Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Terrorisme : mettons fin à l’impunité des banques !

La rédaction
JPEG - 152.5 ko

En annonçant lundi sa décision de suspendre pour une durée de 30 jours les droits de transfert, par la banque HSBC, de fonds vers l’étranger (souvent des fonds non-déclarés détenus dans les paradis fiscaux off-shore), le gouvernement argentin a montré la voie sur les mesures à prendre pour lutter contre le financement du terrorisme international par les grandes banques de la City et de Wall Street.

En France, après les attaques terroristes contre Charlie Hebdo, Jacques Cheminade a appelé à la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les sources de financement du terrorisme. Car c’est là qu’il faut frapper.

Pour ce qui concerne le blanchiment des fonds au profit d’organisations terroristes internationales, une activité souvent associée au trafic d’armes et au blanchiment de l’argent de la drogue, HSBC est en effet un cas emblématique.

Nous présentons ici cet aspect tel qu’il a été développé par Jeff Steinberg, rédacteur de l’hebdomadaire Executive Intelligence Review (EIR) et spécialiste des questions de renseignement, dans une émission du 9 janvier sur le site LPACTV. (La partie de cette émission traitant du rôle de l’Arabie saoudite a déjà été présentée dans un article précédent.)

Jeff Steinberg :

Avant d’entrer dans la question de l’Arabie saoudite en tant que telle, je voudrais introduire l’aspect lié au rôle joué par Wall Street.

JPEG - 48.6 ko

Il y a un an et demi environ, la sous-commission d’enquête permanente du Sénat avait publié un rapport de 300 pages retraçant le rôle joué par une seule banque, une banque du Commonwealth britannique, dans le blanchiment de l’argent de la drogue à destination des États-Unis, ainsi que le financement du terrorisme international en partenariat avec des banques saoudiennes.

Le rapport visait en particulier la banque HSBC, établie au cours des Guerres de l’opium de l’Empire britannique contre la Chine au XIXe siècle, et connue pendant plusieurs décennies sous le nom Hongkong and Shanghai Banking Corp. Cette banque a joué un rôle central dans l’histoire du trafic de drogue en général, et a servi ouvertement de chambre de compensation pour le trafic de drogue durant de nombreuses décennies.

Le rapport du Sénat est exhaustif et bien documenté. Lorsqu’il fut présenté au département (américain) de la Justice, celui-ci a refusé d’engager des poursuites contre la banque. La politique adoptée par les deux derniers présidents, sous la présidence Bush-Cheney d’abord puis celle de Barack Obama, est qu’en raison de la grande fragilité de Wall Sreet et de la City de Londres, la moindre procédure judiciaire contre un Jamie Dimon ou tout autre dirigeant d’une banque de Wall Street provoquerait des « dommages collatéraux » susceptibles de faire sombrer l’ensemble du système financier.

A une question posée par EIR lors d’une conférence de presse, consistant à savoir ce qu’il faut faire à propos des preuves du financement massif du trafic de drogue et du terrorisme jihadiste/salafiste par cette banque, le Sénateur Carl Levin, aujourd’hui à la retraite, avait répondu que le travail des politiques était d’enquêter et de transférer l’information au département de la Justice. Cependant, a-t-il ajouté, pour le dire franchement, l’une des possibilités serait de retirer à la banque sa licence, son droit à opérer aux États-Unis, et ce tant qu’elle persiste dans la criminalité.

Le département de la Justice, de même que le gouvernement Obama, Wall Street et la City avaient une opinion bien différente à ce sujet : HSBC est l’un des joyaux du système financier de l’Empire britannique et de sa capacité à blanchir l’argent de la drogue, qu’on ne peut distinguer du financement du terrorisme international. C’est ce que l’on peut voir dans les documents montrant comment HSBC avait pour partenaire des banques saoudiennes faisant partie d’un réseau de financement d’al Qaïda. La politique du gouvernement Obama a été : « Laissons faire, car le système est si fragile que tout pourrait exploser. »

Eh bien ! Ce système mérite qu’on le laisse exploser, à condition d’avoir fait le nécessaire pour mettre à l’abri l’épargne populaire en rétablissant, ici aux États-Unis, la loi Glass-Steagall.

Nous sommes arrivés au point où le danger de guerre, et il ne s’agit pas d’une guerre locale ou régionale, mais d’une guerre mondiale, se transformerait rapidement en guerre d’extinction thermonucléaire. Car les cibles sont la Russie et la Chine. La motivation pour une telle guerre est uniquement l’état de banqueroute actuelle du système financier transatlantique de Londres et de Wall Street.

La chute du gouvernement grec il y a quelques semaines menace de détruire l’accord prévalant au sein de la Troïka et conduira probablement à la sortie de la Grèce de l’euro : une situation décrite comme un « moment Lehman Brothers/Bear Stearns » en Europe. En d’autres termes : le détonateur de l’effondrement du système dans son ensemble.

De la même manière, ici aux États-Unis, le seul fait que les Saoudiens et les Britanniques cherchent à éliminer la compétition dans le secteur de l’énergie, en faisant chuter les prix du pétrole en-dessous des coûts de production dans la plus grande partie du monde, est en train de générer des ondes de choc au sein de l’establishment financier, car le prix de pétrole a servi de fondement à l’empilement d’une montagne de dettes, de contrats dérivés, de dettes titrisées, etc., totalisant plusieurs dizaines de milliers de milliards de dollars.

Ainsi, le système est extraordinairement fragile et la seule manière dont il pourrait survivre serait soit de forcer la Chine et la Russie à capituler complètement et à s’ouvrir au pillage, ou bien d’aller en guerre. Sous le brouillard de la guerre, beaucoup de titres financiers pourront être restructurés sans avoir à remplacer les gens au pouvoir.

(…)

Wall Sreet et les Saoudiens, avec les Britanniques, ont reçu sans arrêt de la part du gouvernement américain depuis 14 ans des signaux leur disant qu’ils peuvent agir dans l’impunité, une situation que le sénateur Graham a opposée [dans la conférence de presse du 7 janvier sur les 28 pages] à la nécessité d’une présidence s’élevant au niveau de Lincoln, quelqu’un pour qui la justice et la vérité sont les deux éléments clé du système constitutionnel américain.

Ainsi, la question de l’impunité concerne autant le rôle de l’Arabie saoudite dans les préparatifs des attentats du 11 septembre, que celui du financement de l’argent sale associé au trafic de drogue, d’armes et au terrorisme. Cette impunité a été accordée à de nombreuses reprises par les autorités américaines à des responsables saoudiens et des dirigeant de la banque HSBC. Le ministre de la Justice d’Obama Eric Holder a refusé de retirer à HSBC sa licence d’opérer aux États-Unis au lendemain de la publication du rapport du Sénat le 17 juillet 2012...

Les liens d’HSBC avec le financement du terrorisme

Cet extrait est repris d’un article publié par S&P le 1er août 2012, concernant le rapport du Sénat du 17 juillet 2012 intitulé « U.S. Vulnerabilities to Money Laundering, Drugs, and Terrorist Financing : HSBC Case History » (« Vulnérabilités des Etats-Unis au blanchiment d’argent, à la drogue et au financement du terrorisme : le cas d’HSBC »).

Le troisième problème concerne le fait qu’HSBC opère dans des régions du monde où le terrorisme constitue un défi majeur et montre un empressement inquiétant pour faire des affaires avec des banques liées au financement du terrorisme.

Un exemple en est donné par la banque Al Rajhi, la première banque privée d’Arabie saoudite. Après les attentats du 11 septembre, il a été prouvé que le principal fondateur de cette banque était un bienfaiteur d’Al-Qaïda et qu’il fournissait des comptes à des clients suspects.

En 2005, le groupe HSBC demanda à ses filiales de rompre avec cette banque, faisant toutefois une exception pour HSBC Moyen-Orient. Quatre mois plus tard, sans aucune explication, il faisait volte-face, laissant à chaque filiale le droit de décider de faire ou non des affaires avec la Al Rajhi Bank.

HSBC Bank USA (« HBUS ») choisit alors de fermer ses comptes chez Al Rajhi. Au cours des deux années suivantes, cependant, ses propres directeurs et ceux d’autres filiales HSBC firent pression pour qu’elle rétablisse ses liens avec la Al Rajhi Bank, et en 2006, après que celle-ci eut menacé de retirer ses billes d’HSBC si HBUS ne rétablissait pas ses comptes en dollars US, HSBC a cédé.

Au cours des quatre années suivantes, HBUS a fourni à Al Rajhi bank près de 1 milliard de dollars US, ne s’arrêtant que lorsque HSBC prit la décision globale de mettre totalement fin aux transactions de billets de banques.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard