Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Non à la « normalisation » (comprenez braquage) de la Caisse des dépôts ! Lire 14 décembre - Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre Lire 14 décembre - 15 décembre, Fontainebleau - Pour en finir avec la géopolitique. La reconstruction de la Syrie Lire
AccueilOrientation stratégique

Les Churchilliens cherchent-t-ils à torpiller la BRI ?

JPEG - 33.6 ko
A droite, Montagu Norman, le gouverneur de la Banque d’Angleterre entre 1920 et 1944. Ici avec son ami intime Hjalmar Schacht, ministre de l’économie d’Adolf Hitler qui le chargea de préparer la guerre.

Rappelons-nous à quel point, lors de la campagne présidentielle de 2012, la presse française s’offusquait que Jacques Cheminade et Solidarité & Progrès « osent » affirmer que certaines banques d’affaires de la City de Londres et de Wall Street avaient financé en sous-main la montée du fascisme en Europe, au XXe siècle.

Depuis le 30 juillet 2013, cette affirmation est étayée par la publication, sous forme électronique, des archives de la Banque d’Angleterre. Et ce qu’elles révèlent fait scandale. C’est le quotidien conservateur The Daily Telegraph, porte-parole de certains courants nationalistes anglais opposés à une Europe supranationale, qui est au centre d’une offensive sans précédent mettant en lumière le rôle trouble qu’ont joué aussi bien la Banque d’Angleterre (BoE) que la Banque des règlements internationaux (BRI) de Bâle pendant cette époque sombre (Voir notre article La BRI et la solution finale du 9 juin 2013).

Créée en 1930 dans le cadre des plans de gestion des réparations de guerre (Plans Dawes et Young) par la City de Londres, Wall Street (JP Morgan) et leur supplétif Hjalmar Schacht, nommé par la suite ministre des Finances d’Hitler, la BRI, une banque privée censée être la « banque centrale des banques centrales », sort aujourd’hui de l’ombre.

En effet, lors du G20 de Londres en 2009, c’est à la BRI et son Conseil de stabilité financière (CSF) que nos chefs d’Etat et de gouvernement ont confié le soin d’élaborer et d’appliquer au plus vite des plans de « résolution bancaire » comprenant des techniques de « bail-in » qu’on a vu par la suite à l’œuvre à Chypre ou à Detroit : on préserve la « stabilité financière » du système et on sauve autant que possible les banques en laminant actionnaires, détenteurs d’obligations et déposants ordinaires. Si par hasard, comme dans le cas de Detroit, il faut priver les employés de la ville de leurs pensions pour honorer les créances toxiques de banques européennes telles qu’UBS ou Dexia, aucun souci.

De toute façon, la BRI, à partir de la « dette implicite » des Etats, exige le démontage tous azimuts des systèmes de santé et des retraites. JP Morgan, historiquement une banque actionnaire de la BRI, précise que si la Constitution « post-fasciste » de tel ou tel pays protège un peu trop l’intérêt général et les acquis sociaux, il faut la supprimer.

Bien qu’il reste forcément des enjeux à circonscrire, ce qui est certain, c’est que dans le cadre d’une future « Union bancaire », certaines factions « Churchilliennes » sont sur les sentiers de la guerre et voient d’un très mauvais œil que la City puisse être mise sous la tutelle d’un régulateur européen unique. Et puisqu’en Europe, la BRI sera au cœur de tout projet de régulation bancaire, c’est le moment de la torpiller. Soulignons également que depuis le 1er juillet 2013, le nouveau gouverneur de la Banque d’Angleterre s’appelle Mark Carney. Ce dernier, après avoir passé 13 ans chez Goldman Sachs, reste pour l’instant le président du Conseil de stabilité financière de la BRI.

Les archives confirment que la plupart des historiens sérieux savaient : la BoE et la BRI n’ont pas seulement « fermé » les yeux sur certains échanges entre banquiers profiteurs de guerre et le régime Nazi, elles ont, pour des raisons géopolitiques inavouées, consciemment permis à Hitler de mettre le pied à l’étrier.

L’attaque la plus pointue et la mieux documentée est sans doute l’article d’Adam LeBor paru le 31 juillet dans le Daily Telegraph, un auteur britannique vivant en Hongrie qui vient de publier un livre contre la BRI intitulé « La tour de Bâle » (jeu de mot en anglais combinant la tour de Bâle, c’est-à-dire le siège de la BRI et la Tour de Babel de la Bible).

Ce qui fait grand bruit aujourd’hui, c’est un rapport de la BoE écrit en 1950 confirmant que la banque, sous le gouverneur Montagu Norman, un sympathisant fanatique d’Hitler, a accepté de transférer une partie de l’or de la Tchécoslovaquie au régime Hitlérien.

Les faits sont les suivants. Dans une quête de sécurité, une partie de l’or tchécoslovaque avait été déposée sur un compte de la BRI au nom du gouvernement tchécoslovaque ouvert à la Banque d’Angleterre à Londres. Comme l’indique LeBor, lorsque les Nazis pénètrent dans Prague en mars 1939, des soldats en armes prennent le contrôle de la Banque nationale. Menacés d’exécution sommaire, les directeurs tchécoslovaques sont sommés d’envoyer immédiatement deux ordres à Londres. Dans le premier ordre, ils exigent le transfert de 23,1 tonnes d’or du compte à la BRI détenu par leur pays à la Banque d’ Angleterre (Compte N°2), vers le compte à la BRI détenu par la banque centrale allemande, la Reichsbank (Compte N° 17). Le deuxième ordre exige le transfert de 27 tonnes d’or supplémentaires au même bénéficiaire, mais détenu cette fois-ci directement par leur pays sur un compte à la Banque d’Angleterre.

Pour le commun des mortels, la différence entre les deux comptes semble obscure. Pourtant, la BRI, conçue statutairement comme une chambre de compensation privée au service d’une oligarchie financière privée, ne pouvait (en principe) s’opposer à de tels transferts prévus, en vertu de l’Article 10 de ses statuts, et ceci aussi bien « en temps de paix comme en temps de guerre »

Ainsi, le premier ordre est exécuté dans le plus grand secret : 6,4 millions d’euros d’or (soit 934 millions d’euros à la valeur actuelle de l’once) passent du compte N°2 au compte N°17 – et l’affaire ne fera scandale que trois mois après suite à une fuite tchécoslovaque – le deuxième est rejeté car le Parlement britannique s’était engagé à protéger l’or tchécoslovaque ! Comme le rappelle LeBor :

La BRI est un hybride unique : une banque commerciale protégée par un traité international, dont les avoirs ne peuvent être saisis. La Tchécoslovaquie pensait que l’immunité juridique de la BRI allait la protéger. Elle a eu tort.

LeBor rappelle également que Montagu Norman et Hjalmar Schacht n’étaient pas mécontents qu’on nommât Thomas McKittrick, un banquier américain, à la tête de la BRI. En quittant la BRI en 1946, McKittrick rejoignit la Chase National Bank de New York jusqu’à sa retraite en 1954, une banque alliée à JP Morgan.

Certes, quand en décembre 1941, les Etats-Unis entrent en guerre, la position de McKittrick « devient difficile ». Mais McKittrick réussit à maintenir la banque en vie,

en partie grâce a son ami Alan Dulles, le chef du renseignement américain stationné à Berne en Suisse. McKittrick était un agent de Dulles, connu sous le nom de code 644 et lui donnait fréquemment des informations obtenues de la part d’Emil Puhl de la Reichsbank, un visiteur régulier de la BRI.

Des documents déclassifiés des archives du renseignement américain révèlent des questions encore plus troublantes. Dans une opération de renseignement connue comme le "plan Harvard", McKittrick était en contact avec des industriels Nazis et œuvrait pour ce que ces archives appellent une "coopération étroite" entre le monde des affaires des Alliés et allemand.

Au moment où de jeunes américains tombaient sur les plages de Normandie, McKittrick concluait des accords pour maintenir la puissance économique allemande. Et ceci, disent les archives, avec la « coopération entière » du département d’Etat américain.

L’histoire de la Banque d’Angleterre révèle également l’énervement de la vieille dame de Threadneedle Street à l’égard de Harry Dexter White, un responsable du département du Trésor et allié d’Henry Morgenthau, le secrétaire au Trésor de Franklin Roosevelt.

Car comme le rappelle LeBor,

Morgenthau et White étaient les ennemis les plus acharnés de la BRI et se sont démenés, lors de la conférence de Bretton Woods en juillet 1944 où les Alliés se sont consultés pour concevoir l’ordre financier de l’après-guerre, pour fermer la BRI .

La BoE note avec mépris que White avait dit de la BRI : « Elle a un président américain faisant des affaires avec les Allemands alors que nos boys les combattent. »

LeBor :

Aidée par ses amis puissants, tels que Montagu Norman, Allen Dulles et la majorité de Wall Street sans oublier John Maynard Keynes, la BRI a survécu aux tentatives de Morgenthau et White de la supprimer. Les alliés de la BRI ont utilisé l’argument exact figurant sur le feuillet 1295 des archives de la BoE, disant qu’elle était indispensable pour planifier l’économie européenne d’après-guerre.

« Les documents rendus publics par la BoE sont révélateurs, tant pour ce qu’ils montrent que pour ce qu’ils omettent. Ils offrent une fenêtre sur un monde de déférence craintive de l’autorité, la primauté de la procédure sur la moralité, un monde où, pour les banquiers, la chose qui compte est de maintenir ouverts les canaux de la finance internationale, peu importe le coût humain. En d’autres termes, un monde pas très différent de celui d’aujourd’hui.

LeBor conclut : « La BRI accueille aussi le Comité de Bâle en charge de la supervision bancaire qui régule les banques commerciales et le nouveau Conseil de stabilité financière qui coordonne les régulateurs nationaux. La BRI s’érige aujourd’hui comme le pilier du système financier mondial. Montagu Norman et Hjalmar Schacht seraient vraiment très fiers. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • petite souris • 03/08/2013 - 21:46

    * on a toujours tord d’avoir raison trop tôt ...................
    * de Gaulle a eu raison de se méfier de Churchill, de séparer les banques en deux en 1945 pour reconstruire la France, de lancer tous les grands projets qui sont encore aujourd’hui la marque d’une France capable et forte, et de payer toutes les dettes de guerre avant de partir en 1969
    ...........
    ce que tous les alliés de l’Otan que la France gaulliste avait quitté lui reprochent encore ainsi que tous les français atlantistes
    ...........
    suivre son exemple est le seul combat qui vaille pour le bien commun !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

La BRI en campagne pour réduire vos retraites et dépenses de santé

30 juillet 2013
Actualité
La BRI en campagne pour réduire vos retraites et dépenses de santé

La Banque des règlements internationaux (BRI) et la solution finale

9 juin 2013
Histoire
La Banque des règlements internationaux (BRI) et la solution finale

Comment Londres et Wall Street ont mis Hitler au pouvoir

19 septembre 2006
Histoire
Comment Londres et Wall Street ont mis Hitler au pouvoir

Les frères John Foster et Allen Dulles - un siècle de guerre froide

12 novembre 2014
Histoire
Les frères John Foster et Allen Dulles - un siècle de guerre froide

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard