Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

10 décembre - 13 décembre, Clichy - L’urgence climatique est un leurre Lire 10 décembre - Réchauffement climatique : le carbone aussi innocent que les Gilets jaunes Lire 10 décembre - Vidéo : La Bulle et la Dette [ACTE 1] Lire
AccueilOrientation stratégique

Zepp-LaRouche sur China Radio International : concentrons-nous sur les objectifs communs de l’humanité

La rédaction

Entretien avec Helga Zepp-LaRouche, présidente internationale de l’Institut Schiller, réalisé par China Radio International à Beijing, le 14 mars 2014. Extraits.

JPEG - 33.6 ko

Zheng Chenguang : Pensez-vous que l’industrie financière, les banquiers et financiers de Wall Street, aient enfin tiré la leçon de 2007, l’année où la crise a commencé ?

Helga Zepp-LaRouche : Non, je pense qu’ils sont incapables d’apprendre car ils sont trop déterminés par leur cupidité et leur amour du pouvoir. C’est im possible de les sauver. La seule manière de résoudre le problème est de fermer le casino financier en appliquant le Glass-Steagall Act, en effaçant l’argent virtuel. L’ancien ministre italien de l’Economie Giulio Tremonti a dit un jour que ce que vous possédez dans le virtuel ne peut être perdu, car vous ne l’avez jamais possédé au départ. Ainsi, si vous effacez les produits dérivés et autres instruments de financement « créatifs », vous ne perdez rien.

Il faut cependant passer à la seconde étape, consistant à mettre en œuvre un système de crédit dans la tradition du Système américain d’économie, celle d’Alexandre Hamilton, le père de la première Banque nationale des Etats-Unis, ou encore de Lincoln, Franklin Roosevelt et John Kennedy. C’est un système permettant d’émettre du crédit destiné à financer des projets bien définis. On ne crée plus de l’argent pour le jeu ou autres activités virtuelles, mais du crédit uniquement pour relancer l’économie réelle. Nous avons élaboré des propositions concrètes applicables très rapidement.

Par exemple, aux Etats-Unis, nous avons proposé un programme de gestion de l’eau et de l’énergie à l’échelle de tout le continent nord-américain, NAWAPA, qui est le plus grand projet de l’histoire. (…) Nous voulons créer du crédit à des fins productives et non plus au bénéfice de quelques spéculateurs.

Qu’en est-il de la situation économique européenne ? L’année dernière, nous avons vu des signes encourageants en Europe. Plusieurs pays de l’Union européenne ont appliqué des mesures, et on dit que la Grande-Bretagne prend les devants sur le chemin de la relance, que l’on s’attend à ce qu’elle devienne la première économie en Europe, si l’on en croit certains économistes britanniques. Qu’en pensez-vous ? L’économie européenne est-elle enfin sortie du bois ?

Absolument pas. La crise de l’euro a été seulement dissimulée, car si vous regardez l’état des économies du sud de l’Europe, comme la Grèce, vous avez 65 % de chômage chez les jeunes ; en Espagne, plus de 65 % également. Le seul pays qui soit encore en état de marche est l’Allemagne, le célèbre champion des exportations, parce qu’il peut exporter vers l’Asie. En temps normal, les exportations allemandes devraient aller vers l’Union européenne, mais le Sud s’effondre et la France est en bien mauvaise condition. L’Allemagne va relativement bien uniquement parce qu’elle compense les pertes de marché vers l’Union européenne en exportant vers l’Asie. Mais cette situation est très volatile.

Avant la Seconde Guerre mondiale, les pays européens étaient constamment en guerre les uns contre les autres. C’est pourquoi le projet européen fut mis de l’avant par Robert Schumann [le père de l’UE], afin d’assurer la paix en Europe. Pensez-vous que ce projet réussisse vraiment à éviter les guerres, à apporter la paix sur le continent ?

Non. Je pense qu’il y a une différence fondamentale entre la situation actuelle et ce que voulaient vraiment les gens au sortir de la guerre, comme par exemple la coopération entre Adenauer et de Gaulle, qui a surmonté la guerre et l’hostilité entre Français et Allemands. C’est une très bonne chose, et nous voulons poursuivre cette tradition de coopération entre les pays européens.

Cependant, ce que nous avons aujourd’hui, depuis l’adoption du Traité de Maastricht, est une structure supranationale qui s’est développée pour ses propres intérêts, totalement opposés à ceux des Etats membres.

La Chine en période de transition

Jetons maintenant un regard vers la région Asie-Pacifique. Parlons de la Chine. J’ai cru comprendre que vous aviez visité la Chine en 1971 et qu’à l’époque, de nombreux Chinois se demandaient où était leur prochain repas. Aujourd’hui, semble-t-il, les gens se demandent quelle voiture ils vont acheter, ou quel type de valise de luxe, et j’ai donc l’impression que la Chine a connu de grands changements au cours des dernières décennies.

Au moment où nous parlons, la Chine fait face à une nouvelle période de transition. Nous voyons bien que la croissance du PIB ralentit. La consommation prend le relais de la croissance. Que pensez-vous de cette marche vers l’avant de l’économie chinoise ? Pensez-vous qu’elle va continuer, que le miracle qu’elle a créé au cours des deux dernières décennies va se poursuivre ?

Je pense que ce projet de Nouvelle route de la soie, que le président Xi Jinping a annoncé, permettra à la Chine de le faire. Toutefois, dans le futur immédiat, si les marchés américain et européen s’effondrent (ce qui arrivera à coup sûr si on ne met pas en place Glass-Steagall), la Chine en subira de sévères conséquences. Il est donc plus qu’urgent, non seulement d’aller dans la direction de Glass-Steagall aux Etats-Unis et en Europe, mais également de penser à un nouveau système de crédit, dans l’esprit des accords de Bretton Woods.

Ainsi, l’idée de « Nouvelle route de la soie », qui est en réalité identique au projet de « Pont terrestre eurasiatique » que nous avons proposé il y a 24 ans, impliquerait de grands projets, des corridors de développement, la construction de lignes de chemin de fer à grande vitesse, de canaux, de systèmes d’irrigation pour verdir les déserts. Ces projets seraient entrepris au niveau international. Leur construction requiert donc des accords de crédit mutuel entre les différents pays, sur le long terme. Ce qui signifie que l’on ne peut pas s’attendre à faire des profits en quelques mois, mais qu’il faut planifier ces projets sur 10, 20, 40 ou même 50 ans, et par conséquent, arranger des lignes de crédit entre pays souverains pour financer tout cela.

C’est pourquoi nous devons songer à remplacer le système financier actuel, en voie d’effondrement, par un nouveau système de crédit entre pays souverains. Et je suis convaincue que la Chine aura alors un avenir fantastique, car elle est sur la bonne voie. Entre ce monde transatlantique en faillite et le monde asiatique, la différence est gigantesque. Car l’Europe s’est engagée sur une voie malthusienne « verte », tandis que la Chine, la Russie, l’Inde et la Corée vont dans la bonne direction, malgré certains problèmes. Elles se tournent vers des densités de flux d’énergie plus élevées dans leurs activités productives.

Par exemple, la récente expédition sur la Lune du rover chinois Lapin de Jade promet un bel avenir, non seulement pour la Chine mais pour le monde entier, car l’intention d’y exploiter l’hélium 3 dans le cadre d’une économie reposant sur la fusion, ici sur Terre, est exactement le bon choix politique. Ainsi, je pense que si la Chine poursuit ses efforts en ce sens, son avenir sera radieux.

Vous nous donnez une belle vision de l’avenir pour l’Asie. Mais je pense qu’en termes stratégiques, pour ce qui concerne la sécurité, la crise couve dans la région Asie-Pacifique, surtout avec les disputes territoriales s’intensifiant entre la Chine et le Japon, et des nations du Sud-ouest asiatique comme les Philippines. En avril, le président américain Barack Obama doit se rendre en Asie, en particulier au Japon et aux Philippines. Tous deux sont en dispute avec la Chine pour des questions territoriales. Pensez-vous que la Chine doive s’inquiéter de se voir encerclée stratégiquement par les Etats-Unis ?

Oui, je le pense. Car nous risquons aujourd’hui de voir les relations se détériorer jusqu’au point de déclencher une guerre mondiale. Car le Pacifique représente, malheureusement, la politique de pivot asiatique des Etats-Unis, ainsi que sa doctrine d’Air-Sea Battle, qui n’est qu’une variante de la conception utopique selon laquelle il serait possible de neutraliser la capacité de seconde frappe de la Chine. La Chine a clairement montré que c’est inacceptable et insensé. Le danger que posent à la fois la doctrine de défense antimissile et la doctrine Air-Sea Battle des Etats-Unis dérive du fait qu’elles incitent l’autre camp à opter pour une première frappe, car s’il attend, ce sera trop tard.

Nous sommes donc assis sur un volcan extrêmement dangereux, et c’est pourquoi nous travaillons très fort aux Etats-Unis pour provoquer un changement de l’intérieur, afin que le pays revienne à ses principes constitutionnels et abandonne ce type de politique.

L’héritage de la Deuxième Guerre mondiale

Je pense qu’il existe un risque plus immédiat, celui d’une dispute ou d’un conflit avec le Japon. Ce que la Chine reproche au Japon, c’est de ne jamais s’être sincèrement excusé pour les atrocités qu’il a commises pendant la guerre. Je pense que l’Allemagne et le Japon étaient dans la même position d’un point de vue historique, mais que l’Allemagne était réellement sincère dans ses excuses pour ce qu’elle a fait pendant la Seconde Guerre mondiale. Que pensez-vous du manque de volonté du Japon de reconnaître ce qu’il a fait pendant la guerre ? Et de leurs derniers exercices de rhétorique, afin de couvrir les atrocités de cette guerre ?

Bien sûr, je pense que c’est stupide et très dangereux. Mais il ne faut pas considérer ce que fait le Japon en dehors du contexte de son alliance avec les Etats-Unis. Car c’est réellement l’expansion des Etats-Unis dans le Pacifique qui donne au Japon l’occasion de se conduire de cette manière. J’espère qu’il y a des gens au Japon qui sauront, le moment venu, changer le cours des choses. Car c’est un pays qui, comme l’Allemagne, possède très peu de matières premières et dépend largement de ses exportations. Ainsi, la seule manière de résoudre toutes ces questions est le concept du Pont terrestre mondial, impliquant une coopération entre tous les pays, qui est bien plus dans l’intérêt de tous que tous les conflits locaux. (…)

Quelles actions concrètes les Etats-Unis et la Chine doivent-ils entreprendre, selon vous, pour éviter les mauvais calculs et transformer la région Asie-Pacifique en région de paix et de coopération, plutôt qu’en terrain d’affrontement ?

Encore une fois, je crois que nous devons nous concentrer sur les objectifs communs de l’humanité. Nous sommes assis en ce moment même sur une poudrière, pouvant aboutir à l’extinction de l’humanité, si nous poursuivons sur la voie de cette mondialisation cauchemardesque, celle du Partenariat transpacifique (TPP) et du TTIP (Zone de libre-échange transatlantique).

Tout d’abord, le système ne tiendra jamais jusque-là, car il est déjà en train de s’effondrer. L’idée est toutefois d’éliminer toute souveraineté nationale, au bénéfice de grandes sociétés qui dirigeraient ainsi le monde. Si cela devait arriver, nous foncerions droit dans le mur. Il y a là un terrible danger.

Nous devons donc nous mettre d’accord sur les intérêts communs de l’humanité, car nous sommes menacés d’extinction. Il y a beaucoup de problèmes qui requièrent une attention commune. L’un d’entre eux est de se débarrasser des missiles nucléaires. Il nous faut élaborer un système de défense commun, incluant tous les pays, pour rétablir la sécurité et rendre obsolètes les missiles nucléaires.

Ensuite, il faut se pencher sur les menaces découlant du trafic de stupéfiants et du terrorisme. Une coopération internationale doit être mise en place pour les éliminer et initier le développement. Car sans alternative valable pour un développement économique réel, afin d’améliorer le niveau de vie des populations, nous ne pourrons pas mettre fin à ces activités.

Donc, si nous voulons la paix au Moyen-Orient et en Asie du Sud-ouest, des pays comme la Russie, la Chine, l’Inde, l’Iran et, je l’espère, les Etats-Unis et certains pays européens devront coopérer pour développer ces régions. Car la pauvreté alimente le terrorisme.

L’humanité a d’autres objectifs communs. Par exemple, nous n’avons pas les moyens aujourd’hui de protéger notre planète contre le danger que peuvent représenter certains astéroïdes. Pourquoi ne pas nous atteler à défendre notre planète contre les objets venant de l’espace, les tremblements de terre et les tsunamis, ainsi que les volcans, qui sont des phénomènes pouvant être prévus grâce à certaines observations par des satellites appropriés ? Il y a tant de domaines où il faudrait travailler ensemble.

Il nous faut donc un nouveau paradigme, en phase avec la dignité et la créativité de l’espèce humaine, car c’est la seule manière de sortir de cette impasse. Il faut ouvrir une nouvelle ère de coopération, mais je suis optimiste car je suis convaincue que nous n’en sommes qu’au point embryonnaire où nous pourrons, si nous parvenons à nous ressaisir, nous comporter comme des êtres humains et envisager un avenir complètement différent de ce que nous avons connu jusqu’à présent.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Helga-Zepp LaRouche sur CCTV : relancer la Route de la soie ouvrira une nouvelle ère

17 avril 2014
Orientation stratégique
Helga-Zepp LaRouche sur CCTV : relancer la Route de la soie ouvrira une nouvelle ère

La Nouvelle Route de la soie, route de la paix

9 novembre 2004
Economie
La Nouvelle Route de la soie, route de la paix

La nouvelle Route de la soie ou la guerre

24 septembre 2013
Orientation stratégique
La nouvelle Route de la soie ou la guerre

Ukraine : éviter la Guerre mondiale

18 avril 2014
Orientation stratégique
Ukraine : éviter la Guerre mondiale

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard