Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégique
Articles variés

Derrière les attaques contre LaRouche : le complot des anti-conspirationnistes

Cet article a été initialement publié dans Nouvelle Solidarité, le 12 mai 2006.

Adolescent, j’étais l’heureux propriétaire d’une tortue. Un printemps, sortant de son terrier où elle se terrait chaque hiver pour échapper au gel, ma tortue s’était remise à parcourir mon jardin. Mais voilà qu’un beau jour, je la vis se livrer à une curieuse activité. Mon père, dans un moment d’inattention, avait abandonné dans un coin discret du jardin une de ses pantoufles. Et ma tortue, dans un superbe élan pour garantir l’immortalité biologique de son espèce, pénétrait énergiquement la pantoufle en tentant vainement de la féconder.

Voilà l’image qui nous vient à l’esprit quand on examine les différentes tentatives médiatiques et policières visant à salir la personne, les idées, le mouvement et la campagne de Jacques Cheminade.

Prenons d’abord le livre L’obsession du complot de Frédéric Charpier, publié aux Editions Bourin en septembre 2005. Ce « journaliste d’investigation », collaborateur de Karl Zéro, est devenu, après quelques polars dans la collection Fleuve Noir, le spécialiste de l’histoire de l’extrême gauche (Histoire de l’extrême gauche trotskiste), de l’extrême droite (Génération Occident) et surtout de la police (Au coeur de la PJ). Dans sa notice de présentation, l’éditeur de ce dernier livre note que : « Guide averti, à partir d’entretiens et de documents internes étonnants, l’auteur a pris son ticket d’entrée au pays des nouveaux flics. »

En lisant son livre, il nous semble que l’auteur, loin du professionnalisme de la police scientifique française, semble se complaire dans les oeuvres de basse police, qui malheureusement, comme nous le savons, se portent à merveille dans le pays de Fouché, y compris au sommet de l’Etat.

Si L’obsession du complot se prétend une dénonciation d’un complotisme maladif, l’auteur n’hésite pas à en rajouter une louche à chaque page, rendant la mayonnaise encore plus excitante, précisément pour les fascinés de la chose. Pour vivre, il faut bien vendre…

Un syllogisme bien précis se dégage néanmoins de l’oeuvre. D’abord, l’inventeur du conspirationnisme serait l’abbé Barruel, un père jésuite qui dénonça la révolution française comme un complot judéo-maçonnique anti-chrétien inspiré par les « Illuminés de Bavière ». Ensuite, ce complotisme, après diverses métastases, se retrouve dans l’odieux Protocole des Sages de Sion, un document forgé de toutes pièces par les services secrets du tsar, accusant les juifs de vouloir prendre le contrôle du monde. Jusque-là tout est exact. Mais la conclusion dérive sans nuances : quiconque pense qu’aujourd’hui la mondialisation permettrait à des puissances financières de contrôler la planète, serait « logiquement » antisémite et d’extrême droite !

C’est là évidemment que Charpier introduit « Lyndon LaRouche qui occupe une place à part dans le Landernau du conspirationnisme ». Sur huit pleines pages, Charpier aligne le best-off des racontars, balivernes et autres fruits de l’espionite de base sur Lyndon LaRouche, en s’inquiétant surtout que ce dernier ait pu être pris extrêmement au sérieux par William Clark, haut responsable du National Security Council américain. Charpier, par maladresse, finit quand même par dévoiler un peu ses propres options politiques quand il accuse LaRouche d’un horrible crime : « LaRouche était un ami de Yasser Arafat et un partisan de l’OLP » qui passe « aux Etats-Unis, comme un des éléments du lobby pro-Arabe ». Etre pro-Arafat ou pro-arabe équivaut donc, sans transition, à être antisémite ?

Par ailleurs, il accuse un des conseillers « juifs » de LaRouche, Jeffrey Steinberg, de suivre « tout particulièrement les activités du Mossad qui constituent la clef de voûte de la conspiration juive version larouchienne. »

C’est une contrevérité absolue car Jeffrey Steinberg, qui se trouve lui-même appartenir à une vieille famille juive, suit les activités de tous les services de renseignement, y compris français, et a de nombreux contacts en Israël. Tant de stupidités sont entonnées à l’envi pour tenter de leur donner une crédibilité de « bruit de fond ». C’est à cet exercice que s’est livré le 15 avril Patrick Pesnot, dans « Interview avec Monsieur X », son émission conspirationniste habituelle sur France Inter, consacrée cette fois-ci au… conspirationnisme.

Pesnot utilisa le syllogisme du livre de Charpier comme charpente de son émission. Bien que dans sa forme, l’émission prétende, sans les nommer, dénoncer les héritiers de feu Henri Coston et son équipe de Lectures Françaises (Ratier et Cie), pour qui la synarchie et la Trilatérale ne seraient qu’une nouvelle version du « complot juif mondial », Pesnot semble puiser ses informations aux sources mêmes qu’il entend discréditer.

Bien que LaRouche y soit présenté comme un dangereux illuminé, escroc et gourou, Pesnot est forcé de reconnaître qu’il est très bien renseigné et a une formidable audience dans le monde. De même, Monsieur X accuse Cheminade en France, un homme « incontestablement intelligent », d’avoir forcément agi comme LaRouche aux Etats-Unis et même d’avoir réussi à se présenter aux présidentielles de 1995, ce qu’il tente de refaire aujourd’hui…

Après la lecture d’un long extrait des textes de l’ADFI « prouvant » que le parti de Cheminade est plus proche de la secte que d’un vrai parti politique, Monsieur X conclut : « Mais je voudrais revenir sur un point qui a attiré votre attention : l’argent. D’où venait l’argent de LaRouche. Eh bien, parfois, les conspirationnistes peuvent être victime de leur propre méthode. Parce qu’on a dit et écrit que l’anti-communiste LaRouche était en réalité un agent soviétique. (...) ce qui expliquerait qu’il ait connu, après l’effondrement de l’Union soviétique, quelques difficultés. Amusant non ? »

C’est là où l’on doit s’interroger sur la véritable « identité » de Monsieur X, agissant visiblement au grand jour pour un « cabinet noir » en charge de salir ceux qui dérangent. Selon l’encyclopédie on-line Wikipedia, « l’identité de X reste mystérieuse, Patrick Pesnot affirme l’ignorer mais a tout de même donné avec parcimonie quelques détails. X serait un homme d’environ 80 ans, peut-être d’origine russe. Engagé très jeune dans la Résistance, il aurait fait partie du SDECE et aurait même brièvement séjourné en prison à la fin des années 1940. Il serait en quelque sorte le porte-parole d’un « club » d’anciens des services désireux de raconter leur histoire. »

On serait évidemment tenté de penser à une figure comme l’antimarxiste virulent Pierre Faillant de Villemarest, qui aurait le profil adéquat pour Monsieur X et dont les livres sont d’ailleurs référencés par Patrick Pesnot dans d’autres émissions sur France-Inter. De Villemarest, que même Radio Courtoisie évite à l’antenne car il se montre incapable de réprimer ses tirades contre un prétendu « complot mondial juif », serait une des sources probables de cette ligne contre LaRouche et Cheminade. M. de Villemarest voit partout des agents du KGB avides de corrompre l’Occident, mais sa voix ne correspondrait apparemment pas à celle de Monsieur X. L’autre personnage, également proche de cette mouvance « ultracatholique » ayant véhiculé ce genre d’absurdités, est Clara Gaymard-Lejeune, fille de feu le professeur Jérôme Lejeune. Elle écrivit (p.73) dans son livre La vie est un bonheur- Jérôme Lejeune, mon père (Editions Criterion, 1997) que : « C’est peut-être s’aventurer trop loin que de constater que Nouvelle Solidarité a arrêté ses publications au moment de la chute du mur de Berlin, faute désormais de moyens venant de l’Est communiste. »

Avant Clara, Droit de Vivre, le journal de « Laissez-les-Vivre » écrivait déjà en 1986 : « Qui est en réalité cet inquiétant personnage qu’est LaRouche ? Un gauchiste reconverti à l’extrême droite ? Un agitateur professionnel ? Un provocateur à la solde du KGB ou de la CIA ? Un sous-marin de Khadafi ? »

Notons aussi que Clara Gaymard-Lejeune s’est engagée depuis peu avec le banquier américain Félix Rohatyn dans l’Agence Française pour les Investissements Internationaux (AFII), afin de promouvoir la place financière de Paris auprès des spéculateurs anglo-américains

(voir Nouvelle Solidarité du 7 avril 2006), tandis que notre mouvement a dévoilé l’opposition farouche du pseudo-démocrate Rohatyn au retour à une politique du type « New Deal » de Frankin Roosevelt, tel que le préconise Lyndon LaRouche.

Charpier et Pesnot ne sont évidemment que des exécutants subalternes dans cette affaire, chargés de déballer en vrac tout ce qui pourrait nuire à la réputation et à l’honneur d’un LaRouche de plus en plus écouté par des membres du Sénat américain, et d’un Cheminade en mesure d’obtenir le parrainage de cinq cents maires pour l’élection présidentielle de 2007.

En 2002, la campagne diffamatoire de Nicolas Miguet avait empêché Cheminade d’être candidat. Ces émules semblent déjà sur les rangs pour 2007, mais cette fois, les circonstances historiques ne leur sont plus favorables et le combat aura lieu, sans autre forme de conspiration, cartes sur table et, grâce à Internet, avec une opinion publique prise à témoin.

Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard