Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégique

Le cannabis ne peut être admis comme médicament !

Agnès Farkas s’est entretenue avec le professeur Jean Costentin, Membre titulaire des académies nationales de Médecine et de Pharmacie, et Président du Centre National de Prévention, d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT).

JPEG - 56.8 ko

Agnès Farkas : Après avoir autorisé l’installation en France de « salles de shoots » pour les toxicomanes, le 5 juin 2013 le ministère de la santé a pris un décret modifiant le code de la santé publique afin de « permettre la délivrance d’une autorisation de mises sur le marché de médicaments contenant du cannabis ou ses dérivés ».

Jean Costentin : Il s’agit hélas d’un pas de plus dans la direction d’une banalisation des drogues. J’entends dire : oui mais la morphine ? La morphine est un analgésique actuellement encore irremplaçable, incontournable. S’agissant du cannabis et de son tétrahydrocannabinol (THC), on n’est pas du tout dans ce cadre là. Cette drogue n’apporterait pas le dixième des bénéfices qu’apporte la morphine à la thérapeutique, et elle comporterait bien plus de risques et inconvénients.

Ce dessein d’inscrire, dans la précipitation, le cannabis et certains de ses composants dans la pharmacopée participe aux pressions qui s’exercent pour obtenir la dépénalisation de cette drogue, préalable évident à sa légalisation.

L’agence du médicament pourrait donc donner le feu vert pour le développement, par l’industrie pharmaceutique, de médicaments à base de cannabinoïdes de synthèse, ce qui était jusqu’alors interdits en France ?

Pas seulement de synthèse ! Le cannabidiol et le THC sont si abondants dans le cannabis qu’il est moins coûteux et plus simple de les extraire de la résine de cannabis (le « shit » ou « haschich ») que de les synthétiser. Par contre, actuellement se développent des cannabinoïdes de synthèse différents du THC, sorte de variations sur un thème donné, qui sont encore plus puissants. C’est ce qu’on trouve dans les spices, par exemple, qui sont brulés comme de l’encens et diffusent dans la pièce, si bien qu’il n’est plus nécessaire de le fumer (dans des « joints » ou « pétards ») mais qu’il suffit d’en inhaler les fumées dans la pièce pour se mettre à divaguer.

Justement, le centre de contrôle des poisons américain rapporte une analyse indiquant, qu’entre 2010 et 2011, ils ont eu 4500 appels pour des intoxications dues à des cannabinoïdes de synthèse chez des adolescents, avec parfois des atteintes cardiaques d’une gravité certaine.

Ajoutez à cela que pour le moment, on ne sait pas détecter un certains nombre de ces substances, car elles ont des structures chimiques nouvelles. L’expertise toxicologique ne détecte pas le THC sur des individus ayant provoqué des accidents sur la voie publique ; alors qu’il s’agit d’un produit voisin, développant le même type d’effet, mais de façon encore plus puissante.

JPEG - 8 ko

En me connectant au site officiel de la santé du Canada j’ai découvert qu’un dérivé du cannabis était déjà autorisé en tant que médicament sous l’étiquette Sativex®.

C’est exact ! La pression de puissants lobbies a déjà remporté, au Canada et en quelques autres pays, cette « victoire » qui me parait bien amère. Les promoteurs de ce « médicament » ont tellement peur des effets du THC, qu’ils lui ont rajouté du cannabidiol, dans l’espoir de potentialiser les effets recherchés et d’amoindrir ceux qui sont redoutés. C’est du bricolage ! et cela n’a pas grand-chose à voir avec la science du médicament, j’ai dit la pharmacologie. D’un côté cette dernière développe des produits très purs, et de l’autre, on bidouille des mélanges en misant sur des interactions.

Toujours sur le site canadien, ils disent ne pas savoir comment les cannabinoïdes de synthèse agissent scientifiquement sur les organes. J’ai pourtant l’impression que l’on connait depuis longtemps les effets néfastes de ces produits.

Nous connaissons bien les mécanismes d’action du THC. On connait mal l’action du cannabidiol car il agit selon un mécanisme différent, mal identifié, donc moins connu que celui du THC. Leur association espère, nous l’avons dit, augmenter l’efficacité analgésique du THC et simultanément amoindrir ses effets psychotogènes (inducteurs de délires et d’hallucinations) très justement redoutés, puisque ce sont ceux des psychoses, c’est à dire de la folie au sens ordinaire du terme.

De plus le THC induit une dépendance psychique. Elle transforme l’expérimentation en usage erratique, puis en usage régulier, puis semi-chronique puis enfin chronique. Elle fait accéder à l’abus, à la pharmacodépendance, au besoin impérieux de consommer le produit pour échapper aux troubles psychiques et même à un certain degré physiques que ferait apparaître sa privation.

Pourtant, il est bien question de bénéfices pour la santé ?

Les bénéfices excipés sont, pour chaque effet revendiqué, d’un niveau modeste, voire très modeste, comparés à ceux des médicaments de référence.
Par exemple, les effets anti nauséeux / anti émétiques sont mineurs, comparés à ceux des sétrons (Kytril®, Navoban®, Zophren®….) dont l’action est à la fois très sélective et très puissante.

Les effets anti glaucomateux du THC ne l’emportent sur aucun des nombreux agents disponibles à cet effet ; médicaments qui appartiennent à plus d’une demi douzaine de classes pharmacologiques différentes (inhibiteurs de l’anhydrase carbonique ; prostaglandines ; cholinomimétiques d’action directe, ou d’action indirecte ; inhibiteurs de l’activité cholinestérasique ; agonistes des récepteurs alpha 1 ou des récepteurs alpha 2 adrénergiques ; bêta-bloquants cardio sélectifs).

Les effets myorelaxants du THC sont très inférieurs à ceux du tétrazépam (une benzodiazépine, le Myolastan® (dont la survie sur le marché est pourtant compromise en raison d’effets immuno-allergiques d’expression cutanée).

La puissance analgésique du THC se situe entre celle du paracétamol et celle de l’aspirine, c’est dire que si elle n’est pas négligeable, elle n’a néanmoins rien d’exceptionnel ni d’irremplaçable ; quand bien même ses effets ébriants / énivrants conduisent le patient à la magnifier.

Peut-on craindre l’induction de dépressions de l’humeur par ce produit ?

Le THC est anxiolytique de façon immédiate, mais au long cours, l’effet anxiolytique se mue en un effet anxiogène. De la même façon, en aigu, le THC apparait à son utilisateur comme suscitant des effets antidépresseurs. Aussi, il en use et bientôt même en abuse, jusqu’à ce qu’aux effets perçus comme antidépresseurs succèdent l’induction d’une dépression bien plus vive que ce qu’elle était a priori.

La pharmacodépendance, on dit encore l’addiction, au cannabis est forte. En France où le cannabis est interdit, on dénombre néanmoins1.700. 000 usagers réguliers de cette drogue. Ce produit bien qu’interdit atteint de tels nivaux de consommation, qu’on imagine volontiers les dérapages qui surviendraient lors de son utilisation à des fins médicales. En fait c’est la première marche vers l’obtention de la légalisation qui serait gravie.

Au cours des quatre derniers mois on a entendu siffler les tirs croisés des snippers prônant cette dépénalisation/légalisation. Il y eut d’abord la déclaration de madame Duflot pour cette dépénalisation ; puis celle, totalement incompréhensible, à contre emploi même, du ministre de l’éducation nationale, monsieur Peillon. Comment imaginer que celui qui est le ministre des écoles, des collèges, des lycées, des universités, et qui sait combien la présence de cette drogue est à l’origine du décrochage scolaire, de la marginalisation, de la chute en piqué des performances éducatives de la France dans le classement PISA, fasse fi de ce que nombre de ses enseignants ont pu lui expliquer, que le cannabis est en train d’attenter à notre jeune génération, la rendant incapable de s’inscrire dans la compétition internationale. Cette compétition internationale n’est plus affaire de muscle, mais d’intelligence et de culture. Comment imaginer qu’un ministre de l’éducation nationale veuille desserrer le corset, déjà si lâche, du cannabis. C’est comme si vous appreniez demain que le pape s’interroge urbi et orbi sur les bienfaits de l’athéisme. J’ai écrit une lettre au ministre, afin de lui restituer les éléments de ma culture sur cette drogue, il n’y a jamais répondu…

Les cannabinoïdes sont vus comme une solution médicamenteuse contre la douleur, notamment pour le cancer ou la sclérose en plaques.

Les personnes atteintes de scléroses en plaques ont besoin plus que d’autres d’être lucides pour gérer la situation difficile que leur inflige leur maladie. Ce n’est pas en les transformant en zombis qu’on les aidera. Le THC leur ouvrira l’appétit (c’est un des effets des cannabinoïdes) et en fera des obèses, car leur dépense énergétique est très diminuée du fait de leur handicap. Il leur sera alors encore plus difficile de se mouvoir et d’être mobilisés lors des soins pratiqués par des aidants. Pour relâcher leurs muscles spasmés (contractures) on dispose de myorelaxants beaucoup plus efficaces. On vient de retirer du marché le tétrazépam, le Myolastan® en raison d’effets secondaires parfois graves, et on le remplacerait par un produit cannabinoïde ayant des effets cent fois plus néfastes et une efficacité dix fois moindre…

Ajoutez à cela que le THC induit un syndrome de type cérébelleux qui est une des expressions morbide de la sclérose en plaques, ce qui aggraverait le tableau neurologique.

On parle aussi d’effet antidépresseur du cannabis.

C’est faux ! Le déprimé qui prend cette drogue peut voir subitement son état se modifier. Son esprit part ailleurs (« effet planète »), l’ivresse éloigne ses ruminations douloureuses (le mentisme) ; mais au fil du temps ces effets s’épuisent, en même temps que s’épuise l’effet des substances endogènes (cérébrales), les endocannabinoïdes, qui étaient déjà insuffisants dans leur fonction puisqu’ils ne parvenaient pas à maintenir une humeur enjouée. L’épidémiologiste Marie Choquet, ayant eu accès aux fiches remplies par les appelés aux JAPD (journées d’appel pour la défense) qui portaient sur la consommation de cannabis et sur les tentatives de suicides, a observé l’existence d’une corrélation significative entre l’usage du cannabis et les idées suicidaires, les tentations et les tentatives de suicide. Le cannabis, telle une rustine appliquée sur l’orifice d’une chambre à air crevée, agrandit bientôt l’orifice aux dimensions mêmes de cette rustine. Ce faux médicament apporte un soulagement passager, qui dégénère bientôt en une détérioration au-delà du trouble initial.

JPEG - 12.4 ko

En Hollande, on vend des boîtes de Marinol®, contenant des principes actifs du cannabis, présenté comme médicament. On peut les inhaler, les avaler ou les prendre en infusion. Si le Sativex® est approuvé en France, ne serait-ce la porte ouverte à la commercialisation de ces mêmes produits dans le pays ?

C’est le pied dans l’entrebâillement de la porte, tout comme les salles de shoots pour toxicomanes. Il y a deux mois à peine, sur une initiative concertée, plusieurs producteurs de cannabis en France, déposaient simultanément dans les préfectures les statuts de cultivateurs et producteurs du chanvre indien. Nous avons émis une protestation devant les procureurs et prévenu les préfets qui nous ont répondu qu’ils n’ont pas le droit de refuser le dépôt des statuts d’une association. Nous allons saisir les procureurs pour demander l’annulation de ces inscriptions car les buts de celles-ci contreviennent à la loi.

Ces déclarations (Mme Duflot, Mr Peillon), ces actions des cannabiculteurs, jointes à une forte pression médiatique sans contradictions, l’autorisation des salles de shoots pour toxicomanes prononcée par madame Touraine, ministre de la Santé (faut-il le rappeler) et, aujourd’hui, toujours en provenance de ce même ministère, l’autorisation du cannabis médicament, en complète opposition aux avis émis par les académies nationales de Médecine et de Pharmacie, sont intervenus dans un espace de seulement trois mois. Il n’est pas nécessaire d’être atteint de paranoïa pour imaginer que cette synchronisation n’a rien de fortuit.

Nous sommes dans une situation de crise, avec un appauvrissement réel de la population. Celle-ci pourrait se révolter et, dans un monde orwellien, légaliser une drogue n’est il pas un moyen d’endormir une révolte.

Je le crois ! Cela permet de transformer des indignés en résignés. Actuellement les législations les plus ouvertes sur la diffusion des drogues concernent la Grèce, le Portugal et l’Espagne. Cherchez la corrélation !

Nous pourrions terminer sur une note d’espoir. La formule fondatrice du CNPERT, ou Centre National de Prévention, d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies, dont vous êtes le président, s’exprime ainsi : « S’il faut être attentif à l’état de la planète que nous léguerons à nos enfants, il est majeur de nous préoccuper de l’état des enfants que nous léguerons à cette planète ». Vos mises en garde s’inscrivent manifestement dans cette perspective

Retrouvez cet article sur le blog santé d’Agnès Farkas : touscentenairesetbienportants.fr

Voir les 7 commentaires

  • Chapouil Véro • 05/08/2013 - 13:09

    Ce monsieur est drôlement gonflé de supposer une corrélation entre la législation sur le cannabis et la situation de pays comme l’Espagne, le Portugal et la Grèce !!!
    ...Il avance pas un peu masqué, non..? :-O
    Faudrait voir à faire une étude sur l’utilisation de la cocaïne dans les milieux d’affaires, chez les banquiers, etc... Non mais..OH !!!

    • Agnès Farkas • 05/08/2013 - 14:33

      Je ne vois en cela rien de neuf. Le vin "épicé" servi lors des bacchanales, il y a 2500 ans en Grèce, empêchait la révolte d’une jeunesse en la détournant vers le jeu et les orgies. L’utilisation du Soma pendant les grands-messes romaines avant la bataille annihilait la contestation.
      Aujourd’hui quand la production de drogue devient une industrie, ce n’est pas pour aller baguenauder dans les champs de pâquerettes mais bien pour être utilisé à même escient que dans les périodes précédentes.
      En plus, en faire un produit pharmaceutique remboursé par l’état (les citoyens) quelle aubaine...
      Je vous conseille cette petite vidéo extraite de Complément d’enquête.
      http://www.wat.tv/video/morandini-zap-il-cree-cannabis-51f83_2exyv_.html

    Répondre à ce message

  • libertad • 02/08/2013 - 18:43

    je vous suis depuis 2007 , j’ai voté pour vous à la présidentielle . je souhaitais venir vous voir a rocbaron le 17 aout .
    votre position toujours aussi rétrograde sur le cannabis ainsi que cet article est malheuresement la goutte d’eau qui fait déborder le vase en ce qui me concerne ...
    je ne défendrai plus votre mouvement , ne vous lirai plus .... cet article est une blague , ....
    il est clair qu’avec vous l’alcool n’aurait jamais été depénalisé aux usa , c’est pourtant votre grand copain qui l’a fait ....
    defendez vos positions ou recitez vos leçons , c’est votre droit !
    mais dorenavant , ca sera sans moi ....
    salutations

    • Agnès Farkas • 05/08/2013 - 14:15

      Je crois que les States sont malheureusement plus avancés tant dans la propagation des cannabinoïdes de synthèse sur leur territoire que dans la prise de conscience du phénomène :
      Entre 2010 et 2011, l’American Association of Poison Control Centers a rapporté 4 500 appels impliquant une toxicité par cannabis de synthèse.
      En outre, plusieurs études et revues ont montré une association entre la consommation de cannabis de synthèse et la survenue d’hallucinations et de paranoïa, mais aussi, d’infarctus du myocarde chez des adolescents.
      http://www.medscape.fr/humeur/articles/1380765/
      Ce qui ne les empêche pas de goûter un bon vin venu de France avec leurs amis et avec modération.

    Répondre à ce message

  • baptiste • 04/08/2013 - 10:58

    sauf que , tout comme chaque scientifique , cette personne est limité par ses préjugés et ses "connaissances" , faire une pseudo thèse sur des présomptions de toxicomanie en se basant sur des oui dire et ragots datant de 1840 les mêmes qui affirmaient que "boire fait voir des éléphants roses" ... dire que la situation serais "pire" alors que tous les pays ayant passé le cap on vu leur chiffres de toxicomanie baisser d au moins 10% ... réfuter les centaines d études , qui prouvent scientifiquement sur des milliers de patients , qu il se trompe autant que le "journaliste" oser comparer cannabis et morphine alors que l alcool légal est socialement plus dangereux que l héroïne (rapport Rogues) ça tiens de l hérésie et non de la science .
    ps : "le site canadien" as bon dos quand aucune source n est en lien ... ; bizarrement les scientifiques du monde entier , dont les canadiens , publient aussi leur résultats sur l UFCM et l IACM depuis 1999 ... et rien ne vas dans le sens de vos "sources" .
    pps : la seule source médicale reconnue par le parlement européen est là http://www.cannabis-med.org/french/bulletin/iacm.php
    pps le prochain colloque européen sur les avancées pharmacologiques et les utilisations thérapeutiques à lieu le 2 octobre , rattrapez les 15 années de retard que vous avez pris sur le sujet , puis passez ici pour l inscription ou de plus amples informations http://www.ufcmed.org/

    • Agnès Farkas • 05/08/2013 - 14:06

      Pour la source canadienne voir sur mon blog :
      Cannabinoïdes synthétiques : des décisions gouvernementales schizophrènes ?
      http://www.touscentenairesetbienportants.fr/?p=1153
      Sur la notice explicative de ce produit, datée du 01-08-2007 sur le site du Ministère de la Santé Canada, il est précisé « qu’on ne sait pas encore vraiment » comment les cannabinoïdes de synthèse peuvent agir scientifiquement sur les organes. C’est bien étrange et dénotent d’une précipitation des autorités à commercialiser un produit dont on ne connaîtrait pas encore tous les effets secondaires.
      Santé Canada, Feuillet d’information - SATIVEX(Tetranabinex et Nabidiolex) : http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodpharma/notices-avis/conditions/sativex_fs_fd_109461-fra.php
      Cependant, voici ce qu’on peut lire sur cette même notice : « On croit (c’est nous qui soulignons) que SATIVEX® agit par l’entremise de récepteurs cannabinoïdes qui sont distribués dans tout le système nerveux et dans les cellules immunitaires. SATIVEX® contient les extraits Tetranabinex® et Nabidiolex® de plants de Cannabis sativa L. (chanvre) chimiquement et génétiquement caractérisés. Le mécanisme exact par lequel SATIVEX® soulage la douleur neuropathique ou cancéreuse est inconnu ». C’est ennuyeux !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 03/08/2013 - 21:17

    Pour transformer les indignés en résignés : de la résine bien sûr !
    et
    au nom du principe de précaution .....not’ gouvernement se fichant pas mal de l’avis des experts qui disent le contraire de ce qu’ils veulent faire
    d’ailleurs
    ceux-là........ n’ont pas le droit aux "grands médias" !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard