Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Crise des réfugiés : le rapport de l’ONU qui accable Obama

La rédaction
JPEG - 28.1 ko

Alors que l’Europe est submergée par un flux de réfugiés sans précédent en provenance de Syrie et d’Afrique du Nord, personne n’a le courage, parmi les dirigeants européens, de désigner Obama comme principal responsable de cette situation, ni d’exiger des compensations financières de la part des États-Unis pour aider à financer la prise en charge de ces réfugiés. Et pourtant, les preuves concernant les guerres illégales (c’est-à-dire non approuvées par le Congrès américain) d’Obama en Libye et en Syrie ne manquent pas, incluant au sein d’institutions officielles comme l’Organisation des Nations unies.

Obama a lancé en 2011, avec le soutien plus qu’enthousiaste de Nicolas Sarkozy, une guerre visant à renverser Mouhammar Kadhafi en Libye, en s’appuyant sur le mouvement affilié à al Qaïda dans ce pays, le Groupe islamique combattant en Libye (Libyan Islamic Fighting Group, LIFG).

Des armes ont été fournies par Obama au LIFG, via le Qatar et les Emirats arabes unis. Une fois Kadhafi assassiné, ce même réseau terroriste a ensuite expédié une partie de ces armes aux réseaux de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) et d’al Qaïda en Syrie et ailleurs en Afrique du Nord.

Les populations victimisées ont dû ensuite s’enfuir vers l’Europe et ici encore, ce sont ces mêmes réseaux terroristes, qui ont été armés par Obama, qui dirigent le trafic d’être humains vers l’Europe pour financer leurs activités.

Ces faits ne peuvent plus être ignorés, d’autant plus qu’ils ont été reconnus par le Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye sur la mise en oeuvre des mesures concernant l’embargo sur les armes, le gel des avoirs et l’interdiction de voyager, publié par le Conseil de sécurité de l’ONU le 23 février 2015.

Nous reprenons ici les extraits qui ont trait au trafic d’armes vers la Syrie et l’Afrique du Nord, ainsi que le trafic d’être humains vers l’Europe.

Rapport final du Groupe d’experts sur la Libye

A propos de la mise en œuvre des mesures concernant l’embargo sur les armes, le gel des avoirs et l’interdiction de voyager.

Le rapport a été communiqué au Conseil de sécurité le 4 février 2015, examiné par lui le 20 février, puis a fait l’objet d’un communiqué du Conseil de sécurité le 23 février 2015.

200. Les investigations menées par le Groupe montrent que, bien que la demande en soit très forte en Libye, armes et munitions continuent de sortir massivement du pays. Au cours de la période considérée, le Groupe s’est rendu en Égypte, au Niger, en République arabe syrienne, au Tchad et en Tunisie, autant de pays qui ont subi les conséquences de la prolifération d’armes depuis le début du soulèvement libyen.

201. Il ressort des informations recueillies par le Groupe que les armes provenant de la Libye ont considérablement renforcé les moyens militaires des groupes terroristes opérant dans différentes zones de la région, notamment en Algérie, en Égypte, au Mali et en Tunisie. Le trafic d’armes n’est qu’une des manifestations les plus visibles de la coopération qui s’est instaurée au fil des ans entre des groupes libyens et des entités terroristes régionales.

202. S’agissant du matériel militaire transféré vers l’ouest de la Libye, le Groupe indique que le trafic d’armes à destination de l’Algérie et de la Tunisie s’est poursuivi pendant la période sur laquelle porte son mandat. Les autorités tunisiennes lui ont fait savoir que la plupart du matériel militaire utilisé dans des opérations terroristes provenait de Libye.

203. S’agissant des transferts de matériel militaire vers l’est, l’Égypte est toujours le lieu de destination privilégié des armes originaires de Libye ; les transferts d’armes depuis l’Égypte vers Gaza ont aussi continué. Même si des armes libyennes ont en grande partie été acheminées en République arabe syrienne pendant les deux premières années du conflit, cette tendance semble avoir fléchi au cours des 12 à 24 derniers mois.

204. S’agissant des transferts vers le sud de la Libye, plusieurs réseaux de trafic d’armes, qui continuent de s’approvisionner dans les stocks détournés pendant et après la révolution, se sont créés dans le sud de la Libye. Les armes continuent donc de sortir du pays, en particulier à destination de l’Algérie, du Niger, du Tchad et du Soudan.

205. Parce que l’État libyen n’exerce plus de contrôle dans le sud du pays depuis la révolution et parce que des groupes terroristes régionaux s’y sont établis, le risque de voir la partie méridionale se transformer en zone stratégique de repli des groupes terroristes du Sahel, en particulier pour la formation, le financement, le recrutement et le repos des combattants ainsi que pour l’achat de matériel militaire, suscite de plus en plus de préoccupations. Du matériel en provenance de la Libye et destiné à des groupes terroristes au Mali a été saisi ou détruit à plusieurs reprises en 2014 au Niger par les troupes de l’opération Barkhane, dirigée par la France.

195. Le Groupe d’experts a interrogé plusieurs spécialistes de la question de l’immigration clandestine en Europe via la mer Méditerranée, qui ont indiqué que les réseaux transnationaux de traite avaient des agents au sein des groupes armés libyens qui contrôlaient le territoire le long des corridors empruntés par les passeurs. Les groupes armés donnent accès aux trafiquants et sécurisent ces opérations en échange d’une redevance. La plupart des immigrants illégaux sont récupérés en pleine mer sur des embarcations de fortune par la marine et les garde-côtes italiens. La Libye est un pivot de l’immigration clandestine. Des fonctionnaires italiens ont expliqué au Groupe que, sur les 167 184 immigrés secourus en mer en 2014, 141 484, soit 85 %, avaient embarqué sur la côte libyenne.

196. La traite de migrants génère des revenus considérables. Les migrants, principalement originaires d’Afrique de l’Ouest et de la Corne de l’Afrique, doivent rémunérer les passeurs à chaque étape de leur périple. Des migrants interrogés en Italie ont expliqué que le coût de la seule dernière étape, la « traversée » en bateau, pouvait aller de 800 à 2 000 dollars, selon les conditions de navigation, le type de navire, le port d’embarquement et la « classe de transport ». Cela signifie que, pour un prix moyen de 1 200 dollars par migrant, le dernier maillon de ce trafic a généré un chiffre d’affaires total de près de 170 millions de dollars en 2014. La plupart des migrants clandestins partent de la côte ouest de la Libye. Le Groupe d’experts n’a pas été en mesure de confirmer le nom des milices et de leurs chefs impliqués dans la traite, mais continue d’enquêter sur la question.

197. Dans le même ordre d’idées, les groupes armés contrôlent plusieurs postes frontière et points d’entrée importants, ce qui leur permet de percevoir un pourcentage des opérations de traite et de trafic, notamment de drogues, d’armes, de matières premières et de pétrole. Enfin, le Groupe a déjà évoqué plusieurs cas de pillage de bâtiments publics et privés suite à des opérations militaires.

Bien que le Rapport affirme n’être pas en mesure de nommer les noms des milices et dirigeants impliqués dans la traite de migrants, pour ce qui concerne le trafic d’armes il cite des hauts dirigeants du LIFG, ceux là mêmes qui ont été soutenus par Obama lors du renversement de Kadhafi, et impliqués dans les opérations contre le gouvernement syrien.

L’un des principaux individus identifiés dans le rapport est Khaled Alsharif. Celui-ci a été nommé le 11 janvier 2013 en tant que ministre-adjoint à la Défense de Libye. Il était auparavant l’émir-adjoint du LIFG, affilié à al Qaïda, et par la même occasion son commandant militaire. Limogé par la suite en tant que ministre-adjoint à la Défense, il dirige aujourd’hui la Garde nationale, forte de 10 000 hommes. Dans les sections du Rapport du Groupe d’experts citées ci-dessous, il est montré comment Khaled Alsharif, en tant que ministre-adjoint à la Défense, avait outrepassé ses fonctions pour signer des autorisations de transferts d’armes à des groupes terroristes.

134. Aucun des deux transferts présentés ci-dessous de façon détaillée n’avaient été signés par le Département des achats militaires, du Ministère de la défense, qui n’en avait pas connaissance. Les documents y relatifs ont été signés par Khaled Alsharif, qui était alors Ministre adjoint de la Défense, un ancien membre du Groupe islamique combattant en Libye (Libyan Islamic Fighting Group), entité qui aujourd’hui est clairement liée à l’opération Fajr Libya. Des interviews réalisées depuis 2013 avec le personnel du Département et des fonctionnaires internationaux indiquent que M. Alsharif contournait le Département et profitait de son poste pour parvenir à conclure des contrats d’armement et à fournir des matériels aux organes de sécurité qui avaient sa préférence. L’analyse des notifications présentées au Comité montre qu’entre octobre 2013 et mai 2014, cinq d’entre elles comprenaient des commandes signées par M. Alsharif pour des quantités considérables d’armes légères et de petit calibre et des munitions connexes.

142. En novembre 2014, le Comité d’experts a inspecté le chargement du navire Nour M, saisi en Grèce en novembre 2013 (voir par. 89 à 93 et l’annexe confidentielle 1 du document S/2014/106 pour l’ensemble des détails sur cette affaire), qui comprenait 55 conteneurs et plus de 32 millions de cartouches (1 103 tonnes) pour fusils d’assaut et mitrailleuses, en route vers Tripoli. Les autorités grecques ont fourni au Comité et au Comité d’experts l’ensemble des informations et documents disponibles. Ces derniers indiquaient que le chargeur était UKRINMASH, une compagnie d’État ukrainienne, que le destinataire était le Ministère libyen de la défense et que le marché avait été négocié par TSS SILAH VE SAVUNMA SANAYI DIS TICARET LIMITED SIRKETT, une compagnie turque. Le navire appartenait à TSS GROUP TUTUN SIGARA SANAYI VE, une autre compagnie turque. À ce jour, la Grèce n’a pas commencé à engager des poursuites relatives à cette violation.

143. La note des autorités libyennes confirmant aux autorités ukrainiennes que les autorités libyennes étaient prêtes à accepter le chargement avait été signée par Khaled Alsharif.

Quant aux « graves violations des droits de l’homme » (sous-entendez torture) commises sous l’autorité d’Alsharif en Libye, il n’y a malheureusement personne en Europe, ni aux Etats-Unis, pour les dénoncer.

79. Premièrement, le Groupe d’experts a reçu des informations concordantes faisant état de graves violations des droits de l’homme commises à la prison d’Hadba, à Tripoli. L’établissement est contrôlé par des miliciens dirigés par Khaled Alsharif et connus sous le nom de « Garde nationale », qui est le nom du groupe armé que dirigeait Alsharif pendant la révolution. La prison d’Hadba est probablement la plus célèbre de Libye car des figures de proue de l’ancien régime, tels qu’Abdullah Senussi et Saadi Kadhafi y sont détenues.

Voir le commentaire

  • Eponga • 10/09/2015 - 18:24

    je ne comprends pas les Européens, ils se disent sages plus que les Africains ; mais regardez comment ils sont tournés en bourrique ! les réfugiés vont -ils demander l’asile aux USA ? NON ! qui souffrent de cette vague de réfugiés qui augmente de jour en jour ? les Européens. qui paie la note ? les pays européens. la population Américaines est tranquille et regarde comment les pays Européens s’embrouillent avec ces blancs qui ont faims et demandent juste le sommeil . Vraiment honte pour vous Européens , çà n’est que le début , venez encore faire vos guerres en Afrique.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard