à tort, dans l’argent lui-même, ou en termes d’actifs fictifs similaires, plutôt que dans des systèmes de crédit efficaces à l’usage des processus économiques physiques. Alors qu’au contraire, n’importe quelle reprise économique exigera que les pratiques hyperinflationnistes ayant cours parmi les nations soient remplacées par des systèmes de crédit physique nationaux, tant à l’intérieur qu’entre les nations coopérantes.

Troisièmement, nous devons reconnaître que c’est l’accroissement de la richesse physique qui doit être privilégié et encouragé par l’extension de systèmes de crédit publique entre les nations. Ce système de crédit doit être garanti par l’investissement dans la création future de richesse physique productive, plutôt que dans des formes nominales de richesse monétariste, et ce mesuré par habitant et par km2 de territoire pour chaque nation. La richesse future des nations et des entreprises doit garantir l’extension du crédit national, au sein de chaque nation et entre les nations coopérantes. Cette politique économique servira tant l’investissement public que privé, dans la création des moyens de production futurs de la nation et de l’humanité en général.

Concernant les faits essentiels touchant l’humanité, nous devons d’abord ajouter qu’au delà des réformes économiques mentionnées, l’humanité ne peut plus se limiter à vivre sur Terre seulement. De plus, le processus d’évolution tel que nous le connaissons sous toutes ses manifestations, viables, d’espèces vivantes qui se sont succédées, a toujours dépendu de l’accroissement de la densité relative du flux d’énergie caractéristique à chaque catégorie d’espèces ayant survécu. Le fait est que l’humanité est la seule espèce que nous connaissions pour qui l’existence dépend, au sein même de l’espèce, du développement volontaire d’états d’évolution progressivement plus avancés. Ainsi, pour l’espèce humaine, le progrès s’exprime sous forme d’avancées toujours plus rapides dans le flux de la densité d’énergie par tête. L’humanité est la seule espèce connue dont l’existence est définie par l’usage contrôlé du feu.

La prospective d’une existence continue de l’humanité dépend par conséquent du progrès au-delà des limites de la perception sensorielle, c’est-à-dire d’un accroissement du pouvoir de décider, et ce de manière volontaire, du rôle, allant en s’accroissant, que peut jouer notre espèce dans notre système solaire et au-delà, à commencer par les régions situées autour de la Terre et de Mars puis autour des autres planètes. Toute politique allant dans le sens contraire nous conduirait, implicitement, par l’entremise de collision hasardeuse avec un astéroïde ou une comète, vers l’extinction de l’espèce humaine.

Nous devons cependant prendre en considération l’existence de certaines tendances économiques. Au cours de la période qui a suivi le déclenchement de la guerre au Vietnam par les Etats-Unis, une guerre qui a été déclenchée par l’entremise de l’assassinat du Président John F. Kennedy, et ce malgré le progrès incarné par le lancement du célèbre programme spatial américain par ce même Président, la tendance générale dans le pays et au sein des autres économies en Europe de l’Ouest et Centrale, en particulier, a été un mouvement de descente toujours plus rapide, en termes d’effets nets par tête.

La perte de potentiel économique physique, par les nations alors les plus avancées, s’est accélérée en termes de perte de compétences productives, telle que mesurée par ce critère crucial qu’est la densité du flux d’énergie, au cours de toute la période ayant suivi l’assassinat du Président Kennedy. Ceci a eu pour effet un taux grandissant de déclin net de la productivité physique par tête dans ces nations, plutôt qu’un accroissement de la part d’emplois productifs dans la force de travail.

En plus de ces considérations, l’existence de l’humanité est maintenant en péril, par les menaces que représentent tant les astéroïdes que les comètes situées dans la région s’étendant de l’orbite de Vénus jusqu’à celle de Mars. Nous devons créer les moyens de défense nécessaires.

Les scientifiques russes ont fait référence, à juste titre, au besoin de s’engager dans un programme de défense de la Terre, l’IDT, pour faire face à cette menace. Les défis que nous venons d’évoquer illustrent bien la nécessité de ce type de réformes de l’économie physique en particulier, qui doivent également inclure l’évitement de la guerre thermonucléaire, ainsi que les menaces de catastrophe économique et autres menaces plus générales pour l’humanité, car elles doivent être vues comme les moyens primaires pour une défense et une amélioration des conditions garantissant une existence continue de l’humanité.

Il est plus particulièrement urgent pour les Etats-Unis, entre autres, de revenir à une version élargie du programme spatial, non seulement pour les raisons associées à une défense spatiale en tant que telle, mais également à cause de l’urgence d’un saut grand et rapide dans la technologie, dans l’espace économique physique en général.

Le progrès n’est pas une option. La survie continue de l’humanité le demande, maintenant plus que jamais.

En conclusion, notre politique doit être la suivante : la science ne sera plus limitée aux opérations se situant dans les limites de la perception sensorielle. Nous devons entrer dans le domaine plus élevé des principes physiques, qui n’existent qu’au-delà des limites de la perception sensorielle. C’est-à-dire à l’intérieur du véritable domaine de l’esprit humain, celui des découvertes de vrais principes en tant que tels, ceux qui gouvernent au-delà de la simple perception sensorielle. Nous devons entrer, comme le mathématicien Bernard Riemann l’avait souligné à la fin de son discours pour la soutenance de sa thèse d’habilitation en 1854, dans la qualité inclusive du domaine de l’esprit, comme il fut proposé, du moins implicitement, dans le travail de collaboration de pionniers tels que Max Planck et Wolfgang Köhler dans le développement d’une conception physique, pleinement inclusive, de l’esprit humain.

Merci.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Contre la guerre, l’Initiative de défense de la Terre

9 décembre 2011
Actualité
Contre la guerre, l’Initiative de défense de la Terre

Conférence internationale de l’Institut Schiller : « Un nouveau paradigme pour la survie de la civilisation »

28 novembre 2012
Orientation stratégique
Conférence internationale de l’Institut Schiller : « Un nouveau paradigme pour la survie de la civilisation »

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard