Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

18 novembre - S&P sur le terrain :
l’hebdo du 19 novembre Lire
16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire
AccueilOrientation stratégique

Les perspectives d’un développement continu de l’humanité

Le message vidéo suivant a été présenté le 29 octobre à l’ouverture de la Seconde conférence internationale sur les questions fondamentales relatives au développement soutenable de la Nature, de la Société et de l’Homme, consacrée cette année aux décisions du Sommet mondial « Rio+20 » et célébrant le 155ème anniversaire de naissance du scientifique russe Constantin Tsiolkovsky. Cette conférence s’est tenue à l’Université de Dubna à Moscou, et a été organisée en collaboration avec l’Académie russe des sciences naturelles et l’Ecole des sciences pour le développement soutenable.

J’ai de nouveau la possibilité, par cette présentation vidéo, d’être avec vous, à l’Université de Dubna, et avec le Professor Bolshakov. Nous avons plusieurs choses à traiter.

Nous entrons présentement dans période où l’humanité se voit menacée de la pire guerre qu’elle a jamais connue dans son histoire. Nous nous dirigeons entre autres choses vers une guerre thermonucléaire, lancée par des forces britanniques qui contrôlent particulièrement bien, à l’heure actuelle, la situation aux Etats-Unis ainsi qu’en Europe de l’Ouest et Centrale, et ce dans une situation où l’Europe fait face à l’une des pires crises de son histoire : un effondrement économique couplé à une hyper-inflation pire que celle qu’a connue l’Allemagne en 1923.

Tout nous oriente vers un désastre. Aux Etats-Unis mêmes ; en Amérique centrale et du Sud ; en Afrique, un continent à nouveau soumis à l’esclavage. Les questions essentielles sont par conséquent d’ordre économique, en particulier liées à l’économie physique, et le danger de guerre thermonucléaire.

En raison des conditions prévalant actuellement aux Etats-Unis et en Europe, ainsi qu’en Russie, en Chine et dans d’autres pays, une guerre thermonucléaire ne pourra être limitée à quelques mouvements tactiques. Si une guerre nucléaire devait être déclenchée – un risque à très court terme, à l’échéance du début de l’année prochaine –, elle serait différente de toute autre guerre, y compris qui incluerait l’usage d’une où quelques armes nucléaires. Une guerre thermonucléaire est une guerre d’extermination.

Prenons par exemple les gros sous-marins américains. Les Etats-Unis disposent des plus grandes capacités à cet égard, tant dans la zone transatlantique qu’au-delà. Ces sous-marins inquiétants, dotés de capacités thermonucléaires, seraient ceux qui seraient appelés à déclencher la guerre, dans l’actuel contexte de déstabilisation régnant dans plusieurs régions. La réponse immédiate de puissances comme la Russie ou la Chine serait du même type. La guerre se résumerait, avec ce type d’armement, à deux barrages thermonucléaires.

Tout ce que vous avez à faire est de regarder la vieille super-bombe expérimentale de Khrouchtchev, dont certains d’entre vous se rappellent encore. Pensez à quoi ressemblait le ciel de Sibérie à cette époque. Il faisait très sombre. Et c’était le résultat d’une seule bombe. C’était une bombe primitive, mais qui avait des implications thermonucléaires. Aujourd’hui la situation ne sera pas la même, si cela arrive. Ce sera une guerre d’extermination. L’intention sera d’exterminer l’adversaire. C’est une guerre qui ne peut être une guerre, car une fois ce type de chose lancé – ce qui peut être fait en une heure et demie –, la plus grande partie des dommages a lieu tout de suite.

La manière d’empêcher cela est la principale question à laquelle se voit confrontée l’humanité. Il n’y a eu aucune situation similaire dans l’histoire. L’humanité a développé une arme, sur une vaste échelle, qui peut réellement causer l’extinction de l’espèce humaine, ou presque. Et ceci pourrait très bien arriver d’ici le début de l’année prochaine.

Cette guerre est en préparation depuis plus d’un an déjà, mais des personnes comme les chefs d’état-major des armées aux Etats-Unis et en Russie, ont pris des mesures visant à retarder ce que cherchent à faire la monarchie britannique et le Président Obama, qui sont les véritables instigateurs de cette guerre. Ils ont été bloqués par l’intervention d’officiers militaires et autres aux Etats-Unis et ailleurs, des personnes qui ont reconnu ce danger et réalisé que nous devions agir pour empêcher qu’il se concrétise.

Par ailleurs, en supposant que nous arrivions à éliminer ce danger (je rappelle que la guerre est déjà en préparation, n’importe quel événement pourrait la déclencher), il existe un autre problème. Une pénurie alimentaire globale. Nous sommes confrontés à des problèmes économiques qui sont relativement pires, en terme de menace pour l’humanité, que ceux que nous avons connus au cours des derniers siècles. Il nous faudra non seulement reconstruire aux Etats-Unis notre propre économie, comme vous essayez de le faire en Russie, mais également l’économie mondiale. Il faudra lui faire franchir le seuil d’une nouvelle ère.

Cette nouvelle ère est déjà en quelque sorte entamée. En supposant que nous ne sombrions pas dans une guerre thermonucléaire, l’avenir de l’humanité sera dominé par un effort commun visant à protéger la Terre contre les astéroïdes et autres corps de ce genre. Nous savons que plusieurs d’entre eux rôdent autour de nous. Nous avons cependant très peu de détails concernant leur identité. Nous ne connaissons qu’une petite fraction des astéroïdes, qui sont déjà identifiés. Nous n’avons presque pas de moyens de faire plus que d’articuler quelques modestes gestes de défense contre quelque chose qui pourrait causer de grands dommages à la Terre, à sa population, peut-être même l’extinction d’espèces entières comme cela est déjà arrivé dans l’histoire de notre planète.

Ainsi, la grande bataille, la grande guerre, celle qui est légitime et nécessaire, celle que nous devrons mener, visera à sauver l’existence de l’humanité aux frontières de Mars, entre les orbites de Mars et de la Terre. Ceci sera une préoccupation principale de tout gouvernement sain d’esprit, ou d’une planète qui aura réussi à éliminer rapidement la menace d’une guerre nucléaire.

En tant que scientifiques, nous avons été mobilisés par cette question depuis la fin des années 70 et le début des années 80, lorsque la défense de la Terre contre certains satellites ou autre type de choses était en discussion. Avec l’amerrissage sur Mars de ce formidable instrument qu’est Curiosity, nous assistons à l’arrivée sur cette planète d’un nouveau type d’équipement, qui peut interagir avec des observateurs situés sur Terre, et nous pouvons ainsi, à la vitesse de la lumière, partager les tâches entre Mars et la Terre, ce qui nous aidera grandement à affronter la menace que constituent ces corps rôdant entre les deux orbites.

Tout ceci nous amène à prendre conscience du laisser-aller que nous avons connu dans le domaine des sciences depuis quelque temps dans le monde. La science devra faire de grands sauts pour progresser. Le retard accumulé et l’usage de mauvaises méthodes en économie ont retardé le progrès de la science aux Etats-Unis. Notre pays a vu ses capacités s’effondrer en quelques décennies. Nous aurons une famine massive aux Etats-Unis, non seulement à cause des mauvaises décisions du président actuel ou de ses prédécesseurs, mais également à cause des conditions naturelles. Nous avons transféré notre production en Chine et autres parties encore plus pauvres dans le monde, là où les gens sont très faiblement payés. Nous avons, aux Etats-Unis, comme il est arrivé en Russie ou ce qui en train de se produire en Europe de l’Ouest et Centrale, des capacités de production qui ont été détruites par les décisions adoptées au cours des dernières années, plus particulièrement la fin des années 80, mais même plus avant.

L’état de l’économie est totalement désastreux sur la plus grande partie de la planète. Le taux de mortalité va s’accroître dans son ensemble, même sans une guerre thermonucléaire, à moins d’inverser la tendance actuelle en terme de politique économique à travers l’Eurasie et les Amériques. Nous devrons passer à des technologies plus avancées, comme la fusion thermonucléaire pour la production d’énergie, afin de pouvoir faire les choses nécessaires.

Nous nous dirigeons vers une période terrible, mais une période qui est également pleine de promesses, si nous nous donnons la peine de reconnaître à quel point nous avons été insouciants, depuis plusieurs décennies déjà.

Dans une période comme celle-ci, plutôt que de nous plaindre et nous inquiéter, ce qui ne résoudra rien, nous devons revitaliser la science. Nous avons besoin d’un grand programme-vecteur dans ce domaine, pour activer des possibilités de développement qui sont latentes, qui n’ont pas été promues jusqu’à présent.

Nous devrons atteindre des niveaux de technologie que nous n’avons jamais atteint jusqu’à présent. Voilà le choix qui s’impose à nous. D’un côté, la pire menace possible, de l’autre, un grand défi – surtout pour les plus jeunes, les jeunes scientifiques qui répondront favorablement à la nécessité d’une mobilisation de toute l’humanité, au lieu des absurdités qui ont causé d’énormes pertes de temps.

Nous devrons mettre en œuvre de grands programme-vecteur dans la science, qui prendront le relais pour le développement de la Terre mais également celui de la Lune, comme tremplin pour mettre le pied sur Mars et y soutenir une activité permanente. Nous nous doterons de sources d’énergie beaucoup plus denses, comme la fusion thermonucléaire, qui nous permettront de nous rendre sur la Lune et sur Mars en une semaine environ.

Il nous faudra une génération pour y arriver, mais en attendant nous pouvons déjà nous engager dans cette direction.

Dans une situation où l’économie des nations européennes, ainsi que celle des nations nord-américaines s’effondrent, et ce à un taux inimaginable dans le passé, nous devrons changer d’orientation, nous diriger vers le haut. Cela signifie mettre fin à la politique verte, qui ne peut survivre à moins de sacrifier l’humanité. Une politique verte est impossible à moyen terme, l’espèce humaine ne peut continuer d’exister dans ces conditions. Il nous faut une haute technologie, des flux d’énergie élevés, et une physique très avancée. Voilà ce dont nous avons besoin pour garantir la survie de l’humanité. Les jeunes gens, en particulier dans les universités, qui sont intéressés par la science, sont les garants de l’avenir, ceux qui rendront possible ce dont nous avons si désespérément besoin.

Merci.

Le discours en vidéo (version originale)

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • petite souris • 03/11/2012 - 14:06

    la monarchie britannique et le Président Obama sont les véritables instigateurs de cette guerre.
    ..... et not’président qui fera comme eux puisque grâce à not’ancien président la France a rejoint le "machin" (l’OTAN)
    Tous les deux sont responsables de ce qu’il va arriver
    La France, patrie des droits de l’homme devrait être à la tête de la croisière anti guerre
    La terre de France et le peuple de France se souviennent dans leur chair des dernières guerres ..... la der des der qu’ils disaient ! même qu’on a eu 1/27° du prix Nobel de la paix !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Alors messieurs nos gouvernants ....... vous devez sauver et continuer la construction par le développement du pays que vous gouvernez pas le détruire  !!!!

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Lavrov veut éviter qu’à l’« automne arabe » succède un « hiver nucléaire »

4 octobre 2012
Actualité
Lavrov veut éviter qu’à l’« automne arabe » succède un « hiver nucléaire »

Intervention d’Helga Zepp-Larouche au Forum de Rhodes sur le Dialogue des civilisations

10 octobre 2012
Orientation stratégique
Intervention d’Helga Zepp-Larouche au Forum de Rhodes sur le Dialogue des civilisations

Contre la guerre, l’Initiative de défense de la Terre

9 décembre 2011
Actualité
Contre la guerre, l’Initiative de défense de la Terre

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard