X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Uber, une machine de guerre contre le droit du travail

JPEG - 27.4 ko

UBERISATION. Verbe conçu d’après le nom de la société Uber. Selon l’Obervatoire de l’uberisation, qui propose de l’accompagner, il s’agit d’un « changement rapide des rapports de force grâce au numérique. (...) Au carrefour de l’économie du partage, de l’innovation numérique, de la recherche de compétitivité et de la volonté d’indépendance des Français, ce phénomène est une lame de fond qui va petit à petit impacter tous les secteurs de l’économie traditionnelle des services. »

Aujourd’hui Uber bouscule le monde des taxis et de VTC. De son coté, Amazone investit l’édition en proposant aux auteurs de publier leur œuvre de façon électronique, et en intégrant les moyens logistiques. WeClaim propose des services juridiques en ligne via des algorithmes de génération documentaire, des outils sémantiques et du big data. Les plateformes de crowdfunding et de peer to peer lending permettent de se financer ou d’emprunter à des taux plus faibles et plus souplement. AirBNB supprime les intermédiaires et propose sur sa plateforme Web mondiale 1,5 millions de lits chez le particulier, accessibles simplement et rapidement et Vizeat modernise la gastronomie en permettant à des hôtes d’offrir facilement, moyennant finances, leurs services culinaires en proposant de venir déjeuner ou dîner chez eux...

Comme le montre cet extrait, la révolution numérique est en marche. Grâce à elle, des professionnels jusqu’ici incontournables, se font court-circuiter par des start-ups qui, grâce à une précarisation de la main d’œuvre et quelques gadgets électroniques, arrivent à offrir des services souvent de moindre qualité mais à des prix tellement plus alléchants. Que faut-il en penser ?

La logique UberPop

Le 11 février s’est ouvert à Paris le procès contre les patrons de la société Uber France pour son application UberPop de mise en contact d’utilisateurs avec des conducteurs. Sous les apparences de covoiturage, elle permettait l’exercice illégal de la profession de taxi.

Déclarée illégale, Uberpop a été suspendue en juillet 2015. Selon l’entreprise, « UberPOP a été une source de revenus importante pour plus de 10000 conducteurs ». Uber a évoqué la possibilité d’en reconvertir certains en chauffeurs VTC. Cela nécessite une formation de 250 heures, une licence délivrée par les autorités et une voiture répondant à des normes strictes d’âge et de taille.

En attendant, Uber, au niveau mondial, continue à sévir dans 377 villes sur six continents. Et d’autres sociétés du même type champignonnent.

Uberpop incarnait à merveille la quintessence de la logique Uber qui n’a pas de salariés, mais paye ses travailleurs à la tâche. Et qui dit zéro salaire, dit zéro cotisation sociale. D’où (à certains moments) des prix hors de toute concurrence ! En pratique, les tarifs sont déterminés par un algorithme qui varie en fonction de la demande de transport ! A Sydney, lors d’une prise d’otages, Uber n’a pas hésité à multiplier ses tarifs par quatre en moyenne pour les personnes désirant fuir la zone… Et lors du réveillon de la Saint-Sylvestre, les tarifs pour traverser Paris, ont été déplafonnés pour atteindre les 200 euros…

Uber, qui emploie 70 personnes en France ne fait que du relationnel et fournit des logiciels. Pourtant, elle prend une marge de 20 % sur la valeur produite tout en exploitant des milliers de personnes non salariés précarisées (maintenant avec le statut « d’indépendant »), bien contents de grappiller quelques euros pour boucler leurs fins de mois. Plusieurs milliers de Français ont conduit, sans la moindre formation et avec leur propre véhicule, le weekend et la moitié du temps, la nuit.

La société Uber a été fondée à San Francisco en 2009 par Garrett Camp, Travis Kalanuck et Oscar Salazar sous le nom de UberCab (« SuperTaxi »). Rapidement, elle a eu le soutien de financiers de Wall Street, de Goldman Sachs et de Google, à ce jour le plus grand actionnaire et qui siège au Conseil d’administration.

Machine de guerre

La première chose à souligner c’est qu’Uber n’est pas une simple entreprise, mais une forme radicale de guerre politique et idéologique au profit de ce qu’on a le droit de qualifier d’oligopole bancaire anglo-hollandais. Au lieu d’acheter des hommes politiques, cet oligopole se sert des jeunes entrepreneurs pour imposer des changements politiques.

Comme nous allons le voir, Uber est anglo-hollandaise dans la mesure où les Pays-Bas et les paradis fiscaux britanniques lui sont essentiels.

  • D’abord, l’application d’Uber fait en sorte que lorsqu’on règle une course, disons de 20 euros, cet argent arrive directement sur les comptes d’Uber BV, la maison mère installée au Pays-Bas, permettant à « Uber France SAS » de ne payer aucun impôt sur ces bénéfices ;
  • De cette somme, la société hollandaise reverse directement 16 euros au chauffeur en France ;
  • Sur les 4 euros restants, la même société verse 2 euros (10 %) à Uber France pour des services relationnels « avec les partenaires [les chauffeurs...], de la promotion de la marque, et du support marketing ».
  • Enfin, sur les 2 euros restants, la société hollandaise Uber BV verse 1,96 euros à Uber International CV, une holding basée aux Bermudes, paradis fiscal sous juridiction britannique. Dans les faits, Uber International CV, immatriculée à la fois aux Pays-Bas et aux Bermudes, n’est qu’une simple boîte aux lettres n’employant aucun salarié. Rappelons que l’impôt sur les bénéfices est nul aux Bermudes, et de 25 % aux Pays-Bas. Toujours trop élevé au goût d’Uber ! Pour y échapper, Uber BV paye, pour avoir le droit d’utiliser les brevets d’Uber, une gigantesque redevance qui lui permet de réduire à néant ses bénéfices. Du coup, grâce à une niche fiscale, l’impôt d’Uber BV ne dépasse pas 0,25 % du chiffre d’affaires. Bien joué !
  • Pour conclure, Uber International CV, réglera à son tour 0,028 centimes de royalties à son associé en nom Leben LCC, enregistré au Delaware (USA), un autre paradis fiscal, mais dont le propriétaire final est Uber Technologies Inc. basé à San Francisco…

L’actionnariat des filiales d’Uber :

Uber France SAS
Siège : Paris
Actionnariat : Uber International Holdings BV (100%)

Uber International Holdings BV
Siège : Amsterdam
Actionnariat : Uber International BV (100%)

Uber BV
Siège : Amsterdam
Actionnariat : Uber International BV (100%)

Uber International BV
Siège : Amsterdam
Actionnariat : Uber International CV (100%)

Uber International CV
Siège : Hamilton, Bermudes
Associé en nom : Neben LLC (Delaware)
Propriétaire ultime : Uber Technologies Inc (Californie)

Source : comptes des sociétés, disponibles sur le site de BFM-TV

JPEG - 434.1 ko
Pays où Uber a des problèmes juridiques. En rouge, les pays où elle a été interdit.

Désobéissance civile

JPEG - 75.8 ko
Barack Obama avec son conseiller David Plouffe, actuellement conseiller d’UBER.

Uber se fiche éperdument des lois, des amendes, des procès, des travailleurs et des États. Ça fait plutôt rire. Travis Kalanick, le PDG américain d’Uber, estime que « la désobéissance civile est nécessaire pour défendre les bonnes causes ». Sa mission ? Imposer dans le monde entier son modèle féodal d’emploi sans droit et du « tous indépendants », c’est-à-dire la fin du droit du travail et des Etats-nations modernes. Ses appuis sont multiples et mondiaux.

Et parmi ses conseillers, on peut compter David Plouffe, l’ancien directeur de campagne de Barack Obama. Et en France, Emmanuel Macron, l’ancien protégé de Jacques Attali, en est un des plus fervents partisans. Initié aux secrets des dieux du temple financier, pour ce dernier :

C’est à la façon dont un pays gère le problème de ses taxis que l’on peut mesurer sa capacité à réformer en profondeur.

Enfin, soulignons qu’Uber, qui ne produit aucune richesse réelle, n’est qu’une vaste bulle financière et qu’elle éclatera sans doute d’ici peu. Car, s’il y a cinq ans, il s’agissait d’une simple application de téléphonie mobile imaginée par deux Californiens lors d’une nuit de beuverie parisienne, aujourd’hui Uber, avec seulement quelques centaines d’employés, est supposé « peser » 40 milliards d’euros, c’est-à-dire autant que le groupe EADS-Airbus !

Êtes-vous prêt à vous faire uberiser ? S’il s’agit pour l’instant des chauffeurs de taxis, demain ce sera le tour aux professeurs, aux pompiers, aux médecins, aux avocats, aux restaurateurs et aux infirmières.

Uber, évidemment n’est que la caricature d’un monde qui s’imposera à nous lorsque nous laissons les nouvelles technologies, dans ce cas-ci le numérique, aux mains de requins de Wall Street et la City. Je crois savoir qu’un certain Jacques Cheminade vous avait mis en garde, non ?

Pour S&P :

  • Il faut appliquer la loi Thévenoud qui interdit l’exercice illicite de la profession de taxi et encadre de façon stricte les VTC mis en concurrence depuis 2009 avec les taxi ;
  • Il faut obliger Uber à payer des vrais salaires et donc des cotisations sociales ;
  • Il faut que toute entreprise paie des impôts dans le pays où est produite la richesse ;
  • Il faut que l’Etat investisse dans des transports en commun plus performants.

Voir le commentaire

  • Eric • 15/02/2016 - 19:01

    Travis Kalanick est tellement têtus, enthousiaste, combatif et particulièrement cupide (...la cupidité est la seule matière enseignée au sein des universités américaines sans qu’il y ait une seule heure de cours portant ce libellé...) qu’il est, à lui tout seul, l’exemple parfait d’une parodie d’entrepreneur high-tech d’aujourd’hui.
    En passant, les états nations seront de plus en plus submergés par les créations de ce genre d’énergumène, il faut avouer, « créatif », et surnageant dans la jungle du capitalisme ultra-libéral américain, dont la corruption est la morale des affaires.
    « la désobéissance civile est nécessaire pour défendre les bonnes causes ».
    Sa mission ? Gagner « un max de fric » en bon négrier des temps modernes !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard