X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Sécurité, santé, numérique : les cadeaux empoisonnés de Hollande

JPEG - 250.9 ko
Lithographie de Daumier (1848).

Parmi les réformes de notre Président, ces trois projets de loi en gestation – lutte contre le terrorisme, simplification du code du travail et le numérique – et la loi sur la santé adoptée en décembre. Sans aucune vision à long terme, ce gouvernement s’est adapté en tout point aux politiques de pillage financier et d’Empire émanant des deux centres financiers du monde : la City de Londres et Wall Street.

1 - Un projet de loi anti-terroriste qui met à mal la justice

Face à une menace terroriste résultant de ses propres choix politiques et de ceux de son illustre prédécesseur pour le Moyen-Orient – la guerre en Libye et en Syrie – François Hollande a été incapable de faire son mea culpa et de travailler avec la Russie pour restaurer la paix dans la région en éliminant le djihadisme.

Par contre, les Hollande et autres Valls n’ont pas hésité à instrumentaliser ce péril pour proposer un projet de loi de réforme pénale attentatoire aux libertés publiques, comparable, par bien des aspects, au Patriot Act que le néoconservateur John Ashcroft avait imposé aux États-Unis après le 11 septembre 2001. 

Bien sûr l’ampleur des attentats, dans ce contexte de guerre au Moyen-Orient et en Afrique où notre pays est engagé, justifiait pleinement l’instauration de l’état d’urgence. Fallait-il pour autant chercher à le prolonger dans le temps, en introduisant quantité de mesures d’exception dans la loi ordinaire ? Fallait-il orchestrer un transfert supplémentaire de pouvoirs vers l’exécutif – les préfets notamment, nommés par les autorités – au détriment des juges d’instruction, nommés certes par l’institution judiciaire, mais bénéficiant de réels pouvoirs d’enquête et d’une certaine indépendance ?

L’article 20 reprend une vieille proposition du FN : l’assouplissement des règles qui déterminent l’usage d’armes par les policiers, afin de maîtriser un individu venant de commettre plusieurs homicides et susceptible d’en commettre d’autres « dans un temps très voisin des premiers actes » ... Pourtant, l’article 122-7 du code pénal prévoit déjà ce cas.

L’article 21 permet au ministère de l’Intérieur d’assigner à résidence ou de faire subir des contrôles administratifs à des personnes soupçonnées d’être de retour du djihad, lorsqu’il n’y a pas de preuves suffisantes pour les mettre en examen. C’était, jusqu’ici, une prérogative des seuls juges d’instruction.

De même, sous la seule autorité du préfet, policiers et gendarmes pourront fouiller bagages et véhicules aux abords des établissements sensibles, et procéder à des perquisitions de nuit dans le cadre d’enquêtes préliminaires du parquet, y compris dans les logements. Le parquet devra être informé des opérations lancées par le préfet, mais osera-t-il contester une décision prise par un représentant du gouvernement, dont lui-même dépend ? Sur toutes ces questions, jusqu’à présent, seuls les juges d’instruction pouvaient agir.

En réalité, avec le code pénal et l’état d’urgence en vigueur, la France a tout ce qu’il faut pour lutter contre le terrorisme. A quinze mois de l’élection présidentielle, avec le FN au plus haut dans les sondages, le but politique de cette loi et de la « déchéance de la nationalité » devient transparent. Solidarité & Progrès s’élève contre ce projet de loi.

2 - Code du travail et numérique : non à l’« ubérisation » du travail

Les projets de loi pour simplifier le code du travail, porté par la ministre du Travail Myriam El-Khomri, et sur le numérique par Emmanuel Macron (loi Macron II), seront présentés en ce mois de janvier.

Le projet de réforme du code du travail le videra de son caractère universel, en faveur des accords de branche ou d’entreprise. Cette décentralisation du droit aura pour effet le morcellement d’un monde du travail, qui ne sera plus en mesure de s’unir pour contrer les diktats d’un monde entrepreneurial devenu de plus en plus rapace. La CGT dénonce :

 Le but n’est pas de ‘simplifier, négocier et sécuriser’,mais de ‘simplifier, déroger et affaiblir les droits’. (… ) Nous ne sommes pas loin de la négociation de gré à gré, rêve à peine caché de Pierre Gattaz [président du Medef].

Le code du travail a sans doute besoin d’un coup de neuf. Mais sous l’actuelle dictature des marchés, cette réforme se fera au détriment des employés et du bien commun.

D’emploi précaire en emploi « slasheur »

Quant à la loi sur le numérique, Emmanuel Macron se veut clairvoyant : « Nous n’avons pas le choix, la révolution du numérique est en train de se passer », a-t-il déclaré le 9 novembre dernier. 50 % des emplois seraient automatisables à un horizon de vingt ans ! « Ne pas anticiper ces mutations, c’est se condamner à les subir. Les préparer, c’est au contraire en faire une opportunité. »

Jusque-là, M. Macron a raison, mais que propose-t-il pour contrer les effets néfastes de ce tsunami numérique et robotique qui s’annonce ?

Pour l’heure, il semble jouer à fond la carte du numérique :

  1. en y orientant un maximum de financements, y compris le riche matelas de l’épargne française (74 milliards d’euros en 2014) ;
  2. en rendant accessibles aux particuliers et aux entrepreneurs les données publiques (administrations, etc.) et privées (adresse, etc.). Le but ? Engendrer autant de plateformes d’échanges du type Uber, Airbnb, Blablacar, provoquant l’effondrement de tout l’édifice de droit construit depuis des siècles pour protéger les salariés, les professions et les entreprises ! Une « ubérisation » qui a les faveurs de M. Macron : « Pour beaucoup de jeunes aujourd’hui, c’est plus facile de trouver un client que de trouver un employeur. »
  3. en promouvant la « pluriactivité », nouveau nom donné à cette précarité généralisée qui se profile. Nous entrons dans l’ère des slasheurs : le photographe/bibliothécaire, le cuisinier/chauffeur, les Uber/employés, etc. S’amuser plus, nous dit-on, quitte à gagner moins ! Tout cela pour cacher que les salaires sont de plus en plus faibles et les contrats de plus en plus courts.

Face à un tel bouleversement, quelles sont les pistes de régulation étudiées par le gouvernement ? Un « revenu de base », rassemblant toutes les aides sociales, à mi-chemin entre assistanat et salariat, est à l’étude. Le compte personnel d’activité, permettant aux employés de surmonter des périodes de chômage et d’avoir accès à une formation, revient aussi sur le tapis. Ce serait « une sécurité individuelle dans le marché de l’emploi », affirme M. Macron, qui annonce clairement la couleur en ajoutant qu’« il y a une différence entre chercher à protéger l’emploi et protéger les individus ». Enfin, si face à la contestation contre Uber, les mesures protégeant les taxis ont été maintenues, l’on cherche à créer un parcours par lequel les « Ubers » accéderont un jour à la pleine profession.

Pour S&P, tout cela ne pourra servir l’intérêt général que si la France s’attaque aux diktats de la finance folle. Et tout d’abord au « trading à haute fréquence », pompe de la spéculation mondiale à grande échelle. Il faut aussi relancer les investissements dans l’économie physique – transports, nucléaire, équipements, agriculture – car le numérique, en soi, s’il crée un certain nombre d’emplois, n’engendrera pas la richesse physique qui nous fera vivre !

3 - Santé : le hold-up des mutuelles

Le 17 décembre dernier, le projet de loi sur la Santé de Marisol Touraine était adopté par l’Assemblée nationale. « La santé gratuite pour tous », voilà comment le gouvernement nous a vendu cette loi, dont le but avoué est d’économiser 10 milliards d’euros, mais dont les conséquences sont incalculables !

Au cœur du dispositif, la généralisation du tiers-payant permettra au patient de ne rien avancer lors de sa visite médicale, laissant à la Sécurité sociale et aux complémentaires de santé privées le soin de rembourser les médecins.

Si l’idée paraît excellente, sa mise en pratique révèle les véritables intentions de la loi : porter un coup fatal à la médecine libérale, ne laissant au patient d’autre choix qu’entre une médecine publique au rabais, dans les hôpitaux et Maisons de santé, et une médecine pour riches pouvant payer les dépassements d’honoraires.

En effet, les médecins seront remboursés par la Sécurité sociale et les 450 mutuelles au niveau national. Le hic est que la loi laisse au médecin le travail administratif lié à tous ces contrats. Or, des médecins libéraux payés, comme la plupart des généralistes, 23 euros la consultation, ne peuvent pas engager un secrétariat pour faire ce travail. Leurs salaires, très bas comparés à ceux de leurs confrères européens, ne peuvent que les décourager d’assumer cette mission de service public terriblement exigeante.

Ensuite, obligation est faite aux patients qui veulent bénéficier du tiers payant, d’ouvrir leurs données privées – séjours hospitaliers, données des établissements pour personnes handicapées, remboursements de soins – à un système national des données de santé (SNDS), qui en donnera l’accès aux acteurs issus du monde associatif, des industries de santé, des assurances complémentaires et de la recherche. En bref, c’est la fin du secret médical et nous voilà livrés aux industriels et aux assureurs.

Enfin, sous prétexte d’élargir la couverture des complémentaires de santé et d’en plafonner les dépenses, cette loi, inspirée de celle d’Obama aux Etats-Unis, l’étendra à tous les Français d’ici 2017, grâce à un système de « contrats responsables » bénéficiant d’incitations fiscales et d’aides de l’Etat. Or ce système offrira non pas la même couverture pour tous, mais le choix entre trois couvertures selon les moyens de chacun.

Pour S&P, il faut rétablir la Sécurité sociale d’origine, car la santé est un droit fondamental et non un service marchand devant rapporter des profits, comme c’est le cas pour les mutuelles. Le retour à l’équilibre de la Sécurité sociale ne peut venir que d’un retour à un plein emploi productif.

Voir le commentaire

  • Eric • 30/01/2016 - 18:37

    Rien de nouveau sous le soleil !
    Le "système de la santé" est comme son nom l’indique un "système" et comme tout "système", celui-ci est intrinsèquement lié au profit, sinon il n’aurait pas lieu d’être. Depuis très longtemps (du temps de l’esclavage le plus cruel aux facéties systémiques du profit à tout prix des mutuelles - de l’état et des banques monétisant la santé via la menace ultime de la peur absolue de la mort en passant par la maladie...), la "santé" est LE produit marchand par excellence.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard