Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire 16 novembre - Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilOrientation stratégique

Le professeur Shi Ze : l’avantage d’autrui est désormais la politique officielle de la Chine

La rédaction

Voici la transcription de l’intervention du professeur Shi Ze, chercheur et directeur des études stratégiques internationales sur les questions énergétiques à l’Institut chinois d’études internationales (CIIS), un think-tank rattaché au ministère chinois des Affaires étrangères, lors de la conférence internationale de l’Institut Schiller du 18 et 19 octobre 2014 en Allemagne.

JPEG - 26.3 ko
Le professeur Shi Ze.
Crédit : Institut Schiller

Honorable présidente de l’Institut Schiller, Madame LaRouche, honorables experts, amis distingués, bonjour. Je viens de Beijing, où je travaille en tant que chercheur associé à l’Institut Chinois des études internationales. Je suis très heureux de participer à cet événement célébrant le 30e anniversaire de l’institut Schiller. Je dois remercier, avec la plus grande sincérité, tant l’Institut Schiller que sa présidente Madame LaRouche pour cette invitation. J’ai participé, en Chine, à de nombreuses conférences sur le thème « une ceinture, une route », mais c’est la première fois que je me rends à l’étranger pour participer à une conférence touchant à la politique gouvernementale de la Chine et sa diplomatie internationale, et où on me donne l’occasion d’exposer les conceptions et pensées associées à notre « Ceinture économique de la route de la soie ».

Madame LaRouche est quelqu’un qui, en Chine, est reçue, appréciée et respectée par tout le monde en tant que militante touchant aux questions sociales. J’ai eu l’occasion de lire, à partir de nombreux médias chinois, ses discours et entretiens. Son opinion experte concernant la Chine est quelque chose que je respecte énormément. En tant qu’amie de la Chine et du peuple chinois, elle a contribué beaucoup d’idées sincères et sérieuses concernant le développement de la Chine. Nous honorons et respections ainsi énormément une vieille amie de la Chine comme l’est Madame LaRouche.

La politique dite : « Une ceinture, une route » incarne pour la Chine et le monde extérieur un magnifique concept pour engendrer la coopération. En vue des projets de développement à venir, le fait d’associer les intérêts nationaux et le développement interne aux intérêts et au développement de nos pays voisins, dans un système de développement et de progrès mutuels à l’échelle mondiale, pose des questions majeures concernant notre concept et notre pratique du développement innovateur.

La proposition du président Xi Jinping pour une « ceinture économique » tout le long de la « Nouvelle route de la soie » et d’une « Route de la soie maritime », sous la rubrique « Une ceinture, une route » visant à approfondir et élargir la coopération entre notre nation et ses voisins, revêt une grande importance stratégique. Mais comment allons-nous promouvoir cette politique ?

1. Le concept d’innovation

Il y a trois étapes.

Première étape : dans le cadre de notre programme « réforme et ouverture » [de notre pays sur le monde extérieur], la Chine a adopté au départ une stratégie de « faire entrer » [c’est-à-dire attirer les investisseurs étrangers]. Au début de ce processus, nous avons surtout pratiqué la politique de l’« autostop », nous appuyant sur le financement international pour faire avancer notre développement, avec des résultats évidents.

Nous sommes ensuite passés à la politique consistant à « sortir » [investir à l’étranger]. Grâce à une meilleure utilisation des marchés et du financement de l’étranger, la Chine a étendu la portée de sa réforme et de son ouverture, accroissant l’échelle et l’élan du développement économique.

A ce stade, le gouvernement central a proposé le concept stratégique : « Une ceinture, une route », qui est la suite légitime de la logique stratégique de « faire entrer » et de « sortir », en les combinant et en les amplifiant. La politique de « réforme et d’ouverture » consiste à développer l’économie à l’aide des marchés et des ressources naturelles tant au niveau national qu’à l’étranger, marquant un nouveau stade du développement de la Chine et son ouverture sur le monde extérieur. La politique « une ceinture, une route » revêt ainsi une signification élargie et plus riche.

Deuxième étape : Pour ce qui est du développement économique propre de la Chine, la manière dont nous nous adaptons aux besoins de notre propre réforme et de notre développement, tout en nous impliquant dans un processus avec les pays de notre périphérie et le long de la Route de la soie, leur donne une part des bénéfices de notre propre développement.

C’est ainsi que nous promouvons la collaboration entre la Chine et les autres pays du monde en vue de notre développement commun. L’accent mis sur ce concept de coopération reflète le nouveau concept chinois de justice primant sur le profit.

Du fait que nous dépendons de ressources naturelles étrangères, nous prônons une initiative consistant à utiliser nos propres dividendes de développement afin de permettre à nos partenaires de partager nos acquis, en vue d’un développement commun. Il s’agit d’un changement très important de la politique chinoise.

Outre le fait de promouvoir le développement mutuel et un concept gagnant-gagnant, notre appel à faire passer la justice avant le profit comprend également la notion de développement équilibré. La coopération dans ce domaine alimente ce processus. Il s’agit non seulement d’un développement unilatéral rapide, mais aussi d’en améliorer la qualité. En même temps, si l’autre partie connaît un développement plus lent, la qualité en souffre et on n’obtient pas un développement synchronisé.

L’objectif de la Chine est un développement mutuel, équilibré et synchronisé, et notre notion de placer la justice avant le profit l’enrichit d’un nouveau contenu.

Troisième étape : la politique d’« une ceinture et une route » insiste sur « trois non » : pas d’ingérence dans les affaires intérieures des autres, pas de recherche de « sphères d’influence » et pas de lutte pour l’hégémonie. Ceci reflète l’évolution historique unique de la « montée » de la Chine par rapport aux autres grandes nations, qui est l’orientation claire d’un pays en développement cherchant son nouveau rôle dans le monde. En promouvant la collaboration régionale, nous insistons sur ces « trois nons » : nous ne recherchons pas de sphère d’influence ni ne poursuivons des intérêts égoïstes, mais plutôt l’avantage et le progrès mutuels pour la communauté internationale, en particulier pour les pays le long de la « ceinture ».

Cela reflète aussi le jugement de la Chine par rapport au contexte régional. Après la Guerre froide, la situation en Eurasie se trouvait, en gros, en équilibre. On avait un système de poids et contrepoids entre grandes puissances. Aucune n’avait l’ascendant. Les rapports de force entre pays ne donnaient à aucun d’entre eux la primauté. Ni les États-Unis, ni la Russie, ni la Chine, ni l’Union européenne, n’étaient voués ni ne doivent chercher à dominer ou à devenir hégémoniques en Eurasie. La promotion d’« une ceinture, une route » vise aussi à maintenir cet équilibre, au lieu de le bouleverser.

L’équilibre est propice à la stabilité. Aucun pays de la région n’est en mesure d’en bouleverser l’équilibre, parce que cela ne correspond pas au statu quo en vigueur dans cette région ni à son développement et à la configuration des forces. Aucune grande puissance ne devrait garder ses distances en matière de coopération avec les autres. C’est seulement par le développement mutuel et la coopération que nous pourrons mener à bien la construction d’« une ceinture, une seule route ».

Ainsi, je crois que la Nouvelle route de la soie est une proposition qui est de nature à encadrer et à ouvrir les possibilités plutôt qu’à refermer ou empêcher les partenariats. Etant donné que je m’adresse en majorité à des Européens ici aujourd’hui, je voudrais préciser que le fondement de la Nouvelle route de la soie est que l’Europe sera situé à un bout et la Chine à l’autre bout. Le développement de ce couloir va non seulement renforcer l’Europe et la Chine à chacune de ses extrémités, mais il apportera le développement économique et social dans toutes les régions de l’Asie centrale, de l’Asie du Sud, du Moyen Orient et de l’Europe de l’Est.

Ainsi, je pense que la Nouvelle route de la soie peut avoir un impact direct et une importance pour tous les pays européens. Ceux-ci bénéficient déjà, à cet égard, de solides fondements en termes technologiques et la Nouvelle route de la soie apportera la même chose à tous les autres pays. Il faut insister encore une fois sur l’idée qu’en promouvant la Nouvelle route de la soie, nous cherchons la coopération avec tous les pays, en travaillant vers un objectif commun tout en existant de manière différente, en cherchant à définir un socle commun. Ceci est un point central dans notre conception. Nous ne nous opposons pas à ce que les Etats-Unis, ou la Russie, ou les pays européens se joignent à nous, nous accueillons tous les pays. C’est pourquoi nous disons que la proposition est inclusive et ouverte.

2. Un nouveau modèle de coopération

Définir le type de coopération que nous avons choisi pour le projet « une ceinture, une route » est désormais de la plus grande importance. Lors des discussions, autant en Chine qu’à l’étranger, nous discutons généralement de la mise en œuvre des projets et assez rarement du modèle de coopération lui-même. Or, en ce qui concerne « une ceinture, une route », ce modèle de coopération est crucial pour déterminer la possibilité même de mettre le projet en œuvre et de le réaliser. Le modèle de coopération en tant qu’élément primordial de la coopération régionale doit être pris très au sérieux.

Le niveau de développement économique dans les pays de l’Eurasie est inégal. Certaines différences entre les pays sont évidentes, tant au niveau économique que social. Le niveau initial d’intégration est très faible et certains pays sont encore loin derrière l’ensemble de la région. En outre, le niveau culturel varie beaucoup d’un pays à l’autre, chacun ayant ses propres caractéristiques de développement.

Dès lors, quel modèle de développement choisir pour une telle région ? Le modèle de coopération de l’UE ? Celui de l’ASEAN ? Le modèle américano-chinois de coopération ? Peuvent-ils être adaptés à ce type de région ? Sont-ils adaptés à ce type de zone difficile, en forme de ceinture ? Les conditions des modèles de coopération mentionnés ci-dessus s’appliquent à une région imbriquée et homogène, tandis que la coopération sur « une ceinture, une route » doit être zonale, avec un grand nombre de branches différentes.

Nous envisageons un type de vision coopérative qui a peu de précédents dans l’histoire mondiale. En ce sens, il devrait être clair que la question d’un nouveau modèle de coopération créatif est une nécessité urgente. Nous devons tous commencer à réfléchir là-dessus.

Nous pouvons tirer les leçons de certains modèles de coopération antérieurs, mais non les copier sans discernement à cause de la situation réelle des pays situés le long de la « ceinture ». Leur stade de développement économique, leur situation sociale, leur niveau culturel nous obligent à chercher un nouveau modèle. Pour en trouver un qui soit adapté au projet « une ceinture, une route », nous devons penser de manière créative.

Nous ne pouvons pas suivre le chemin de nos prédécesseurs. Certaines personnes habituées à utiliser des modèles de développement et des modes de pensée occidentaux essaient de les appliquer au projet « une ceinture et une route ». Je crois que c’est peine perdue parce que ces modèles ne correspondent tout simplement pas à la réalité.

3. Un modèle d’innovation coopératif

Mener à bien le projet « une route et une ceinture » sera un long processus de développement. En lançant la coopération économique régionale et en l’approfondissant en permanence, nous ferons avancer la réalisation de nos objectifs stratégiques. Mais compte tenu du caractère novateur de la coopération, je crois que nous devons y inclure nombre de nouveaux éléments que je vais énumérer ici.

Tout d’abord, nous devons déployer tous nos efforts pour mettre en œuvre ce qui existe déjà : ressources énergétiques, réseaux de transport, systèmes d’électricité, réseaux de communication, etc. Nous devons construire l’infrastructure et des systèmes de communications, commencer à façonner le développement de villes-noyaux et de zones de haute technologie et, ainsi, apporter également le développement social aux économies de la région. C’est la base du développement.

Ensuite, nous devons renforcer la coordination des politiques, en instaurant entre les pays de la ceinture une coordination des différentes stratégies de développement, mais sans viser l’intégration totale.

Encore une fois, nous devons encourager le développement innovant de chaque pays, en mettant l’accent sur le plus haut niveau de progrès scientifique atteint dans le monde, intégrant les niveaux de développement de chaque pays de la région et renforçant vigoureusement la coopération avec ceux qui sont dépourvus de ressources naturelles, en promouvant et formant une nouvelle norme de coopération économique régionale.

Enfin, nous ne devrions pas avoir d’exigences excessives, ni poursuivre obstinément la coopération économique uniquement sur une base multilatérale. Il nous faut, au contraire, mener à bien des projets de coopération bilatérale de qualité, donner l’exemple et encourager d’autres pays à s’y joindre, y associer les associations municipales et les organisations professionnelles, pour former en fin de compte un système de coopération multilatéral et de réseau.

En outre, la Chine devrait encourager et promouvoir des projets où elle n’est pas elle-même impliquée. La construction d’« une route, une ceinture » est une entreprise profitable pour la Chine, mais elle est, simultanément, une initiative contribuant à promouvoir la coopération économique en Asie du Sud-est, centrale et du Sud-ouest, et dans d’autres zones intermédiaires, pour constituer un cadre de coopération inclusif et ouvert.

4. Un système d’innovation

« Une ceinture, une route » est une vision à long terme du développement à grande échelle, ce qui implique non seulement différentes régions et départements chinois, mais aussi les relations et les perspectives futures pour la Chine et les pays situés le long de la ceinture. Elle ne concerne pas seulement les intérêts et les prérogatives internes de chaque région et département, mais aussi ceux de chaque nation.

En outre, avec le développement économique et social de notre pays, nous avons désormais des entreprises publiques qui travaillent à l’étranger, ainsi que des entreprises locales et des entreprises privées, qui ont un modèle multi-facettes. La structure antérieure de gestion et de fonctionnement devra faire face à une nouvelle réalité.

Notre capacité d’adaptation aux besoins de « une route, une ceinture » va nous obliger à ajuster et réformer notre système de fonctionnement. C’est seulement par des ajustements et des réformes que nous serons en mesure de promouvoir la coordination nationale et internationale et l’harmonisation du développement, et d’en recueillir les bienfaits pour nous et les nations voisines.

Dans notre système actuel de fonctionnement, on divise le pays en départements, on établit des frontières fonctionnelles, on sépare les opérations nationales et étrangères, mais il nous manque un plan de coordination global. Pour adapter ce système à la promotion des besoins d’« une route, une ceinture » et en éliminer les obstacles, il faudra beaucoup de réflexion et de pensée créatrice de la part de chacun.

L’expérience historique montre que les restrictions organisationnelles sont dévastatrices et très graves, et qu’il est souvent difficile de surmonter les obstacles. Le développement et la construction d’« une ceinture, une route » vont nous obliger à entreprendre des réformes structurelles, afin d’adapter le système aux besoins du développement. Nous pouvons observer comment les autres nations ont conduit leur stratégie internationale.

Par exemple, pour conduire leur propre « plan de Nouvelle route de la soie », les États-Unis ont considéré l’Asie du Sud et l’Asie centrale comme une entité par rapport à leurs propres besoins de développement, et ils ont fusionné le département des Affaires d’Asie centrale et celui d’Asie du Sud en un seul département des Affaires d’Asie centrale et du Sud, avec une coopération en branchements. Pour promouvoir le développement de sa région extrême-orientale et la coopération régionale dans la région Asie-Pacifique, la Russie a créé le ministère du Développement de l’Extrême-Orient russe.

Ce mécanisme réformé, entièrement axé sur l’Extrême-Orient, a pour vocation de résoudre de manière planifiée et coordonnée ce problème crucial. Ainsi, la discussion sur la mise en place d’un système de réforme et d’innovation en vue de réaliser le projet « une ceinture, une route » fait déjà l’objet d’une délibération pratique.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Face au système translatlantique, les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – ont décidé de poser les bases d’un autre monde : politique de développement économique mutuel, nouveau système monétaire international pour nourrir la croissance, économies physiques tirées par la recherche scientifique.

En savoir plus

30e anniversaire de l’Institut Schiller : la nouvelle Route de la soie transforme déjà la planète !

25 octobre 2014
Actualité
30e anniversaire de l’Institut Schiller : la nouvelle Route de la soie transforme déjà la planète !

L’Institut Schiller lance un appel contre les menaces mortelles pesant sur l’humanité

22 octobre 2014
Orientation stratégique
L’Institut Schiller lance un appel contre les menaces mortelles pesant sur l’humanité

Le Président chinois remet la « nouvelle route de la soie » à l’ordre du jour

17 septembre 2013
Actualité
Le Président chinois remet la « nouvelle route de la soie » à l’ordre du jour

Helga Zepp-LaRouche au coeur de la Nouvelle route de la soie

25 septembre 2014
Nouvelle Solidarité N°18/2014
Helga Zepp-LaRouche au coeur de la Nouvelle route de la soie

Avec Confucius, aux origines de la nouvelle Route de la Soie

23 octobre 2014
Culture
Avec Confucius, aux origines de la nouvelle Route de la Soie

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard