Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

La politique des sanctions va-t-elle sauver la Russie ?

La rédaction
JPEG - 37 ko

Le 13 octobre, s’appuyant sur l’économiste allemand Friedrich List, un des piliers du « Système américain d’économie politique » promu depuis longtemps par l’économiste et homme d’État américain Lyndon LaRouche, le Pr Richard A. Werner, professeur de finance internationale à l’université de Southampton en Angleterre et auteur du Nouveau paradigme en macroéconomie, a signé avec Vladimir Iakounine, ancien PDG des chemins de fers russe, co-président du dialogue franco-russe, professeur à l’université d’Etat Lomonosov de Moscou et président fondateur du World Public Forum, un article décapant démontrant… les bienfaits des sanctions à l’encontre de la Russie !

Vu l’importance de ce texte publié en anglais, en arabe, en russe et en allemand par Project Syndicate, nous avons décidé de le traduire en exclusivité en français.

Moscou – Les sanctions économiques imposées à la Russie par l’Occident en mars 2014 ont sans conteste été douloureuses. Mais jusqu’ici, elles ont échoué à atteindre le but d’affaiblir la position du président russe Vladimir Poutine. En fait, elles peuvent avoir l’effet opposé, laissant la Russie – ainsi que son président – encore plus puissant qu’avant.

L’Union européenne estime avoir perdu environ 100 milliards de dollars dans les échanges commerciaux avec la Russie, des baisses qui ont frappé notamment les producteurs de lait bavarois et les exportateurs de biens industriels de l’Allemagne orientale. Le PIB russe, qui a modestement grimpé en 2014, s’est contracté de 4,6 % en termes annuels au dernier trimestre de cette année, alimentant une inflation qui, en juillet 2015, avait augmenté de 15,6 % en un an.

Cependant, à l’heure actuelle, le pic inflationniste semble derrière nous et les effets du contrechoc pétrolier et gazier ont été atténués par la hausse du dollar, de sorte que les réserves en divises étrangères de la Russie ont en réalité augmenté pour atteindre 362 milliards de dollars en juin (dont 13 % en or). Et en dépit du fait que les Russes se serrent la ceinture, la popularité de Poutine est plus grande que jamais.

Le principe de base justifiant les sanctions est imparable : le libre-échange et le laissez-faire sur les marchés apportent de la croissance (et donc génèrent un soutien politique au gouvernement), alors que les sanctions la plombent (et donc érodent le soutien au gouvernement).

L’accent mis sur le libre-échange et les marchés libres était au cœur du dogme de l’économie classique britannique du XIXe siècle. Cela reste le message central de l’école néoclassique qui prévaut à ce jour – incarné par le fameux « Consensus de Washington », adopté dans le monde entier à l’instigation du Fonds monétaire international (FMI) – prétendant que la clé pour tout développement économique est d’ouvrir les marchés, de les déréguler, de les libéraliser et de privatiser.

Cependant, cette théorie a un défaut majeur. Aucune puissance économique ne s’est jamais développée exclusivement sur la base de politiques de laissez-faire. La montée de la puissance économique du Royaume-Uni, par exemple, a été largement façonnée par la protection de certains secteurs stratégiques, une politique industrielle et le choix de barrières tarifaires appropriées.

JPEG - 261.5 ko
Nouvelle Solidarité N° 18/2013. S’abonner.

Les prouesses industrielles du Royaume-Uni ont démarré avec l’industrie textile. Ses dirigeants se sont rendu compte que l’exportation de matières premières, essentiellement la laine, serait inadéquate pour susciter de la croissance économique. Pour l’atteindre, l’Angleterre devait monter sur l’échelle de la valeur ajoutée, en important des matières premières et en exportant des produits finis.

Les dirigeants anglais ont ainsi conçu une politique industrielle consistant à attirer des tisseurs flamands afin qu’ils apportent leur savoir-faire aux entreprises britanniques. De plus, le pays a érigé des barrières tarifaires : en bannissant l’exportation de laine brute et l’importation de produits finis, le textile indien, souvent de meilleure qualité et beaucoup moins cher, ne pouvait plus concurrencer la production nationale. On adapta également des lois sur la navigation, limitant l’entrée des navires étrangers dans les ports britanniques et, afin de stimuler la demande, on adopta même un règlement stipulant que, lors du rite funéraire en Angleterre, les cadavres devaient être enveloppés de tissus en laine. De fil en aiguille, c’est la mécanisation de l’industrie du textile qui a alimenté la révolution industrielle et c’est la production de masse et les exportations de ce secteur qui ont fait naître la plus grande flotte maritime du monde.

Au milieu du XIXe siècle, c’est l’économiste allemand Friedrich List qui a mis en lumière le rôle de telles politiques dans la montée économique du Royaume-Uni. En accord avec ces préceptes, les États-Unis et le Japon ont déployé une politique judicieuse pour protéger leurs politiques commerciales et industrielles, tout en travaillant activement à soutenir leurs secteurs naissants – une stratégie qui leur a permis de se développer rapidement et même de dépasser l’Angleterre.

L’imposition de restrictions s’est également démontrée efficace pour susciter le développement économique : en 1812, lorsque l’Angleterre déclare la guerre et impose un embargo commercial contre les États-Unis, l’effort américain pour remplacer les produits manquants y provoque un boom dans les manufactures. Lorsque l’embargo fut levé et que les tarifs furent abaissés, les manufactures américaines se sont effondrées – jusqu’en 1828, où les nouveaux tarifs britanniques ont redynamisé les manufactures américaines. De la même façon, lors de la Première Guerre mondiale, un embargo commercial britannique a stimulé le développement de haute technologie allemande, permettant de satisfaire la demande de produits de substitution.

Évidemment, les embargos ont un effet dévastateur lorsqu’un pays manque des ressources pour produire ce qu’il faut pour remplacer les importations. C’est pour cela que les sanctions furent si dommageables pour la population iranienne, et avant, l’irakienne.

Cependant, pour un pays comme la Russie, disposant de ressources naturelles abondantes, d’expertise technologique et d’une main d’œuvre qualifiée, les sanctions peuvent avoir l’effet opposé. L’Union soviétique s’est battue pour y arriver, le communisme manquant d’incitations suffisantes. Aujourd’hui, par contre, la Russie a un système capitaliste qui offre des profits considérables à ceux qui s’adaptent le mieux aux restrictions.

En bref, la Russie a tout ce dont elle a besoin pour prospérer malgré les sanctions – ou grâce à elles. Transformer ce potentiel en réalité nécessite que la Russie opère une transformation économique.

La théorie néoclassique du commerce se base sur le concept des avantages comparés : chaque pays est supposé capitaliser sur ses atouts relatifs, qu’il s’agisse de prouesse technologique ou des ressources dont elle dispose.

Cependant, comme le savent les dirigeants anglais et comme le démontre l’expérience de nombreux pays africains et sud-américains, la simple exportation de matières premières est inadéquate pour propulser un développement. Historiquement, c’est l’intervention publique visant à développer des industries nationales produisant de la valeur ajoutée, qui s’est avérée la forme la plus efficace des politiques de développement. Durant ces dernières décennies, le Japon, Taïwan, la Corée du Sud ainsi que la Chine ont tous pris cette voie.

Pour la Russie, se hisser sur l’échelle de la valeur ajoutée ne sera pas difficile ; elle a tout ce qu’il faut pour produire les produits finis qu’elle importait jusqu’ici. En fait, le remplacement des importations a déjà accru la productivité dans plusieurs secteurs clés : engineering, pétrochimie, industrie légère, production pharmaceutique et agriculture. L’exportation de produits à haute valeur ajoutée a grimpé de 6 % au premier trimestre de cette année.

En plus, le leadership russe a accéléré la coopération avec les autres économies des BRICS (Brésil, Inde, Chine et Afrique du Sud), et Poutine a récemment annoncé son plan ambitieux pour accroître la demande intérieure.

Non seulement les sanctions contre la Russie ne font rien pour changer la situation ukrainienne, mais elles pourraient tout aussi bien susciter la transformation structurelle tant attendue du pays. Si la Russie reprend à son compte le régime de crédit encadré dont se servent les économies d’Asie de l’Est, tout en augmentant l’efficacité managériale, un autre miracle économique deviendra une fois de plus possible.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Eric • 16/10/2015 - 20:19

    "L’Union soviétique s’est battue pour y arriver, le communisme manquant d’incitations suffisantes."
    Il s’agissait du bolchevisme et non du communisme. Ce dernier est indissociable de la démocratie, tandis que le bolchevisme va de pair avec la dictature. Il était normal que l’économie soviétique fût sous-performante car aucun homme digne de ce nom n’a envie de donner le meilleur de lui-même pour servir une dictature.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Face au système translatlantique, les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – ont décidé de poser les bases d’un autre monde : politique de développement économique mutuel, nouveau système monétaire international pour nourrir la croissance, économies physiques tirées par la recherche scientifique.

En savoir plus

Avec Poutine et l’ONU, créons une coalition pour la paix !

8 octobre 2015
Nouvelle Solidarité N°18/2015
Avec Poutine et l’ONU, créons une coalition pour la paix !

Le combat pour rétablir l’alliance franco-russe

7 octobre 2015
Actualité
Le combat pour rétablir l’alliance franco-russe

I. Le Système national d’économie politique - Friedrich List

9 septembre 2012
Economie
I. Le Système national d’économie politique - Friedrich List

Pourquoi il faut refuser l’accord de libre-échange transatlantique d’Obama

18 février 2013
Actualité
Pourquoi il faut refuser l’accord de libre-échange transatlantique d’Obama

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard