Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilOrientation stratégique

Le rôle de l’Arabie Saoudite dans les attentats du 11 septembre

Intervention de Christine Bierre au colloque de l’Académie de Géopolitique de Paris, le 11 décembre 2014 à l’Assemblé Nationale.

Les 28 pages qui pourraient mettre fin au terrorisme anglo-saoudien

Depuis toujours, les attentats terroristes majeurs, ceux dont les conséquences bouleversent l’ordre mondial ou font basculer les nations dans l’horreur de la guerre, ont toujours été orchestrés par des États ou des forces institutionnelles puissantes qui en contrôlent la politique.

Dans la période allant de la guerre menée par les Occidentaux contre l’URSS en Afghanistan (1979-1989) jusqu’à aujourd’hui, le terrorisme international a été dominé par des éléments djihadistes dont la trace des financements remonte presque toujours à deux parrains immensément riches, l’Arabie saoudite et le Qatar, et à leurs commanditaires occidentaux, le Royaume-Uni, les États-Unis et leurs affidés. La piste saoudienne a été évoquée dans les attentats du 11 septembre, dans le Nord Caucase et en Asie centrale contre la Russie, dans la guerre menée par les Occidentaux contre la Libye et la Syrie, dans les tueries de Daech en Irak et en Syrie aujourd’hui.

Le système est bien rodé, et on connaît désormais les commanditaires, les acteurs et les cibles de ce terrorisme. Exemple : le 4 décembre dernier, jour où Vladimir Poutine devait prononcer son discours annuel devant le Conseil de la Fédération, un « émirat du Caucase » lançait une violente attaque à Grozny, en Tchétchénie, provoquant une dizaine de morts et 28 blessés.

Montrant qu’il connaissait parfaitement la source de cette attaque, Poutine rappela dans son discours « la politique d’endiguement » menée par les Occidentaux contre la Russie dans les années 1990-2000, lorsqu’ils soutenaient la rébellion Tchétchène. Et Poutine de déclarer :

Nous nous souvenons bien de l’identité et des procédés de ceux qui, presque ouvertement, ont soutenu à l’époque le séparatisme et même le terrorisme pur et simple en Russie, désignant comme des « rebelles » des meurtriers, dont les mains étaient tachées de sang, et organisant pour eux des réceptions de haut niveau. (...) Le soutien occidental au séparatisme en Russie, incluant un soutien informationnel, politique et financier, en plus du soutien des services spéciaux, était absolument évident et ne laissait aucun doute sur le fait qu’ils seraient heureux de laisser la Russie suivre le scénario yougoslave de désintégration et de démantèlement, avec toutes les retombées tragiques que cela entraînerait pour le peuple russe.

Le 7 décembre dernier, réponse du berger à la bergère : un article signé par Ilan Berman paraissait dans la revue Foreign Affairs du Conseil des Relations étrangères (CFR) de New York, une institution fondée en 1921 par Allen et John Foster Dulles pour coordonner au plus haut niveau les politiques de l’oligarchie anglo-américaine. Dans cet article intitulé « Pourquoi la Russie devrait craindre le terrorisme », Berman annonce, avec une prescience étonnante, que « La Russie pourrait devenir prochainement un théâtre important pour l’Etat islamique ». Cette organisation, dit-il, a « reçu beaucoup de soutien des militants du Nord-Caucase et pourrait en recevoir bien plus, étant donné la décision annoncée par l’EI de commencer à concentrer son attention sur l’espace postsoviétique ». Berman évoque ensuite le rôle que pourrait jouer le chef militaire de l’État islamique, Abou Omar al-Chichani, un commandant géorgien qui avait promis d’éliminer Poutine. Mais, de source russe, aurait été éliminé en Syrie.

Mais même si partout l’on accuse désormais l’Arabie saoudite, le Qatar et leurs parrains anglo-américains, les organisateurs de ce terrorisme de plus en plus sanguinaire n’ont jamais été conduits devant les tribunaux de l’humanité, et on en reste au niveau des accusations, des on-dit et des informations qui circulent uniquement parmi les spécialistes.

Un combat en cours

D’où l’importance de mes propos aujourd’hui. Je ne vais pas vous livrer une énième hypothèse sur le terrorisme ; je vais vous parler d’un combat en cours actuellement aux États-Unis qui pourrait être décisif. Car il pourrait établir les preuves de la participation de l’Arabie saoudite aux attentats du 11 septembre, et obliger ainsi les États-Unis à rompre sa relation privilégiée avec ce pays et d’autres qui pratiquent la même politique. Ce combat, mené par un groupe de patriotes particulièrement actif mais qui est minoritaire, au cœur même de l’Empire, mérite toute notre attention et notre soutien.

Si le rapport de la Commission « officielle » d’enquête sur les attentats du 11 septembre, dirigée par Thomas Kean et Philip D. Zelikow, s’est employé à enterrer la vérité, ce n’est pas le cas de l’enquête menée en 2002 par la « Commission parlementaire bipartisane sur les failles du renseignement américain dans les attentats du 11 septembre », co-présidée par l’ancien sénateur démocrate de Floride, Bob Graham.

Cette commission a réellement fait son travail et publié son rapport en 2002. Mais voilà que le Président de l’époque, George W. Bush, a décidé de frapper du sceau du secret défense, les 28 pages que contiennent les informations les plus sensibles, celles qui permettent de remonter aux sources de financement des pirates de l’air, lors de leur séjour aux États-Unis dans les mois qui précédèrent les attentats. Et toutes les pistes mènent vers l’Arabie saoudite et son ambassadeur aux États-Unis à l’époque, le prince Bandar bin Sultan.

Le sénateur Bob Graham n’a jamais avalé la décision de George W. Bush de ne pas publier ces pages, et encore moins qu’Obama, qui avait pourtant promis lors de sa première campagne présidentielle de le faire, ne tienne pas sa parole. Pire encore, le 29 mai 2009, à la veille d’une visite en Arabie saoudite, Obama demanda à la Cour suprême de justice de confirmer la décision d’une cour d’appel, interdisant aux familles des victimes des attentats de poursuivre des fonctionnaires saoudiens ou des membres de la famille royale, bénéficiant tous d’un statut d’immunité reconnu par une loi fédérale américaine de 1976.

Depuis, Bob Graham mène campagne pour que ces 28 pages soient publiées, convaincu, comme il l’a dit dans un entretien le 19 novembre au site du Comité d’action politique de Lyndon LaRouche, qui soutien activement son action, que si l’on avait pu prouver le rôle de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre, l’Etat islamique, ou Daech, n’existerait pas aujourd’hui.

On pourra en finir militairement avec Daech, a-t-il dit, mais ce serait une victoire à la Pyrrhus si peu de temps après, un autre groupe émergeait, nourri au même abreuvoir dont sont sortis Al Qaeda et l’EI.

Il faut souligner que Bob Graham n’a rien d’un « conspirationniste ». Il a pris sa retraite en 2005, après avoir exercé des mandats électifs pendant 38 ans : d’abord à la Chambre des représentants et au Sénat de Floride ; ensuite, en tant que gouverneur de Floride où deux mandats ont fait de lui le gouverneur le plus apprécié de cet État ; enfin, au Sénat des États-Unis, où son mandat a duré 18 ans. Lors des attentats du 11 septembre, Graham présidait la prestigieuse Commission restreinte du renseignement du Sénat, où il siégeait depuis 10 ans.

En 2004, il publia un ouvrage Questions de renseignement, où, tout en évitant soigneusement de violer le secret défense, il expose certaines découvertes de la commission bipartisane. En 2010, il publia un roman où il pointe un doigt accusateur sur les accords de ventes de pétrole contre armes, signés entre la compagnie britannique BAE et l’Arabie saoudite en 1985, qui ont permis au prince Bandar de constituer une vaste caisse noire pour financer les menées des djihadistes contre les ennemis de l’Empire anglo-américain. Pour Graham, pas l’ombre d’un doute : ce sont les relations trop proches entre la famille Bush et le Royaume saoudien qui expliquent la molles de la réaction américaine.

Au fur et à mesure que de nouveaux « djihadismes » de plus en plus violents apparaissent, d’autres responsables américains ont rejoint son combat. Le 3 décembre 2013, les députés Walter Jones (républicain de Caroline du Nord) et Stephen Lynch (démocrate du Massachussetts) ont déposé la résolution HCR 428 à la Chambre de représentants, pour obtenir la déclassification des 28 pages. Depuis ils ont été rejoints par Thomas Massie (républicain du Kentucky) et 19 autres élus. Ils sont désormais 10 démocrates et 10 républicains.

L’ancien sénateur est aussi fortement épaulé par les victimes du 11 septembre, dont l’association « Familles unies pour la justice contre le terrorisme » co-présidée par Terry Strada, dont le mari est décédé dans les attaques contre les Twin Towers .

D’autres enquêteurs sont venus renforcer le dossier présenté par Bob Graham et collaborent étroitement à cet effort pour déclasser ces documents. Il s’agit de l’auteur Anthony Summers, de Dan Christensen, éditeur d’un site en Floride, le Broward Bulldog, et de son avocat Thomas Julin.

Les 28 pages

Que révèlent ces 28 pages, et au-delà, les rapports de ces enquêteurs ? Le rapport de la Commission bipartisane s’est intéressé à deux des 19 pirates de l’air ayant participé aux attentats du 11 septembre, qui s’étaient installés à San Diego en Californie.

Ces deux hommes, Nawaf Al-Hamzi et Khalid Al-Mihdhar, sont arrivés à Los Angeles en 2000, où ils ont été accueillis par deux saoudiens Osama Basnan et Omar al-Bayoumi. Ce dernier est un agent connu de la Direction générale du renseignement saoudien (GID). Al-Bayoumi a fourni aux apprentis terroristes une forte somme d’argent en liquide, un appartement et des cartes d’affiliation à la sécurité sociale. Il les aida aussi à s’inscrire dans une école de pilotage en Floride.

Les enquêteurs de la Commission bipartisane ont découvert des liens de financement entre ces pirates de l’air et Al-Bayoumi. Pendant la période où il prit en charge les pirates de l’air, Al-Bayoumi reçut des financements provenant de différents fonds saoudiens, des réseaux des princes richissimes finançant Al-Qaeda, ainsi que des comptes bancaires de l’ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis à l’époque, le prince Bandar, et de sa femme, la princesse Haïfa, sœur du prince Turki bin-Faisal, alors à la tête de la Direction générale du renseignement saoudien (GID). Ces chèques passaient par un compte de la Riggs National Bank de Washington qui, suite à ce scandale et à ses liens multiples avec la CIA, fut obligée en 2005 de changer d’identité.

Surtout, les enquêteurs de la Commission bipartisane ont découvert, en passant au peigne fin des dossiers au bureau du FBI, que les deux pirates de l’air en question étaient connus et suivis par un de ses agents ! Dans son rapport publié en 2004, Bob Graham dénonce le fait que le FBI a refusé à ses enquêteurs d’interviewer cet agent du FBI qui avait pourtant hébergé les pirates de l’air.

L’équipe de Floride

En 2011, l’équipe d’enquêteurs du site Broward Bull Dog, a rendu publiques ses trouvailles sur un autre groupe de pirates de l’air du 11 septembre, opérant à Sarasota, en Floride.

Summers et Christensen ont découvert que trois autres pirates de l’air, y compris le chef présumé des opérations, Mohammed Atta, auraient été directement en contact avec une famille de riches Saoudiens étroitement liés à la famille royale saoudienne, installée à Sarasota, en Floride.

Il s’agit de la famille al-Hiijjii, Abdulazzi, le père, sa femme Arnoud et son beau père Esam Ghazzawi. Les trois pirates de l’air, Atta, Marwan al-Shehi et Ziad Jarrah, se seraient rendus de nombreuses fois à leur domicile. L’analyse des communications téléphoniques de cette famille, après les attentats, a permis d’identifier des conversations avec onze des preneurs d’otages !

Le 30 août 2001, moins de deux semaines avant les attentats, cette famille s’est mystérieusement volatilisée, quittant précipitamment cette résidence en laissant de la nourriture sur la table, les voitures dans l’allée, l’eau coulant dans la piscine et des couches sales dans les chambres.

Le FBI avait été alerté des liens entre les al-Hiijjii et les pirates de l’air, par les shérifs locaux et les gardiens de la résidence où vivait cette famille. Dès le lendemain des attentats, ils avaient fouillé la maison et interviewé les habitants du quartier. Mais rien de tout cela n’a filtré, ou n’a été transmis aux enquêteurs de la Commission.

Conclusion

Voici donc la nature des preuves qui figurent dans les documents qu’il s’agit de déclasser. Cependant, les enquêteurs sont persuadés que ces 28 pages ne sont que le tout début d’une véritable enquête, le petit bout d’un énorme iceberg de crime.

Quelles sont les prochaines étapes pour la déclassification des 28 pages ? La résolution HCR 428 est l’une des voies pour y parvenir. Trois nouveaux élus viennent de l’endosser, mais tout est fait pour empêcher qu’elle soit votée. A titre d’exemple, la résolution HCR 758 condamnant la Russie qui vient d’être adoptée par la Chambre, a été votée deux semaines seulement après son introduction, alors que nos amis ont déposé la leur il y a un an.

Il y a aussi une issue administrative, sur laquelle travaille l’avocat de Breward Buldog, Thomas Julin. Après avoir épuisé tous les autres recours, on peut encore faire appel à un panel intergouvernemental, incluant des représentants des départements d’État et de la Justice, des agences de renseignement et des archives nationales, qui donne un avis à caractère consultatif au Président. Ce panel, connu pour exercer une certaine indépendance de jugement, pourrait se prononcer cet hiver.

Enfin, les familles des victimes avancent aussi sur le terrain législatif. Elles sont à l’origine d’un projet de loi, JASTA (Justice contre le terrorisme), qui donnerait aux familles le droit d’assigner en justice, aux Etats-Unis, les riches financiers des actes de terrorisme sur le sol américain. Selon nos sources, ce projet de loi pourrait être présenté prochainement en commission au Sénat.

Christine Bierre

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard