X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Pr Loïc Blondiaux : la réforme Urvoas portera atteinte à la biodiversité politique

La rédaction
JPEG - 15.6 ko

Les députés ont adopté, le 16 décembre 2015, en procédure accélérée, une proposition de loi inique visant à moderniser les règles applicables à l’élection présidentielle.

Bien que cette réforme s’appuie sur des préconisations de la Commission Jospin, de la Fondation Terra Nova, du Conseil constitutionnel et du CSA, il s’agit ni plus ni moins de verrouiller le débat.

Selon la presse, les sénateurs devront examiner ce texte en janvier 2016. Pour y voir clair, le Courrier des Maires s’est entretenu le 23 décembre 2015 avec Loïc Blondiaux, professeur de science politique à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, qui y voit un risque d’appauvrissement du débat politique.

A vous de diffuser et de signer la pétition Non au hold-up sur la présidentielle

Le Courrierdesmaires.fr : En quoi le principe d’égalité des temps de parole revêt-il une importance ?

Loïc Blondiaux : C’est une des caractéristiques de la législation française : donner, pendant des périodes relativement courtes, chaque année ou presque, à des points de vue discordants, à des porteurs d’alternative politique, une possibilité égale de s’exprimer. Et ce, à peu près dans les mêmes conditions que des candidats issus des partis de gouvernement qui, le reste de l’année, monopolisent la parole politique dans les médias. Cette fenêtre d’expression, justifiée par un impératif d’égalité démocratique, ouvre à mon sens une brèche dans un système qui, de manière générale, privilégie les partis déjà en place.

C’est un principe fort : si l’on veut des jugements éclairés, qui ne soient pas biaisés, il faut que les citoyens puissent se décider en connaissance de cause et donc, c’est capital, être exposés à des visions de notre société qui n’ont pas accès habituellement aux médias. Car, ceux qui proposent des changements radicaux du fonctionnement de notre société et de ses institutions n’apparaissent quasiment jamais dans les grandes émissions politiques à la télévision ou à la radio, c’est-à-dire dans les médias qui ont de l’influence.

Le législateur s’apprête à remplacer l’égalité de temps de parole par un principe d’équité, en dehors des deux semaines qui précèderont le premier tour. Quelle différence cela fait-il ?

Deux semaines de respect de l’égalité, c’est une peau de chagrin démocratique. Deux semaines d’égalité de temps de parole ne rééquilibreront par une année, voire un mandat, de répartition déséquilibrée de la parole.

C’est un changement d’importance quand on voit la symétrie parfaite entre les temps d’antenne et de présence médiatique des candidats et leur audience électorale. Est-ce la popularité d’un candidat qui motive les médias pour le solliciter plus que les autres ? Ou la sursollicitation médiatique d’un candidat au détriment d’un autre qui fabrique sa popularité ?

En réalité, ces deux phénomènes nourrissent un cercle vicieux qui empêche de nouvelles forces politique de toucher, via les médias qui comptent, le maximum de citoyens et surtout les moins politisés.

Je trouve par ailleurs gênant que cette mesure, qui limitera encore la capacité d’expression de forces politiques nouvelles, réponde à une demande des principales chaînes de télévision et de radio qui prétextent qu’il est techniquement compliqué pour elle de respecter l’égalité des temps de paroles.

Un autre point de la proposition de loi suscite des critiques : la récolte des 500 signatures d’élus, qui, désormais, seront toutes rendues publiques ?

Cela va dans le même sens. Quelles que soient les règles et modalités, les grands partis politiques n’auront jamais aucune difficulté à trouver les signatures nécessaires. En revanche, l’obligation de rendre publiques toutes les signatures pourrait inhiber certains élus locaux, y compris ceux qui, par esprit démocratique, apportaient leur signature à des candidats dans lesquels ils ne se reconnaissaient pas forcément.

Ce ne sera plus la problématique du FN, qui a de nombreux élus locaux, désormais. Mais ce sera un problème pour les partis politiques qui n’ont pas de représentation locale. On est encore dans une logique qui renforce ceux qui sont déjà forts. On constate, une fois encore, l’inertie du système.

Au lendemain des élections régionales, qui ont montré à quel point le paysage politique actuel était contesté, cette proposition de loi vous semble-elle adaptée à la situation ?

La coïncidence entre les résultats de l’élection régionale et les déclarations qui ont suivi, dans lesquelles les représentants des partis de gouvernement ont promis une nouvelle fois qu’ils allaient « tout changer », et cette proposition, qui va dans le sens d’un renforcement du contrôle par les partis de gouvernement du système politique, est frappante.

L’absence de renouvellement du personnel politique, son incapacité à réformer ses pratiques — on le voit avec le cumul des mandats qui continue de s’imposer—, l’absence de toute force politique véritablement nouvelle depuis des années… Ces choses qui entretiennent la défiance et l’exaspération du public ne sont toujours pas questionnées.

Il y a ceux qui voient dans le FN une alternative – « on ne les a jamais essayés, eux » disent-ils. Et il y a une autre position qui ne se formule pas encore en proposition politique, qui prône une rénovation très profonde du système, avec de nouvelles formes et de nouveaux outils, comme le tirage au sort, les plateformes numériques de primaires citoyennes, etc. Mais ce n’est pas audible…

La vitalité et le caractère démocratique d’un système politique peuvent se mesurer non seulement à travers le taux de participation électorale, mais aussi par des critères qualitatifs. Il importe qu’un maximum de sensibilités puissent être représentées, évaluées et prises en compte par les citoyens. Comme on parle de biodiversité pour l’environnement, il y a une diversité politique à préserver !

Certains font le parallèle avec le bipartisme à l’américaine. Notre système tend-il vers une telle bipolarisation du paysage politique ?

Effectivement, il y a une tentation de la bipolarisation. Mais on reste dans une autre configuration, malgré tout. D’abord parce que contrairement au système politique des Etats-Unis, la publicité politique qui renforce les candidats les plus riches et soutenus par les puissances d’argent, ne trouve – toujours pas – de partisans en France.

Ensuite, parce que le Front National, en tous les cas dans les médias, a réussi à briser le plafond de verre. Il a acquis aux yeux des médias une certaine légitimité, d’autant plus qu’un membre du FN sur un plateau, ça fait du buzz et souvent de l’audience…

Par ailleurs, pour respecter la nouvelle règle d’équité, les médias devront s’appuyer à la fois sur la représentation parlementaire des partis, mais aussi sur les sondages et les résultats aux élections antérieures. Dans ces conditions, je vois mal comment le Front national pourrait être écarté du champ médiatique. C’est la raison pour laquelle on ne peut pas parler de bipartisme.

Le paradoxe absolu, c’est que la nouveauté politique est incarnée aujourd’hui par un parti qui propose un sérieux retour en arrière.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard