Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 janvier - Comment le pillage des classes moyennes a été organisé Lire 20 janvier - Jean Jaurès : pourquoi il faut nationaliser la Banque de France Lire 18 janvier - Vidéo : Le KRACH que Macron ne veut pas voir Lire
AccueilPlusConférence internationale de l’Institut Schiller Flörsheim, Allemagne, 24-25 novembre 2012

Theodore Katsanevas : La solution pour la Grèce

La rédaction

Retour au programme de la conférence


Transcription

Retour au programme de la conférence


Transcription

De plus en plus de mesures accablantes sont imposées à la Grèce, malgré l’échec évident des politiques d’austérité initialement engagées suite à la crise mondiale de 2008-2009. Le pays subit une dépression sans fin, qui entraîne toujours plus de dépression, provoque un chômage de masse, répand la pauvreté et tue tout espoir de développement. Une question simple se pose : n’avons-nous pas intégré la zone euro pour améliorer l’économie grecque ? Pourtant, c’est le contraire qui s’est passé. Durant toute la période d’après-guerre, pendant laquelle nous avons vécu avec notre monnaie, la drachme, jamais nous n’avons connu un tel désastre.

L’euro est en train de tuer les économies régionales, et pas seulement en Grèce

Notre entrée dans la zone euro en 2002, ajoutée à la mauvaise gestion des gouvernements des quinze dernières années – nous devons l’admettre – a mis notre économie en ruine. Et, aujourd’hui, les espoirs pour un avenir meilleur s’envolent. L’économie a été entraînée dans un vortex qui contracte de plus en plus la consommation intérieure, réduit les recettes fiscales et anéantit les possibilités de développement. Les produits importés depuis des économies compétitives qui vendent sur le marché mondial avec des monnaies faibles restent moins chers - voire beaucoup moins chers - que nos produits.

La focalisation de l’économie régionale grecque sur le tourisme et sur l’agriculture nécessite des processus de production intensifs. Le coût de la main d’œuvre ne peut pas être abaissé en-dessous d’un certain niveau dans le seul but de le porter à un niveau inférieur ou égal à ceux de nos compétiteurs. Une chambre dans un hôtel grec coûte environ deux fois plus cher qu’une chambre équivalente en Turquie, en Egypte, en Bulgarie, en Roumanie, en Hongrie, entre autres. Nos olives, oranges, citrons, pêches, cerises, qui tombent de nos arbres et pourrissent, sont remplacées par des importations à bas coût en provenance d’Argentine, du Maroc, d’Egypte, etc.
Est-ce que « l’économie est stupide » ? Non, bien sûr. Des hollandais « malins », entre autres, importent des biens agricoles de l’extérieur de la zone euro, leur donnent le label européen et les réexportent chez ces « Grecs stupides ». Les fertilisants fabriqués par les oligopoles du nord de l’Europe sont deux fois plus chers qu’en Grèce, ce qui a d’importantes conséquences sur les coûts de la production. L’importation d’armes depuis l’Occident représente un coût d’environ 90 milliards d’euros pour les dix dernières années, ce qui est à peu près équivalent à notre déficit original. La Turquie, qui est candidate pour entrer dans l’Union Européenne, continue de brandir des menaces directes contre l’intégrité territoriale de la Grèce et de Chypre, ce qui nous force à dépenser dans l’armement la plus grande proportion du PIB du monde, après les Etats-Unis. Par ailleurs, la Turquie nous bombarde avec 200 000 immigrants illégaux par an, tandis que nos jeunes partent, avec toutes les conséquences que cela implique pour notre existence économique et nationale.

Le costume de l’euro est taillé sur mesure pour l’Allemagne

Le costume de l’euro est taillé sur mesure pour les pays européens du Nord qui détiennent des oligopoles à capital intensif, basés sur les hautes technologies et sur l’innovation. Les coûts de leur production peuvent largement être compressés et les marges de profit sont très élevées. L’euro solide permet donc à l’Allemagne, ainsi qu’à nos autres partenaires du nord, d’accumuler de grandes quantités de devises et de spéculer sur les différentiels, également très importants.

Lorsque l’on observe les effets de la zone euro sur plusieurs pays, on fait une trouvaille étonnante. Avant leur entrée dans l’euro entre 1999 et 2002, les pays GIPSI (Grèce, Italie, Portugal, Espagne, Irlande) suivent une courbe économique à la hausse, puis la tendance s’inverse quelques temps après. Il en est plus ou moins de même pour certains autres pays de la zone euro, en particulier pour Chypre, la Slovénie, la Slovaquie et la Belgique. Par contre, les pays qui sont restés hors de la zone euro, comme la Grande-Bretagne, le Danemark, la Suède, la République Tchèque, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne et la Roumanie se sont maintenus dans une tendance à la croissance, avec un déclin partiel suite à la crise de 2009. Les pays hors de l’Union Européenne, comme la Norvège, la Serbie et la Turquie, résistent à la crise ; il en est de même pour la Russie, entre autres. L’Argentine, après avoir désolidarisé sa monnaie du dollar fort, se développe de façon exponentielle, sans mentionner l’impressionnante croissance économique de la Chine, grâce à son yuan souple.

Soyons réalistes. Nos partenaires insistent pour que la Grèce reste dans la zone euro, parce qu’ils redoutent l’effet domino d’un Grexit. Mais maintenir notre économie dans un état de paralysie économique ne laisse aucun espoir de reprise. Notre faible compétitivité, ainsi que l’effondrement actuel de notre production et de notre consommation intérieures, nous entraînent dans le cercle vicieux du défaut sur la dette et du besoin d’emprunter encore et encore. Sur le long terme, tout le monde y perd, même nos créanciers. Il est vrai qu’une sortie de l’euro serait au départ source de souffrances, pour un pays comme la Grèce. Aujourd’hui nous vivons des heures douloureuses, la différence est qu’il n’y a aucun espoir pour le lendemain.

Ce que nous faisons

Au point où nous en sommes, la solution la plus claire serait une banqueroute organisée en annulant 50% de la dette totale, avec une période de grâce de deux ans afin de préparer le payement des 50% restants, la période de payement étant rallongée. Et par-dessus tout, il faut sortir de l’euro, sans toutefois sortir de l’Union Européenne. La nouvelle drachme pourrait subir une dévaluation initiale de 50%. Elle suivra ensuite un taux raisonnable, liée à un panier de monnaie contenant l’euro, le dollar ainsi que les monnaies plus souples de nos pays compétiteurs. Une autre solution serait la création d’un second euro pour les pays européens périphériques.

Dans tous les cas, l’augmentation dramatique du chômage et des suicides, la fermeture des entreprises, les coupes brutales dans les salaires et les retraites, les licenciements des fonctionnaires à un âge – de 50-55 ans – où il leur est presque impossible de trouver un travail dans le secteur privé, le basculement de millions de gens dans la misère absolue, sont bien évidemment antiéconomiques et politiquement dangereux. Cela provoque un effondrement brutal de la demande intérieure, ainsi que des révoltes sociales violentes avec leurs conséquences sociales et économiques dramatiques.

Il ne fait aucun doute sur la nécessité urgente de couper les dépenses du gouvernement, de moderniser l’administration publique, la sécurité sociale et la santé publique, de combattre la corruption, l’impunité, la bureaucratie, et de réduire l’évasion fiscale. Concernant la politique de développement, il y a également un besoin urgent de soutenir les manufactures et l’industrie et de promouvoir les secteurs stratégiques de l’économie, comme les énergies alternatives, l’exploitation du pétrole, du gaz et des ressources minérales ; nous devons également promouvoir le tourisme de qualité et le tourisme marin, les cultures agricoles compétitives et/ou alternatives, l’aquaculture, l’industrie agroalimentaire, les fertilisants, le matériel pour la défense, la construction navale, l’industrie pharmaceutique, le transport, les services financiers, les nouvelles technologies, la recherche et l’innovation. Mais il faut pour cela que notre pays soit dirigé par un sens de justice, d’efficacité, de compétence et d’honnêteté, par la meilleure force politique et humaine, et non par la pire. Et c’est sur ce point que nos partenaires européens peuvent nous apporter des conseils précieux et de l’aide.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Soutenons la résistance de la Grèce face aux puissances de chantage du fascisme financier. Il est temps de bâtir un monde sans la City ni Wall Street.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard