Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

10 décembre - 13 décembre, Clichy - L’urgence climatique est un leurre Lire 10 décembre - Réchauffement climatique : le carbone aussi innocent que les Gilets jaunes Lire 10 décembre - Vidéo : La Bulle et la Dette [ACTE 1] Lire
AccueilActualité

Willy Wimmer : l’OTAN et Obama mettent la paix mondiale en danger

JPEG - 89.7 ko
Pour l’ancien secrétaire d’Etat allemand à la défense Willy Wimmer, Obama et l’OTAN mettent la paix mondiale en danger.
Crédit : nogress.tk

L’homme politique allemand Willy Wimmer fut pendant 33 ans, de 1976 à 2009, député de la CDU au Bundestag. De 1985 à 1988, il fut le porte-parole du groupe parlementaire de la CDU/CSU en charge des questions de défense. Jusqu’en 1992, Wimmer fut secrétaire d’Etat à la Défense et jusqu’en 2000 vice-président de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE.

Willy Wimmer a dès le début critiqué publiquement la guerre d’agression de l’OTAN contre la Yougos­lavie en 1999. En raison des multiples violations du droit International par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, il s’est sans cesse engagé et s’engage toujours pour le respect du droit international partout dans le monde y compris en Allemagne, dont la Loi fondamentale exige précisément ce respect.

Les commémorations de l’année 2014 et celles de l’année 2015 en cours montrent toute l’horreur du siècle passé. Des dates historiques témoignent des dévastations : 1914-19 et 1939-45. C’est une horrible série d’évènements qu’on pourrait continuer à développer, car ils déterminent notre vie actuelle et future.

Dans ce cortège de misères, dicté par le calendrier, il y a eu une lueur d’espoir : c’étaient les années 1989 et 1990. Ces deux dates donnent matière à se remémorer d’une part, de manière solennelle, ces évènements mais aussi à multiplier au sens biblique les talents reçus en cette époque. Bien sûr, il est juste d’en faire une commémoration, ne serait-ce que pour les effets dont nous bénéficions, nous autres Allemands. Mais plus encore pour le continent harassé espérant alors que la « Maison commune européenne » prometteuse serait plus qu’une vague utopie.

Négocier au lieu de se tirer dessus et de s’entretuer, soudainement cela semblait possible. Aujourd’hui cependant, où nous devrions faire la fête, on ne peut constater qu’une seule chose : par arrogance impudente et stupide, on entreprend tout pour que les souvenirs de 1990 et 1989 s’estompent.

En passant en revue la politique de réconciliation menée lors de ce changement d’époque, à laquelle nous avons activement participé, nous devons constater que nous n’étions pas en mesure de répondre de manière satisfaisante à ce profond bouleversement mondial. Tout au contraire : nous sommes en train de la trahir par tous les moyens. La guerre contre la République fédérale de Yougoslavie et la guerre civile en Ukraine, les deux violant le droit international, l’ont montré clairement, les tirs et la mort sont à nouveau la perspective dominante en Europe. A quel moment stopper cette descente en enfer, si ce n’est maintenant ?

Le 1er avril 2015, au théâtre du Schiffbauerdamm à Berlin, Rolf Hochhuth a profité de son 84e anniversaire pour mettre en garde contre la 3e guerre mondiale de manière compatissante et impressionnante.

En même temps, il faut se demander si le 8 mai 2015, ces paroles trouveront encore un écho au Château Bellevue, à quelques mètres du théâtre, ou même dans la salle plénière du Bundestag.

Les discours prononcés dans ce contexte par Monsieur le Président fédéral Gauck l’année passée en Pologne, nous laissent très dubitatifs à ce sujet, ce qui ne serait certainement pas à l’avantage de l’Allemagne et de l’Europe.

Pour l’instant, le choix des intervenants prévus pour la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale du 8 mai 2015 au Reichstag, laisse supposer que ce sera avant tout une « attaque dans toutes les règles de l’art » contre la Fédération de Russie et avant tout contre son président actuel Vladimir Poutine.

Les images du passé sont définies par le pacte Hitler-Staline et par l’immense souffrance causée par cette guerre au sein des populations, tout particulièrement aussi celles de la Russie au temps de l’Union soviétique. Selon toutes apparences, nous mettons en danger durablement notre existence.

Au lieu de prendre la fin de la guerre froide comme point de départ pour une nouvelle politique allemande, l’Occident et avec lui forcément aussi nous autres Allemands se rallient aux 8 et 9 mai 1945. Le Reichstag en tant que siège du Bundestag est un bâtiment parlementaire et non pas un opéra.

En pensant à Minsk II, toute l’Europe retient son souffle. L’Europe n’a pas résolu les problèmes, elle a uniquement acheté du temps. Le temps se trouvant entre nous et le déclenchement d’une possible guerre de grande envergure en Europe. C’est le moment privilégié de la propagande et on en reste bouche bée.

L’étonnement se rapporte aux procédés allemands et occidentaux au sujet de l’Ukraine : depuis plus d’une année, un silence scandaleux et une inactivité condamnable concernant le massacre du Maïdan, les brulés vifs dans la maison des Syndicats d’Odessa et le comportement face aux centaines de morts lors du crash de l’appareil malaisien au-dessus du territoire ukrainien. Sans parler du gouvernement ukrainien librement élu, digne de négociations un jour et renversé par des forces intérieures et extérieures du pays le jour suivant.

L’Occident n’a pas seulement joué avec le feu. Grâce aux photos des médias allemands, nous nous souvenons parfaitement de la présence de mercenaires américains semant la confusion en Ukraine orientale au printemps 2014.

Mais le comportement occidental, donc également allemand, dans ce contexte suscite l’effroi politique : la faculté d’évincer complètement ses propres activités ayant précédé les activités de la Russie. Ce que les anciens chanceliers fédéraux et personnalités bruxelloises ont exprimé au sujet de la politique occidentale catastrophique face à la Fédération de Russie devrait inciter les responsables à Berlin à la réflexion.

Quelles ont bien pu être les réflexions de Moscou en entendant Monsieur le Président fédéral s’exprimer en Pologne ? Que reste-t-il à faire pour Moscou si, après la fin de la guerre froide, une seule chose est claire et sans équivoque : le fait qu’on ne veut rien savoir de Moscou et la Fédération de Russie, l’actuelle Russie.

On peut donc comprendre le développement depuis 1992 : on ne voulait et ne veut en aucun cas que les Russes prennent place à la table européenne ou même dans un appartement de la « Maison commune européenne ». Aujourd’hui, suite à la politique occidentale menée de manière conséquente, deux choses sont claires : dans ce pays qui n’a pas le droit de faire partie de l’Europe, on s’adapte à la situation entraînant des problèmes internes.

Chez nous c’est pareil, vu les constantes demandes des deux derniers secrétaires généraux de l’OTAN d’augmenter le budget militaire. Après l’appauvrissement des populations européennes suite à la politique d’expropriation initiée par les Etats-Unis, on nous prend la dernière chemise pour augmenter les dépenses militaires causées par nous-mêmes.

Ces messieurs norvégien et danois ressemblent à de piètres figures dans leur cabane météorologique de l’OTAN. Alors que la détresse en Europe était énorme suite au risque d’une agression soviétique, les représentants officiels de ces deux pays s’étaient effacés à chaque fois qu’il s’agissait de prendre une décision au sein de l’OTAN.

Aujourd’hui, ce sont eux qui ont hâte de se retrouver à la frontière russe, pour faire ce qui avait déjà forcé le Japon a entrer en guerre : l’étranglement bien perceptible par des voisins, se transformant en ennemis. Nous aimerions peut-être évincer l’histoire bien qu’elle nous rattrape toujours. Pourquoi la Russie oublierait-elle Napoléon et Hitler ?

Et la mémoire de toute cette misère ? Le samedi de Pâques, la Süddeutsche Zeitung a adroitement titré « Abus de la commémoration », en faisant bien sûr allusion – on n’y pensait même pas et c’était encore moins une surprise – à Moscou avec sa parade militaire … à laquelle les chanceliers fédéraux allemands ont tous participé ces dernières années. L’image de Moscou offrait l’occasion de présenter un discours hostile au Bundestag. Les derniers exemples de tels évènements font penser à certaines images auxquelles on pourrait s’exposer.

Mais la Süddeutsche Zeitung ne va pas assez loin. Pour le gouvernement de Berlin, un discours ne suffit pas. Avec son style assuré, la ministre allemande de la Défense fait danser l’armée.

Le 9 mai, jour de la capitulation de la Wehrmacht face à l’armée rouge « Tout est valse » : c’est ce jour-là qu’aura lieu le « Bal de l’armée » à Berlin, probablement à Berlin-Karlshorst. [1]

Source et traduction : Horizons et débats.

Plus que jamais, l’Europe doit renoncer au bellicisme géopolitique et s’engager avec les BRICS dans une politique de paix par le développement mutuel : signez l’appel de l’Institut Schiller


[1A Karlshorst, au sud-est de Berlin, se trouve actuellement le musée germano-russe consacré aux relations germano-soviétiques et germano-russe, plus particulièrement la guerre sur le front de l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale. L’actuel bâtiment du musée abrita la signature de la capitulation des forces allemandes le 8 mai 1945, ndt.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Pas de paix mondiale sans la Russie

24 avril 2014
Nouvelle Solidarité N°9/2014
Pas de paix mondiale sans la Russie

Faces aux provocations de l’OTAN, la Chine et la Russie inquiètes d’une guerre mondiale

18 septembre 2014
Actualité
Faces aux provocations de l’OTAN, la Chine et la Russie inquiètes d’une guerre mondiale

Les quatre vérités de Poutine aux Occidentaux

23 décembre 2014
Actualité
Les quatre vérités de Poutine aux Occidentaux

Le Financial Times suggère d’utiliser la crise Ukrainienne pour renverser Poutine !

6 février 2014
Actualité
Le Financial Times suggère d’utiliser la crise Ukrainienne pour renverser Poutine !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard