Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire 16 novembre - Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilActualité

Villeroy de Galhau, le coup d’Etat permanent de BNP Paribas

JPEG - 31.4 ko
Entre camarades de gauche, on est solidaire ! De gauche à droite : Michel Sapin, Villeroy de Galhau, Valls et Macron.

Le banquier François Villeroy de Galhau succèdera en novembre à Christian Noyer comme gouverneur de la Banque de France. Une nomination qui interpelle.

Brillant énarque passé par l’Inspection des finances et polytechnicien, VdG, comme le surnomment ses proches, est avant tout un grand catholique et un « homme de gauche ». Agé de 56 ans, parlant couramment l’allemand, ancien directeur de cabinet de Dominique Strauss-Kahn (DSK), la presse le présente comme « un vieux compagnon de route de la gauche ». Pourtant, après une vie « au service de l’Etat », VdG travaille depuis 2003 comme directeur général adjoint délégué du géant bancaire français BNP Paribas. Douze ans passés dans le privé qualifiés depuis peu de simple « parenthèse ».

Alors que Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, dont la candidature était soutenue par Karine Berger et Valérie Rabault, deux députées socialistes membres de la commission de Finances, offrait le CV idéal et était pressenti pour ce poste, c’est en finale la vieille dame de la rue d’Antin qui est passée en force en imposant son candidat VdG !

Certes, au moment où à Bruxelles, l’idée d’une séparation bancaire (sous forme de filialisation) risque de « ruiner » les grandes banques systémiques françaises, le lobby bancaire français est vent debout. Pour ce dernier, la chanson n’a pas changé : toute réforme bancaire de type Glass-Steagall n’est ni plus ni moins qu’un vilain « complot anglo-américain » visant à torpiller les concurrents européens, donc français.

Membre de « la secte » des inspecteurs des finances, VdG « cochait toutes les cases ». Pour son ami, le secrétaire général de la présidence Jean-Pierre Jouyet, pendant un temps président pour la France de la banque britannique Barclays et ex-ami de Sarkozy, c’était donc le candidat parfait pour succéder à Christian Noyer, dont le mandat s’achève fin octobre comme gouverneur de la Banque de France. Avis rapidement partagé par des députés avant tout soucieux d’éviter de se mettre à dos le lobby bancaire. « C’est un candidat de très grande qualité », ont déclaré en cœur Gilles Carrez, président de droite de ladite commission, et son vice-président de gauche, Dominique Lefebvre.

Comme une lettre à la poste. Proposée le 8 décembre par François Hollande, la candidature de VdG est avalisée le 29 septembre, avec 34 voix pour, 8 contre et 1 vote blanc (43 votants), par les membres de la commission des Finances et officialisée dès le lendemain en conseil des ministres.

Conflit d’intérêt... Quel intérêt ?

Cette nomination a tout de même suscité quelques interrogations, en particulier celle du « conflit d’intérêt manifeste » pouvant apparaître entre l’intérêt général et des intérêts privés avec qui le candidat continuera forcément à partager quelques affinités.

Car, comme le rapporte un article paru dans Marianne (18 septembre), VdG est

un habitué du lobbying au service de BNP Paribas. Lors de la réforme bancaire de 2013, il avait déjà fait la tournée des parlementaires pour leur expliquer en quoi la séparation des activités de dépôt et de marché était une très mauvaise idée.

Dans une séquence qui n’est pas sans rappeler les pires scènes de la Sainte Inquisition, VdG, par ailleurs membre du conseil de surveillance du groupe Bayard (propriétaire, entre autres, du quotidien La Croix), est

allé jusqu’à convoquer dans son bureau un célèbre économiste jésuite prônant un peu trop bruyamment la séparation, pour prêcher auprès de lui la bonne parole en lui conseillant de se concentrer sur l’exégèse biblique plutôt que sur des sujets aussi fastidieux et complexes que la technique bancaire ! Face au refus dudit jésuite, il se rendra même dans la communauté, où les deux hommes auront une vive altercation. ‘Votre appartenance religieuse est problématique’, lui lâche alors VdG qui va même jusqu’à questionner la santé mentale de son interlocuteur.

Il est permis de douter qu’un homme, qui ne voit aucun conflit d’intérêt entre les pratiques usuraires de BNP Paribas et la religion qu’il prétend pratiquer, ou entre les dépôts des clients et les risques insensés pris par les traders du back office, soit capable d’identifier, le cas échéant, le conflit d’intérêt entre les amis de sa banque « universelle » et l’intérêt général des Français. Rappelons que la nomination d’un banquier venu du privé à la tête de l’instance de régulation de tout le système financier français est en effet sans précédent depuis plus d’un demi-siècle.

Or, pour de nombreux économistes, en cas de nouvelle tempête financière, le fonds de résolution bancaire créé dans le cadre de l’Union bancaire serait nettement insuffisant pour éponger les pertes des établissements financiers européens (il atteindra 55 milliards d’euros à l’horizon 2013, alors que le bilan de la seule BNP Paribas est de plus de 2000 milliards d’euros !).

Dans ce cas, comme le souligne Marianne, « les problèmes de faillites bancaires pourraient bien revenir au niveau de chaque pays. Or, depuis la réforme bancaire de 2013, l’organisme chargé de traiter ce type de sujets est un collège de six personnes présidé par… le gouverneur de la Banque de France ».

« Comment réagirez-vous si se pose un jour [à Francfort] le problème de la résolution [intervention publique avant la faillite d’une banque] de BNP Paribas ou plus encore, d’un concurrent de BNP Paribas ? », l’a interpellé lors des auditions Karine Berger, députée socialiste des Hautes-Alpes. Et sans remettre en question sa compétence, elle a même osé cette pique : « De même qu’on ne nomme pas les toreros à la commission de protection des animaux, il eût mieux valu vous proposer un poste ailleurs… »

Même souci pour près de 150 économistes et universitaires qui, dans un appel publié le 15 septembre dans Le Monde, ont invité les parlementaires à ne pas approuver cette nomination. « Il serait illusoire d’affirmer, écrivaient-ils, qu’on peut servir l’industrie bancaire puis en assurer le contrôle avec impartialité et indépendance. »

Pour une des économistes à l’origine de cet appel :

On ne peut pas laisser la finance dicter ses choix politiques et placer à la tête d’une Banque centrale ou d’une autorité de supervision une personnalité issue du secteur bancaire, argue-t-elle. François Villeroy de Galhau a défendu les intérêts des banques et de BNP Paribas pendant douze ans. Comment pourrait-il changer subitement ses positions pour incarner l’intérêt général ?

Pour sa part, lors des auditions, François Villeroy de Galhau a eu à cœur de démontrer qu’il était un homme intègre. « J’ai mes limites comme chacun mais je suis un homme libre, a-t-il plaidé. Libre notamment de tout engagement vis-à-vis de BNP Paribas. » Mais ça, évidemment, vous n’êtes pas obligé de le croire.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

2015 : Finissons-en avec la City et Wall Street

8 janvier 2015
Nouvelle Solidarité N°1/2015
2015 : Finissons-en avec la City et Wall Street

Comment BNP-Paribas transforme ses pertes en profits !

11 novembre 2011
Brèves
 Comment BNP-Paribas transforme ses pertes en profits !

Glass-Steagall : même les anciens de BNP Paribas en parlent !

30 décembre 2014
Actualité
Glass-Steagall : même les anciens de BNP Paribas en parlent !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard