Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégique

Irak, Syrie, Ukraine : démasquons la propagande de guerre !

Il semble que Huxley et Goebbels ont conclu un mariage heureux. Pour le premier, il suffisait de répéter des milliers de fois un mensonge pour qu’une grande majorité de la population finisse par le reconnaitre comme vérité. Pour le deuxième, plus le mensonge est gros, plus ça marche !

JPEG - 33.8 ko
Tony Blair reste au centre de la propagande de guerre
Crédit : is-a-cunt.com

Aujourd’hui, on ne peut que constater qu’une partie de la presse participe activement à ce qu’elle sait être de la propagande de guerre. Après l’Irak et la Syrie, la voilà à l’œuvre sur l’Ukraine !

« Armes de destruction de masse » en Irak

Bien rare, et oh combien de temps après, ont été ceux qui ont reconnu que le « dossier » sur les armes de destruction de masse, supposées capables de frapper n’importe quelle ville d’Europe en moins de quelques heures, fut un faux.

Alors que les Nazis furent pendus à Nuremberg pour avoir fomenté des guerres d’agression, Tony Blair, dont les spin-doctors avaient cuisiné le document pour entrainer les Etats-Unis dans une guerre d’auto-destruction en Irak, n’a pas encore été inculpé pour crimes de guerre. Pire encore, il cumule sa fonction de président du Quartet chargé d’organiser la paix au Proche-Orient avec son poste de conseiller international de la banque new-yorkaise JP Morgan, ennemi historique de Franklin Roosevelt et de sa loi coupant les métiers de banque en deux. Voilà la dernière personne que Netanyahou a rencontrée avant de transformer Gaza en nouvelle Numance.

« Attaque à l’arme chimique » en Syrie

Encore plus rare, ceux dans le camp occidental remettant en cause la responsabilité du régime syrien de Bachar el Assad dans l’attaque aux armes chimiques à Ghouta, dans la banlieue de Damas. Pourtant, dans un rapport publié par le Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’ancien inspecteur de l’armement Richard Lloyd et le professeur Thedore Postor ont conclu que l’attaque au gaz sarin « n’avait pas pu » partir du secteur sous contrôle gouvernemental indiqué par la carte publiée par la Maison Blanche le 30 août 2013. Des sources françaises bien renseignées pointent du doigt le rôle des Britanniques dans le montage de cette opération, une manœuvre financée par l’Arabie Saoudite visant à provoquer une intervention étrangère.

Le vol MH 17 « abattu par Poutine » en Ukraine

Si les États-Unis et l’UE passent aux sanctions, c’est parce que la Russie est responsable du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines. L’UE s’est fidèlement alignée sur les États-Unis, puisque le secrétaire d’Etat américain a affirmé dès le 20 juillet disposer de « preuves éclatantes » et déclamé sur CNN qu’il « est assez clair qu’il s’agit d’un système qui a été transféré de Russie et remis aux mains des séparatistes » pro-russes en Ukraine et que ces derniers bloquaient l’accès au site et refusaient de livrer les corps aux enquêteurs.

Pourtant, y compris aux États-Unis, l’agence Reuters précisait le 22 juillet : « Selon les estimations de responsables du renseignement américain, les séparatistes pro-russes ont probablement abattu accidentellement l’avion de ligne malaisien à l’est de l’Ukraine. Cependant, les États-Unis ne savent pas exactement qui a tiré le missile sol-air. ». Doute partagé par Associated Press qui écrivait qu’« il n’y a pas de lien entre le gouvernement russe et la chute de l’avion. Si vous nous demandez qui a tiré le missile : nous ne connaissons pas le nom, nous ne connaissons pas le rang, nous ne sommes pas encore à cent pour cent sûrs de l’origine du tir.

Pour sa part, le journal Politis rappelle que les corps des victimes ont été dûment rendus par les insurgés ukrainiens aux autorités néerlandaises. « Entreposés dans de bonnes conditions », comme l’a reconnu Peter Van Vliet, expert médico-légal hollandais présent sur place. Bien loin des accusations de saccage lancées par le camp occidental. Ajoutons que les boîtes noires de l’avion du vol MH17 ont bien été remises par les mêmes insurgés à la Malaisie. Suffisamment « intactes et en bon état » pour que le colonel Mohamed Sakri, du Conseil de la sécurité nationale malaisienne, les en félicite. Bien loin des soupçons de manipulations abondamment répercutés par les médias. Enfin, le 23 juillet, le Conseil néerlandais de sécurité (DSB) annonçait qu’il prenait le contrôle de l’enquête sur le crash avec un groupe de 24 experts internationaux, dont des Ukrainiens et des Russes. Bien loin des insinuations d’entrave à toute investigation qu’auraient exercée les rebelles.

Comme le précise Politis :

En attendant d’en savoir un peu plus sur les tenants et aboutissants de cette tragique histoire, des premiers enseignements peuvent en être tirés. Et ils ne sont guère glorieux pour le camp occidental. Les autorités occidentales ont confirmé une propension à l’amateurisme et à l’infantilisme qui est le propre des puissances acculées (cf. aussi les fiascos syrien, libyen, irakien, afghan...). Les ‘preuves accablantes’ du secrétaire d’État Kerry — où sont-elles ? — ne firent guère que rappeler le lamentable épisode des armes de destruction massives irakiennes, qui fit la honte du général Colin Powell en février 2003. Les médias dits ‘mainstream’ ont achevé de se ridiculiser et de se discréditer en relayant sans la moindre nuance tous les éléments de langage que leur distillaient les autorités. Entre insinuations grotesques et documents à charge bidonnés (entre autres, la vidéo diffusée par France 2 où l’on voit un camion lance-missiles ‘Buk’ attribué aux insurgés... mais, comme cela s’est vérifié ensuite, filmé en territoire contrôlé par les forces régulières de Kiev).

Que disent les professionnels du renseignement américain ?

Cette désinformation sur l’Ukraine, promu par des occidentaux et l’OTAN qui ont décidé d’aller en guerre contre le monde des BRICS pour sauver un système financier à l’agonie, vient d’être confirmée par une lettre ouverte au Président Barack Obama signée par plusieurs officiers du renseignement américain à la retraite regroupés dans Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS). Ils écrivent :

En tant qu’analystes du renseignement à la retraite habitués à attendre, sauf dans des cas d’urgence, des preuves concluantes avant de se précipiter dans un jugement, nous estimons que les accusations contre la Russie doivent être fondées sur des preuves plus convaincantes. Plus encore lorsqu’il s’agit d’incidents sensibles comme le crash d’un avion de ligne. Par conséquent, nous sommes fortement troublés par l’amateurisme qui à pu conduire à présenter des preuves floues et peu sûres, notamment par la voie des ’réseaux sociaux’.

En tant que professionnels, l’usage non professionnel ou partiel de renseignements nous met dans l’embarras. Et tant qu’Américains, nous cultivons l’espoir que, si vous disposez en effet de preuves plus concluantes, vous aller trouver le moyen de les rendre publiques au plus vite. En accusant la Russie d’être directement ou indirectement responsable, le secrétaire d’Etat John Kerry a été particulièrement affirmatif. Les preuves ne le sont pas. Ses déclarations sont prématurées et portent la marqua d’une tentative d’intoxiquer les membres du jury.

Si les renseignements sur le crash de l’avion sont aussi faibles que laissent apparaitre les bribes qui sont entrées dans le domaine public, nous vous suggérons fortement d’annuler la guerre de propagande et d’attendre les conclusions de ceux chargés de l’enquête (…)

Nous vous renouvelons également nos recommandations du 4 mai, visant à enlever les causes de cet affrontement, en affirmant publiquement qu’il est hors question que l’Ukraine puisse faire partie de l’OTAN et que vous êtes personnellement disposé à rencontrer le Président Poutine afin de discuter comment déminer la situation et reconnaitre les intérêts légitimes des parties engagées dans le conflit. La suggestion d’une rencontre au sommet a eu un écho retentissant dans les médias russes indépendants. Pas dans la presse américaine. Nous n’avons d’ailleurs pas eu de réponse non plus de votre part. La courtoisie d’une réponse s’impose.

JPEG - 403.2 ko
Crédit : S&P, Rémi Lebrun

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Tony Blair, le cerveau de la guerre de Gaza ?

4 février 2009
Brèves
Tony Blair, le cerveau de la guerre de Gaza ?

Compte-à-rebours vers la guerre : la doctrine Blair contre la doctrine Poutine

28 mai 2012
Actualité
Compte-à-rebours vers la guerre : la doctrine Blair contre la doctrine Poutine

Nouvelle guerre en Irak, dernier cadeau de Tony Blair

17 juin 2014
Actualité
Nouvelle guerre en Irak, dernier cadeau de Tony Blair

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard