X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégiqueCommuniqués
Communiqués

Lettre ouverte de Helga Zepp-Larouche au SPD et aux syndicats allemands.
Oui à un plan Lautenbach, non à la politique d’austérité !
Oui à un changement de politique, non à un changement de régime !

La rédaction

Nous avons jugé extrêmement important de communiquer ce texte de nos amis allemands du Büso aux travailleurs français. Il montre la gravité de la situation en Allemagne. Le cas de la France n’est donc pas unique. C’est de politique européenne qu’il faut changer. En combattant la guerre illégale contre l’Irak, Paris et Berlin sont entrés dans le Rubicon. Maintenant, nous devons le franchir en gagnant la paix. C’est-à-dire offrir à nos pays et à nos peuples une politique de croissance, de justice sociale et de progrès technologique, en jetant les bases, pour y parvenir, d’un nouvel ordre économique et monétaire international - un nouveau Bretton Woods et un Pont terrestre eurasiatique pour la paix. Pas contre le peuple américain ou les Etats-Unis, mais pour faire tomber les faucons fascistes de l’administration Bush. L’histoire que nous vivons exige une grande querelle.

Chers membres du SPD et des Syndicats,

La crise gouvernementale qui risque de se produire si on en arrive effectivement à un vote de censure le 1er juin, lors du congrès extraordinaire du SPD, mérite une réflexion sobre. Ceux qui, aujourd’hui, réagissent émotionnellement, sans tenir compte de tous les aspects de la situation si complexe dans laquelle nous nous trouvons, peuvent être bien intentionnés et commettre néanmoins une erreur grossière. En effet, la volonté de certains membres de l’aile gauche du SPD, soutenus par plusieurs syndicats, de changer les aspects de l’Agenda 2010 du chancelier Schröder qui pénalisent durement la partie la plus démunie de la population est totalement justifiée. Car les coupes claires dans le système de santé et dans les allocations-chômage détruiraient le système social que cet agenda est censé sauver. Ces mesures sont tout à fait injustes et, du point de vue économique, aberrantes. Mais les propositions des critiques du chancelier Schröder d’une part n’offrent pas de solution aux problèmes et d’autre part ne tiennent pas compte du contexte politique plus large dans lequel se trouve actuellement engagé le gouvernement.

Car le parti de la guerre américain qui vient de mener la guerre contre l’Irak, en violation du droit international, et en a déjà annoncé d’autres contre des pays dits voyous, est déterminé à punir les partisans de la paix. Rumsfeld et Perle ont appelé ouvertement à un « changement de régime » à Berlin. Cheney, Rumsfeld, Rice, Perle et Powell ont également annoncé des mesures punitives » contre le gouvernement français et on a même parlé d’exclure la France de certains sommets internationaux. Nous avons donc toutes les raisons, ici en Allemagne, de ne pas hurler avec les loups contre le chancelier Schröder.

Le problème que nous avons - non pas avec l’Amérique, mais avec ce gouvernement américain -, c’est que les membres du parti de la guerre, les Cheney, Rumsfeld, Wolofwitz, etc., défendent une nouvelle idéologie impériale, amalgamant les idées de Bertrand Russell et de HG Wells sur un empire mondial anglo-américain et le fascisme philosophique d’un Leo Strauss. Se réclamant lui-même de Nietzsche, Carl Schmitt et Heidegger, et mentor de pratiquement tous les membres du parti de la guerre, Leo Strauss croyait entre autres qu’il était légitime de recourir à des « mensonges nobles » et à la « mystification religieuse » pour exercer un pouvoir absolu. Si l’on étudie la pensée de Leo Strauss, on comprend beaucoup mieux les déclarations de certains membres du gouvernement américain, qui sont ses disciples intellectuels. Schröder et Chirac, avec Poutine et la majorité écrasante des pays et peuples du monde, ont eu absolument raison de refuser cette guerre et de défendre à la fois le droit international et les intérêts de leur nation. Mais lorsque Schröder réagit aux critiques au sein de son parti en organisant un vote de confiance, dans l’espoir de pouvoir convaincre 80 ou 90% des participants du bien fondé de l’Agenda 2010, c’est faux du point de vue économique, injuste sur le plan social - et très dangereux sur le plan politique. En effet, que se passera-t-il s’il n’obtient pas les 80 % ?

Et s’il gagne ? Alors l’Allemagne s’enfoncera plus encore dans la dépression, de même que la France, dont le gouvernement impose une austérité tout aussi brutale. Il suffit d’étudier le processus historique depuis les gouvernements Müller (1928-30) et Brüning (1930-32) jusqu’à l’arrivée au pouvoir d’Hitler, pour prévoir comment la situation peut évoluer.

Le noeud gordien

Ceci nous amène au vrai noeud gordien. Le gouvernement Schröder et les auteurs de l’Agenda 2010 refusent de reconnaître que l’économie mondiale se trouve dans une dépression tout aussi grave, mais plus généralisée, que celle des années 1930. On croit plutôt avoir affaire à des « faiblesses conjoncturelles » et à « un déclin mondial de la croissance », la conjoncture devant s’améliorer avec la « victoire » américaine.

Au contraire, nous nous trouvons dans la phase finale de l’effondrement systémique du système financier et monétaire mondial.

Comment se fait-il que les gouvernements allemand et français, malgré leur hostilité à la guerre, aient une politique économique aussi à côté de la plaque ? La vérité, c’est que, tout en rejetant la politique impériale straussienne de ce gouvernement américain, l’Europe défend une politique éco nomique néo-libérale, dans la tradition de von Hayek ou de Raymond Barre.

Et c’est ce système néo-libéral qui est à l’origine de la situation catastrophique de l’économie réelle - en Allemagne et dans le monde.

Sous une avalanche de lois, de décrets et de réglementations, la manière dont la société crée de la richesse a changé. Ce ne sont plus les investissements dans le progrès scientifique et technologique ou le travail honnête qui créent de la richesse sociale, mais la spéculation financière, la « valeur aux actionnaires », l’« argent-roi » ; ce qui rapporte, ne sont plus les investissements pour obtenir la meilleure qualité possible de produits, mais la production bon marché et les flux tendus. On ne soutient plus les petits et moyens entrepreneurs qui contribuent à la prospérité générale, mais les requins qui, grâce à la privatisation de secteurs relevant de l’intérêt général, font des profits scandaleux.

Dans les années 30, l’économiste Wilhelm Lautenbach a proposé un plan économique dont le principe est encore valable pour résoudre la crise aujourd’hui. L’idée principale est la suivante : dans une économie en dépression, les mécanismes normaux d’une économie de marché ne fonctionnement plus parce que le pouvoir d’achat baisse et que la confiance des consommateurs disparaît. Il est donc tout à fait erroné, dans ces circonstances, de réduire les coûts, notamment du budget public, car l’austérité détruit plus encore les capacités de production, fait chuter les recettes fiscales, creuse le trou budgétaire et oblige à encore plus d’austérité. Seul l’Etat peut relancer l’économie. Le problème le plus urgent est de combattre le chômage, qui représente les coûts les plus lourds. Par conséquent, l’Etat doit émettre des crédits publics destinés exclusivement aux investissements productifs, qui créent une vraie valeur en capital et concernent des secteurs dans lesquels on investirait si l’économie se portait bien, par exemple les projets d’infrastructure et les technologies de pointe qui stimulent la productivité de l’économie et du travail.

Lautenbach faisait valoir que, grâce à la relance directe et indirecte de l’économie, les recettes fiscales encaissées finiraient par dépasser les crédits accordés au départ. Si le plan Lautenbach avait été appliqué en Allemagne en 1931, on n’aurait pas eu, deux ans plus tard, les conditions sociales ayant permis la montée du nazisme. A l’époque, une proposition similaire était défendue, côté syndical, par l’économiste socialiste de l’ADGB, Vladimir Woytinsky. Aux Etats-Unis, le président Franklin Roosevelt sortit l’économie américaine d’une dépression comparable à l’aide d’une méthode similaire.

Sortir de la crise aujourd’hui

Pour résoudre la crise aujourd’hui, la France et l’Allemagne, ensemble, doivent d’abord abolir le pacte de stabilité européen. Ensuite, des crédits publics doivent être massivement émis en faveur des infrastructures de base et de l’économie productive, en partant du point de vue qu’il faut créer cinq millions d’emplois et que chaque nouvel emploi créé, par exemple dans le bâtiment, coûte environ 12 500 euros.

Ainsi, le programme de transports transeuropéens doit être mis en place de toute urgence, surtout en vue de l’élargissement de l’Union européenne. La Commission européenne vient de reconnaître que les moyens financiers prévus en 1994 pour la réalisation de ce projet étaient beaucoup trop faibles. Si ce programme d’infrastructures transeuropéen est relié par des corridors de développement avec la Chine, l’Inde et d’autres pays asiatiques, alors, un Pont terrestre eurasiatique pourra être réalisé relativement vite. Autour et à partir de ces infrastructures, des investissements industriels pourront créer des emplois qualifiés et faire rayonner le progrès scientifique.

Ce concept - la mise en place du Pont terrestre eurasiatique comme locomotive de la relance économique mondiale - vient de l’économiste américain Lyndon LaRouche. Ce n’est plus seulement une idée, il est en train d’être réalisé, concrètement, par la Chine, l’Inde, la Corée du Sud et les pays membres de l’ASEAN. Lyndon LaRouche se présente à l’investiture présidentielle du Parti démocrate américain et, d’après les statistiques de la Commission électorale fédérale, il a pour l’instant reçu davantage de contributions financières individuelles pour sa campagne que tout autre candidat. Il existe donc bien une solution au dilemme. Il est nécessaire de lancer une large discussion parmi toutes les institutions économiques et sociales sur les mesures à prendre et les changements à opérer pour assurer un avenir positif pour notre pays et pour toute l’Europe. Nos pays ne sont pas des entreprises S.A. et nos populations ne sont pas une collection de travailleurs indépendants. Charles de Gaulle avait raison de dire que la France a une mission dans le monde. C’est vrai aussi pour l’Allemagne et pour l’Europe.

Face aux dangers de la situation mondiale, face au risque d’une guerre larvée et permanente, face à l’effondrement économique, l’Europe doit adopter une politique de « paix par le développement mutuel ».

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard