Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Comment la Russie a sabordé le plan américain d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie

La rédaction
JPEG - 13.3 ko
L’avion russe Sukhoï 34 (Su-34)
Crédit : Wikipedia

Des informations complémentaires permettent de croire que le déploiement russe en Syrie visait autant à éviter un plan américain d’imposition d’une zone d’exclusion aérienne sur ce pays - provoquant un changement de régime - qu’à vaincre Daech (Etat islamique -EI).

Par Daniel Fielding.
(Article publié le 6 octobre 2015 sur le site Russia Insider, traduction Comité Valmy.)

La réaction outrancière de l’OTAN à une violation mineure de l’espace aérien turc par un avion russe révèle le point crucial du déploiement militaire russe.

L’Occident a perdu le contrôle du ciel syrien.

JPEG - 8.9 ko
L’avion russe Sukhoï 30 (SU-30)
Crédit : Wikipedia.

Quand j’ai discuté initialement de la composition des avions russes en Syrie j’ai dit que les quatre avions de chasse SU-30 devaient fournir la couverture aérienne de la force de frappe. J’ai aussi pensé que les six SU-34s n’étaient pas vraiment nécessaires, et qu’ils étaient là pour être testés dans un environnement de combat. J’avais raison pour les SU-30 ; je me suis trompé sur les SU-34.

J’ai négligé le fait que tout en étant un redoutable bombardier de combat et d’attaque au sol, le SU-34 est aussi un excellent combattant aérien. En cela, il diffère fondamentalement du SU-24, qu’il remplace.

Le total combiné des dix SU-30 et SU-34 représente pour les Russes un groupe de défense aérienne fantastique. Alors que le SU-34 n’est pas un combattant aussi puissant que le SU-30 ultra maniable, il est supérieur aux F-16 qui composent le gros de l’armée de l’air turque, et est du niveau des F-15 et F-16 de l’armée de l’air israélienne.

Ceci est important parce que, comme le montre l’incident à la frontière turque, le groupe d’attaque russe mène des frappes aériennes dans les zones proches des frontières turques et israéliennes, là où l’armée de l’air syrienne n’avait pas encore osé aller par peur d’intervention des forces aériennes turques et israéliennes.

Ceci comprend des frappes sur Raqqa - la capitale de facto de l’État islamique - et Idlib, toutes deux à faible distance de la frontière turque.

La présence des SU-30 et SU-34 signifie que - à la différence des Syriens - les Russes peuvent effectuer ces frappes sans craindre d’interférence avec l’armée de l’air turque.

Cela signifie que, pour la première fois dans la guerre syrienne, il n’y a aucun endroit de la Syrie, où l’État islamique ou des milices islamiques peuvent se dissimuler aux frappes aériennes.

Cela change radicalement le tableau militaire. C’est en partie parce que l’armée de l’air syrienne avait peur d’opérer près de la frontière turque que l’armée syrienne a été chassée de lieux comme Raqqa et Idlib, et pourquoi elle a été sur la défensive dans le nord de la Syrie, et dans les territoires nord et ouest d’Alep, qui sont facilement accessibles aux avions F16 turcs opérant à partir de bases intérieures turques.

Certains rapports suggèrent que la présence de l’aviation russe a même encouragé les avions syriens à entrer à nouveau dans cet espace aérien.

Il y a des indications que des F-16 turcs volant durant le week-end près de la frontière syrienne ont été suivis (ou « affichés ») pendant 6 minutes par le radar d’un combattant MiG-29.

Le groupe d’attaque russe ne comprend pas de MiG-29. Si cet incident a réellement eu lieu le MiG-29 a dû être un avion syrien.

Les dix SU-30s et SU-34s ne sont qu’une partie de la force de défense aérienne que les Russes ont placée en Syrie.

JPEG - 11.8 ko
Le Pantsir est un système mobile de défense aérienne à courte portée.

La base aérienne de Lattaquié est défendue contre les attaques aériennes par des systèmes de défense aérienne Pantsir.

Le Pantsir est un système mobile de défense aérienne à courte portée, combinant des canons antiaériens de 30 mm à courte portée et des missiles antiaériens. C’est l’équipement standard pour la défense des bases aériennes, et son déploiement n’a pas plus d’importance que cela.

Beaucoup plus important, et changeant la donne, est le déploiement du croiseur russe lance-missiles Moskva au large de la côte syrienne.

JPEG - 26.8 ko
Le croiseur russe Moskva : il change la donne dans la crise syrienne.
Crédit : RIA Novosti

Le Moskva a des radars de défense aérienne extrêmement puissants, et est équipé de puissants missiles anti-aériens longue portée basés sur le système S-300.

Il n’y a aucune preuve que les Russes aient déployé des missiles S-300 en Syrie elle-même. Cependant, la présence du Moskva au large des côtes syriennes leur donne essentiellement la même aptitude.

On pense que les missiles S-300 du Moskva ont une portée de 90-150 km. Bien qu’apparemment pas l’une des versions plus sophistiquées des S-300 - qui devraient plutôt être considérés comme une famille de missiles - les S-300 portés par le Moskva sont néanmoins des armes puissantes, fournissant une formidable capacité de défense aérienne.

La raison de la présence de ces systèmes de défense aérienne - les avions SU-30 et SU-34 et le Moskva avec ses missiles S-300 - est maintenant claire.

L’article paru dans le Financial Times que je joins ci-dessous confirme ce que beaucoup avaient déjà soupçonné : les États-Unis étaient sur le point de déclarer une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie.

Quoique la cible présumée ait été l’État islamique, étant donné que l’État islamique n’a pas de force aérienne, la cible réelle était clairement le gouvernement syrien.

Il semble qu’un scénario semblable à celui utilisé en Libye en 2011 était prévu : la déclaration d’une zone d’exclusion aérienne, suivie d’une campagne prolongée de bombardement contre l’armée syrienne destinée à donner la victoire à l’opposition syrienne soutenue par les USA. Le but déclaré de la zone d’exclusion aérienne - lutter contre l’État islamique - était simplement une couverture.

Cela explique le déploiement russe.

JPEG - 26.1 ko
Nouvelle Solidarité N° 18/2015. S’abonner.

Les Russes ont évidemment découvert le plan américain et se sont précipités pour mettre à exécution leur propre déploiement, afin de le prévenir.

Qu’ils aient été à même de le faire bien que n’ayant - contrairement aux États-Unis - aucune base aérienne dans la région est remarquable, et est une preuve supplémentaire de la capacité des Russes, montrée à maintes reprises, d’agir avec une rapidité foudroyante, prenant les États-Unis à contre-pied. Les occasions précédentes où cela s’est produit furent la guerre de 2008 en Géorgie et l’opération de Crimée en 2014.

Que les Russes aient découvert le plan américain nous montre aussi le haut niveau de qualité de leurs services de renseignements.

L’article paru dans le Financial Times montre l’ampleur de la consternation à Washington, avec l’admission à contrecœur - malgré les demandes hystériques d’action par les faucons de guerre - que le plan pour une zone d’exclusion aérienne « est désormais impossible à adopter. »

Voyez ce commentaire que le Financial Times attribue au chef militaire de l’OTAN, le général Breedlove :

Le commandant militaire suprême de l’Otan en Europe, le général américain Phillip Breedlove a averti la semaine dernière que l’alliance était "inquiète d’une autre bulle A2/AD en cours de création dans la Méditerranée orientale". A2/AD signifie anti-accès, interdiction de zone.

En d’autres termes, les Russes ont réussi à interdire aux États-Unis l’accès du ciel de la Syrie, contrecarrant leur plan pour une zone d’exclusion aérienne, et pour une campagne de bombardement forçant le renversement du gouvernement syrien.

Le Financial Times cite des sources qui décrivent le déploiement russe en Syrie comme un « désastre », montrant la consternation éprouvée par les États-Unis et les dirigeants occidentaux.

Le déploiement russe en Syrie a considérablement modifié la situation géopolitique.

Il montre que 25 ans après la chute de l’URSS, la superpuissance russe est de retour.

L’article suivant a été publié dans le Financial Times :

Moscou saborde les plans américains pour une zone d’exclusion aérienne en Libye

Article du 4 octobre paru dans le Financial Times

Le bombardement par la Russie des rebelles anti-régime en Syrie a été décrit comme un désastre pour les efforts de la coalition menée par les USA pour détruire Isis, le groupe militant islamiste, mais le vrai défi du Kremlin à Washington est dans les cieux au-dessus du pays déchiré par la guerre.

Parallèlement au modeste contingent, basé à Lattaquié, de deux douzaines d’avions Su-24 Fencer et Su-25 Frogfoot - avions conçus pour frapper des cibles terrestres - Moscou a déployé des atouts qui rendent la perspective d’une zone d’exclusion aérienne exécutée par les États-Unis ou ses alliés au dessus de la Syrie impossible à mettre en œuvre.

Il y a seulement quelques semaines, après des mois de diplomatie, les officiels étaient proches d’un accord sur l’application de zones de sécurité aériennes pour mettre fin aux bombardements de civils dans le nord et le sud de la Syrie par le régime d’Assad, selon des diplomates et des responsables militaires de la coalition menée par les USA.

L’accord était fondé sur des plans jordaniens et turcs présentés plus tôt cette année.

Beaucoup d’officiels pensent qu’un mouvement imminent d’accélération de l’activité de la coalition en Syrie a précipité la soudaine intervention du Kremlin à la fin du mois dernier.

« La raison ultime de ce qui arrive est l’intérêt renouvelé pour la Syrie et la nécessité là-bas d’une sorte de solution politique - quelque chose que nous avons pensé pouvoir réaliser en appliquant des zones d’exclusion aérienne, des zones de sécurité », a déclaré un haut diplomate européen .

Mais tout espoir de coordination militaire avec la Russie pour atteindre cet objectif, même à la suite de son déploiement perturbateur, s’est rapidement éteint.

Le commandant militaire suprême de l’Otan en Europe, le général américain Phillip Breedlove a averti la semaine dernière que l’alliance était" inquiète d’une autre bulle A2/AD en cours de création dans la Méditerranée orientale". A2/AD signifie anti-accès, interdiction de zone.

Les craintes du Général Breedlove se sont réalisées ces derniers jours quand le petit déploiement russe de quatre avions « flanker » Su-30 - avions très manœuvrable conçu pour abattre les autres avions - , qui se trouvent à la base aérienne Bassel al-Assad de Lattaquié a été élargi par un arsenal beaucoup plus conséquent.

Le ministère russe de la Défense a annoncé vendredi le déploiement de son croiseur lance-missiles Moskva à Lattaquié. Le Moskva est armé d’un complément de 64 S-300 missiles navire-air, la plus puissante arme anti-aérienne de la Russie.

Le déploiement des S-300 - ou d’autres systèmes pareillement sophistiqués, également connus comme « Sams à trois chiffres » - a longtemps été l’une des plus grandes craintes du Pentagone au Moyen-Orient. Le système S-300, qui a une portée de 150 km, est capable d’abattre tous les avions furtifs, sauf les plus sophistiqués. Cela signifie que la plupart des missions effectuées par les alliés de la coalition de Washington - la Jordanie utilise, par exemple, les avions F-16 - sont aujourd’hui très vulnérables. Même le déploiement des Tornados et Typhoons du Royaume-Uni à la base de la Royal Air Force de Akrotiri, à Chypre, est menacé par les missiles.

« Les forces russes maintenant en place rendent parfaitement évident que tout type de zone d’exclusion aérienne sur le modèle libyen imposé par les États-Unis et leurs alliés est désormais impossible, à moins que la coalition ne soit en fait prête à abattre des avions russes, » dit Justin Bronk, analyste de recherche au Royal United Services Institute.

« Les Russes ne jouent pas à la désescalade - ils disent simplement : "laissez nous le champ libre". Les opérations de la coalition en Syrie seront beaucoup plus complexes du point de vue de la planification des missions et du point de vue de l’évaluation des risques. ».

Même les missions de surveillance au-dessus la Syrie par des avions américains et de la coalition seront compliquées. Un officier de l’armée de l’air de l’Otan a déclaré que l’organisation s’attend à voir apparaître le genre de « tactiques de la guerre froide » et politique de la corde raide que la Russie a récemment utilisées dans les pays baltes. Les pilotes devront s’attendre à voir de puissants systèmes de radar russes « allumer » leur avion en démonstrations de force, a-t-il dit.

Prévenir la création de zones d’exclusion aérienne en Syrie par la coalition menée par les USA est important pour l’influence de Moscou sur les événements dans le pays. Avec l’emprise territoriale du régime d’Assad devenant fragile ces derniers mois, l’imposition supplémentaire par la coalition américaine d’une zone d’exclusion aérienne aurait pu imposer des négociations menant à une perte d’influence de la Russie. Maintenant tout processus diplomatique ou politique qui aura lieu se fera aux conditions de Moscou.

« Les actions militaires de la Russie servent à des fins politiques, il en existe plusieurs, »" dit Alex Kokcharov, analyste chez IHS Russie Janes, service de conseils de défense.

Pour M. Poutine, les États-Unis et l’Otan, les « zones d’exclusion aérienne » ont aussi une résonance supplémentaire.

« Poutine a été profondément touché par le renversement de Kadhafi en Libye, » note M. Kokcharov. « Il y a une motivation personnelle à cela. »"

Pour les planificateurs militaires russes, les zones d’exclusion aérienne - vues d’Occident comme une mesure de clémence humanitaire - sont souvent considérées comme des outils de changement de régime.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Avec Poutine et l’ONU, créons une coalition pour la paix !

8 octobre 2015
Nouvelle Solidarité N°18/2015
Avec Poutine et l’ONU, créons une coalition pour la paix !

Alors que Poutine bombarde Daech, Obama bombarde MSF...

7 octobre 2015
Actualité
Alors que Poutine bombarde Daech, Obama bombarde MSF...

Si Daech n’existait pas, il aurait fallu l’inventer...

1er octobre 2015
Actualité
Si Daech n’existait pas, il aurait fallu l’inventer...

La mise en garde prophétique de Lyndon LaRouche il y a quinze ans contre Daech (EI)

26 octobre 2014
Orientation stratégique
La mise en garde prophétique de Lyndon LaRouche il y a quinze ans contre Daech (EI)

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard